Initialement annoncées dimanche prochain, 1er mars 2020, les élections législatives et référendaire viennent d’être reportées. C’est le président Alpha Condé en personne qui vient de l’annoncer dans un discours publié dans la soirée de ce vendredi 28 février 2020 au JT de la télévision nationale dont le lancement a d’ailleurs été décalé de plus de 20 minutes pour ouvrir avec cet important message…
Selon des informations qui circulent actuellement à Conakry, la pression du Front national pour la défense de la constitution commence à porter fruit. Au-delà de la démission, hier, du ministre de l’Enseignement supérieur, Abdoulaye Yéro Baldé, et de la pression internationale, plusieurs chefs d’Etat du continent africain ont joint au téléphone leur homologue guinéen pour le mettre en garde contre les conséquences de ses actes. Ce qui a finalement contraint Alpha Condé à sortir devant la lucarne joyeuse ce soir pour annoncer la « bonne nouvelle » : pas d’élections le premier mars 2020…

Même si le président guinéen a essayé, dans sa communication, à faire croire le contraire, ce report est un véritable camouflet ! C’est la preuve, s’il en était besoin, qu’il ne pourra pas défier tous les partis politiques et organisations de la société civile guinéenne, regroupés au sein du FNDC (Front national pour la défense de la Constitution) qui lui exigent le respect de la Loi fondamentale guinéenne, la constitution, et de rendre le pouvoir à la fin de son second et dernier mandat.

A suivre !

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin