Poursuivi pour le vol d’un smartphone, Sékou Sanoh, chauffeur de profession, a été reconnu coupable par le tribunal de première instance de Mafanco dans la journée de ce jeudi, 23 juillet 2020. Malgré le désistement de la partie civile dans cette affaire, le jeune homme de 18 ans, a été condamné à un an de prison ferme et au payement d’une amende d’un million de francs guinéens, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, c’est le 16 janvier 2020 que Sékou Sanoh a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Coronthie. Poursuivi pour vol, fait prévu et puni par les dispositions de l’article 373 du Code Pénal, le prévenu a nié les faits à la barre du tribunal de Mafanco. « C’était un jour, je revenais d’un baptême dans les environs de 19 heures et j’avais pris un peu d’alcool. Je me suis croisé avec trois personnes, une fille et deux garçons. Tout d’un coup, la fille m’a indexé en disant que c’est moi qui ai volé son téléphone. Ils m’ont dit d’aller m’expliquer à la CMIS (Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité) ; mais ils m’ont frappé. C’est la nuit qu’on m’a déféré au Commissariat Central de Matoto. Pendant l’élaboration du procès-verbal, je leur ai dit que ce n’est pas moi le voleur. C’est de là-bas que j’ai finalement été déféré à la maison centrale. Je ne reconnais pas les faits », a-t-il lancé.

Sidiki Kamano, représentant Fatoumata Kamano, propriétaire du smartphone, a laissé entendre que le prévenu est bien celui qui a volé le téléphone d’une valeur d’un million 800 mille GNF. « Ma fille m’avait quitté avec sa jeune sœur pour assister à un anniversaire. Elle avait son téléphone dans un sac dont la fermeture n’était pas bonne. C’est au moment qu’elle cherchait à s’embarquer avec sa sœur que le prévenu ici présent s’est jeté sur elle en fuyant avec le téléphone. Avec les cris, des jeunes qui étaient dans l’entourage ont poursuivi Sékou Sanoh et l’ont arrêté. Nous sommes allés au commissariat. Je ne voulais pas porter plainte contre lui. Tout ce que je voulais, c’était de me restituer le téléphone. Mais, j’ai fait tout fait pour qu’on mette deux agents à ma disposition dans le but de récupérer le téléphone qui avait été confié à une autre personne. C’est le commissariat qui a transféré cette affaire à la justice. Sinon, je n’en voulais pas. Je ne veux plus rien et je vous demande de le libérer », a dit monsieur Kamano.

Dans ses réquisitions, le ministère public représenté par Alsény Bah a demandé au tribunal de retenir Sékou Sanoh dans les liens de la culpabilité et de le condamner à un an d’emprisonnement.

Statuant sur siège, le juge, Mohamed Lamine Camara a suivi les réquisitions du procureur, en condamnant Sékou Sanoh à un an de prison et au payement d’une amende d’un million de francs guinéens. Sur l’action civile, le tribunal a constaté « le désistement » de la partie civile.

Sékou Sanoh va continuer son séjour à la maison centrale de Coronthie où il lui reste encore la moitié de la peine à purger.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin