Elhadj Sékhouna Soumah, président de la coordination régionale de la Basse Côte

Le Kountigui de la Basse Côte, Elhadj Sékhouna Soumah, va porter plainte contre les agents des forces de l’ordre qui ont attaqué et pulvérisé son domicile de gaz lacrymogène. L’autorité morale de la Basse Guinée l’a annoncé hier, mercredi 2 septembre 2020, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après 24 heures de séquestration, les délégations des quatre coordinations régionales et les journalistes qui étaient au domicile du patriarche de la Basse Côte ont pu quitter les lieux dans la journée de ce mercredi. Cela, après le départ des agents des forces de l’ordre qui étaient déployés sur les lieux et qui ont jeté de nombreuses bombes lacrymogènes dans la concession. Des agissements que condamnent fermement Elhadj Sékhouna Soumah, qui annonce une plainte en justice.

« Depuis hier jusqu’à 5 heures du matin aujourd’hui, les forces de l’ordre ont jeté du gaz lacrymogène sur nous, on doit savoir pourquoi ils ont fait cela. C’est pourquoi on ne peut pas rester sans porter plainte face à cette situation. A l’heure qu’il fait, nous avons ramassé 275 douilles de gaz lacrymogènes lancés uniquement dans ma concession. On attend les huissiers de justice qui vont faire leur constat. Après, nos avocats vont engager la bataille judiciaire », a-t-il indiqué.

Choqué par cette situation, le Kountigui de la Basse Côte appelle les jeunes de Guinée à se mobiliser massivement pour descendre dans les rues pour barrer la route au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. « Je lance un appel aux Guinéens, à toutes les personnes qui ne sont pas pour cette dictature, de sortir pour manifester. Je sais que les forces de l’ordre vous empêchent de manifester, mais vous ne devez pas avoir peur. Vous devez résister.

Je demande aux jeunes de Conakry de se mobiliser pour sortir. Je demande aux jeunes de Coyah, Forécariah, Boffa, Fria, Boké, Mamou, Faranah, Macenta, Guéckédou, Yomou, Lola, Kérouané, Beyla, Kankan, Mandiana, Labé, Siguiri, Dinguiraye, Kouroussa, Pita, Dalaba… de sortir pour exprimer leur désapprobation contre ce projet de 3ème mandat. Ils nous ont attaqués nous les coordinateurs, ça prouve qu’en Guinée, il n’y a pas de démocratie.

Il y a une autre foutaise qu’ils sont en train de faire au peuple de Guinée : ils nous disent de ne pas mobiliser les citoyens ; mais eux, ils se mobilisent au palais pour exprimer leur joie en faveur de la candidature du président Alpha Condé à un 3ème mandat. Si Alpha Condé fait un 3ème mandat, tout président qui va venir après, fera la même chose. C’est pourquoi, on souhaite que la CEDEAO soit là pour intervenir dans la crise guinéenne », a lancé Elhadj Sékhouna Soumah.

A noter que les 12 jeunes qui avaient été arrêtés sur les lieux par les forces de l’ordre ont été libérés. Leur libération fait suite à l’implication des émissaires que le pouvoir de Conakry aurait envoyés à Tanènè.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin