Le parquet du tribunal de première instance de Kankan a organisé ce vendredi, 23 avril 2021, sa première assemblée générale depuis 2018. En plus du personnel relevant de ce parquet, plusieurs avocats et huissiers de justice ont pris part à la cérémonie d’ouverture de la rencontre. Il est question de discuter autour des rapports entre les acteurs de la chaîne pénale de cette préfecture, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Dans les conditions normales, cette assemblée générale doit se tenir chaque année. Mais depuis 2018, la rencontre n’avait pas eu lieu au tribunal de première instance de Kankan, parce que « le quorum n’avait jamais été atteint », selon le procureur. C’est pourquoi, Aly Touré se réjouit de la tenue de cette première assemblée générale depuis sa prise de fonction à la tête de ce parquet.

Aly Touré, procureur du tribunal de première instance de Kankan

Selon lui, les discussions vont porter sur plusieurs sujets tels que : « les relations entre le siège et le greffe, les relations entre le parquet et le greffe et les relations entre les magistrats. Les avocats, les huissiers et les officiers de la police judiciaire appartiennent à la famille judiciaire, donc chaque fois qu’un tribunal tient son assemblée générale, les auxiliaires de justice doivent être appelés pour assister à la cérémonie d’ouverture ».

A la fin de cette rencontre, le procureur s’attend « à ce que les problèmes identifiés trouvent des solutions idoines pour le bien de la justice et des justiciables ». Et, parmi les problèmes qui préoccupent Aly Touré, figure la lenteur dans le traitement de certains dossiers. « Avoir six substituts me facilite le travail et cela ne nous donne pas d’excuses pour retarder les dossiers. Les dossiers seront très accélérés », a promis le magistrat.

Au sortir de la cérémonie d’ouverture de cette assemblée générale, le représentant de la chambre nationale des huissiers de Guinée a salué la tenue de cette rencontre. « Nous ne pouvons que saluer les organisateurs, notamment le procureur. Pratiquement, cela ne s’est jamais tenu et peut-être qu’ils vont débattre aussi du sort des huissiers et des avocats pour nous accompagner. Ne pas le faire serait une démission qui se fera ressentir à leur niveau », a dit Me Kémoko Camara.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin