Dans son rapport 2021 sur la traite des personnes dans le monde, le département d’Etat américain place la Guinée sur la liste de surveillance de niveau 2. C’est-à-dire parmi les pays qui ont un nombre estimé de victimes de formes graves de traite très important ou qui augmente de manière significative, et qui ne prennent pas d’actions concrètes proportionnées ; ou alors des pays pour lesquels il n’y a pas de preuve d’efforts accrus pour lutter contre les formes graves de traite des personnes par rapport à l’année précédente.

Le rapport souligne que « le gouvernement guinéen ne respecte pas pleinement les normes minimales pour l’élimination de la traite, mais fait des efforts importants pour y parvenir ». Il fait état de plusieurs formes d’exploitation d’êtres humains en Guinée, notamment le trafic sexuel d’enfants « répandu à Conakry et dans les villes minières telles que Kamsar, Lero et Siguiri ». Mais aussi, l’existence de réseaux de trafiquants qui prennent des femmes et des enfants en Guinée pour les emmener dans d’autres pays, où ils sont soumis à l’exploitation sexuelle et à des travaux forcés.

Guineematin.com vous propose de lire ci-dessous le rapport concernant la Guinée :

GUINÉE : liste de surveillance de niveau 2

Le gouvernement guinéen ne respecte pas pleinement les normes minimales pour l’élimination de la traite, mais fait des efforts importants pour y parvenir. Ces efforts comprenaient la poursuite et la condamnation d’un plus grand nombre de trafiquants et l’identification d’un plus grand nombre de victimes. Le gouvernement a approuvé des procédures opérationnelles standard (SOP) pour l’identification des victimes et alloué des ressources au comité de lutte contre la traite (CNLTPPA) pour la première fois en cinq ans. Cependant, le gouvernement n’a pas fait preuve d’une augmentation globale des efforts par rapport à la période de référence précédente, même en tenant compte de l’impact de la pandémie de COVID-19 sur sa capacité de lutte contre la traite. Les services d’hébergement pour les victimes sont restés insuffisants et le gouvernement n’a pas soutenu les ONG fournissant des soins aux victimes. Le gouvernement n’a pas fourni un financement suffisant au Bureau pour la protection du genre, des enfants, et Morals (OPROGEM), l’unité de police chargée des enquêtes sur la traite. Malgré la prévalence de la mendicité forcée des enfants dans les écoles coraniques, les autorités guinéennes n’ont jamais poursuivi un maître coranique pour mendicité forcée. Par conséquent, la Guinée est restée sur la liste de surveillance de niveau 2 pour la deuxième année consécutive.

POURSUITE

Le gouvernement a maintenu des efforts mitigés d’application de la loi anti-traite. Les articles 323 et 324 du code pénal incriminent le trafic sexuel et le trafic de main-d’œuvre et prévoient des peines de trois à sept ans d’emprisonnement, une amende ou les deux pour les infractions de trafic impliquant une victime majeure, et de cinq à 10 ans d’emprisonnement, une amende ou à la fois pour ceux impliquant un enfant victime. Ces sanctions étaient suffisamment sévères ; cependant, en autorisant une amende au lieu d’une peine d’emprisonnement, les sanctions pour trafic sexuel n’étaient pas proportionnelles à celles prévues pour d’autres crimes graves, tels que le viol. En vertu des articles 893 et 894 du code de l’enfance révisé, entré en vigueur en mars 2020, les délits de traite d’enfants étaient passibles de peines de cinq à 10 ans d’emprisonnement et d’une amende de 50 millions à 100 millions de francs guinéens (5 010 à 10 010 dollars) ; ces peines étaient proportionnelles à celles prévues pour d’autres crimes graves, tels que le viol. L’article 343 du code pénal incrimine séparément la mendicité forcée et prévoit des peines d’un à trois ans d’emprisonnement et une amende ; ces sanctions n’étaient pas suffisamment sévères.

Les gendarmes et l’OPROGEM étaient les principales entités gouvernementales chargées d’enquêter sur les cas de traite, et le Secrétaire général des services spéciaux, de lutte contre les stupéfiants et de lutte contre le crime organisé pouvait enquêter sur les cas de traite transnationale. Des magistrats désignés du ministère de la Justice ont poursuivi les affaires de traite. Le gouvernement n’a pas communiqué de données complètes sur l’application de la loi et, en raison de la mauvaise tenue des dossiers et de l’amalgame de la traite avec d’autres crimes, les données de l’application de la loi sur les cas de traite comprenaient probablement des cas de contrebande ou de travail des enfants. En 2020, avec les données de 33 préfectures et d’une zone spéciale, le gouvernement a signalé au moins une enquête, des poursuites contre 45 prévenus et des condamnations de 20 prévenus. Les autorités ont également enquêté sur sept cas de proxénétisme et 22 cas de sollicitation de mineur. Cela se compare à trois enquêtes, trois poursuites et aucune condamnation signalée en 2019 avec les données de cinq préfectures. Malgré la prévalence d’enfants guinéens exploités dans la mendicité forcée dans les écoles coraniques en Guinée et dans les pays voisins, le gouvernement n’a jamais poursuivi un maître coranique corrompu pour mendicité forcée d’enfants. Une ONG a signalé que des magistrats, qui ne comprenaient pas la gravité de la traite, refusaient souvent de condamner les trafiquants condamnés à des peines de prison.

Le gouvernement n’a pas fourni de ressources suffisantes à l’OPROGEM, continuant ainsi d’entraver sa capacité à enquêter sur d’éventuels délits de traite ; le gouvernement n’a pas consacré de budget à l’OPROGEM depuis 2016. Les responsables ont signalé qu’un manque de connaissances générales sur la traite et les dispositions relatives à la traite en vertu du code pénal de 2016 persistait parmi les responsables gouvernementaux, en particulier les juges et les procureurs des tribunaux inférieurs. Le gouvernement a rarement dispensé une formation anti-traite aux forces de l’ordre et aux agents judiciaires travaillant en dehors de la capitale et n’a pas déclaré avoir formé les nouveaux procureurs ou juges sur la traite. Le CNLTPPA, en partenariat avec une organisation internationale et un donateur étranger, a élaboré un programme de formation sur l’identification des victimes pour les agents d’aéroport et formé 30 agents d’aéroport au cours de la période considérée.

PROTECTION

Le gouvernement a maintenu des efforts de protection insuffisants, mais a accru ses efforts pour identifier les victimes. Le manque de formation et de coordination entre les ministères, ainsi que des services gouvernementaux incohérents et parfois indisponibles, ont continué d’entraver les efforts d’identification et d’assistance aux victimes. Le gouvernement a signalé avoir identifié 212 victimes de la traite et 62 victimes potentielles de la traite. Sur les 212 victimes, le CNLTPPA et le Syndicat national des travailleurs domestiques ont identifié 200 victimes de travail forcé, dont 80 enfants, exploitées en servitude domestique ; les autorités ont identifié 12 enfants exploités dans le cadre du trafic sexuel. Il s’agissait d’une augmentation significative après avoir identifié huit victimes de la traite et 29 enfants victimes potentielles de la traite au cours de la période de référence précédente. Le gouvernement n’a pas indiqué combien de victimes, le cas échéant, il faisait référence aux soins. Le CNLTPPA a approuvé des SOP pour l’identification des victimes et l’orientation vers les services, élaborées en collaboration avec une organisation internationale ; le gouvernement a distribué des documents écrits et formé 28 responsables gouvernementaux et parties prenantes de la société civile sur les POS en septembre 2020.

Le gouvernement n’avait pas de politique formelle pour encourager les victimes à participer aux enquêtes et aux poursuites contre leurs trafiquants présumés. Des rapports ont indiqué que les victimes et leurs parents étaient réticents à porter plainte contre les trafiquants en raison d’un manque de confiance dans le système judiciaire. Les juges pourraient autoriser les victimes à témoigner par vidéo ou par écrit ; cependant, aucune victime ne l’aurait fait au cours de la période considérée. Le gouvernement s’est associé à un cabinet d’avocats pour pouvoir offrir une assistance juridique aux femmes et aux enfants victimes de la traite, mais n’a déclaré avoir fourni d’assistance à aucune victime au cours de la période considérée. Les ONG gèrent des cliniques juridiques générales pour conseiller les femmes et les enfants victimes d’infractions, notamment de traite. Les autorités ont signalé que les victimes avaient sous-utilisé les cliniques juridiques en raison d’un manque de sensibilisation ; en réponse, le CNLTPPA et une ONG ont mené une campagne de sensibilisation pour mieux faire connaître le programme. Ni le gouvernement ni les ONG n’ont offert d’assistance juridique aux victimes de sexe masculin. Le code pénal de 2016 a permis aux ONG de porter plainte au nom des victimes ; le gouvernement n’a pas indiqué si les ONG avaient utilisé cette disposition au cours de la période considérée. Les victimes pouvaient légalement obtenir un dédommagement du gouvernement ; dans un cas, le tribunal a accordé un dédommagement aux parents d’un enfant victime de la traite au cours de la période considérée. Les victimes pouvaient intenter des poursuites civiles contre leurs trafiquants ; cependant, aucune victime n’a choisi cette option, en grande partie par manque de sensibilisation. Le gouvernement n’avait pas de politique formelle pour fournir une résidence temporaire ou permanente aux victimes de pays où, si elles étaient rapatriées, elles seraient confrontées à des difficultés ou à des représailles, mais pourrait fournir des permis de travail et de séjour aux victimes sur une base ad hoc ; Les ressortissants de la CEDEAO n’avaient pas besoin de statut particulier pour rester en Guinée. Le gouvernement n’a signalé aucune victime ayant demandé ces services au cours de la période considérée. Il n’y a eu aucun rapport selon lequel le gouvernement aurait détenu, condamné à une amende ou emprisonné des victimes pour des actes illégaux que les trafiquants les auraient forcés à commettre ; cependant, en raison de la faiblesse de l’identification des victimes, les autorités peuvent avoir détenu certaines victimes.

LA PRÉVENTION

Le gouvernement a intensifié ses efforts pour empêcher la traite. Le CNLTPPA a adopté un nouveau plan d’action national (PAN) de lutte contre la traite 2020-2022. Le gouvernement a alloué 2 milliards de francs guinéens (200 200 $) sur deux ans au CNLTPPA pour la mise en œuvre du PAN, ainsi que 500 millions de francs guinéens supplémentaires (50 050 $) pour les dépenses de fonctionnement, pour la première fois en cinq ans. Malgré cela, le manque de personnel et de coordination, les troubles sociaux et la pandémie ont entravé les efforts du gouvernement pour lutter contre la traite, organiser des formations et organiser des événements de sensibilisation du public au cours de la période considérée. Les observateurs ont noté que le CNLTPPA, dirigé par le ministère de l’Action sociale et de la Promotion de la femme et de l’enfant, n’avait pas l’autorité nécessaire pour mettre en œuvre efficacement la politique de lutte contre la traite et coordonner les activités du gouvernement. Le CNLTPPA a tenu des réunions trimestrielles et, en partenariat avec la société civile et des donateurs étrangers, a organisé plusieurs campagnes de sensibilisation à la prévention de la traite. En outre, des ONG ont formé 25 journalistes au reportage et à la sensibilisation du public aux problèmes de traite. Le gouvernement a mis en place une hotline gratuite pour signaler la violence à l’égard des femmes et des enfants, ce qui pourrait inclure des cas de traite ; la hotline a reçu 2 196 appels au cours de la période considérée, mais le gouvernement n’a pas signalé avoir identifié de victimes de la traite ni ouvert d’enquête en conséquence. Le gouvernement avait des politiques pour réglementer les recruteurs de main-d’œuvre étrangère et les tenir civilement et pénalement responsables du recrutement frauduleux ; cependant, ni l’OPROGEM ni le ministère du Travail n’avaient les ressources ou le personnel formé pour surveiller et appliquer ces politiques de manière cohérente et n’ont signalé avoir renvoyé aucun cas potentiel pour enquête. Le gouvernement n’a pas déclaré avoir fait d’efforts pour lutter contre la mendicité forcée des garçons guinéens dans les écoles coraniques des pays voisins d’Afrique de l’Ouest, ni si le ministère de l’Action sociale continuait de coordonner les unités de contrôle des frontières interinstitutions pour s’assurer que les enfants traversant les frontières internationales voyageaient avec leurs familles. Le gouvernement n’a pas fait d’efforts pour réduire la demande d’actes sexuels commerciaux. Le gouvernement n’a pas déclaré avoir fourni de formation anti-traite à son personnel diplomatique. Le gouvernement a dispensé une formation aux droits humains, y compris une formation à la lutte contre la traite, à ses troupes avant leur déploiement en tant que soldats de la paix ; des responsables internationaux et guinéens ont dispensé cette formation à 698 membres du personnel guinéen de la MINUSMA à ce jour. Bien qu’il ne soit pas explicitement signalé comme traite des êtres humains, il y a eu un cas ouvert d’exploitation sexuelle présumée avec des indicateurs de traite par un casque bleu guinéen déployé dans la mission de maintien de la paix des Nations Unies en RDC en 2019 ; l’enquête de l’ONU sur l’incident restait en suspens à la fin de la période considérée.

PROFIL DE TRAFIC

Comme indiqué au cours des cinq dernières années, les trafiquants d’êtres humains exploitent les victimes nationales et étrangères en Guinée, et les trafiquants exploitent les victimes guinéennes à l’étranger. La plupart des victimes identifiées étaient des femmes et des enfants. Les trafiquants exploitent les garçons dans le travail forcé dans la mendicité, la vente de rue, le cirage de chaussures, l’extraction d’or et de diamants, l’élevage, la pêche et l’agriculture, y compris dans l’agriculture et dans les plantations de café, de noix de cajou et de cacao. Certaines entités gouvernementales et ONG affirment qu’en Guinée, le travail forcé est le plus répandu dans le secteur minier. Les trafiquants exploitent les adultes et les enfants dans le travail forcé dans l’agriculture. Des rapports indiquent que des enfants sont envoyés dans la région côtière de Boké pour le travail forcé dans les fermes. Les enfants des villages de Moyenne et Haute Guinée peuvent être plus vulnérables à la traite en raison du manque d’écoles et d’opportunités économiques dans la région. En raison des perturbations économiques liées à la pandémie dans le secteur informel et des fermetures d’écoles, les observateurs ont signalé une augmentation du nombre d’adultes et d’enfants guinéens cherchant un emploi dans les mines d’or artisanales et, par la suite, exploités dans le cadre du travail forcé et du trafic sexuel. Les responsables gouvernementaux reconnaissent la ville de Koundara, dans le nord-ouest de la Guinée, comme un point de transit pour les trafiquants. Les trafiquants, souvent des parents éloignés, promettent de s’occuper ou de fournir une éducation aux enfants des parents les plus pauvres et, à la place, les exploitent dans la servitude domestique ou la mendicité forcée. Certains maîtres coraniques corrompus forcent les garçons fréquentant les écoles coraniques à mendier. Certains trafiquants prennent des enfants avec le consentement des parents ou sous le faux prétexte de fournir une éducation et les exploitent dans la mendicité forcée dans les écoles coraniques au Sénégal – via Koundara – Mauritanie et Guinée-Bissau, ou le travail forcé dans les mines d’or d’Afrique de l’Ouest. Au cours de la période considérée, des ONG ont allégué que des réseaux organisés avaient exploité des enfants dans la mendicité forcée. Des trafiquants exploitent des enfants guinéens dans des travaux forcés en Côte d’Ivoire. La Guinée est un pays de transit pour les enfants ouest-africains soumis au travail forcé dans les mines d’or dans toute la région. Un petit nombre de filles des pays d’Afrique de l’Ouest migrent vers la Guinée, où les trafiquants les exploitent dans le service domestique, la vente de rue et, dans une moindre mesure, le trafic sexuel. Le trafic sexuel d’enfants est répandu à Conakry et dans les villes minières telles que Kamsar, Lero et Siguiri. Les Nord-Coréens travaillant dans les secteurs des mines, de la construction, de la pêche et de la santé et dans le commerce du sexe peuvent avoir été contraints de travailler par le gouvernement nord-coréen. Les professionnels de la santé cubains travaillant en Guinée ont peut-être été contraints de travailler par le gouvernement cubain. Les autorités guinéennes ont allégué que des trafiquants contraignaient des femmes chinoises à se livrer à des relations sexuelles commerciales dans des bars et restaurants appartenant à des Chinois à Conakry.

Les trafiquants exploitent les femmes et les filles guinéennes dans le travail forcé pour le service domestique et le trafic sexuel en Afrique de l’Ouest, en Europe et au Moyen-Orient, ainsi qu’aux États-Unis. Les réseaux de trafic guinéo-égyptien recrutent frauduleusement des femmes pour le travail domestique en Égypte et les exploitent dans le commerce du sexe. Les migrants irréguliers voyageant vers l’Europe sont vulnérables aux réseaux de trafic qui facilitent les voyages par voie terrestre de la Guinée vers l’Afrique du Nord, et exploitent par la suite les migrants dans le cadre du travail forcé ou du trafic sexuel. Au cours d’une période de rapport précédente, une organisation internationale estimait qu’environ 1 040 Guinéens étaient victimes de la traite en Afrique du Nord. Des rapports indiquent que les réseaux de traite recrutent frauduleusement des femmes guinéennes, libériennes et sierra-léonaises pour travailler à l’étranger, utiliser l’aéroport de Conakry pour transporter les victimes vers des situations d’exploitation au Koweït et au Qatar ; une organisation internationale a signalé une augmentation du recrutement frauduleux pour le travail forcé dans le service domestique au Moyen-Orient, en particulier en Égypte et au Koweït. Il a été rapporté que certains hommes guinéens épousent des filles guinéennes, les emmènent en Angola et vendent les filles à des bordels locaux, tandis que les hommes travaillent dans des mines de diamants. Au cours des années précédentes, les autorités ont identifié des victimes guinéennes du travail forcé en Finlande. Les trafiquants sexuels ont exploité des femmes thaïlandaises et chinoises en Guinée.

RECOMMANDATIONS PRIORITAIRES :

Intensifier les efforts pour enquêter, poursuivre et condamner les trafiquants présumés, y compris les maîtres coraniques corrompus et les fonctionnaires complices, et condamner les trafiquants condamnés à des peines de prison importantes. • Modifier le code pénal pour supprimer les dispositions relatives aux peines qui autorisent des amendes au lieu d’une peine d’emprisonnement et veiller à ce que les peines prescrites pour la mendicité forcée soient proportionnelles à celles prescrites pour d’autres crimes graves. • Augmenter considérablement les efforts pour identifier les victimes de la traite parmi les populations vulnérables, y compris les enfants dans les écoles coraniques, les travailleurs des sites miniers artisanaux, les femmes voyageant au Moyen-Orient dans le cadre de programmes de recrutement frauduleux potentiels, les professionnels de la santé cubains et les travailleurs nord-coréens, et orienter les victimes prestations de service. • Allouer un financement dédié à l’OPROGEM pour permettre les enquêtes pénales. • Augmenter le financement et le soutien en nature des ONG pour garantir que toutes les victimes identifiées reçoivent des services. • Former les forces de l’ordre et les prestataires de services aux procédures standard pour identifier les victimes de la traite et les orienter vers les services. • Fournir à l’OPROGEM et aux inspecteurs du travail les ressources et la formation nécessaires pour surveiller les agences de recrutement et enquêter sur les cas de travail forcé. • Établir un système de collecte de données uniforme et complet sur les efforts de lutte contre la traite, en distinguant la traite des êtres humains des autres crimes. • Redoubler d’efforts pour sensibiliser le public à la traite, y compris la traite interne, le travail forcé des enfants et la mendicité forcée dans les écoles coraniques. • Renforcer l’autorité du CNLTPPA pour mettre en œuvre une politique anti-traite et coordonner les activités et le partage d’informations entre les agences menant un travail de lutte contre la traite.

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin