Face au déficit sécuritaire grandissant dans notre pays et particulièrement à Conakry, les parents devraient veiller de plus en plus sur leurs progénitures. Récemment, c’est une fillette de 6 ans qui a échappé de justesse à un enlèvement dans la commune de Dixinn. Une autre de 12 ans a été violée dans la même commune. Les deux victimes, ainsi que les accusés de ces crimes ont été présentés hier, jeudi 23 juillet 2020, par l’Office de Protection du Genre, de l’Enfance et Mœurs (OPROGEM) ont nié les faits qui leurs sont reprochés, rapporte un journaliste que Guineematin.com a dépêché sur place.

Capitaine Keïta Idrissa, chef du service OPROGEM au commissariat de Dixinn

S’exprimant sur le cas de viol sur la mineure de 12 ans, le capitaine Keïta Idrissa, chef du service OPROGEM au commissariat de Dixinn, a indiqué que c’est le mardi dernier, 21 juillet, qu’une dame a saisi son service d’une plainte contre un vigile de 28 ans et qui assure la sécurité de leur concession. « La grande sœur de la victime nous a dit que dans la nuit du dimanche, elle a constaté la sortie de sa petite sœur dans le garage, où la petite souvent, est doitée (je m’excuse du terme) par le nommé Mohamed Diallo. Et, de demande en demande, la fille a dit que très souvent, Mohamed Diallo la trouve dans les toilettes ou dans le garage, et introduit son doigt dans son sexe. Suite à ça, nous avons émis une réquisition en médecine où la petite a été chez Dr. Hassane Bah. Suite aux résultats, nous avons interpellé le monsieur. Mais, qui n’a pas reconnu les faits mis à sa charge », a-t-il expliqué.

Commissaire Ibrahima Arifak, chef du département Genre et Enfance de la direction de l’OPROGEM

Sur le cas d’enlèvement, le commissaire Ibrahima Arifak, chef du département Genre et Enfance de la direction de l’OPROGEM a précisé que c’est le mercredi que son département a été saisi par la CMIS N°1 de cette infraction commise à Dixinn Port 3. « On nous a fait savoir qu’un jeune a été arrêté par la clameur publique et déposé au niveau de la CMIS N°1 de Dixinn. La CMIS, à son tour, nous a conduit le monsieur qu’elle a mis à notre disposition pour des fins d’enquête. Et, la victime également a été référée et elle a été entendue sur procès-verbal, en présence de ses parents, parce que c’est un enfant mineur, âgé de 6 ans. Donc, après la déclaration de ses parents, qui nous ont fait un résumé de l’histoire. Le monsieur aussi a été mis sous interrogatoire. Il a nié en bloc ; mais, il se trouve que c’est un récidiviste qui vient de purger une peine de 3 ans d’emprisonnement il n’y a pas longtemps. Et, il reconnait quand même avoir été interpellé par la clameur publique », a-t-il expliqué.

Ce responsable de l’OPROGEM a mis l’occasion à profit pour prodiguer quelques conseils aux parents des jeunes filles, notamment mineures, en cette période marquée par la fréquence des cas de viol dans notre pays. « Le conseil que je peux donner aux parents, c’est la vigilance. Je leur demande également de coopérer avec les services de sécurité afin que nous pussions protéger ces couches vulnérables. Parce que je peux dire que pour ce cas précis, de la manière dont les choses nous ont été racontées et à l’aboutissement des enquêtes, c’est la vigilance qui a permis d’intercepter ce monsieur. Parce qu’il est venu trouver la fillette en train de jouer devant une boutique et il l’a prise. C’est donc à l’aide de la vigilance d’un voisin qui l’a intercepté et lui a retiré la fille ; mais, puisque c’est un habitué des faits, il est parti dans une autre cour voisine pour passer le même acte. Et, c’est là-bas où la clameur publique l’a interpellé », a-t-il ajouté.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin