Les périodes de fête sont souvent des moments de vache laitière pour les salons de coiffure de la capitale guinéenne. La clientèle est abondante et les gérants de ces salons de beauté se font pleines les poches. Malheureusement, cette année, à moins de 24 heures de la fête de Tabaski, nombreux sont les salons qui scrutent encore le route dans l’espoir de voir un client vers un pas vers leurs portes. C’est apparemment une période de vache maigre qui n’enchante personne, même si par endroit on affiche encore un certain optimisme pour les quelques heures qui nous séparent de la fête.

Dans la matinée de ce lundi, 19 juillet 2021, un reporter de Guineematin.com a fait le tour de certains salons de coiffure de Conakry. Et, le constat est quasiment le même partout. Tout le monde se plaint du manque de clients. Tahirou Soumah, coiffeur à Kipé Dadia (dans la commune de Ratoma), s’est abstenu de spéculer sur le prix des coiffures pour éviter de faire fuir les quelques clients qui tapent encore à sa porte. Il applique toujours le prix d’avant fête, mais les clients ne viennent qu’au compte goutte.

Tahirou Soumah, coiffeur à Kipé

« Le travail se passe plus ou moins bien en ce moment avec l’arrivée de la fête. Nous espérons gagner un peu d’argent même si l’engouement n’est pas pour le moment le même que les années précédentes. Là nous avons peu de clients à cause certainement de la conjoncture actuelle. D’ailleurs, nous maintenons les prix de coiffure habituels pour ne pas faire fuir nos clients. Mais, comme vous pouvez le constater, on a peu de clients pour le moment. On espère en avoir plus dans l’après-midi », a-t-il dit tout en laissant transparent un certain espoir sur son visage.

Trouvé dans son salon situé sur la transversale Kipé-Bambéto, Moriba Radrigue Koïlamy affiche le même espoir. Son salon est encore quasiment désert de monde, mais il espère de l’ambiance et une forte affluence dans l’après-midi. Il ne peut pas être sur de gagner le parie, mais sa seule option (à défaut de fermer et rentrer chez lui) est d’espérer des heures meilleures.

« L’afflux de clients, par rapport par exemple à la fête du Ramadan, n’est pas le même. Il y a peu d’engouement cette fois-ci, les clients se font plus rares. Avant, les clients faisaient la queue ici à partir de l’avant veille de la fête. Mais, aujourd’hui, pour le moment ils ne sont pas venus. Il y en aura peut être dans l’après-midi », a indiqué Moriba Koïlamy.

Kady Doumbouya, coiffeuse à Kipé

Cependant, contrairement à nos précédents interlocuteurs, Kady Doumbouya ne se plaint pas de manque de clients. Son salon enregistre déjà quelques visages. Les entrées sont fréquentes, même si le salon n’est pas encore bondé de monde. Elle a grand espoir qu’il y aura d’autres clients avant la fin de la journée. Et, elle dit être prête à les recevoir et à satisfaire leur moindre désir en matière de beauté.

« Par la grâce de Dieu nous avons beaucoup de clients. Nous sommes prêtes et on est prêtes à recevoir d’autres encore », a dit Kady Doumbouya.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel : 622673681

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin