N’Zérékoré : Search for Common Ground organise le festival national pour la paix

20 février 2020 à 9 09 46 02462

L’ONG Search for Common Ground, à travers son projet « Unis dans nos différences ! Promouvoir la coexistence pacifique en Guinée », a organisé le festival national pour la paix à N’Zérékoré dans la journée du lundi, 17 février 2020. La cérémonie a regroupé des jeunes issus des différents clubs de paix de la Guinée et vise à « consolider la résilience des jeunes aux appels par la promotion de la tolérance et de la cohésion sociale », rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

De très nombreux jeunes, venus des différents clubs de paix du pays, ont pris part à ce festival national pour la paix. Bamba Moussa Fanghana, chef de zone Guinée Forestière au compte du projet, est revenu sur les démarches qui ont conduit à ce festival national. « Ce festival est l’aboutissement d’une série de compétitions que nous avons organisée non seulement au niveau local, mais aussi au niveau régional. Parce que nous avons des clubs de paix dans toutes les zones du projet, notamment Matoto et Ratoma pour la Basse Côte ; Labé et Pita pour la Moyenne Guinée ; Kankan et Siguiri, en Haute Guinée ; et en Guinée Forestière, nous avons N’Zérékoré et Beyla.

Donc, le niveau local était d’abord d’organiser des compétitions dans chaque localité du projet qui nous permet de repérer les meilleurs qui ont compéti contre les meilleurs des autres localités de la région. Mais à la suite de la compétition régionale, nous avons jugé nécessaire d’organiser une compétition nationale, au cours de laquelle les meilleurs de chaque région, suivant les thématiques, se sont retrouvés à N’Zérékoré. Et c‘est cette activité que nous avons appelé le festival national pour la paix qui regroupe les heureux gagnants de toutes les régions suivant les différentes rubriques (danse, théâtre, mini film et des débats). »

Pour Martine Haba, membre de club de paix de N’Zérékoré, ce festival vient à point nommé pour créer une émulation entre les participants et c’est la Guinée qui en sortira victorieuse. « Nous sommes là pour le festival organisé par Search for Common Ground. Nous avons commencé par le défilé qui est parti du gouvernorat à la place des martyrs. Et delà, on est venu à la maison des jeunes où les choses sérieuses ont commencé ici à 14 heures sur le débat qui opposait la Basse Guinée, la Moyenne Guinée, la Haute Guinée et la Guinée Forestière. Il y a eu des heureux gagnants. Et aujourd’hui encore, c’est pour le Théâtre qu’on est là. Et après notre prestation, on peut dire qu’il y a espoir. Et même s’il y a un camp qui perd, moi je peux dire que c’est la Guinée qui a gagné.»

Djiba Camara, coordinateur du club de paix de Beyla, salue cette initiative à un moment où la manipulation a pris de l’ampleur dans nos sociétés. « Je retiens de ce festival-là, la mobilisation de la jeunesse. Tant de femmes et tant de jeunes qui sont toujours manipulés du coté ethnique ou du côté politique. Mais aujourd’hui si cette jeunesse est éduquée et sensibilisée en faveur de la paix et qui sont aujourd’hui au cœur de ce mouvement, ça me va droit au cœur et je peux dire qu’en Guinée désormais, il y aura zéro violence et zéro conflit.»

Au terme du festival, le responsable du projet a fait savoir que cette rencontre a permis à des jeunes venus d’horizons divers de se connaitre, de partager et de parler de cohésion sociale. « La première chose que nous nous attendions est déjà dans notre main. C’était de regrouper tous les jeunes de la Guinée à N’Zérékoré en vue de se connaitre, de se frotter, de s’aimer et de se partager les expériences, et ensemble d’échanger sur les expériences en matière de gestion des clubs de paix dans leurs différentes collectivités respectives.

Et partant de là, ça crée déjà l’innovation pour certains qui sont à leur première expérience de vivre dans un club de paix, à la différence de N’Zérékoré qui a déjà un club de paix et centre de paix qui est opérationnel depuis plus de 2 ans à travers des projets antérieurs. Le second résultat que nous attendions est qu’après ce festival que les jeunes là fassent preuve de créativité dans leurs différentes localités à l’image de ce que nous sommes en train de vivre à N’Zérékoré », a laissé entendre Bamba Moussa Fanghana.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

N’zérékoré : le conseil de discipline de l’Univeristé de N’zérékoré suspend 9 étudiants

20 février 2020 à 5 05 01 02012

Les dirigeants de l’Université de N’zérékoré ont décidé de sanctionner neuf étudiants de différents niveaux et de divers départements, les suspendant des cours. Tout porte à croire que les autorités universitaires sont contre la création d’une association estudiantine au sein du campus pendant cette période de lutte démocratique où la Guinée est encore à la croisée des chemins, avec la ferme volonté du président Alpha Condé de changer la constitution guinéenne pour s’offrir un mandat de plus à la tête du pays.

Lire

Répression d’élèves à Lola : un autre blessé décède à l’hôpital de N’zérékoré

19 février 2020 à 17 05 28 02282

image d’archive

Une manifestation d’élèves contre le manque d’enseignants, survenue avant-hier lundi, a été réprimée par les services de sécurité dans la commune urbaine de Lola. Sékou Kolié, grièvement blessé en marge de ces manifestations, a succombé à ses blessures ce mercredi, 19 février 2020, à l’hôpital régional de N’zérékoré. Ce qui porte à deux le nombre de morts suite aux violences enregistrées dans cette partie de la Guinée Forestière, rapporte Guineematin.com à travers son correspondant à N’zérékoré.

Lire

Kissidougou : des leaders de l’opposition attaqués par des citoyens

19 février 2020 à 14 02 14 02142

En tournée de sensibilisation des populations de la région forestière contre le projet de nouvelle Constitution et les élections législatives du 1er mars 2020, plusieurs leaders de l’opposition guinéenne ont été pris à partie par des citoyens non identifiés. L’attaque a eu lieu dans la matinée de ce mercredi, 19 février 2020, à Kissidougou, a appris Guineematin.com à travers son correspondant de Guineematin.com basé à N’Zérékoré.

Joint au téléphone, François Bogola Haba, ancien président de l’UGDD et membre de la délégation, a confirmé l’information. « Le cortège de Jacques Gbonimy, Pépé Francis Haba, Faya Millimouno, Etienne Soropogui, Norbert Kpoghomou, Zoa Dramou… a été attaqué frontalement à Kissidougou, qui constitue la première étape d’une longue tournée en région forestière », a-t-il indiqué.

L’opposant ajoute que ses amis et lui ont essuyé des jets de pierres, qui ont fait des blessés légers. Des vitres de leurs ont également été brisées. Mais malgré cette attaque, il promet que la mission va continuer sa tournée de sensibilisation dans la région. « Unis, nous sommes forts. Pas de troisième mandat pour personne ! Pas d’élections le 1er mars ! ».

François Bogola Haba invite les populations de la région forestière à recevoir et à soutenir cette délégation. « Soutenons la mission de nos leaders politiques en Guinée Forestière pour sauver la démocratie et l’Etat de droit dans cette région reculée du pays, où les administrateurs territoriaux et le parti au pouvoir mènent une guerre ouverte contre le FNDC et traumatisent les citoyens », a lancé l’ancien président du parti UGDD.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

SOS pour les pangolins de Ziama : l’ONG Fauna & Flora international demande l’application de la loi

19 février 2020 à 4 04 04 02042

L’ONG Fauna & Flora international, sise dans la forêt de Ziama, sous-préfecture de Sérédou (préfecture Macenta), a célébré la journée mondiale de pangolin le lundi dernier, 17 février 2020. Pour marquer d’une empreinte indélébile cette journée, les responsables de l’ONG ont réuni des étudiants amoureux de la nature et encadreurs dans une grande conférence-débat à l’université de N’zérékoré sur la vie des pangolins dans la biosphère de Ziama, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

Plainte contre Maladho Diaouné : le rectorat de l’Université de N’Zérékoré dément toute implication

18 février 2020 à 11 11 21 02212

Comme annoncé précédemment, Mamadou Maladho Diaouné, enseignant à l’Université de N’Zérékoré et responsable local de l’UFDG, a été convoqué au commissariat central de la ville. Mais contrairement aux premières informations, on apprend que ce n’est pas le recteur de l’Université où il enseigne qui a porté plainte contre lui. Interrogé par le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré, un responsable du rectorat a démenti toute implication dans cette affaire.

« Le recteur a été saisi d’une plainte du commissariat central contre un de ses professeurs, en la personne de M. Mamadou Maladho Diaouné. Comme l’intéressé n’était pas présent, le recteur a gardé la plainte jusqu’à son arrivée. Quand il est venu, on lui a remis la plainte et le recteur a voulu le faire accompagner par un enseignant mais il n’a pas accepté », a expliqué notre source.

Une version confirmée par l’enseignant concerné. « Ce n’est pas le rectorat qui m’a fait convoquer, c’est le commissariat qui a déposé une plainte au rectorat contre moi », a dit le chargé des affaires électorales de l’UFDG et membre actif de l’antenne locale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Mamadou Maladho Diaouné qui était attendu hier, lundi 17 février 2020, à 10 heures, au commissariat central de N’Zérékoré, n’a pas répondu à cette convocation. Cela, en raison du fait que la convocation ne mentionne pas les raisons de la plainte. Son avocat, maître Salifou Béavogui, exige la reprise de la plainte avec mention des infractions reprochées à son client.

Ci-dessous la convocation adressée à l’enseignant.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com
Tél : +224620166816/666890877

Lire

Arrestation de Robert Kaliva : le CSDF et des défenseurs des droits humains condamnent et exigent !

18 février 2020 à 9 09 34 02342

Le Comité de Prévention et de Règlement des Crises en Guinée Forestière, Organe du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF)

En partenariat avec les ONGs les Mêmes Droits pour Tous (MDT) et Avocats Sans Frontière Guinée (ASF)

COMMUNIQUE DE PRESSE SUITE A L’ARRESTATION ET LA DETENTION ARBITRAIRE DE ROBERT KALIVA GUILAVOGUI

Le samedi 15 Février 2020, 6 gendarmes, à bord d’une pick-up, sans mandat, ni droit, ont débarqué brutalement dans un Café-Bar, aux environs de 9 heures, à Macenta pour contraindre monsieur Robert Kaliva GUILAVOGUI alias Junior Pkapkataki de les suivre.

Par la suite, Robert Kaliva GUILAVOGUI a été conduit devant Monsieur Mohamed Cheick DIALLO, Préfet de Macenta, qui, séance tenante, a aussitôt ordonné son arrestation et sa déportation vers Faranah.

Cette interpellation se déroule dans un contexte politique particulièrement tendu consécutif à l’annonce le 05 Février 2020, par le Président de la République M. Alpha Condé, du couplace des élections législatives avec le référendum en vue de l’adoption d’une nouvelle constitution, ouvrant ainsi la voie à un troisième mandat.

C’est dans ce contexte de menace grave à la paix, à la stabilité et à la démocratie guinéenne, que le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), regroupant des partis d’opposition, les mouvements syndicaux et les principales organisations de la société civile en Guinée, a été créé pour sauver les acquis démocratiques de la République de Guinée.

Le seul crime de Robert Kaliva GUILAVOGUI se résume à son appartenance active au FNDC et à son militantisme contre l’adoption d’une nouvelle constitution permettant à Monsieur Alpha CONDE de se garantir un pouvoir à vie en violation des lois de la République.

Les agissements de l’Etat de Guinée sont attentatoires aux libertés individuelles, d’expression et d’opinion consacrées aux articles 6 et 9 de la Charte africaine des Droits de l’Homme, 9 et 19 du Pacte International Relatif au Droit Civil et Politique (PIDCP) et 3, 9 et 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH).

Monsieur Robert Kaliva GUILAVOGUI est un des leaders du mouvement ELAZOGA de la Guinée Forestière et Membre du FNDC.

L’arrestation à Nzérékoré, le 31 Janvier 2020, suivie de la déportation à Conakry de Fassou GOUMOU du MORUDEG est un autre cas de violation grave des libertés des personnes.

Ainsi, il ne fait l’ombre d’aucun doute que l’arrestation et la déportation subséquente sont le résultat des prises de position ferme de Robert Kaliva GUILAVOGUI contre le tripatouillage de la constitution et à son appel à s’opposer par tous les moyens légaux à cette forfaiture à travers la plateforme citoyenne FNDC.

Cette situation honteuse est l’illustration parfaite d’un recul de la démocratie et de l’Etat de Droit en Guinée.

NOUS PRENONS à témoin l’opinion nationale et internationale du comportement dangereux et violent du gouvernement de la République de Guinée

NOUS RAPPELONS que la liberté d’opinion et d’expression sont garanties par la Constitution du 07 Mai 2010 et les instruments juridiques internationaux signés et ratifiés par la Guinée.

Nul ne doit être interpellé, détenu, déporté ou inquiété en raison de son opinion.

NOUS CONDAMNONS les arrestations et toutes les formes d’intimidation orchestrées par le gouvernement et ses hommes de main contre des paisibles citoyens à cause de leur opinion.

NOUS REGRETTONS la confiscation par l’Etat des droits et libertés fondamentaux garanti aux citoyens par les détentions arbitraires et la déportation récurrente des opposants à l’adoption d’une nouvelle constitution et qui sont originaires de la Guinée Forestière.

NOUS DEPLORONS ce climat de terreur et de déni de la légalité volontairement entretenu et imposé par l’Etat et dont certains cadres de la Guinée Forestière soutiennent aveuglement.

NOUS INVITONS l’Etat de la République de Guinée au respect de la Constitution du 07 Mai 2010 et de ses engagements internationaux en matière de droits de l’Homme.

NOUS INVITONS également les Nations Unies, l’Union Africaine, la CEDEAO, l’Union Européenne, les Etats Unis, la France, l’Allemagne et toutes les organisations internationales, régionales, sous régionales et nationales de défense des droits de l’Homme

  • exiger de la Guinée le respect de l’alternance démocratique et des droits de l’Homme.

NOUS EXIGEONS A PRESENT la libération immédiate et sans condition de Robert Kaliva GUILAVOGUI alias Junior Pkapkataki.

NOUS RECLAMONS en fin des poursuites judiciaires à l’encontre de Mohamed Cheick DIALLO, Préfet de Macenta, et de tous ses acolytes responsables de l’enlèvement, de la déportation et de la détention arbitraire de Robert Kaliva GUILAVOGUI !

Fait à Conakry, le 17 Février 2020

 

Le Comité de Prévention et de Règlement des Crises en Guinée Forestière.

 

Lire

Lola : une manifestation d’élèves fait un mort et un blessé grave

17 février 2020 à 23 11 22 02222

De violents affrontements ont eu lieu ce lundi, 17 février 2020, entre des élèves manifestants et des agents des forces de l’ordre. Ils ont coûté la vie à un élève et fait plusieurs autres blessés, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à N’Zérékoré.

Malgré sa banalisation par les autorités, la grève déclenchée le 09 janvier dernier par le SLECG d’Aboubacar Soumah continue de faire des effets à travers le pays. C’est ce débrayage qui est à l’origine des affrontements ayant fait un mort et plusieurs blessés dont un cas grave ce lundi dans la commune urbaine de Lola. Choqués par l’absence de leurs enseignants en classes, plusieurs sont descendus dans la rue pour exiger la reprise sans délai des cours.

Et selon le coordinateur local du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée, de violents affrontements ont opposé les manifestants aux forces de maintien d’ordre. C’est le DPE qui a demandé aux élèves d’aller à l’école pour composer. Quand ils sont venus, les élèves n’ont pas trouvé les enseignants en classes, ils se sont retournés donc en protestant dans la rue. C’est ainsi qu’ils se sont rencontrés avec les services de sécurité. Et c’est dans les échauffourées qui ont éclaté entre les deux camps, certains d’entre eux ont reçu des balles réelles », a expliqué Amara Kadiatou Camara.

Deux personnes ont été touchées par balles, dont Sâa Étienne Ouendouno, élève au collège Tiépoulou de Lola. Le jeune homme a rendu l’âme quelques heures plus tard à l’hôpital régional de N’Zérékoré. Le second blessé par balle reçoit des soins dans le même établissement hospitalier.

A noter que des manifestations d’élèves ont été enregistrées ce même lundi à Conakry, Labé et Télimélé. Dans ces autres villes du pays, les élèves réclament le retour de leurs enseignants en classes. Au même moment, 11 centrales syndicales du pays, dont la puissante USTG, ont publié un préavis de grève ce 17 février 2020.

Elles exigent le dégel des salaires des enseignants grévistes et l’ouverture immédiate de négociations entre le gouvernement et le SLECG. Faute de quoi, ces centrales syndicales menacent d’aller en grève. L’étau se resserre donc autour des autorités guinéennes.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

Université de N’zérékoré : le recteur porte plainte contre un enseignant membre du FNDC

17 février 2020 à 18 06 43 02432

Les difficultés des responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) en Guinée Forestière se multiplient depuis quelques jours. Mamadou Maladho Diaouné, enseignant à l’Université de N’zérékoré, chargé des affaires électorales de l’UFDG et membre de l’antenne régionale du FNDC, a été convoqué ce lundi, 17 février 2020, au commissariat central de N’zérékoré, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Selon nos informations, Mamadou Maladho Diaouné a été convoqué « pour affaire le concernant » sur une plainte du nouveau recteur de l’Université de N’zérékoré, Oumar Keïta. Même si on ne sait pas les raisons de la convocation  de l’opposant au 3ème mandat, des observateurs avertis pensent qu’elles seraient liées à l’appartenance politique de monsieur Diaouné, et son combat contre le projet de la nouvelle Constitution.

Certaines sources bien introduites laissent entendre même que le départ de Dr Ousmane Wora, l’ex-recteur de ladite institution d’enseignement supérieur, serait dû à son refus de faire muter le politico-enseignant dans une autre université.

Cette convocation intervient au lendemain du « kidnapping » de Robert Kaliva Guilavogui, responsable du PEDN et membre influent du FNDC à Macenta, qui serait détenu à Faranah. L’affaire Fassou Gomou, transfuge du RPG Arc-en-ciel, enlevé récemment à N’zérékoré et conduit à Conakry , est encore dans les mémoires.

À suivre….

De N’zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

Guinée Forestière : Papa Koly lance les travaux de la route Péla-Yomou

17 février 2020 à 11 11 33 02332

Il n’est un secret pour personne que les routes de la Guinée Forestière sont dans un très mauvais état. C’est pour tenter de diminuer le calvaire des populations qu’une mission gouvernementale a procédé au lancement des travaux de la route Péla-Yomou dans la journée du samedi, 15 février 2020, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Papa Koly Kourouma, qui a procédé au lancement des travaux de cette route distante de 22 kilomètres. Outre Papa Koly Kourouma, la délégation était composée de Dr Edouard Niankoye Lamah, ministre conseiller à la Présidence, et de Domani Doré, du mouvement Guinée Audacieuse.

De nombreux citoyens se sont mobilisés pour la circonstance. Ils étaient venus de nombreuses communes rurales relevant de Yomou : Péla, Bêtha, Banié, Diecké, Bignamou et Bowé.

Dans son bref discours, Elhadj Papa Koly Kourouma s’est dit heureux de venir présider le lancement des travaux de cette route qui va soulager les populations des différentes localités traversées. « Je suis là aujourd’hui avec mes frères pour le lancement des travaux de la route Yomou-Pela qui a tant fatigué les populations de Péla et Yomou pour leur transport et celui de leurs biens », a dit le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement qui a précisé les travaux vont s’achever avant la saison des pluies.

Il reste à savoir s’il en sera ainsi surtout qu’on est en période de campagne électorale.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire

Kassory Fofana à N’zérékoré : « ne cédez pas au chantage, ni aux menaces… »

13 février 2020 à 16 04 04 02042

Le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, en compagnie de certains membres du gouvernement, continue sa tournée à l’intérieur du pays pour remobiliser les troupes dans la perspective des contestées élections législatives et du référendum tout aussi décrié du 1er mars 2020. C’est dans ce cadre que Kassory Fofana a été reçu à N’zérékoré ce jeudi, 13 février 2020, au siège du RPG au quartier Nienh 1, dans la commune urbaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Incendie de la CEPI de N’Zérékoré : un opposant dénonce un coup monté par les autorités

13 février 2020 à 10 10 52 02522

La polémique se poursuit à N’Zérékoré autour de l’incendie de la Commission Électorale Préfectorale Indépendante. Moïse Haba, le coordinateur régional du Bloc Libéral et membre du FNDC, a réagi au micro du correspondant de Guineematin.com dans la préfecture, suite aux différentes sorties des autorités locales, accusant l’opposition d’être à l’origine de cet incendie. Il dénonce des déclarations calomnieuses.

Lire

Attaque du siège de la CEPI de N’Zérékoré : le préfet accuse l’opposition

12 février 2020 à 20 08 06 02062

Les réactions continuent de se faire entendre à N’Zérékoré suite à l’attaque du siège de la CEPI, incendié nuitamment par des inconnus. Après la présidente de ce démembrement de la CENI et le directeur de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré, c’est au tour du préfet de s’exprimer sur la question. Elhadj Sory Sanoh a organisé un point de presse ce mercredi, 12 février 2020, pour réagir à cette situation qui focalise les attentions dans la ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Yomou : découverte du corps d’un homme pendu dans un champ à Komou Zamata

12 février 2020 à 13 01 57 02572

commissariat central de police de Yomou

Des habitants du village de Komou Zamata, situé à 15 kilomètres de la commune urbaine de Yomou, ont découvert le corps d’un homme pendu dans un champ d’hévéa, dans la soirée d’hier mardi, 11 février 2020. Le défunt n’a pas été identifié et les enquêtes de la gendarmerie sont ouvertes pour élucider le mystère, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Incendie de la CEPI de N’zérékoré : « c’est un acte criminel organisé par l’opposition »

11 février 2020 à 19 07 26 02262

Jean Smith Sandy, Directeur de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré

Le siège de la Commission Electorale Préfectorale Indépendante (CEPI) de N’zérékoré a été incendié dans la nuit du lundi au mardi 11 février 2020, au quartier Ossud, dans la commune urbaine. Des voix s’élèvent pour condamner cet acte que certains qualifient de criminels. Pour le directeur de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré, Jean Smith Sandy, c’est un incendie organisé par l’opposition qui boycotte les législatives et menace de les empêcher, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Urgent : la CEPI de N’zérékoré incendiée !

11 février 2020 à 8 08 20 02202

Le siège de la commission électorale préfecture indépendante, sis au quartier commercial, secteur Osud 1, a été incendié par des inconnus dans la nuit d’hier à aujourd’hui, mardi 11 février 2020. Selon des informations recueillies par le correspondant local de Guineematin.com qui s’est rendu sur place, c’est aux environs de 02 heures du matin que des inconnus auraient mis le feu derrière la cour et le feu a finalement pris tout le bâtiment.

Lire

Yomou : début de la distribution des cartes d’électeurs

10 février 2020 à 20 08 35 02352

Conformément au chronogramme de la CENI, la distribution des cartes d’électeurs en prélude aux législatives et au référendum constitutionnel du 1er mars 2020, a démarré ce lundi, 10 février, à Yomou. Pendant que les électeurs de la commune urbaine commençaient à récupérer leurs cartes, la formation des membres des commissions de distributions démarraient dans les sous-préfectures, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Yomou.

Lire

Nzérékoré : le parrain de campagne du RPG-AEC ovationné par les populations de Koropara

10 février 2020 à 15 03 17 02172

La coordination régionale du RPG Arc-en-ciel de N’zérékoré a présenté hier dimanche, 09 février 2020, le parrain de campagne de la sous-préfecture de Koropara, située à 85 km de la commune urbaine. C’est l’inspecteur politique de la zone et chargé à l’organisation au directoire préfectoral de la campagne, Pépé 2 Haba, qui a présidé la cérémonie de présentation de Cécé Urbain LAMAH. C’était en présence de son homologue de la sous-préfecture de Yalenzou, Jacques Molou, devant une foule en liesse venue des sous-comités de base du RPG-AEC de la localité, des présidents de districts, des secrétaires généraux, des groupements de jeunes et de femmes de Koropara, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Fassou Goumou révèle : « on m’a accusé d’avoir fait un sacrifice humain pour Cellou Dalein »

10 février 2020 à 13 01 11 02112

Au lendemain de son retour à N’Zérékoré, Fassou Goumou a accordé un entretien au correspondant de Guineematin.com dans la préfecture. Ce dissident du RPG Arc-en-ciel, opposé au projet de nouvelle Constitution du président Alpha Condé, est revenu sur son interpellation suite à un cas de suicide qui s’est produit à son domicile, et toute la procédure qui a suivi jusqu’à sa libération à Conakry. L’opérateur économique a révélé notamment qu’il a été accusé d’avoir fait un sacrifice pour Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne.

Lire