Koubia : une femme verse de l’eau chaude sur son mari

5 juin 2021 à 10 10 21 06216

Une jeune femme a brûlé son mari avec de l’eau chaude, à Koubia. L’acte s’est passé dans la nuit du vendredi, 21 mai 2021, à Tinkal, un village relevant du district de Saarè-Kindja, dans la sous-préfecture de Missira, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Après le dîner, Ibrahima Sory Baldé, la cinquantaine, est rentré se reposer. Il n’imaginait pas un seul instant les intentions de son épouse, Safiatou Baldé, la trentaine. Après avoir fini de chauffer l’eau, la jeune femme est allée prendre son bébé de 2 mois, qui était couché à côté de son mari, pour le mettre à l’abri. Elle est ensuite partie chercher l’eau bouillante pour venir le verser sur son mari.

Acte de vengeance

Ibrahima Sory Baldé a été évacué à l’hôpital préfectoral de Koubia pour soigner ses brûlures. De son côté, son épouse a été interpellée par la police, avant d’être confiée provisoirement à ses parents, parce qu’elle allaite un bébé de 2 mois. Selon les informations recueillies par le commissariat central de police de Koubia, Safiatou Baldé a agi ainsi pour se venger de son mari.

En effet, une dispute avait éclaté entre les deux dans la journée, pendant qu’ils semaient le maïs. L’homme avait battu son épouse parce qu’elle refusait, selon lui, de faire du sérieux dans le travail.

Alpha Koubia Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628546933

Lire

Incendie à Dabola : plusieurs cases ravagées par un feu à Konindou

4 juin 2021 à 17 05 45 06456

Un incendie s’est produit hier, jeudi 3 juin 2021, dans la sous-préfecture de Konindou (Dabola). Le feu a consumé plus de 15 cases avec leurs contenus, laissant les victimes dans une profonde désolation, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Kankan.

Ce sinistre est survenu dans l’après-midi de ce jeudi, à Konindou, une sous-préfecture située à 32 kilomètres de la ville de Dabola. Joint au téléphone, Cheick Maréga, l’une des victimes, a expliqué l’origine de cet incendie.

« C’est quelqu’un qui a mis le feu sur des ordures ménagères. Entretemps, un vent violent a soufflé dans le village, transportant le feu au niveau des cases voisines. En tout, plus de 15 cases ont été incendiées avec leurs contenus », a-t-il confié.

Ce citoyen de Konindou précise que parmi les dégâts causés, figurent de quantités importantes de produits agricoles et d’autres biens. Et les dégâts auraient pu même être plus importants, si les citoyens ne s’étaient pas mobilisés pour faire face à cet incendie, avec les moyens du bord.

« Il faut saluer la bravoure des citoyens, qui ont réussi à maîtriser le feu pour ne pas qu’il fasse plus de dégâts. Cependant, plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui sans abris ni nourriture. Ils ont tout perdu dans cet incendie. C’est pourquoi nous demandons de l’assistance auprès des autorités et des personnes de bonne volonté », a lancé Cheick Maréga.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Kankan : un jeune porté disparu au fleuve Milo

4 juin 2021 à 16 04 42 06426

Un jeune homme est porté disparu depuis hier soir, jeudi 3 juin 2021, au fleuve Milo, à Kankan. Daouda Condé, résidant au quartier Briqueterie, était parti se baigner dans ce fleuve.

Ce sont des jeunes qui jouaient au bord du fleuve qui ont constaté sa disparition. Ils ont alerté ses parents, qui ont aussi informé les autorités du quartier. Ce vendredi matin, les autorités ont mobilisé les pêcheurs et d’autres plongeurs pour tenter de le retrouver.

Après plusieurs heures de recherches, Daouda Condé reste toujours introuvable.

Nous y reviendrons !

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Siguiri : un conducteur de taxi moto égorgé par des inconnus à Doko

29 mai 2021 à 11 11 38 05385

Un jeune conducteur de taxi moto a été retrouvé mort en brousse hier, vendredi 28 mai 2021, dans la préfecture de Siguiri. Ses bourreaux l’ont égorgé avant d’emporter sa moto, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à Siguiri.

Ce meurtre a eu lieu dans le district de Namankoumanan, relevant de la sous-préfecture de Doko. Amadou Oury Sow, la victime, a été tué dans des circonstances non encore élucidées par des inconnus, qui ont emporté sa moto. Peu après le crime, un passant a vu le corps du jeune homme, abandonné en brousse.

« Son corps a été retrouvé sur la route d’une mine d’or, à quelques kilomètres du village. Nous ne savons pas à quelle heure exactement le meurtre s’est produit. Mais son corps a été retrouvé à 14 heures par un passant, qui a alerté les autorités. Selon nos informations, la victime se rendait souvent dans cette localité pour déposer des clients. Ses bourreaux l’ont égorgé, avant d’emporter sa veille moto », explique Dianko Dansoko, agent de la Croix-Rouge.

Amadou Oury Sow, 24 ans, est originaire de la préfecture de Mamou. Il était marié sans enfant. Son corps a été remis à sa famille, qui vit dans la ville de Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Une tornade fait des ravages à Mandiana : une centaine d’habitations endommagées

26 mai 2021 à 20 08 09 05095

De nombreux habitants de Maréna, un district de la sous-préfecture de Kodiaran (Mandiana), sont aujourd’hui dans une situation de détresse. Cela fait suite à une tornade qui a frappé ce village dans la nuit du lundi au mardi 25 mai 2021. Selon le sous-préfet de Kodiaran, joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, une centaine d’habitations (maisons et cases) ont été endommagées dans cette localité.

« C’est hier, mardi 25 mai 2021, que le président du district de Maréna, Ibrahima Kalil Konaté, m’a appelé pour m’informer de cette situation. Il m’a dit qu’il y a un vent violent qui a décoiffé plusieurs cases et des bâtiments dans ce district. Il m’a fait savoir aussi que d’autres maisons en construction ainsi qu’une partie de la plus vieille mosquée du village se sont aussi écroulées. Je n’ai pas pu rendre sur les lieux hier, parce que j’étais parti accompagner le gouverneur à la société minière de Loïla, où il y avait une manifestation.

Donc, ce n’est qu’aujourd’hui, mercredi 26 mai, que j’ai effectué le déplacement en compagnie de la Croix-Rouge et d’autres cadres de la préfecture pour aller constater les dégâts. Quand on est arrivé sur le terrain, on a constaté que dans plusieurs endroits du district, ce vent violent a fait des dégâts : des cases et des maisons ont été décoiffées, tandis que se sont écroulées. Selon la Croix-Rouge, c’est une centaine de maisons qui se trouvent dans cette situation », a indiqué le sous-préfet, Daman Kourouma.

L’administrateur ajoute que ce vent violent a touché aussi le chef-lieu de la sous-préfecture, où il a causé aussi quelques dégâts. « Au niveau de la commune rurale de Kodiaran, la seconde résidence du sous-préfet qui était en construction s’est écroulée, et la maison de mon adjoint aussi a été décoiffée. Mais, on a trouvé des moyens pour remplacer les feuilles de tôles emportées de ce côté », a dit le sous-préfet de Kodiaran.

Selon M. Daman Kourouma, certaines victimes de cette tornade à Maréna ont pu refaire la toiture de leurs habitations. Les autres sont hébergées par les voisins jusqu’à ce qu’ils puissent réparer les dégâts causés.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Mamou : elle brûle la main de sa sœur qui a utilisé son gel pour ongle

26 mai 2021 à 9 09 40 05405

C’est une correction beaucoup trop sévère qu’une fille a administrée à sa jeune sœur, à Mamou. Elle a brûlé la main de la petite, dont le seul crime est d’avoir utilisé son gel pour ongle sans son autorisation. L’acte s’est passé dans le secteur Balia du quartier Petel, dans la ville de Mamou, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Cette triste réalité a été révélée par un habitant de la localité. Selon lui, la victime est une fillette de 5 ans. Sa sœur a plongé sa main dans une marmite contenant une eau bouillante. « C’est dans la journée du lundi 24 mai 2021, que j’ai trouvé une fillette du nom de Oumou Diallo, qui était couchée seule sur une terrasse et qui se tordait de douleur. Lorsque j’ai vu tous ses doigts blessés, je lui ai demandé ce qui lui était arrivé. Elle dit que c’est sa sœur qui l’a brûlée avec de l’eau chaude, à cause d’un liquide qui sert à orner les ongles », a expliqué ce citoyen.

Ce dernier s’est rendu à la police pour l’informer de cette situation. Et, les agents de sécurité sont allés procéder à l’interpellation de l’auteure de l’acte et sa mère.

Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Nouveau drame à Siguiri : 4 morts dans une mine d’or

25 mai 2021 à 20 08 12 05125
Image d’archives

Quatre personnes ont trouvé la mort dans l’éboulement d’une mine d’or survenu hier, lundi 24 mai 2021, dans la sous-préfecture de Maléya (Siguiri). Il a fallu près de 24 heures de recherches pour retrouver les corps des victimes, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

Joint au téléphone, le maire de la commune rurale de Maléya a indiqué que l’éboulement s’est produit hier, aux environs de 17 heures, dans le district de Hamdallaye. Et, ce n’est que ce mardi, à 14 heures, que les corps des victimes ont été retrouvés. Ces quatre personnes travaillaient clandestinement dans cette mine d’or, interdite d’exploitation par les autorités locales.

« C’est pour éviter un tel drame que nous avons interdit l’exploitation de cette mine. Parce qu’on s’est rendu compte que le risque d’éboulement est très élevé. Mais les gens se cachent toujours pour aller travailler clandestinement sur les lieux. Même le dimanche dernier, les Tombolomans (gendarmes des mines) ont mis aux arrêts des mineurs dans cette mine », a confié Gnoumé Camara, maire de Maléya. 

Les victimes sont : Fodé Sanoh, 30 ans, originaire de Kérouané. Il était marié et père de 3 enfants. Mamady Oularé, 28 ans, originaire de Dinguiraye. Il était aussi marié et père d’un enfant. Bangaly Cissé, 35 ans, originaire de Kissidougou, marié sans enfant. Sory Camara, 26 ans, marié et père d’un enfant. 

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Labé : une vieille dame sauvée de justesse dans un puits

24 mai 2021 à 17 05 29 05295

Une vieille femme est tombée dans un puits ce lundi, 24 mai 2021, à Labé. L’intervention rapide des agents de la protection civile a permis de la sauver, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

L’accident s’est produit au quartier Koulidara, dans la commune urbaine de Labé. Fatoumata Bamby, âgée d’une soixantaine d’années, était partie puiser de l’eau dans un puits. Elle a glissé et est tombée dans le puits. Heureusement, elle a pu tenir le coup jusqu’à l’arrivée des sapeurs-pompiers, qui sont rapidement intervenus pour la sauver. Après les soins reçus à l’hôpital, la vieille dame se porte bien, indique Elhadj Ibrahima Sory Barry, président du conseil de quartier de Koulidara.

« J’étais au centre-ville, lorsque des citoyens de Koulidara m’ont appelé pour m’informer qu’une vieille femme est tombée dans un puits. Immédiatement, je me suis rendu dans les locaux du service des sapeurs-pompiers, qui a dépêché une équipe sur les lieux. Heureusement, ils ont réussi à sauver sa vie. Elle a été transférée d’urgence à l’hôpital régional de Labé. Et, selon les médecins, sa vie n’est pas en danger. Moi-même j’ai échangé avec elle. Elle va bien », a dit l’autorité locale.

« Je demande à tous les citoyens de Koulidara, propriétaires de domaines sur lesquels il y a des trous béants, de les fermer ou de les sécuriser le plus tôt que possible. Cela, pour sauver les vies des personnes non seulement, mais aussi celles des animaux », a ajouté Elhadj Ibrahima Sory Barry.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinéematin.com

Lire

Kadiatou Diallo violée et tuée à Coyah : sa famille annonce une plainte contre X

23 mai 2021 à 11 11 53 05535
Kadiatou Diallo, victime

Un crime odieux a eu lieu dans la nuit du jeudi, 20 mai 2021, à Filima, un secteur situé dans la sous-préfecture de Kouria (Coyah). Des individus non identifiés ont violé et tué une jeune fille de 18 ans, élève en classe de Terminale au lycée Fily de Coyah. Selon les témoignages recueillis par un journaliste de Guineematin.com qui s’est rendu sur place, la victime, Kadiatou Diallo, dormait dans sa chambre, lorsqu’un groupe de jeunes a fait irruption sur les lieux. Ils ont défoncé la porte de la maison et l’ont prise pour l’emmener de force dans un endroit isolé, où ils ont abusé d’elle. Et, ce n’est que le lendemain que la victime a été retrouvée et évacuée à l’hôpital préfectoral de Coyah. Mais c’était trop tard pour la sauver.

Facinet Sylla

Facinet Sylla, un activiste de la société civile membre du bureau de la jeunesse de Kouria, les criminels ont profité de la pluie qui tombait pour agir. « L’acte s’est passé dans la nuit du jeudi au vendredi 21 mai, vers 23 heures. Parce que ce jour, il y a eu une forte pluie accompagnée d’un vent violent. C’est à ce moment-là que les assaillants sont venus dans une voiture, selon les voisins. Ils ont d’abord cadenassé la porte de la maison où dormait la femme de son oncle avec ses enfants, avant de défoncer la porte de la chambre de la fille. Puisque c’est deux annexes d’une pièce chacune qui sont là-bas.

L’une était occupée par ses parents et elle, elle occupait l’autre chambre. Mais il faut le dire que c’est un coin qui est très isolé. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui habitent là-bas. Le lendemain matin, la famille a retrouvé une paire de ciseaux entachée de sang dans la chambre de la petite. Et ce n’est qu’à 9 heures que la victime a été retrouvée dans une maison non habitée située non loin de chez elle. Elle n’était pas encore morte, mais elle ne pouvait ni parler ni se déplacer. Elle avait beaucoup saigné et avait des blessures sur tout le corps », a expliqué le jeune homme.

Informé de l’acte, Ousmane Diallo, oncle paternel de la jeune fille, est venue la prendre pour l’emmener à l’hôpital préfectoral de Coyah. « La fille vivait avec ma seconde femme Mafoudia à Kouria depuis près de 3 ans. Hier matin, pendant que j’étais à mon lieu de travail, on m’a appelé pour m’informer que des bandits ont attaqué Kadiatou la nuit et qu’elle n’est pas à la maison. J’ai immédiatement pris une moto pour me rendre là-bas. Quand je suis arrivé, on m’a conduit là où elle a été emmenée par les ravisseurs. Je l’ai trouvée couchée sur un bois dans un état critique. Elle saignait de partout. J’ai informé la gendarmerie, qui est immédiatement venue faire le constat.

La gendarmerie nous a trouvé un véhicule dans lequel nous l’avons transportée à l’hôpital préfectoral de Coyah, entre 9 heures et 10 heures. Quand nous sommes arrivés à Coyah, elle a été admise aux Urgences et elle a commencé à recevoir les premiers soins pendant que nous, on attendait dehors. Quelques temps après, les médecins sont sortis me dire qu’il faut la référer à l’hôpital Donka. Je l’ai laissée sous perfusion pour aller chercher un taxi afin de l’emmener à Conakry. Mais lorsqu’on était prêt à bouger, leur chef est venu me dire de la faire descendre du véhicule, qu’ils vont bien voir sa situation. Quand on l’a fait rentrer, peu de temps après, l’un d’entre eux est venu me dire d’être fort, parce que la fille n’est plus. Ça c’était vers 14 heures », a témoigné l’oncle de la victime.

La famille de Kadiatou Diallo a récupéré le corps de la jeune fille pour l’inhumer le vendredi 21 mai, vers 17 heures, au cimetière de Friguiadi Yéwolé (Coyah). Son oncle annonce qu’il va déposer une plainte ce dimanche 23 mai. « Je vais me rendre à la gendarmerie de Kouria pour porter plainte contre X afin qu’une enquête soit ouverte pour retrouver les auteurs de ce crime », a dit Ousmane Diallo.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Kankan : un sourd-muet tente de violer une femme à son domicile

22 mai 2021 à 17 05 03 05035

C’est un fait inédit qui a eu lieu dans la nuit du vendredi, 21 mai 2021, au quartier Missiran, dans la ville de Kankan. Un sourd-muet a attaqué et tenté de violer une femme à son domicile. C’est grâce à l’intervention rapide d’un voisin que la cible a été sauvée, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Il était 22 heures, lorsqu’un sourd-muet, muni d’une machette, a fait irruption au domicile de Nathalie Zogbélémou, mariée et mère d’une fille. A son arrivée, explique la victime, elle passait un appel. Mais lorsqu’elle a aperçu son agresseur se diriger vers elle, la dame a essayé de prendre des précautions. « A 22 heures, je téléphonais à coté de mes marchandises, lorsque j’ai vu ce jeune homme qui passait devant ma concession, il marchait lentement. Puisque j’étais seule, j’ai voulu me lever pour fermer la porte. Directement, il a sauté pour venir sur la terrasse et il a fait sortir sa machette en me faisant signe de me taire.

C’est ainsi que j’ai appelé ma petite sœur. Mais comme il a compris que c’est une fille, il n’a pas eu peur. Il est rentré et il a ouvert la porte. J’ai dit à ma sœur de sortir et d’aller appeler au secours. Il m’a fait signe de me coucher pour qu’il fasse ce qu’il voulait faire, sinon qu’il allait me tuer. Il a enlevé mon pagne et je suis resté avec mon caleçon, puis il s’est couché sur moi. J’ai crié fort, si fort que mon voisin est venu. Dès qu’il a vu ce dernier, il a pris la fuite. Heureusement, il ne m’a pas touché » a-t-elle expliqué.

Selon les témoignages, lorsque le sourd-muet est sorti de la maison, il a été pourchassé par plusieurs jeunes du quartier. C’est ainsi qu’il a donné un coup de machette à Alsény Barry, le voisin qui a secouru la dame. Blessé, ce dernier a été admis à l’hôpital régional de Kankan pour des soins. Ce matin, on apprend que le sourd-muet a été arrêté et mis à la disposition de la compagnie mobile d’intervention et de sécurité (CMIS) N° 13 de Kankan, située dans le quartier Missiran.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Siguiri : un bébé meurt dans un sceau d’eau

22 mai 2021 à 9 09 45 05455
Bloc administratif de Siguiri

Le drame s’est produit hier, vendredi 21 mai 2021, dans le district de Fanafanako, relevant de la sous-préfecture de Doko (Siguiri). Un bébé d’environ une année a trouvé la mort dans un sceau. Les circonstances dans lesquelles la victime s’est retrouvée dans le sceau ne sont pas encore élucidées, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

« La victime s’appelle Adama Simagan, c’est un jumeau. Lorsque sa mère est rentrée de la mosquée pour la prière de l’aube, elle était couchée avec lui et sa sœur jumelle dans la maison. C’est au moment où elle somnolait que le bébé est sorti. Quand elle s’est levée pour le chercher, elle l’a trouvé mort dans un sceau d’eau qui était à la terrasse. On ne sait pas maintenant comment il a plongé dans le sceau parce qu’il ne pouvait pas marcher. Il ne faisait que ramper », a expliqué Dianko Dansoko, un citoyen.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

N’Zérékoré : une tornade fait 2 blessés et d’importants dégâts matériels à Zogota

21 mai 2021 à 10 10 27 05275

Dans la soirée du 18 mai 2021, une tempête a frappé le district de Zogota, dans la préfecture de N’Zérékoré. Une pluie accompagnée d’un vent violent s’est abattue sur le village, faisant d’importants dégâts, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à N’Zérékoré.

Deux blessés et une cinquantaine de maisons endommagées (certaines ont été décoiffées et d’autres se sont partiellement effondrées). C’est le triste bilan d’une tornade enregistrée mardi soir dans le district de Zogota, relevant de sous-préfecture de Kobéla (N’Zérékoré). Ce sinistre laisse plusieurs familles sans abris. Douno Dramou, l’une des victimes, était dans son champ lorsque ces dégâts ont eu lieu.

« C’est lorsque nous sommes rentrés qu’on a constaté les dégâts. Chez nous, on a perdu trois bâtiments, dont un qui était en rénovation. Et nous ne sommes pas les seules victimes. Il y a plus de 40 maisons qui ont été endommagées dans le village. Il y a également deux personnes qui ont été blessées, dont une femme en état de famille », a expliqué ce sinistré.

Philomène Kolié a été blessée par les briques de sa maison, dont une partie du mur s’est effondré. Heureusement, son état n’est pas grave. « Lorsque le vent a décoiffé la maison, une partie du mur a commencé à s’écrouler. Immédiatement, on a accouru pour sortir. Et, c’est en sortant que les briques sont tombées sur mon pied. Après avoir couru dans le village pour trouver un abri, je me sentais très mal. C’est ainsi qu’on m’a emmenée à l’hôpital où j’ai reçu des soins. Je vais très bien maintenant », témoigne cette jeune femme enceinte.

Kokoly Délamou, lui, a subi les effets de la foudre. Il a perdu connaissance pendant un moment, mais s’en est finalement sorti avec des blessures légères. « Quand le vent a arraché une tôle sur notre maison, je suis sorti en courant pour aller me réfugier chez mon oncle. Arrivé là-bas, j’ai trouvé qu’il a fermé sa porte. J’étais arrêté donc devant sa porte, lorsque la foudre est tombée non loin de là-bas.

Et, les effets de la décharge électrique m’ont projeté loin de l’endroit où j’étais arrêté. Quand je suis tombé, c’est comme si j’étais paralysé, aucune partie de mon corps ne bougeait. Les gens sont allés me chercher m’envoyer rapidement à l’hôpital. C’est là-bas que j’ai repris connaissance », a témoigné ce jeune homme.

Selon les habitants de Zogota, c’est la première fois qu’une situation pareille est enregistrée dans la localité. Les sinistrés sollicitent une assistance pour faire face aux dégâts qu’ils ont subis.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél: +224620166816/666890877

Lire

Drame à Mamou : 3 membres d’une même famille, tués dans un accident de la circulation

21 mai 2021 à 8 08 21 05215

Un grave accident de la circulation s’est produit hier, jeudi 20 mai 2021, à Mamou. C’est un camion qui a percuté une moto, faisant trois morts, dont un bébé de six mois, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

Le drame a eu lieu sur la route nationale Mamou-Dalaba, précisément à Pétéwol, dans le district de Sèrè, à 8 kilomètres de la ville de Mamou. Un camion, à vive allure, a percuté une moto sur laquelle se trouvaient trois membres d’une même famille (une femme, un jeune élève et un bébé de 6 mois), en partance pour le district de Sallyah, un village relevant du district de Soumabalako, dans la sous-préfecture de Tolo. Le véhicule a ensuite marché sur les victimes, les écrasant complètement. Témoin oculaire de la scène, Abdourahmane Diallo, conducteur de taxi moto, imputable la responsabilité de cet accident au chauffeur du camion.

« Le chauffeur communiquait au téléphone. Et, il a laissé sa trajectoire pour foncer sur le motard, qui était sur sa ligne. Lorsque le petit (le motard) a vu le camion venir sur sa droite, il s’est dirigé vers le ravin. Mais le camion, qui roulait à vive allure, est venu le percuter, avant de sur les trois personnes qui étaient sur la moto. Lorsque je suis venu voir, j’ai trouvé les trois corps broyées. Pour moi, le chauffeur a fait exprès. Parce qu’il était en excès de vitesse et il communiquait au téléphone », a expliqué ce citoyen.

De son côté, le chef de secteur de Tounti Sèrè regrette cette situation et appelle les conducteurs à la prudence. « On ne peut rien contre la volonté de Dieu, mais la prudence est la meilleure sûreté. J’invite donc tous les conducteurs d’engins roulants de faire preuve de prudence, à éviter de communiquer en pleine circulation. On n’a qu’un seul cerveau, donc on ne peut pas s’occuper de deux choses à la fois. Nous présentons nos condoléances les plus sincères à la famille éplorée », a dit Thierno Mamadou Diouldé Barry.

A noter que les trois victimes ont été inhumées dans la soirée de ce jeudi, aux environs de 20 heures, au cimetière de Madina, dans le secteur Gongowil. Quant au chauffeur du camion, il se trouve dans les mains de la gendarmerie de Mamou pour des fins d’enquête.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél: 625698919/657343939

Lire

Une soirée dansante vire au drame à Siguiri : un jeune tué dans une bagarre

20 mai 2021 à 15 03 08 05085

Les faits se sont produits dans la nuit d’hier, mercredi 19 mai 2021, à Kandani, un district relevant de la commune urbaine de Siguiri. En marge d’une soirée dansante, deux groupes de jeunes se sont violemment affrontés, faisant un mort.

Selon les informations confiées au correspondant de Guineematin.com à Siguiri, ce sont les jeunes du district de Kandani qui ont organisé une soirée dansante, à laquelle ils ont invité tous les villages environnants. Malheureusement, au cours de cette soirée, et pour des raisons non encore élucidées, une violente bagarre a éclaté entre les jeunes de Kandani et ceux du district de Diatèla.

« Nous ne connaissons pas pourquoi ils se sont bagarrés. Tout ce qu’on sait, c’est que les jeunes de Kandani ont organisé une soirée dansante chez eux, et ils ont invité tous les villages environnants, dont Diatèla. Quand la bagarre a commencé, aux environs de minuit, ils (les deux groupes de jeunes) étaient tous armés de machettes. Un jeune de Diatèla a reçu un coup de machette au cou, il a rendu l’âme », explique Balla condé, témoin de cette bagarre.

Après les affrontements, le corps du jeune tué (Mamady Traoré, 21 ans, marié et père d’un enfant) a été conduit à la morgue de l’hôpital préfectoral de Siguiri. Ce jeudi matin, les jeunes de Diatèla ont décidé de venger la mort de leur ami, en allant incendier deux cases à Kandani.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Labé : une nourrice tuée dans un accident de la circulation à Dionfo

18 mai 2021 à 18 06 06 05065

Un accident de la circulation a suscité tristesse et indignation ce mardi, 18 mai 2021, dans la sous-préfecture de Dionfo, préfecture de Labé. C’est un camion benne qui a percuté une moto avant d’écraser la tête d’une femme, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Labé.

L’accident s’est produit aux environs de 12 heures dans le district de N’Deylal, relevant de la sous-préfecture de Dionfo. Selon les témoins, c’est un camion benne transportant du sable, en provenance de Labé, qui a percuté une moto transportant quatre personnes. Lorsque ces personnes sont tombées, le véhicule a marché sur l’une d’entre elles, écrasant sa tête.

Il s’agit de Mme Assiatou Baldé, 25 ans, mère de trois enfants, dont un nourrisson qu’elle portait au dos, et qui a miraculeusement survécu. Elle se rendait dans son village, Hobhéré, dans la préfecture de Koubia pour dire au revoir à sa maman, avant de retourner auprès de son mari, en Côte d’Ivoire. Son corps a été transporté avec les autres passagers de la moto, qui sont blessés, à l’hôpital régional de Labé.

Choqués par ce drame, plusieurs habitants de Dionfo ont voulu lyncher le chauffeur du camion. Mais les services de sécurité sont intervenus pour les en dissuader. Le chauffeur se trouve actuellement dans les mains de la gendarmerie régionale de Labé pour des fins d’enquête, nous a confié le maire de la commune rurale de Dionfo, Elhadj Boubacar Baldé.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Kintinian (Siguiri) : un présumé profanateur de tombes lynché par des citoyens

17 mai 2021 à 12 12 10 05105

Un jeune homme non identifié a été tué hier, dimanche 16 mai 2021, dans la sous-préfecture de Kintinian, relevant de la préfecture de Siguiri. Accusée d’avoir profané des tombes, la victime a été battue à mort par des citoyens en colère, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Les gendarmes basés à Kintinian n’ont rien pu faire pour sauver le jeune homme. Une foule surexcitée est venue le retirer dans les mains des services de sécurité pour le battre à mort. Pour les auteurs de cette vindicte populaire, c’était la meilleure façon de se rendre justice après la profanation de plusieurs tombes au cimetière de Kintinian. Selon Namory Camara, un habitant de la localité, le jeune en question a été pris en flagrant délit en train d’exhumer un corps.

« Il y a eu un décès ici aujourd’hui, et des gens sont partis au cimetière pour creuser sa tombe. Quand ils sont arrivés là-bas, ils ont trouvé le jeune nu en train de profaner une tombe. Lorsqu’il a vu les gens, il a tenté de se cacher. Mais les gens l’ont pourchassé et l’ont mis aux arrêts. Après son arrestation, on l’a déposé au poste de la gendarmerie.

Mais lorsque les gens ont appris la nouvelle, ils se sont mobilisés pour venir réclamer sa tête. Parce que ces derniers temps, il y a plus de 7 tombes qui ont été profanées à Kintinian. Et, les gendarmes ont été obligés de le livrer finalement à la foule en colère. C’est ainsi qu’il a été tué », a expliqué ce citoyen de Kintinian.

La victime a été enterrée par un groupe de jeunes, sans même avoir été identifiée.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Siguiri : un hippopotame tue un homme à Tiguibiry

17 mai 2021 à 8 08 00 05005

La nouvelle a surpris plus d’un, car c’est une première dans cette localité. Un hippopotame a tué un homme dans le district de Tiguibiry, relevant de la commune urbaine de Siguiri. Il a fallu plusieurs heures pour retrouver le corps de la victime, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Parallèlement à son activité agricole, Douty Keïta pratiquait aussi la pêche. Samedi soir, comme très souvent, il est allé installer ses filets dans le fleuve Bafing, situé tout près de son village, Noukoun. Et dans la matinée du dimanche, 16 mai 2021, il est reparti récupérer les filets avec les poissons qu’il aurait pu capturer.

Mais cette fois-ci, les choses ont mal tourné pour ce père de famille. Il a été attaqué et tué par un hippopotame. Et, ce sont les cris de la victime qui ont alerté les habitants des villages environnants. Lorsque les gens sont arrivés sur les lieux, ils n’ont vu que la pirogue de Douty Keïta et un hippopotame qui était un peu plus loin.

Aussitôt, les pêcheurs ont été mobilisés pour mener des recherches en vue de le retrouver. Et, c’est après de longues heures de recherches que le corps de Douty Keïta a été retrouvé dans le fleuve, à 16 heures, avec plusieurs blessures sur la tête. Il a été inhumé non loin du fleuve.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Premières pluies à Conakry : quand les ordures bloquent la route à Entag Nord

14 avril 2021 à 16 04 39 04394

La pluie qui s’est abattue la nuit dernière sur Conakry n’est pas restée sans conséquences. A Entag Nord, un quartier de la commune de Matoto, les ordures ont envahi la route, bloquant le passage. Cette situation préoccupe les habitants de la localité, qui souffrent énormément pendant chaque saison pluvieuse, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Incendie dans un parc automobile à Bellevue : les pertes estimées à environ 200 millions de francs

12 avril 2021 à 20 08 21 04214

Comme annoncé précédemment, un incendie s’est produit ce lundi, 12 avril 2021, au quartier Bellevue, dans la commune de Dixinn (Conakry). Un feu d’origine inconnue s’est déclaré aux environs de 12 heures dans un parc automobile appartenant à l’établissement ADF, spécialisé dans l’importation de véhicules d’occasion. Selon Ibrahima Diallo, le gérant du parc, interrogé par un journaliste de Guineematin.com, les pertes subies se chiffrent autour de 200 millions de francs guinéens.

Lire

Garambé (Labé) : un jeune tue son ami à cause d’un téléphone portable

12 avril 2021 à 19 07 47 04474

Elhadj Amadou Tafsir Diallo, maire de Garambé

Une dispute autour du vol d’un téléphone portable a viré au drame dans la nuit du dimanche à ce lundi, 12 avril 2021, à Labé. Un jeune homme a poignardé mortellement son ami après que ce dernier lui a demandé des explications par rapport au vol de son téléphone portable, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Labé.

Lire