Oyé Guilavogui, ministre d’État de l’Environnement des eaux et forêts

Malgré les graves violences qui l’ont émaillé, le vieux conflit domanial qui opposait plusieurs habitants de la sous-préfecture (Kindia) a été résolu à l’amiable. Les 12 personnes interpellées suite à ces violences ont été libérées sans procès. Cela fait suite à l’implication du gouvernement à travers le ministre de l’environnement des eaux et forêts dans le dossier, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à Kindia.

Selon Oyé Guilavogui, ministre de l’environnement des eaux et forêts, c’est le président de la République qui l’a chargé de travailler à la résolution de ce conflit, vieux de plus de 60 années. Il l’a fait savoir au cours d’un point de presse qu’il a animé ce dimanche, 20 juin 2021, à Kindia, annonçant avoir réussi cette mission. Il dit avoir trouvé un accord avec toutes les parties concernées, mettant définitivement au conflit.

« Personnellement, j’ai été informé par le chef de l’Etat qui veille sur tout ce qui se passe. Je lui ai fait comprendre que je n’avais jamais su qu’il y avait un conflit domanial à Friguiagbé. Donc il m’a chargé de m’occuper de la résolution de ce problème, en allant rencontrer le procureur de Kindia, le juge, le ministre de la justice. Ce qui fut fait, et nous nous sommes rendu compte que la justice était en train de faire son travail. Le lendemain de ma rencontre avec le Chef de l’Etat, tous les ressortissants de Friguiagbé se sont transportés chez moi pour me dire : vous êtes le seul à pouvoir nous sortir de ce problème.

On n’arrive pas à le résoudre depuis plus de 60 ans. Et chaque fois que le problème est soulevé, il y a mort d’homme. C’est depuis ce jour je me suis investi. Mais avant, je leur ai dit : si je dois m’engager pour résoudre ce problème, il faut que ça ne soit pas un procès et je ne veux pas entendre d’autres histoires. Vous arrêtez ces histoires et vous arrêtez la justice, je vais m’investir et on va trouver la solution. Et par la grâce de Dieu, j’ai trouvé le chemin avec l’appui des ressortissants qui m’ont accompagné tout au long du processus de résolution du conflit », a annoncé Oyé Guilavogui.

Comme solution, il a été décidé de repartir le domaine conflictuel (990 hectares) aux familles qui se disputaient sa paternité. Les parties se sont entendues aussi sur la libération des 12 personnes qui ont été arrêtées suite aux violences enregistrées le 17 avril 2021, à Friguiagbé, et qui avaient fait un mort, plusieurs blessés, des maisons et des voitures incendiées. Poursuivis pour des faits d’assassinat, coups et blessures volontaires, pillages, incendie volontaire, vol et complicité, ces citoyens étaient en détention provisoire depuis deux mois à la prison civile de Kindia. Ils ont été libérés sans jugement.

« Nous avons décidé de repartir le domaine dans la sagesse, c’est ce qui fut fait. Et tout le monde était d’accord pour la répartition y compris les ressortissants. Et tout le monde a été prévu dans le partage. Il y a aussi une partie du domaine qui est revenue à Friguiagbé, c’est-à-dire où on peut faire un terrain ou d’autres choses pour tout le monde. Et toutes les parties ont signé ce document. Celui qui a été victime de casses et autre a pardonné et les prisonniers aussi ont signé en disant que si parmi eux quelqu’un soulève un autre problème, il retournera en prison. C’est pourquoi on parle de libération provisoire », a laissé entendre le ministre d’État de l’environnement, des eaux et forêts.

A rappeler qu’ils étaient au total 13 personnes arrêtées suite aux violences du 17 avril 2021, à Friguiagbé. Mais Elhadj M’bemba Soumah, le premier imam de la grande mosquée de cette sous-préfecture, est décédé deux jours après son interpellation par la gendarmerie (le lundi 20 avril 2021) à l’hôpital régional de Kindia.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tel: 628516951

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin