« Ils m’ont remis un œuf et une bague. Ils m’ont dit d’aller chercher des papiers rames et mettre ça dans un plastique noir. Depuis qu’ils m’ont remis ça, je ne me contrôlais pas, j’étais dans leur mains, j’étais envoûté… Ils m’ont montré des caisses contenant de billets en dollars. Ils m’ont dit pour que l’argent nous revienne, il faut envoyer de l’argent pour les sacrifices. C’est ainsi que je suis sorti pour prendre l’argent dans les mains des connaissances. J’ai envoyé 70 millions de francs guinéens et j’ai remis cette somme à Lamine Cissé et Brahim Sow. Ils m’ont envoyé en brousse derrière l’Université de Sonfonia où le prévenu Elhadj Hamad Diallo a joué le rôle du diable ».

Elhadj Hamad Diallo, un ressortissant sénégalais vivant à Conakry (Guinée), a comparu hier, lundi 1er février 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn où il est poursuivi pour « escroquerie » portant un montant de 70 millions de francs guinéens. Il a été trimbalé devant cette juridiction de première instance Alhassane Diallo, un agent commercial, qu’il aurait contribué à envoûter et à vendre l’illusion d’une fructification d’argent. Le prévenu et deux autres marabouts sénégalais auraient miroité des caisses remplies de dollars au plaignant, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A la barre, le prévenu a plaidé non coupable des faits mis à sa charge. Il assure n’avoir jamais pris de l’argent avec Alhassane Diallo. D’ailleurs, Elhadj Hamad Diallo jure que c’est lors de son interpellation à Kipé (dans la commune de Ratoma) qu’il a vu pour la première fois le visage de son accusateur.

« Moi je suis un marabout sénégalais. Je suis en Guinée depuis 2017. C’est Lamine Cissé et Brahim Sow qui m’ont mis dans cette affaire. Les deux jeunes sont venus du Sénégal. Je les ai hébergés chez moi pendant deux jours à cause de leur frère qui est mon ami. Après, ils ont cherché un logement. Quelques jours après, les deux m’ont donné le numéro d’Alhassane Diallo (le plaignant) en me disant que ce dernier va envoyer 8 millions de francs guinéens dans mon compte Orange Money.

D’abord, ils ont utilisé mon téléphone pour appeler Alhassane avant de lui dire que c’est sur ce numéro qu’il va envoyer l’argent. Après, ils sont partis en Mauritanie. Moi, je n’avais jamais vu Alhassane, mais à chaque fois on échangeait au téléphone pour qu’il transfère les 8 millions dans mon téléphone. Mais Alhassane Diallo n’a jamais transféré cet argent en question. C’est ainsi qu’il a localisé mon numéro pour venir avec des agents m’interpeller à Kipé », a expliqué Elhadj Hamad Diallo.

Prenant la parole à cette audience, le plaignant a confirmé devant le tribunal que le prévenu n’a jamais pris de l’argent. Mais, Alhassane Diallo assure que Elhadj Hamad Diallo a joué un grand rôle dans l’escroquerie dont il a été victime.

« Dans cette affaire, c’est Lamine Sow que j’ai rencontré pour la première fois au quartier Cosa. J’étais dans mon véhicule et je revenais du travail. Il s’est approché de moi avec une mine pitoyable en disant qu’il est venu du Sénégal, il ne connait pas la ville et il ne connait personne. Il m’a demandé de l’aider à appeler son frère Brahim Sow. J’ai pris mon téléphone, il m’a communiqué le numéro et j’ai appelé son frère. Ce dernier nous a dit qu’il est à Lambanyi d’aller le trouver là-bas. J’ai appelé un taxi-motard, j’ai payé son transport et je lui ai donné 20 000 francs guinéens pour qu’il trouve à manger.

Le lendemain, Lamine m’a appelé pour me remercier et en même temps me dire qu’il est marabout et qu’il prie pour aider les gens à devenir riche. Ils (Lamine Cissé et Brahim Sow) m’ont invité chez eux, je suis allé. Quatre jours après, ils m’ont rappelé. A mon arrivée, ils m’ont remis un œuf et une bague. Ils m’ont dit d’aller chercher des papiers rames et mettre ça dans un plastique noir. Depuis qu’ils m’ont remis ça, je ne me contrôlais pas, j’étais dans leur mains, j’étais envoûté », a expliqué Alhassane Diallo.

Poursuivant sa déposition, le plaignant dans cette affaire a expliqué les raisons pour lesquelles il a donné de l’argent à ces marabouts qui lui ont même présenté un « diable » qui a menacé de le tuer et tuer ses enfants.
« Ils m’ont montré des caisses contenant de billets en dollars. Ils m’ont dit pour que l’argent nous revienne, il faut envoyer de l’argent pour les sacrifices. C’est ainsi que je suis sorti pour prendre l’argent dans les mains des connaissances. J’ai envoyé 70 millions de francs guinéens et j’ai remis cette somme à Lamine Cissé et Brahim Sow. Ils m’ont envoyé en brousse derrière l’Université de Sonfonia où Elhadj Hamad Diallo (le prévenu) a joué le rôle du diable.

Il disait que si le reste de l’argent n’est pas payé il va me tuer et tuer mes enfants. Et, comme il me menaçait toujours, j’ai contacté les agents de la DPJ (direction centrale de la police judiciaire) et il (Elhadj Hamad Diallo) a été mis aux arrêts. Je réclame mon argent. Aujourd’hui, à cause de lui j’ai perdu mon boulot. Cela a coûté mon poste, et j’ai fait la prison, parce que j’avais pris l’argent des gens », a indiqué Alhassane Diallo.

Au terme de ces explications, le tribunal a renvoyé l’affaire au 10 février prochain pour plaidoiries et réquisitions.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tel : 620 58 95 27/654 41 69 22

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com