C’est un ouf de soulagement pour Daouda Bangoura, un jeune homme qui a inculpé et placé sous mandat de dépôt le 06 décembre 2018 pour des faits de viol commis deux mineures âgées de 6 ans et 9 ans. Car, en audition criminelle hier, mardi 02 février 2021, le tribunal de première instance de Dixinn (délocalisé à la mairie de Ratoma) l’a acquitté dans cette affaire. Il a été déclaré non coupable et renvoyé des fins de la poursuite pour « délit non constitué ».

Cette décision du tribunal intervient après que Daouda Bangoura ait passé exactement deux ans et cinq de détention provisoire à la maison centrale de Conakry, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans cette affaire qui vient de connaitre son épilogue, Daouda Bangoura était accusé d’avoir abusé sexuellement de deux mineures. D’ailleurs, l’accusation parlait clairement de « pénétration sexuelle » pour ainsi établir le viol reproché à ce jeune homme. Un viol qu’il aurait commis le 21 novembre 2018 à Hafia, un quartier de la commune de Ratoma.

Il a été arrêté quelques semaines plus tard (le 06 décembre 2018) et conduit en prison où il a passé plus de 2 ans à attendre son procès. Un procès qui s’est finalement tenu ce 02 février 2021 devant le tribunal criminel de Dixinn.
A la barre, l’accusé a plaidé non coupable des charges articulées à son encontre. Il a ensuite confié au tribunal que son emprisonnement est un « simple règlement de compte » lié à un antécédent qu’il avait avec les parents de ses présumées victimes.

« Je connais très bien les deux fillettes. Ce sont les enfants de mes voisins. Elles rentrent couramment dans mon salon pour regarder la télévision. Mais, je jure que je n’ai pas touché à ses enfants. Je sais qu’un jour je vais mourir. Je ne peux pas faire ça à ces enfants. Si j’avais violé ces enfants, elles allaient saignées voir même paralysées.
Ce n’est pas elles qui devraient informés ça à leurs parents. C’est un simple règlement de compte. Il n’y avait pas entente entre leurs parents et moi. Les parents ont poussé ces enfants à m’accuser. Je m’apprêtais même à quitter cette concession parce qu’il y avait pas d’entente entre les parents de ces filles et moi », a expliqué Daouda Bangoura.

Egalement, auditionné par le tribunal, le représentant des victimes présumées dans cette affaire, Alseny Sylla, a avoué de vive voix qu’il ignore l’identité du violeur de ses fillettes. Il a aussi présenté au tribunal une « lettre de désistement » de la partie civile dans cette affaire.

« Je ne connais pas réellement l’auteur de cet acte. C’est seulement Dieu qui connait l’auteur de cet acte. C’est pourquoi j’ai désisté et je laisse ça à Dieu », a-t-il dit laconiquement.

Prenant la parole pour ses réquisitions, le ministère public a demandé au tribunal de relaxer l’accusé Daouda Bangoura pour « délit non constitué » à son encontre. La même demande sera ensuite formulée par l’avocat de la défense. Me Mohamed Abou Camara a argué qu’il n’y a aucune preuve et aucun témoin dans cette affaire de viol présumé.

« Dans cette affaire personne n’a été témoin, aucune preuve n’a été apportée. Alors, je demande au tribunal de relaxer purement et simplement Daouda Bangoura pour crime de viol non constitué à son encontre », a-t-il plaidé.
Finalement, dans son délibéré, le tribunal a déclaré Daouda Bangoura non coupable des faits mis à sa charge, tout en ordonnant sa libération pour délit non constitué. Autant dire que Daouda Bangoura a fait plus de 2 ans de prison pour rien.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 58 95 27/654 41 69 22

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com