Qui est Barry Mamadou, député-maire de Ratoma ? Le témoignage de Sow Alpha Oumar dit petit sow

Mai 11, 2017

Sow Alpha Oumar dit petit sow, Militant de Première heure pour l’avènement de la Démocratie en Guinée apporte son témoignage sur le parcours de l’ancien Député-maire de la Commune de Ratoma,

« Monsieur Barry Mamadou qui n’est plus »

Économiste de son état, son premier poste fut à Beyla où il a enseigné pendant deux (2) ans avant d’être payeur à Tougué, à Télimélé, à Kindia et à la Région de Conakry I.

Ensuite il fut Directeur financier et Comptable au niveau de la C.N.S.S (Caisse Nationale de Sécurité Sociale)

Il s’est mis en disponibilité pour être candidat aux élections communales 11 Janvier 1991, Une candidature indépendante où il a dirigé la liste et il a réussi à remporter les élections devant la liste de Sylla Mariador.

Plus tard, en 1992, à la création des partis politiques, il a été membre fondateur du P.G.P (Parti Guinéen pour le Progrès) avec feu Basile Ibrahima, Diallo Abdoulaye Portos, Elhadj Saidou Gaoual (Père de Ousmane Gaoual)

Le PGP a été la première formation politique a être agréé le 3 Avril 1992, suivi  du PUP du général Lansana Conté, du RPG d’Alpha Condé, de l’UNR de Bâ Mamadou, du PRP de Siradiou Diallo, de l’UPG de Jean Mari Doré, du PUD de Amadou Oury Ditinn Diallo, du RNP de Docteur Aliou 5 Diallo, de l’UDR de Maître Alpha Boubacar Barry, suivi du parti Diama d’Elhadj Mansour Kaba, de l’UPN de Docteur Mamadou Bhoye Barry, du PPG de Charles Pascal Tolno, de l’UFR de Goyo Zoumanigui, du UFD du Professeur Alpha Sow.

Après que les partis politiques furent agrées le 3 Avril 1992, Barry Mamadou a continué à militer au sein de l’opposition où il y’avait eu une alliance entre le RPG, l’UNR et le PGP dénommée le FLUG qui a continué à marcher jusqu’à la veille des élections de 1993 au dépôt des candidatures pour les élections présidentielles d’où l’alliance a éclaté. Il était convenu entre ces trois formations politiques une candidature unique qui n’a pas marché puisque Alpha Condé, Bâ Mamadou étaient tous candidats. Portos n’a pas été candidat mais le P.G.P a soutenu Ba Mamadou.

A l’occasion des élections présidentielles de 1993, les candidats furent Ba Mamadou, Alpha Condé, Siradiou Diallo, Jean Mari Doré au niveau de l’opposition qui étaient en face du Général Lansana Conté suivi du PDG-RDA d’Ismael Guissen et du Doyen Paul Louis Faber.

Le combat a continué jusqu’à la veille des élections législatives, communales et communautaires de 1995 d’où nous avions réussi à négocier avec le doyen Ba Mamadou et moi-même avec la bénédiction du comité National des jeunes de l’U.N.R, notamment honorable Mohamed cheick, Laabal, Docteur Biro Barry, Habib Barry, le doyen Elhadj Oumar Kann et Alphadjo Koumi Barry etc. pour que Barry Mamadou accepte d’adhérer à l’UNR.

Il a accepté à condition qu’il soit à la tête de liste pour les élections communales ensuite qu’il soit sur la liste Nationale de l’UNR parmi les dix (10) premiers. L’accord a été formalisé chez le Doyen Elhadj Oumar Gnéloye à Hafia.

Après les élections législatives et communales il fut Député Maire de la commune de Ratoma sous la bannière de l’UNR. Il est à noter également qu’à l’occasion des élections communales de 1995, l’opposition a formé une liste unique d’où Barry Mamadou était le candidat de l’opposition au nom de l’UNR à Ratoma, à Dixinn Elhadj Mamadou N’Diaye Diallo était le candidat du PRP au nom de l’opposition, à Matoto Mohamed Condé candidat du RPG au nom de l’opposition, à Matam  nous avions convenu de soutenir la seule dame candidate Madame Kaba Rougui Barry, seulement a Kaloum que l’opposition n’avait pas présenté de candidat.

Au niveau de l’assemblée Nationale, Barry Mamadou a appartenu au groupe parlementaire la CODEM (Coordination de l’opposition Démocratique), membre de la Commission Economie-Finance. L’ensemble des députés que l’opposition avait obtenu était au nombre de 38. Le RPG 19,  l’UNR 9, le PRP 9, l’UPG un seul député.

Après concertation des quatre principaux leaders de l’opposition, Bâ Mamadou, Siradiou Diallo, Alpha Condé et Jean Marie Doré ont convenu de former un seul groupe parlementaire dénommé CODEM (Coordination de l‘opposition démocratique) d’où Bâ Mamadou dévient le président du Groupe Parlementaire et Doyen de l’opposition.

Au niveau du parlement, l’opposition s’est battu pour l’obtention d’une commission électorale indépendante et l’agrément des Radios Privées et le bien être du Peuple de Guinée, l’Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance. Le 23 Mars 1998, Barry Mamadou a été convoqué à la présidence de la République de Guinée pour l’affaire dite Kaporo-rails .

Au début, le gouvernement avait annoncé un programme d’ouverture des routes, Barry Mamadou en tant que premier responsable de la commune de Ratoma avait proposé la mise en place d’une commission de recensement des bâtiments concernés sur l’ouverture des routes en vue de les indemniser et de les recaser avant le déguerpissement. Le gouvernement a rejeté sa proposition. A son arrivée à la présidence de la République, le Président Lansana Conté l’a tendu un document rédigé qui dénote l’ouverture des routes alors que c’était pas une question d’ouverture de routes plutôt la démolition des bâtiments de plus de 120 000 Habitants d’où moi-même petit sow, j’ai perdu le mien.

Après lecture du dit document, Barry Mamadou dit : « Monsieur le Président je ne signerai pas ce document » alors le président a répondu « Tu ne vas pas rentrer chez toi aujourd’hui, je te mets à la disposition de la justice ».

Barry Mamadou répliqua ainsi qu’il suit : « je m’en remet à la justice de Dieu » Voilà comment il a été arrêté. Sur place ils ont planifié l’arrestation de Bâ Mamadou et de Ousmane Diallo tous députés avec leur immunité parlementaire (c’était avant l’arrestation de Alpha Condé).

Ils ont séjourné deux (2) mois à la maison centrale avant d’être jugés par le tribunal correctionnel de Conakry I en l’occurrence Madame Paulette, Bah Mamadou ayant fait deux (2) mois de détention préventive fut condamné à deux (2) mois et libéré le même jour ayant déjà purgé sa peine.

Les deux (2) autres, Barry Mamadou et Ousmane Diallo furent condamné à cinq (5) mois de Prison ferme où ils ont continué à purger leur peine jusqu’à la date du 25 Août 1998.

Après sa sortie de prison, en Décembre c’était les élections présidentielles où le PRP a présenté Bah Mamadou comme candidat aux élections Présidentielles. Siradiou était le Directeur de Campagne, Barry Mamadou était le coordinateur pour la campagne de Dabola-Dinguiraye-Faranah. Cette sortie fut sa dernière mission politique avant que son état de santé ne se dégrade.

Honorable Elhadj Mamadou Saliou  Baldé (Koubia Kounantou) a été le porte parole de la campagne. Après ces élections présidentielles les trois (3) formations politiques (UNR-PRP-RNP) ont fusionné pour donner naissance à l’UPR.

Comme nous l’annoncions ci-haut, après la dégradation de son état de santé, sa famille a tenté de le soigner ici par le biais de son médecin Docteur Négué Barry, qu’il en soit remercié.

Ses enfants qui sont aux Etats-Unis après entente avec leurs mamans ici présentes l’ont évacué pour des soins médicaux, ils ont utilisé tous les moyens possibles pour qu’il recouvre sa santé de 2001 à 2017, malheureusement le bon Dieu l’a rappelé le 18 Avril 2017 dans une clinique à Atlanta. Le corps a été rapatrié en Guinée dans la nuit du dimanche 23 Avril 2017 à 1 heure du matin et il a été inhumé au Cimetière de Démoudoula Bantounka 1 (Cosa) le lundi 24 Avril 2017 après la prière de 14 heures.

Il faut remercier ses trois (3) épouses et leurs enfants pour tous les efforts fournis durant toutes ses années de convalescences. Nous remercions parents, amis, voisins et citoyens de Conakry, belles familles, beaux fils, particulièrement Mory Kaba et Sayfon (les amis de Alphadjo), la coordination Hali-pular sans oublier de remercier Chérif Abdourahime qui a aussi finance les travaux de construction du siège de la dite coordination, l’OGDH de Feu Thierno Madjiou SOW, la presse en ligne et les radios privées (Je rends hommage à des éminents journalistes qui ont participé au combat des premières heures pour l’avènement de la démocratie en Guinée,  notamment Jerge Daniel (qui fût expulse par le Ministre de l’intérieur et de la sécurité a l’époque feu Alseny  René Gomez en 1994), Ben Daouda Sylla de l’Africa N°1, Mouctar Ba de RFI, Amadou Diallo de la BBC, Yamoussa Sidibé TV5, Souleymane Lynx Diallo, Aboubacar Sylla du Journal Démocrate et Tibou Kamara de l’Observateur).

Egalement nous remercions la forte délégation de l’UFDG qui a représenté son président absent de Conakry en mission du parti vers le pays profond en l’occurrence la Guinée forestière et la Haute Guinée  d’où nous lui souhaitons un agréable séjour.

A noter également que la délégation de l’UFDG nous a apporté un soutien moral et financier considérable.

Ensuite nous remercions les autres formations politiques qui ont participé aux obsèques, sans oublier de remercier les délégations spéciales de Ratoma et de Dubréka. 

Egalement nous remercions nos compatriotes vivants aux Etats-Unis particulièrement ceux de Indiana, Atlanta et New York, les Institutions Nationales et Internationales plus particulièrement La CEDEAO , l’Union Africaine, l’UE, le NDI, l’IFES, le Système des Nations Unis et la coopération Française et Américaine qui ont toujours organisé des ateliers de formations pour qualifier nos responsables politiques dans notre pays la Guinée .

Alpha Oumar SOW, dit Petit Sow

(Militant de Première heure pour l’avènement de la Démocratie en Guinée)

Membre du Bureau Exécutif de l’UFDG

Tél : 655-83-27-06

Lire