« Ces dix dernières années, les besoins des projets miniers, ainsi que les projets d’infrastructures ne font qu’augmenter en termes d’approvisionnement en matériaux provenant des carrières. Cependant, malgré cette augmentation croissante des besoins de matériaux de construction ou de carrières, les entreprises guinéennes ne participent pas pleinement à ces opportunités » . C’est par ce constat que le rapporteur du jour de la commission des mines et d’industrie, l’honorable Mohamed I Kéïta, a introduit hier, jeudi 28 janvier 2021, à l’Assemblée nationale, le projet de loi fixant les conditions d’exercice des activités de carrières en Guinée.

A l’issue des explications, les 89 députés qui étaient à la plénière (sur les 114 inscrits) ont adopté à l’unanimité cette loi qui valorise le contenu local en République de Guinée. Selon les explications données au reporter que Guineematin.com avait dépêché à l’Assemblée nationale, cette nouvelle loi qui réforme le droit d’exploitation des carrières vise à promouvoir les entreprises privées guinéennes dans le secteur minier.

Après la promulgation (par un décret du président de la République) de cette loi qui vient d’être adoptée par tous les groupes parlementaires, il sera désormais obligatoire pour toutes les sociétés demandeuses d’autorisation d’exploitation de carrières d’être contrôlées par des Guinéens qui remplissent les conditions d’exploitation.

A préciser que cette loi vise à favoriser la fourniture des graviers, granites et sables par des citoyens de la République de Guinée pour tous les travaux exécutés sur le territoire national.

A suivre !

Abdallah Baldé était à l’Assemblée nationale pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin