Bac 2019 : une candidate accouche et continue les épreuves à Mamou

17 juillet 2019 à 12 12 15 07157

Hier, mardi 16 juillet 2019, Fatoumata Kourouma, une des candidates du Baccalauréat unique session 2019 dans le centre du Lycée Grand-Ducal, a donné naissance à un garçon, quelques minutes seulement après son évacuation du centre vers l’hôpital régional de Mamou. Mais, la nouvelle nourrice a vite repris les épreuves, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

La candidate ayant PV N°16389 a mis au monde un enfant de sexe masculin à l’hôpital régional de Mamou. On apprend d’ailleurs qu’en début de matinée, elle était en début de travail. C’est pourquoi, elle a été conduite d’urgence à l’hôpital régional de Mamou. Et, après son accouchement, vers 8 heures 40 minutes, elle a été ramenée au centre d’examen, au lycée Grand-Ducal où la lycéenne a été autorisée à poursuivre son examen.

Caporal-Chef Sékou Adama Condé, en service au bataillon autonome de Mamou

Très heureux de nous recevoir à la maison où il était après les épreuves avec sa femme et son bébé, le mari de cette candidate, le Caporal-Chef Sékou Adama Condé, en service au bataillon autonome de la Gendarmerie de Mamou, a rassuré de sa volonté de soutenir sa femme jusqu’à la fin de sa formation. « Franchement, je suis très ravi ! Je remercie toutes les autorités éducatives et sanitaires de Mamou. Je remercie le délégué qui s’est donné à fond pour ma femme ce matin. Ma femme est partie pour faire l’examen pas pour accoucher ; mais, je prie Dieu qu’elle passe cet examen. Je me battrai jusqua’au bout pour sa formation », s’est engagé le mari, très heureux.

Mohamed Diakité

Egalement interrogé par le correspondant local de Guineematin.com, Mohamed Diakité, le délégué de ce centre, a salué la bravoure de cette femme avant de prier pour elle. « Je suis très content dans la mesure où c’est un événement très rare dans les centres d’examen. Dieu m’a donné cette chance d’être un témoin de ce fait. C’est une femme très brave. Déjà, en matinée, elle avait évoqué des douleurs au bas ventre, vers 7 heures 40 minutes. Vers 8 heures 30 minutes, elle a accouché. 40 minutes après, elle est revenue dans la salle, à 9 heures 10, pour continuer les épreuves. Je vous assure qu’elle a tenu les deux épreuves comme si de rien n’était. Je prie Dieu qu’elle ait son baccalauréat et que Dieu bénisse son enfant », a prié le délégué.

Elhadj Kerfala Mansaré, inspecteur régional de l'éducation de Mamou,
Elhadj Kerfala Mansaré, inspecteur régional de l’éducation de Mamou

De son côté, Elhadj Kerfala Mansaré, inspecteur régional de l’éducation de Mamou, a révélé que madame Fatoumata Kourouma était en travail depuis la nuit. Mais, elle tenait à ne pas rater son examen. « Cette femme est brave. Elle a le souci de sa réussite. Depuis la nuit, elle était en travail ; mais, tellement qu’elle est engagée à ne pas perdre les épreuves, elle a préféré venir à l’école le matin et être installée. Nous avons demandé à la maternité de nous proposer un traitement d’urgence pour qu’elle puisse terminer son examen », a notamment expliqué la première autorité de l’éducation dans la région.

Fatoumata Kourouma, candidate
Fatoumata Kourouma

Enfin, Fatoumata Kourouma a remercié tous ceux et toutes celles qui ont contribué à son accouchement. « Je remercie toutes les personnes qui m’ont accompagné, mon mari, mes professeurs, les autorités éducatives, sanitaires et mon délégué qui m’a permis de continuer mes épreuves durant cet examen national. Je suis bien portante et je compte finir le baccalauréat…».

Il est à noter que c’est la deuxième fois qu’une candidate accouche dans ce centre situé au quartier Abattoir. En 2016, c’est une candidate du BEPC qui y avait accouché. Mais, contrairement à Fatoumata Kourouma, elle n’avait pas pu continuer les épreuves.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Lire

Bac 2019 : le DPE de Dalaba espère que cet examen « va se dérouler dans de très bonnes conditions »

15 juillet 2019 à 18 06 45 07457

291 candidats dont 97 filles affrontent les épreuves du baccalauréat unique à partir de ce lundi, 15 juillet 2019, dans la préfecture de Dalaba. Au lancement de ces épreuves, le directeur préfectoral de l’éducation a exprimé son optimisme quant au bon déroulement de cet autre examen national, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est le préfet de Dalaba, Alpha Aboubacar Kaala Bah, qui a présidé la cérémonie de lancement officiel du baccalauréat, tenue au collège du centre. Il était en compagnie du maire de la commune urbaine, Elhadj Ibrahima Diallo, du DPE, Mangué Sylla, et de plusieurs autres personnalités. Le préfet a souhaité bonne chance aux candidats avant de les exhorter à être sereins et à éviter toute pratique déviante pendant le déroulement des épreuves.

De son côté, le directeur préfectoral de l’éducation a indiqué que « pour la réussite des différents examens, nous avons organisé des réunions de sensibilisation avec les enseignants, les surveillants et les candidats, pour échanger autour des comportements à adopter et ceux qu’il faut éviter pendant les examens. Vu les résultats de cela, j’ose espérer donc que l’examen là va se dérouler dans de très bonnes conditions », a dit monsieur Mangué Sylla.

Le DPE en a profité aussi pour rassurer quant au respect du délai prévu pour la publication des résultats des différents examens nationaux. « En ce qui concerne l’examen de fin d’études élémentaires, depuis le premier jour des épreuves, nous avons commencé le secrétariat et la correction. J’ose dire qu’au plus tard le mercredi, nous allons finir complètement la correction. Et c’est sûr que nous allons être dans le délai, c’est-à-dire proclamer les résultats deux semaines après la dernière épreuve. Vous allez voir les résultats en cascade, nous travaillons dans ce sens. Donc le dimanche au plus tard, nous aurons les résultats propres, on va attendre seulement la décision du département pour les proclamer », a-t-il annoncé.

A noter que les 291 candidats de la préfecture de Dalaba sont repartis dans 11 salles et encadrés par 22 surveillants. Des agents de santé et de sécurité sont également mobilisés dans les centres d’examen pour parer à toute éventualité. Pour cette première journée, 4 candidats (3 garçons et une fille) se sont absentés.

De Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Lire

Bac 2019 : le gouverneur demande aux candidats « d’honorer Mamou en relevant le défi »

15 juillet 2019 à 18 06 41 07417

Le gouverneur de la région administrative de Mamou, Amadou Oury Lemy Diallo, a lancé les premières épreuves du baccalauréat ce lundi, 15 juillet 2019, dans sa juridiction. C’est le centre lycée Amilcar Cabral de la commune urbaine qui a servi de cadre à la cérémonie officielle de lancement de la première épreuve. Le gouverneur a invité les candidats à honorer la ville carrefour qui a connu le plus faible pourcentage d’admis pour l’année passée, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

En président la cérémonie de lancement de la première épreuve de cet examen national, le gouverneur, Amadou Oury Lemy Diallo, a apprécié le dispositif mis en place à Mamou avant de prodiguer des conseils aussi bien aux candidats qu’aux surveillants. « Il faut tout faire pour avoir ce baccalauréat. C’est le seul diplôme qui vous accompagne à l’université. Mamou a un défi à relever. Donc, relevez ce défi cette année. Nous comptons sur votre esprit patriotique pour honorer Mamou. Vous êtes nos espoirs. Travaillez sérieusement pour affronter cet examen national. Nous comptons sur votre engagement pour passer avec succès. Aux surveillants, vous êtes les garants pour la lucidité des résultats. Par conséquent, méritez la confiance placée en vous. Respectez les principes qui régissent l’organisation des examens nationaux en République de Guinée. Il faut tout faire pour mériter la confiance de ceux qui vos ont choisis », a dit le gouverneur.

De son côté, madame Aissatou Diallo, la déléguée nationale au centre lycée Amilcar Cabral, a demandé aux candidats d’être sereins et d’éviter de se faire dominés par la peur. « Soyez sereins, n’ayez pas peur. Considérez cet examen comme une simple évaluation. Une fois les sujets devant vous, lisez plusieurs fois avant de traiter. N’acceptez pas d’être humiliés à cause d’une fraude quelconque. Vous êtes nos enfants, vous êtes notre avenir et futurs cadres du pays. Méritez donc la confiance de vos surveillants, débarrassez vous de tous les documents et des pratiques déviantes », a-t-elle laissé entendre.

Dans la préfecture de Mamou, les centres retenus par les autorités pour le déroulement du baccalauréat unique reçoivent des candidats venus des écoles suivantes : les lycées Elhadj Boubacar Barry, Elhadj Boubacar Doukouré, Emmaüs, Bambino, Afia, Grand Ducal et Amilcar Cabral. On compte 1255 candidats inscrits, dont 465 filles, repartis dans cinq (5) centres pour 38 salles de classe avec 79 surveillants.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Lire

Baccalauréat 2019 : le DPE de Mamou met en garde les tricheurs

15 juillet 2019 à 10 10 48 07487

Après le CEE et le BEPC, le Baccalauréat unique, session 2019, a démarré ce lundi, 15 juillet 2019, en Guinée. A la veille du lancement des épreuves, le DPE de Mamou s’est confié hier, dimanche, à Guineematin.com à travers son correspondant local. Mamady Magassouba est revenu sur les statistiques avant de mettre en garde tous ceux qui tenteront de tricher pendant cet examen national.

« Dans notre préfecture, nous avons un nombre total de 1.255 inscrits dont 465 filles. Pour l’enseignement général, ils sont 1.116 candidats dont 435 filles, logés dans 38 salles avec un total de 76 surveillants. Pour l’enseignement franco-arabe, ils sont 139 inscrits dont 30 filles, logés dans 5 salles et encadrés par 10 enseignants. La particularité cette année, c’est que ce sont les sciences mathématiques priment sur les autres options. Sur les 435 filles candidates, 198 font les sciences mathématiques, soit 45%.

C’est une très bonne chose, car à mon avis, il est plus facile de trouver un emploi dans les branches techniques que dans les autres options. Comme les deux examens antérieurs, nous voulons que le baccalauréat aussi se passe dans les règles de l’art. Que les candidats respectent les principes, qu’ils évitent les pratiques déviantes. Pas de port de téléphone, pas de substitution. Tout candidat substitué sera conduit directement à la gendarmerie », a prévenu le directeur préfectoral de l’éducation de Mamou.

A noter que les délégués ont rencontré les candidats de Mamou pour leur prodiguer des conseils sur les comportements à adopter pendant le déroulement du baccalauréat.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 657 343 939/625 698 919

Lire

Incendie à Mamou : « j’ai perdu plus de 15 millions et tous mes biens »

10 juillet 2019 à 21 09 23 07237

Un incendie d’origine inconnue s’est produit ce mercredi, 10 juillet 2019, dans la commune urbaine de Mamou. Il n’a pas fait de morts ni de blessés, mais la victime a perdu d’importants biens, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville-carrefour.

C’est aux environs de 14 heures que cet incendie s’est produit dans une maison située au quartier Poudrière, dans la commune urbaine de Mamou. Au moment des faits, la victime n’était pas à maison. C’est la fumée qui a alerté les voisins. Ces derniers se sont mobilisés pour faire face à l’incendie. Ils ont défoncé la porte et la fenêtre de la chambre touchée et ont apporté de l’eau pour tenter d’éteindre le feu. Des efforts qui n’ont pas permis d’empêcher les dégâts. Alpha Mamadou Diallo, la victime, dit avoir tout perdu.

« J’étais au travail lorsqu’on m’a informé qu’un incendie s’est produit chez moi. Je suis venu immédiatement à la maison mais j’ai trouvé que le feu a fini de dévorer mes biens matériels et financiers. J’avais plus de 15 millions de francs dans mon tiroir que je n’ai pas retrouvés, mais j’ai vu quand même un billet de 20 mille francs brûlé par le feu. Mes habits, mes attestations, mon diplôme, mes deux lits de quatre et deux places avec des matelas modernes et d’autres biens sont partis en fumée », a-t-il expliqué.

La victime déplore la non intervention des sapeurs-pompiers et dit s’en remettre à la volonté divine. « A Mamou, les sapeurs-pompiers ne jouent pas leur rôle, on ne peut pas du tout compter sur eux. Je m’en remets à Dieu, c’est lui qui m’a donné et c’est lui qui a retiré. Je me confie à lui tout en demandant un soutien, car même mon lit est parti en fumée », a lancé Alpha Amadou.

La cause de cet incendie n’est pas encore connue. Et, c’est l’intervention des citoyens qui a permis d’éviter la propagation du feu vers d’autres chambres de la maison.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 657 343 939/625 698 919

Lire

BEPC à Dalaba : 35 candidats absents

8 juillet 2019 à 19 07 05 07057

La préfecture de Dalaba a enregistré un nombre élevé d’absents au compte de cette première journée du Brevet d’Etudes du Premier Cycle, lancé ce lundi, 8 juillet 2019. C’est le préfet, Alpha Aboubacar Kaala Bah, qui a procédé au lancement officiel de cet examen de passage pour le lycée en présence des autorités locales, éducatives et religieuses, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La Direction Préfectorale de l’Education de Dalaba a présenté, au compte de cette session 2019, un nombre total de 628 candidats, dont 298 filles, au BEPC. Quelques 35 absents ont été enregistrés pour cette première journée dans la toute la préfecture.

Le lancement a eu lieu au centre le Collège du Centre de Dalaba par le préfet. C’était en présence de certains cadres de la préfecture, du maire de la commune urbaine, Elhadj Ibrahima Diallo, du directeur général de l’Institut Supérieur des Sciences et de Médecine Vétérinaire de Dalaba, Youssouf Sidimé, de la ligue islamique, de l’Association des Parents d’Elèves et Amis de l’Ecole…

Dans son discours, le préfet a invité les candidats à bien travailler et à continuer leur formation à Dalaba, une fois admis pour le lycée. « Je vous souhaite à tous une bonne chance et je vous demande, après l’obtention de votre examen, de ne pas transférer. Restez tous au lycée ici », a plaidé Alpha Aboubacar Kaala Bah.

La préfecture de Dalaba compte trois centres : le Collège du Centre, dans la commune urbaine (371 candidats, dont 176 filles) ; le centre de Ditinn, dans la commune rurale du même nom (158 candidats, pour 69 filles) ; et le centre de Kankalabé, (157 candidats, dont 53 filles).

Selon nos informations, pour cette première journée, 24 candidats étaient absents dans le centre le Collège du Centre, 05 autres dans le centre de Kankalabé, et 06 candidats dans le centre de Ditinn. Ce qui fait un nombre total de 35 absents dans la préfecture.

Depuis Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Lire

BEPC : « Mamou a un défi à relever », dit Samba Héry Camara

8 juillet 2019 à 17 05 18 07187

Samba Héry Camara, le chef de cabinet du gouverneur de Mamou, a présidé la cérémonie de lancement officiel des épreuves du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) ce lundi, 08 juillet 2019, dans la ville-carrefour. Cérémonie qui a connu la présence des autorités éducatives locales et plusieurs autres cadres. Le responsable du gouvernorat a invité les candidats et les encadreurs au bon travail pour que cet examen soit une réussite, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Elhadj Kerfala Mansaré, inspecteur régional de l’éducation de Mamou
Elhadj Kerfala Mansaré

Selon Elhadj Kerfala Mansaré, l’inspecteur régional de l’éducation de Mamou, la région compte cette année un total général de « 2677 candidats dont 1239 filles qui sont repartis dans 11 centres : 10 dans la commune urbaine et un dans la sous-préfecture de Timbo, et nous avons 1 centre pour le franco-arabe. Nous avons 176 surveillants logés dans 88 salles de classe », a-t-il annoncé en marge du lancement officiel de cet examen, qui a eu lieu au collège Saint Joseph de Cluny, dans la commune urbaine.

monsieur Samba Héry Camara, chef de cabinet du gouverneur de Mamou
Samba Héry Camara

En procédant au lancement officiel de la première épreuve, monsieur Samba Héry Camara, chef de cabinet du gouverneur de Mamou, a invité les candidats à rester sereins et à ne pas céder à la peur. « Au nom de monsieur le gouverneur, nous vous souhaitons bonne chance. C’est une composition comme les autres évaluations. Nous avons passé par là comme vous. Ne vous paniquez pas, n’ayez pas peur, car la peur tue autant que la guerre. Mamou a un défi à relever », a lancé le responsable administratif.

De son côté, le superviseur de la région, monsieur Sény Camara, a souhaité que « cet examen du Brevet d’Etudes du Premier Cycle se passe à l’image du premier examen dans la région administrative de Mamou. Nous invitons les acteurs concernés, chacun, à jouer sa partition pour le bon déroulement de cet examen. Nous souhaitons bonne chance à toutes et à tous », a-t-il dit.

A noter qu’après le lancement de la première épreuve dans la commune urbaine, l’inspecteur régional de l’éducation de Mamou et la délégation qui l’accompagne se sont rendu dans la sous-préfecture de Timbo, pour lancer la deuxième épreuve du jour et sensibiliser les candidats et les encadreurs.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625 698 919/657 343 939

Lire

Ninguélandé (Pita) : l’Hon. Diouldé Sow au chevet des victimes d’une tornade

7 juillet 2019 à 10 10 22 07227

A la tête d’une forte délégation de la commune urbaine et de la fédération UFDG de cette préfecture, le député uninominal de Pita était hier, samedi 6 juillet 2019, à Ninguélandé. Porteur d’une enveloppe de 52 millions de Francs guinéens, l’honorable Diouldé Sow, s’est rendu auprès des populations de cette commune rurale de Ninguélandé, victimes d’une tornade, le 19 mai dernier, a constaté Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

Cette importante délégation du député a été accueillie à la grande mosquée de la localité par le maire de la commune rurale de Ninguélandé, Amadou Diallo, entouré de nombreux habitants, notamment des sages, des femmes et des jeunes de la sous-préfecture.

Tout d’abord, les sages et les érudits des 12 districts de Ninguélandé ont finalisé la lecture du Saint Coran et imploré la grâce divine pour l’hôte de marque, mais également pour les fils et filles de Ninguélandé, de Pita et de l’ensemble des fils et filles de la Guinée.

Après ces prières et invocations, le maire et sa population ont reçu la délégation à la maison de jeunes de Ninguélandé pour la cérémonie de remise du don.

Dans son discours de bienvenue, au nom des 35 mille âmes de sa commune, le maire a salué la visite de cette délégation, avant de situer le contexte de l’évènement.

maire de la commune rurale de Ninguélandé, Amadou Diallo
Amadou Diallo

« Une tempête d’une grande ampleur a ravagé plusieurs bâtiments dans notre commune, le 19 mai dernier ; 156 bâtiments au total dont une école. Malgré cette malheureuse situation, nous sentons encore le moral haut ; car, nous vous sentons à nos côtés et nous vous en remercions très sincèrement », a dit le maire Amadou Diallo.

Ensuite, ce fut le tour d’Abdoulaye Diallo, l’un des membres de la délégation, de donner les détails sur l’implication des ressortissants de Ninguélandé, de Conakry en Europe pour la mobilisation de ce montant.

Abdoulaye Diallo

De même pour la répartition, transparence oblige, la délégation a procédé à la remise de l’enveloppe selon les montants convenus. « Lorsque notre député a été informé de la tornade, il nous a donnés cinq millions sur place, la famille de Laggordé, a donné aussi cinq millions ; et, une réunion des ressortissants a été convoquée par notre député. Chaque district a réagi. Puis, l’Honorable Diouldé est allé en Europe rencontrer les ressortissants qui y vivent. D’Espagne en France, en passant par le Luxembourg, l’Italie et la Hollande ont amplement contribué. La collecte total a atteint les 52 millions francs », a-t-il expliqué.

Concernant la clé de répartition, il a été décidé d’accorder à chaque maison décoiffée une enveloppe de 300 mille francs guinéens. « Finalement, après tous les frais, Doggol Wedou a reçu 500 mille pour la réparation de son école. Ayguel Sinka (pour 4 maisons) a reçu 1 million 200 mille, Saffa (pour deux maisons) a obtenu 600 mille, Hériko, Danfo et Bourouwal (pour 37 maisons) ont reçu 9 millions 500 mille, Kesséma, dans Hamdallaye (pour 25 maisons), a obtenu 6 millions 100 mille, Kirita, Fello Bani, dans Hamdallaye, ont bénéficié de 5 millions 900 mille, Dogui Baadiko (une maison) a eu 300 mille, Ghèghè (pour 4 maisons), dans Ninguiladé centre, a bénéficié d’un million 200 mille, Foyé Bourouwal (une maison), 300 mille et Pellal Tokosséré (pour 57 maisons) a bénéficié de 14 millions 300 mille », a indiqué M. Diallo.

Satisfait de la mobilisation, l’Honorable Diouldé Sow, a tenu à remercier toutes les populations de Ninguélandé, les responsables de la commune et tous les présidents de districts et autres dignitaires locaux de l’UFDG.

Honorable Diouldé Sow,député uninominal de Pita
Honorable Diouldé Sow,député uninominal de Pita

« Je tiens avant tout, à vous remercier et à vous transmettre le message de salutation de notre Président, Elhadj Cellou Dalein Diallo. Ce montant est certes faible par rapport aux dégâts ; mais, c’est ce que nous avons pu faire, on aurait aimé faire mieux. Et, je tiens à remercier les ressortissants de Ninguélandé à tous les niveaux qui ont accepté de se mobiliser et de venir au secours de leurs frères et sœurs victimes de cette catastrophe naturelle. Nous avons voulu que la remise du montant soit faite publiquement et que l’argent arrive effectivement aux victimes ».

Après la remise, Elhadj Alpha Oumar Diallo, le Secrétaire général de la ligue islamique de Ninguilandé au nom du Khalife de Pita, Elhadj Mamadou Bano Bah, a remercié et félicité la délégation et l’ensemble des contributeurs. Le doyen a également demandé aux bénéficiaires de continuer à faire de prières et de bénédictions à l’endroit des généreux donateurs pour marquer leur reconnaissance.

Visiblement content, Elhadj Mohamadou Habib Diallo du district Foyé Bourouwal, présent à la cérémonie, a exprimé toute sa joie à la délégation.

« Mon district a reçu 9 millions 500 mille pour les victimes de notre secteur Hériko où 56 maisons ont été détruites par une tornade. Nous exprimons toute notre reconnaissance aux donateurs et nous allons prier tous les jours pour leur réussite », a promis ce responsable local tout en précisant que, si certaines victimes ont pu réparer leurs toits, d’autres, encore très nombreuses, ne l’ont pas fait, faute de moyens.

Même son de cloche chez le Président du district de Ninguélandé Saffa. « Nous sommes venus ici, à l’appel de nos responsables indiquant que, les ressortissants à Conakry, d’ailleurs et notre Parti se sont mobilisés pour venir en aide aux sinistrés de notre localité. Nous tenons à dire merci à tous les donateurs. Nous précisons que les victimes de mon district n’ont pas réussi à réparer leurs maisons, faute de moyen.
Elles sont totalement démunies et nous continuons à encourager les bonnes volontés à leur venir en aide. C’est Dieu qui les paiera », a-t-il plaidé.

Thierno Aliou Diallo, le président des ressortissants de Ninguélandé en Espagne
Thierno Aliou Diallo, le président des ressortissants de Ninguélandé en Espagne

Pour Thierno Aliou Diallo, le président des ressortissants de Ninguélandé en Espagne, cette mobilisation est une réussite totale. « Nous vous remercions très sincèrement tout en soulignant cette initiative exemplaire de notre député et, qui nous avait informé le même jour qu’il y a eu cette tornade.

Il nous a envoyés des images et nous avons échangé sur les possibilités d’assister les victimes. Il a été le premier à contribuer à hauteur de 500 Euros. Et nous autres, nous avons suivi ses pas pour obtenir ce montant présenté ici. Je voudrais lancer un appel à tous les fils et filles de Ninguélandé de se donner les mains et de rester unis pour le développement de notre localité », a lancé ce ressortissant de Ninguélandé en Espagne.

Cette cérémonie qui s’est terminée sur une note de satisfaction de part et d’autre s’est déroulée en l’absence du Sous-préfet et de son adjoint.

Abdallah BALDE, envoyé spécial de Guineematin.com à Ninguélandé

Lire

Examen d’entrée en 7ème Année : aucune fausse note à Dalaba

5 juillet 2019 à 7 07 13 07137

La première journée du Certificat d’Etudes Élémentaires, autrement appelé examen d’entrée en 7ème Année, s’est achevée sur une note de satisfaction à Dalaba. A part quelques cas d’absences, aucune fausse note n’a été enregistrée hier, jeudi 04 juillet 2019, selon les cadres éducatifs de la préfecture, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Toutes les autorités de Dalaba : le préfet Alpha Boubacar Kaala Bah, le maire de la commune urbaine, Elhadj Ibrahima Dalaba Diallo, le directeur préfectoral de l’éducation, Mangué Sylla, le directeur de l’Institut Supérieur des Sciences et Médecine Vétérinaire de Dalaba, Youssouf Sidimé, ont pris part à la cérémonie de lancement officiel de cet examen national qui a eu lieu au centre Syli, dans la commune urbaine. Des représentants des associations des parents d’élèves étaient également présents.

Avant de lancer la première épreuve, les autorités ont prodigué des conseils aux candidats, les exhortant à la sérénité et au travail sérieux. Ces responsables administratifs et éducatifs ont appelé aussi les candidats au respect des principes et règles régissant les examens nationaux. Après le lancement, ils ont sillonné plusieurs centres d’examen pour s’enquérir de la situation qui prévaut sur le terrain.

Selon le constat fait sur le terrain, aucun incident n’a été enregistré en cette première journée. Partout, on constatait la présence effective d’agents de santé et de sécurité. Seulement, des cas d’absences dont nous n’avons pu avoir le nombre exact, ont été signalés dans certains centres.

A noter qu’ils sont 2.825 candidats dont 1.268 filles pour l’enseignement général et 207 candidats dont 98 filles pour le franco-arabe, inscrits à cette évaluation nationale dans la préfecture de Dalaba. Ils sont répartis dans 14 centres et encadrés par 262 surveillants.

De Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Lire

Entrée en 7ème à Mamou : l’IRE demande aux surveillants « de ne pas terroriser les enfants »

5 juillet 2019 à 6 06 57 07577

Les examens nationaux de la session 2019 ont été lancés hier, jeudi 4 juillet 2019, en Guinée sous le sceau de la rigueur. Dans la commune urbaine de Mamou, les autorités administratives ont mis l’accent sur la sérénité de tous les acteurs en vue de conférer le succès escompté à ces évaluations. C’est l’école primaire Elhadj Boubacar Biro Diallo, situé au cœur de la ville carrefour, qui a servi de cadre au lancement des premières épreuves au compte de cette première journée, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La cérémonie de lancement a été présidée par le chef de cabinet du gouvernorat de Mamou, Samba Hery Camara, accompagné du superviseur régional, du préfet et des autorités éducatives. Dans son intervention, Samba Hery Camara a prodigué de sages et utiles conseils aux surveillants et aux candidats. « Nous sommes au début des examens nationaux dans notre pays. On commence par vous parce qu’on estime que vous êtes plus petits que les autres. Par conséquent, on vous souhaite bonne chance. Écrivez lisiblement, n’ayez pas peur, considérez cet examen comme une simple évaluation. Ce sont vos maîtres qui sont devant vous. Aux surveillants, tenez bien les enfants, aidez les à remplir l’entête des feuilles de composition. Nous souhaitons que les résultats soient probants », a-t-il lancé.

Pour sa part, le superviseur régional, Seny Camara, s’est félicité du bon déroulement des évaluations et de la quiétude qui ont régné dans ce centre. « J’avoue que dans la région, tout se passe bien. Je souhaite que cet examen passe dans des meilleures conditions. J’invite les parents d’élèves à s’impliquer pour le bon déroulement de l’examen. Ils sont avec les enfants à la maison. Donc, il faut les réveiller tôt, préparer leur déjeuner, les accompagner matinalement, les galvaniser davantage en promettant des cadeaux aux enfants une fois admis », a dit ce superviseur.

L’Inspecteur Régional de l’Education de Mamou, Elhadj Kerfala Mansaré, a regretté l’absence de certains candidats. « Malgré nos efforts consentis, nous enregistrons des candidats absents dans certains centres, nous le regrettons franchement. C’est le moment d’inviter les parents à veiller sur leurs enfants. Nos enfants constituent pour nous un projet à long terme. Nous demandons aux surveillants de ne pas terroriser les enfants ».

Pour sa part, Aissatou Barry, candidate à cet examen, se dit optimiste. « Pour moi, les sujets sont abordables pour le moment. Je suis très optimiste si ça continue comme ça. Nous avons fait presque tout ça avec nos maîtres en classe. Nous allons continuer demain encore avec trois matières. Donc, nous allons encore réviser très bien pour trouver les sujets de demain Incha Allah. Je souhaite bonne chance à mes camarades ».

Il est à noter qu’aucun incident n’a été enregistré au compte de cette première journée.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Lire

Examens Nationaux : « tout téléphone pris sera déposé à la gendarmerie », dixit le DPE de Mamou

3 juillet 2019 à 19 07 41 07417
Mamady Magassouba, Directeur préfectoral de l'éducation de Mamou
Mamady Magassouba, Directeur préfectoral de l’éducation de Mamou

Dans quelques heures, les examens nationaux au compte de la session 2019, seront lancés partout en Guinée. Ce sont les candidats pour l’entrée au collège qui vont ouvrir le bal ce jeudi, 04 juillet 2019. Les responsables à tous les niveaux sont entrain de donner les derrières consignes pour que tout se déroule normalement. A Mamou, le directeur préfectoral de l’éducation met en garde contre toute tentative de fraude, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Mamady Magassouba, Directeur préfectoral de l'éducation de Mamou

Pour le bon déroulement de ce premier examen national dans sa juridiction, le Directeur Préfectoral de l’Education (DPE) de Mamou, Mamady Magassouba, dit avoir eu de multiples rencontres avec les acteurs concernés dans ce processus. « Parmi les consignes, nous avons demandé aux surveillants de veiller rigoureusement au respect des horaires et des épreuves, de contrôler les alentours et l’intérieur de la cour, de veiller à l’application de l’interdiction des portables et de tout autre document non autorisé au centre. Les surveillants ne doivent pas lire les copies des candidats. Quiconque défie ces principes, la loi sera appliquée dans toute sa rigueur. Tout téléphone pris dans le centre ne sera plus restitué, nous allons le déposer à la gendarmerie. Nous ne voulons pas que les élèves et les candidats tombent sur le coup de la loi. On défend encore les agents de santé ou sécurité de garder les téléphones. J’espère que cette année nous aurons des résultats supérieurs aux années antérieures. Je demande aux enfants d’être serein, de considérer cet examen comme une simple évaluation », a dit monsieur Magassouba

Selon les statistiques de la DPE, pour cette session 2019, ils sont au nombre de 6503 candidats inscrits, dont 2774 fille, à Mamou pour l’Enseignement Général. Au Franco-arabe, c’est au total 605 candidats qui sont inscrits, dont 279 filles. Ces candidats seront évalués dans 32 centres, dont 18 dans les zones rurales, avec 434 surveillants répartis dans 217 salles de classes.

 Thierno Moussa Diallo, délégué du centre Elhadj Boubacar Barry
Thierno Moussa Diallo, délégué du centre Elhadj Boubacar Barry, situé dans la commune urbaine de Mamou

Au centre Elhadj Boubacar Barry, dans la commune urbaine, Thierno Moussa Diallo, le délégué demande aux surveillants de respecter les principes qui régissent les examens sans pour autant terroriser les enfants. « Nous vous invitons à respecter les consignes données par le département. C’est facile de surveiller ce centre puisque nous avons juste 7 salles avec 212 candidats.

Donc, ces enfants, ce sont nos enfants, par conséquent surveillons-les dans les règles de l’art, sans les terroriser. Je ne veux enregistrer aucun incident jusqu’à la fin des épreuves. Nous vous invitons donc aux respects des consignes. Bonne chance par anticipation à nos futurs collégiens ».

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 657343939/625698919

Lire

Dalaba : un élève tué dans l’accident d’un tricycle

3 juillet 2019 à 18 06 46 07467

Un tricycle, ayant à bord quatre personnes, s’est renversé dans la journée de ce mercredi 3 juillet 2019, au quartier Pellel Yéro, dans la commune urbaine de Dalaba. L’accident a coûté la vie à un jeune élève originaire de Labé, du nom de Tounkara Omar, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le tricycle en question appartient à l’entreprise Safitel, chargé de la distribution de l’eau produite par la même entreprise au centre ville. L’engin avait à son bord quatre personnes. Selon nos informations, il s’est renversé au virage « Le barrage », sur la route nationale Dalaba- Conakry. L’accident a coûté la vie à un jeune élève, Oumar Tounkara, âgé de 15 ans, qui a trouvé la mort sur place. Notre source ajoute qu’il était venu de Labé pour un petit séjour à Dalaba.

Les accidentés ont tous été admis à l’hôpital préfectoral. Abdoulaye Djouma Barry qui conduisait la moto est dans un état critique et reçoit des soins, a dit Dr Cheikh Oumar en service dans ledit hôpital. La même source ajoute que Youssouf Diallo et Oumar Laho Doumbouya, les deux autres passagers du tricycle, sont en observation.

La police s’est rendue sur les lieux pour chercher à déterminer les causes de l’accident. Le corps de Tounkara Oumar se trouve à la morgue en attendant la décision finale de sa famille.

Depuis Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Lire

Le bilan de l’accident de Mamou s’aggrave : 7 morts

1 juillet 2019 à 19 07 31 07317

Comme annoncé précédemment, un accident de la circulation s’est produit dans la nuit d’hier à aujourd’hui, lundi 1er juillet 2019, aux environs de 4 heures à Hoolo, une localité située à 15 kilomètres du centre-ville de Mamou, sur la route nationale N°1 Mamou-Kindia. Le bilan provisoire qui était de six morts jusqu’à midi est passé à 7 morts avec le décès d’un autre blessé, un passager du véhicule Renault 21, a appris un journaliste de Guineematin.com de source médicale.

« Un autre blessé vient de succomber. C’est un homme ; mais, on ignore encore son identité », a indiqué notre source qui a requis l’anonymat.

Du côté de la gendarmerie routière qui a envoyé une mission à Hoolo pour faire le constat, on veut faire aucun commentaire. « Nous ne pouvons rien dire sans l’autorisation du commandant », a répondu un agent qui a été interrogé par Guineematin.com dans l’après-midi de ce lundi.

Et, pour le moment, toutes nos tentatives de joindre au téléphone le commandant de la gendarmerie routière de Mamou sont restées vaines.

A rappeler que ce grave accident de la circulation s’est produit vers 04 heures du matin à Hoolo. Et, selon nos informations, c’est un véhicule de marque Renault21, en provenance de Conakry pour Labé qui a été percuté par un camion remorque en partance pour Conakry. Sur le coup, il y a eu quatre morts (dont le chauffeur du véhicule Renault) et cinq blessés dont certains grièvement.

Les blessés ont été évacués d’urgences à l’hôpital régional de Mamou où deux d’entre eux ont succombé à leurs blessures. Ce qui a ramené le bilan à six morts (quatre femmes, le chauffeur de la voiture Renault et un enfant qui serait âgé de moins de 10 ans) et trois blessés. Et, cet après-midi, vers 14 heures, un autre blessé, un passager du véhicule Renault, a succombé à ses blessures. Ce qui alourdi le bilan à sept morts.

On ignore toujours les causes de cet accident ainsi que l’identité des victimes qui seraient toutes originaires de Labé. « On a appris qu’ils sont tous de Nouci ; mais, on n’a pas encore leur identités », a confié un agent de santé que Guineematin.com a joint au téléphone.

Nous y reviendrons !

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Mamou : 6 morts et trois blessés dans un accident de la circulation

1 juillet 2019 à 14 02 09 07097

Ce grave accident s’est produit dans la nuit d’hier à aujourd’hui, lundi 01 Juillet 2019, aux environs de 4 heures du matin, à Hoolo, un village situé à 15 kilomètres du centre-ville de Mamou, sur la route nationale N°1 Mamou-Kindia. Il a coûté la vie à six personnes qui seraient toutes originaires de la région de Labé, a appris un journaliste de Guineematin.com de sources locales.

Selon nos informations, c’est un véhicule de marque Renault21, en provenance de Conakry pour Labé, qui a été percuté par un camion remorque, qui partait à Conakry. Sur le coup, il y a eu quatre morts (dont le chauffeur du véhicule Renault) et cinq blessés dont certains grièvement.

Les blessés ont été évacués d’urgences à l’hôpital régional de Mamou où deux d’entre eux ont succombé à leurs blessures. Ce qui ramène le bilan à six morts (quatre femmes, le chauffeur de la voiture Renault et un enfant qui serait âgé de moins de 10 ans) et trois blessés.

Pour l’heure, on ignore les causes de cet accident, ainsi que l’identité des victimes qui seraient toutes originaires de la région administrative de Labé.

A noter que les corps des victimes sont actuellement (12 heures 50) à la morgue de l’hôpital régional de Mamou.

Nous y reviendrons !

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Mamou : « la meilleure éducation est celle de l’islam », dit un cadre du gouvernorat

28 juin 2019 à 13 01 18 06186

L’association des étudiants guinéens à l’Université islamique de Médine (Arabie Saoudite) a bouclé hier, jeudi 27 juin 2019, son séminaire annuel à Mamou. 6ème du genre, la rencontre a permis d’outiller 650 personnes sur plusieurs principes de la religion musulmane, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

La cérémonie de clôture de cette session a connu la présence d’une délégation des autorités administratives et religieuses de Mamou. Des autorités que les organisateurs n’ont pas manqué de remercier pour leur franche collaboration. « Nous louons Allah le Tout-Puissant, qui nous a permis de tenir ce séminaire à Mamou. Nos remerciements vont également à l’endroit de toutes les autorités à tous les niveaux. Nous avons compris une fois de plus que les populations de Mamou sont engagées et déterminées à mieux connaitre leur religion.

Dr Mamadou Yaya Bah

Nous avons mobilisé plus de 600 participants qui sont des fonctionnaires, des ouvriers, des imams, des élèves et étudiants, des femmes. C’est notre manière de contribuer à la promotion de l’islam à Mamou et ailleurs. Au nom des étudiants guinéens vivant à Médine et à mon nom personnel, je dis grand merci à toutes les personnes qui se sont impliquées pour la réussite de cette rencontre religieuse », a déclaré Docteur Mamadou Yaya Bah, président des étudiants guinéens vivant à Médine.

Elhadj Kerfala Mansaré, inspecteur régional de l'éducation de Mamou
Elhadj Kerfala Mansaré

Présent à la cérémonie, l’inspecteur régional de l’éducation de Mamou a salué cette action des étudiants guinéens à Médine. Pour Elhadj Kerfala Mansaré, « nous avons un sentiment de satisfaction parce que ces étudiants viennent nous accompagner dans nos attributions. Notre mission, c’est pour que l’instruction et l’éducation s’épanouissent dans la religion. L’éducation, c’est le fondement de la société. Quand on échoue à l’éducation, on perd tous les avantages d’ici-bas et dans l’au-delà. Nous félicitons et nous remercions donc les enfants prodiges de Mamou. Quitter l’Arabie Saoudite, venir avec fonds propres, former, instruire et créer l’harmonie entre les populations de Mamou, les musulmans de Mamou et d’ailleurs, c’est une mission divine. Nous appelons tous les jeunes à en faire autant, se remettre en cause et suivre les bons exemples », a exhorté le responsable éducatif.

Elhadj Amadou Kolon Barry, inspecteur régional des affaires religieuses de Mamou,
Elhadj Amadou Kolon Barry

De son côté, Elhadj Amadou Kolon Barry, inspecteur régional des affaires religieuses de Mamou, a remercié les organisateurs pour cette initiative, avant de les inviter à multiplier ce genre de rencontres dans le pays. « Nous vous remercions très chaleureusement pour cette belle initiative, vous avez montré votre patriotisme. Si chaque enfant du pays qui réside hors du pays faisait comme vous, la Guinée allait se développer dans tous les domaines. Multiplier ces formations dans le pays, car un pays se développe avec la formation, l’instruction et l’éducation de ses enfants. Nous allons nous-mêmes initier des séminaires durant l’année avant l’arrivée de nos enfants de Médine », a-t-il annoncé.

Elhadj Moustapha Diallo, conseiller au Gouvernorat
Elhadj Moustapha Diallo

Elhadj Moustapha Diallo, qui a présidé cette cérémonie au nom du gouverneur de Mamou, a abondé aussi dans le même sens que ses prédécesseurs. « Au nom du gouverneur de la région, nous remercions très infiniment les organisateurs pour leur efforts consentis pour la bonification de nos sociétés. Il faut prioriser les formations de nos enfants dans tous les domaines : domaine religieux et domaine scientifique. Qu’Allah vous récompense par son paradis éternel. Nous avons compris aujourd’hui que la meilleure éducation est celle de l’islam. Un enfant formé spirituellement sera un cadre compétent et honnête. Nous vous disons merci pour l’implication inconditionnelle pour la pacification du pays, gage du développement d’un pays. Dans toutes les mosquées de Mamou nous vivons pacifiquement en harmonie, en fraternité. C’est des choses à apprécier et à encourager. Mamou est une référence dans le domaine de la région, continuons dans cette lancée », a dit le conseiller du gouverneur de Mamou.

A noter que plusieurs thèmes ont été débattus au cours de ce séminaire, qui a duré 5 jours. Il s’agit entre autres, de la purification majeure, les 6 piliers de la foi, comment lire le coran, les droits conjugaux, l’éducation des enfants et la jurisprudence.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 657343939/625698919

Lire

Conakry : le nouveau bureau des ressortissants de Porédaka (Mamou) installé

24 juin 2019 à 9 09 21 06216

Les ressortissants de la sous-préfecture de Porédaka, relevant de la préfecture de Mamou, réunis autour de l’Association Guinéenne pour le Développement Rural (AGDR) ont installé leur nouveau bureau ce dimanche, 23 juin 2019. C’est la maison des jeunes de Ratoma qui a servi de cadre à cette cérémonie en présence de nombreuses personnalités et des ressortissants massivement mobilisés a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est une foule importante qui a pris part à cette cérémonie d’installation du nouveau bureau de l’Association Guinéenne pour le Développement Rural (AGDR) qui regroupe les fils et filles de Porédaka à travers le monde. La rencontre a connu la présence des députés Dr Zalikatou Diallo et Fatoumata Hoolo Diallo, natives de Porédaka, une sous-préfecture située à 55 kilomètres de Mamou. D’autres personnalités ont également rehaussé de leur présence cette cérémonie : Aliou Diallo, vérificateur général de Guinée, Halimatou Dalein Diallo, épouse du chef de file de l’opposition et de bien d’autres illustres fils de la localité.

Dans son discours, Alpha Oumar Bhouria Diallo, président sortant de l’AGDR s’est félicité des actions réalisées sous sa mandature d’une année, pour la période 2017-2018. Ensuite, monsieur Diallo a fait le bilan des activités réalisées par l’AGDR, qui était à sa toute première expérience. « L’ AGDR a exécuté des activités de l’Association des ressortissants de Porédaka aux USA à savoir :

L’achat et la mise à disposition des autorités de la commune rurale de Porédaka de fournitures scolaires destinées aux élèves de tous les cycles confondus pour la session 2017/2018, la réception et la mise à disposition au nom de nos parents aux USA de dons en habits et équipements de santé en faveur des communautés de la sous-préfecture.

L’AGDR a accompagné la Jeune Chambre Internationale Conakry pour l’organisation des activités de sensibilisation des communautés de Porédaka sur le diabète et l’hypertension artérielle durant la période du 10 au 15 novembre 2017 en leur donnant des moyens de déplacement et du carburant pour une meilleure réussite de leurs actions.

L’ONG a soutenu l’organisation des olympiades au niveau de l’école primaire de Dar-Es Salam en leur donnant une contribution symbolique. Pour augmenter le taux d’admis au niveau de la localité, nous avons acheté des documents, livres et brochures pour les classes en période d’examen pour les aider à mieux se préparer. Cela a contribué à l’exécution du pourcentage d’admis. On est passé à 53% en 2017/2018 au BEPC, contre 1 seul admis pour la période 2016/2017.

Nous avons fait des démarches auprès des autorités compétentes pour que les écoles primaires et les collèges de Porédaka soient dotés d’enseignants titulaires et compétents. Des promesses obtenues mais les mutations n’ont pas été faites jusqu’à présent », a énuméré le président sortant.

Par ailleurs, Alpha Oumar Bhouria Diallo a fait savoir qu’une somme de 39 millions 266 mille francs guinéens a été mobilisée pour l’achat de livres pour les écoles primaires, les collèges et le lycée de Porédaka dans le but de créer des bibliothèques dans les huit districts de la Commune Rurale. Sur le plan financier, le président sortant a fait savoir que beaucoup d’efforts ont été fournis.

« Au départ, quand nous prenions ce bureau, nous avions 0 franc dans les caisses. Durant notre mandat, nous avons pu mobiliser plus de 122 millions 672 mille 500 francs guinéens en termes de recettes. Nous avons effectué des dépenses d’un montant de 106 millions 866 mille 598 FG. A ce jour, nous avons un solde de 15 millions 805 mille 902 francs guinéens ».

Pour sa part, Amadou Telly Diallo, le président entrant de l’AGDR n’a pas caché son émotion tout en remerciant les ressortissants de Porédaka d’avoir placé leur confiance en sa « modeste » personne pour présider aux destinées du mouvement pour la période 2019/2020.

Parlant de ses priorités, Amadou Telly Diallo a énuméré les points suivants : « la réactualisation des réunions tournantes entres les huit districts de la sous-préfecture afin de véhiculer des messages d’intérêt commun, organiser un forum sur le développement local à Porédaka qui doit intéresser les intellectuels, les opérateurs économiques, renforcer toutes les initiatives visant à améliorer le système éducatif à Porédaka, initier des projets agricoles avec pour ambition de faire d Porédaka la sous-préfecture pilote pour la culture du haricot, lutter contre la dégradation de l’environnement à travers des activités de sensibilisation sur les méfaits de la déforestation et les feux de brousse, encourager les initiatives sur le reboisement avec pour ambition de planter au moins un millions d’arbres dans moins de cinq ans… »

Il faut rappeler que Porédaka, située à 55 kilomètres de Mamou, est essentiellement à vocation agropastorale. Cette commune rurale compte 8 districts (Porédaka Centre, Bhouria, Tounkan, Sankaréla, N’Diâré, Dar-Es-Salam, Kolissoko et Donghol Djeydi), et 46 secteurs. Ses ressortissants sont plus que jamais soucieux du développement socioéconomique local et sont pour le moins conscients que ce développement ne sera que le fruit de leurs propres efforts. Bon vent et plein succès au nouveau bureau de l’AGDR qui compte 64 membres.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Lire

Dalaba : la mise en place d’un bureau des taxis motos, de nouveau empêchée

20 juin 2019 à 18 06 41 06416

Les conducteurs de taxis motos n’arrivent pas à mettre en place un bureau du syndical. L’assemblée générale convoquée hier mercredi, 19 juin 2019, s’est soldée aussi par un échec. Ce sont les divergences entre les partisans des deux candidats au poste de secrétaire du syndicat qui sont à l’origine de cette situation, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Après plusieurs reports, tout laissait penser que la mise en place d’un bureau syndical des conducteurs de taxis motos allait être effective ce mercredi. Le préfet, le maire, des cadres de la justice et de la gendarmerie ainsi que des présidents des conseils des quartiers et districts et du bureau syndical des transporteurs entre autres, ont pris part à l’assemblée générale élective des conducteurs des taxis motos.

Supervisée par le président et le rapporteur de la CEPI (Commission Electorale Préfectorale Indépendante) de Dalaba, l’élection s’est bien déroulée pour tous les postes, à l’exception de celui du secrétaire général du bureau syndical. C’est au moment d’élire le premier responsable de la structure que les divergences sont, de nouveau, apparues.

Deux candidats : Alpha Amadou Barry et Elhadj Saïkou Baldé, étaient en lice pour ce poste. Mais, il s’est trouvé que les critères de l’élection éliminaient Alpha Amadou Barry, pour avoir été condamné. Cette situation a irrité les partisans de ce dernier, opposés à l’élimination de leur candidat.

Après une longue dispute ayant perturbé l’assemblée générale, les votants ont quitté les lieux dans une pagaille indescriptible, laissant les autorités sur place. Ce qui a conduit au report, une nouvelle fois, de la rencontre.

De Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Lire

Mamou : grâce à ses citoyens, Dara Pété a son 1er poste de santé

19 juin 2019 à 17 05 53 06536

Le secteur Dara Pété, relevant du district de Dar es-salam, dans la sous-préfecture de Poredaka (Mamou), a désormais un poste de santé. Construite sur fonds propres par les fils et filles de la localité, cette structure sanitaire a été inaugurée le vendredi, 14 juin 2019. La cérémonie a connu une forte mobilisation des autorités administratives et religieuses locales ainsi des fils résidents et ressortissants du village, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

A cette occasion, Mamadou Bobo Bah, secrétaire général de l’association des jeunes et amis pour le développement de Dara Pété, structure initiatrice de ce projet, a salué l’engagement des citoyens de la localité dans la réalisation de cette structure sanitaire. « La Cérémonie qui nous réunit ce matin est le résultat de l’engagement patriotique des citoyens et citoyennes de Dara Pété, sous la clairvoyance des autorités à tous les niveaux. Grâce aux efforts conjugués des résidents et ressortissants, on eu à faire de nombreuses réalisations sur fonds propres. Il s’agit entre autres :

D’une mosquée de cinq (5) minarets, d’une capacité de 500 personnes et d’une école Franco-arabe de trois salles de classe ; une école primaire de 6 salles et un logement du personnel enseignant ; de nombreuses campagnes de reboisement ; un poste de santé et un logement du personnel médical, dont le coût est estimé à 580 millions 300 mille francs guinéens ; et l’aménagement dans la cour de l’école de dallettes, avec un coût de réalisation de 12 millions 784 mille francs guinéens », a rappelé monsieur Bah.

Absente de son village depuis presque 25 ans, Aïssatou Bah qui vit à Conakry, est venue assister à cette cérémonie. Et, elle n’a pas caché sa joie de voir l’inauguration de ce poste de santé à Dara Pété. « Je suis vraiment très contente de l’inauguration du poste de santé et la rénovation de notre mosquée, grâce aux efforts conjugués des fils et filles résidents et ressortissants de notre secteur, Dara Pété. Aujourd’hui, si nous avons des malades, on peut les soigner ici sans parcourir des kilomètres.

Donc, j’invite mes parents de bien entretenir et surtout fréquenter ce lieu, afin d’encourager le ministère de la santé à nous aider à équiper ce centre. Nous demandons aussi l’aide de l’Etat pour ériger notre secteur en district. Nous, nous allons nous battre pour mettre les moyens. Enfin, nous demandons à nos frères et nos sœurs, d’être unis pour le rayonnement de notre localité », a lancé cette ressortissante de Dara Pété.

De son côté, le maire de la commune rurale de Poredaka, d’où relève le secteur Dara Pété, a exprimé sa fierté de voir un tel édifice inauguré dans sa juridiction. « Ce Poste de santé comporte un bureau, une salle d’attente, une salle d’accouchement, une salle d’hospitalisation, une pharmacie et un logement du personnel médical. Ce nouveau poste de santé porte à 10, le nombre d’établissements sanitaires de cette catégorie plus un centre de santé à Poredaka. Cela fait que Poredaka a un réseau sanitaire très dense.

J’invite les uns et les autres à cultiver en eux et autour d’eux, l’amour et la paix. Car sans ces deux qualités cardinales, rien n’est possible. Pour ce faire, nous devons surmonter ce qui nous divise et renforcer ce qui nous unit », conseille le maire, Elhadj Tierno Macka Diallo.

A noter que c’est le sous-préfet de Poredaka, Keladjo Keïta, qui a procédé à la coupure du cordon inaugural de ce poste de santé. La cérémonie a été clôturée par des prières et bénédictions pour le rayonnement de la localité et de la Guinée toute entière.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625 69 89 19/657 34 39 39

Lire

Lancement de l’ANAFIC à Dalaba : le gouverneur de Labé boycotte une initiative du gouvernement

16 juin 2019 à 16 04 56 06566

Le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané a refusé catégoriquement de mobiliser ses préfets, sous-préfets et maires pour la rencontre de lancement de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC), organisée ce dimanche, 16 juin 2019, par les ministres et hauts cadres de l’Etat ressortissants de la Moyenne Guinée sur instruction du président Alpha Condé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Toutes les autorités régionales, préfectorales et communales des Régions Administratives (RA) de Mamou et Labé étaient conviées ce dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba pour plancher sur les problèmes de développement de la Moyenne Guinée en liens avec les fonds de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC).

Cette rencontre qui était placée sous la présidence des ministres et autres hauts cadres de l’Etat ressortissants de la Moyenne Guinée devait également peaufiner des stratégies appropriées pour faire comprendre à la population de cette région, une partie du territoire national entièrement contrôlée par l’opposition politique, l’intérêt qu’elle peut tirer de l’adoption d’une nouvelle constitution en République de Guinée.

C’est dans ce cadre que les ministres Abdoulaye Yéro Baldé, Sanoussy Gbantama Sow, Moustapha Mamy Diaby, Mouctar Diallo, Thierno Ousmane Diallo qui présidait la séance, Boubacar Barry, Mamadou Taran Diallo et plusieurs autres hauts commis de l’Etat ressortissants de la région et les responsables de l’ANAFIC ont rallié la ville de Dalaba où ils ont été accueillis par le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Mamou, Amadou Oury Lémy Diallo entouré de tous ses préfets, sous-préfets et maires des communes rurales et urbaines avec 100% de présence.

Le contrôle des présences a montré que pour la Région Administrative (RA) de Labé, il n’y avait que le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané arrivé sur les lieux en tenue civile et sans chauffeur ni garde-corps. Celui qui se fait passer aujourd’hui comme étant le « Super Man » du président Alpha Condé n’était accompagné que de la journaliste Djéïnabou Bah, envoyée spéciale de la radio privée BTA FM de Labé.

Cette absence inexpliquée et inexplicable de la Région Administrative à la rencontre stratégique gouvernementale de Dalaba a provoqué une déception généralisée chez tous les ministres ressortissants de la Moyenne Guinée. Et les participants ont tenu à ce qu’on mentionne dans le rapport de mission que la Région Administrative (RA) de Labé n’était représentée que par son super gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané, bénéficiant de la protection absolue du chef de l’Etat.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Contacts : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Accident de la circulation à Dalaba : 3 morts et un blessé grave !

13 juin 2019 à 18 06 51 06516

Un accident de la circulation s’est produit en début d’après-midi de ce jeudi, 13 juin 2019, dans la ville de Dalaba. C’est une moto transportant quatre personnes qui est entrée en collision avec un camion Renault, immatriculé RC 0668 AN RG. Malheureusement, trois personnes sont mortes sur place et la quatrième a été gravement blessée, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Dalaba.

L’accident s’est produit près de la station Total, à la sortie de la ville sur la route nationale Dalaba-Conakry. Les victimes de cet accident sont : Thierno Boubacar Sow (un élève de 16 ans qui réside à Holladé), Elhadj Tahirou Barry (un apprenti-chauffeur de 18 ans qui réside également à Holladé) et Boubacar Sow (un élève, âgé de 20 ans qui réside à Diaguissa-Hénêree). En plus de ces trois qui ont perdu la vie sur place, Ibrahima Garanké Sow qui a été gravement blessé dans cet accident et qui était la quatrième personne.

Selon le médecin-chef des urgences médico-chirurgicales de l’hôpital préfectoral de Dalaba, Docteur Cheick Oumar, tous ces trois jeunes sont morts de traumatisme crano-encéphalique.

A préciser que les trois défunts ont été inhumés aujourd’hui-même, après la prière de 17 heures. Pour sa part, le blessé, Ibrahima Garanké Sow reçoit actuellement des soins intensifs à l’hôpital préfectoral.

De Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Lire