L’ONG Action mines (Amines) Guinée a publié hier, vendredi 11 juin 2021, les résultats de son évaluation portant sur le niveau de transparence des entreprises minières en Guinée. La CBG se hisse en tête du classement en matière de publication de données sur son site internet, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Le gouvernement guinéen, à travers le ministère des mines et de la géologie, s’est engagé à promouvoir la transparence et la redevabilité dans la gouvernance du secteur minier. C’est dans ce cadre qu’un nouveau Code minier a été élaboré en 2011 et amendé en 2013, qui en ses articles 153 à 158, promeut la transparence et la lutte contre la corruption dans le secteur minier.

Le pays a souscrit également à l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), qui dans sa norme 2019, notamment l’exigence 7, encourage la divulgation des données liées à l’exploitation minière. Une façon d’aider les citoyens en général, et les communautés qui abritent les zones d’exploitation en particulier, à obtenir toutes les informations souhaitées sur les entreprises évoluant sur le territoire guinéen.

Ainsi, dans la perspective de promouvoir la transparence et de susciter un débat public sur la gouvernance des industries extractives, l’ONG Action Mines Guinée a initié une évaluation des entreprises minières en exploitation. Cela en vue de s’assurer qu’elles respectent la réglementation nationale et les bonnes pratiques internationales de transparence.

L’évaluation a porté sur la disponibilité des informations autour de quatre composantes : les informations contextuelles, le contenu local, la responsabilité sociale de l’entreprise et la lutte contre la corruption.  Selon Mamadou Oury Barry, chargé de suivi et évaluation de l’ONG Action Mines Guinée, 10 entreprises minières en phase d’exploitation ont été visées par cette évaluation, réalisée pendant la période du 25 mai au 29 juin 2020.

Mamadou Oury Barry, Chargé du suivi et évaluation d’Action Mines Guinée

« L’un des critères fondamentaux (pour être évalué) était d’avoir un site internet ou une plateforme numérique de publication des données. Sur cette base, à la date couverte par l’évaluation, seulement quatre d’entre elles, ayant un site internet, ont été prises en compte. Ce sont par ordre décroissant, la CBG, GAC, Bel-Air Mining et SMB. Les six autres entreprises minières : SAG, SMD, Chalco, CDM-Chine, Rusal Friguia et RUSAL CBK, n’avaient pas de sites internet pour leurs projets en Guinée. Elles n’ont donc pas satisfait à ce critère éliminatoire et ont été retirées de l’échantillon », a-t-il indiqué.

A l’issue de l’évaluation des quatre entreprises qui répondaient aux critères, la Compagnie Minière de Guinée (CBG) s’est classée en tête. « En termes de disponibilité des informations autour des quatre composantes qui sont : informations contextuelles, contenu local, responsabilité sociale de l’entreprise et lutte contre la corruption, la CBG totalise 67 points sur 120, soit 56%. Elle est suivie par GAC qui a un total de 61 points sur 120, soit 51%. Bel-Air Mining occupe le 3ème rang avec 56 points sur 120, soit 47%. La SMB obtient 42 points sur 120, soit 35% », a annoncé Mamadou Oury Barry. 

Après cette évaluation, l’ONG Action mines (Amines) Guinée a fait des recommandations adressées aux différentes sociétés minières en exploitation dans le pays.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tel: +224622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin