Mamou prévient Kassory Fofana : « si le Premier ministre fait de la propagande politique… »

22 novembre 2019 à 11 11 28 112811

« Nous ne voulons voir ni une banderole, ni un t-shirt, ni une pancarte où s’est écrit 3ème mandat ou qui parle de nouvelle constitution ou bien de référendum. Si eux, ils ne dépassent pas les bornes nous ne ferons aucune réaction. Au cas où ce sont eux qui mettront l’essence dans le feu. Les gens sont mécontents. Chacun est révolté dans son âme. Les guinéens sont frustrés. On tue les gens comme on tue des bêtes dans la brousse. Des jeunes tués au printemps de leur vie. Des violations des domiciles, des arrestations arbitraires, des condamnations sans fondement… ».

Après les préfectures de Tougué et Labé où il a été accueilli par des manifestations de protestation par endroit, le Premier ministre, Ibrahima Kasory Fofana, est attendu ce vendredi, 22 Novembre 2019, dans la préfecture de Mamou. Et, dans la ville carrefour, l’inspection régionale des Affaires religieuses s’active dans la sensibilisation des couches sociales de la préfecture pour obtenir un accueil chaleureux du chef du gouvernement guinéen, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

A la faveur d’une réunion de sensibilisation, organisée hier, jeudi, avec les coordinations régionales des communautés vivant à Mamou, les membres du FNDC, les syndicats, les femmes oulémas de Guinée, la mairie et les sages de la préfecture, l’inspecteur régional des affaires religieuses de Mamou, Elhadj Amadou Kolon Barry, a tenu à éclairer la lanterne des citoyens de la ville carrefour sur la visite annoncée du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana à Mamou.

Elhadj Amadou Kolon Barry, inspecteur régional des affaires religieuses

« Monsieur Fofana ne vient pas à Mamou dans le cadre politique, mais dans le cadre technique. Il a dans sa valise beaucoup de projets. La région a beaucoup d’attentes et nous allons les exposer au Premier ministre. C’est une opportunité pour nous également de poser nos problèmes. Aujourd’hui, la Guinée a beaucoup de problèmes. On va dialoguer avec lui », a indiqué Elhadj Amadou Kolon Barry.

Ayant déjà entendu les échos des échauffourées qui ont émaillé la visite du Premier ministre à Labé, l’inspecteur régional des Affaires religieuses de Mamou souhaite qu’un accueil chaleureux soit réservé à Kassory Fofana et sa suite. Et, pour réussir le pari, Elhadj Amadou Kolon Barry compte sur l’esprit citoyen des habitants de la ville carrefour.

« Toutes les sensibilités sont touchées. Tout Mamou est prêt à sortir pour réceptionner son excellence Monsieur le Premier ministre. Mamou est une ville hospitalière reconnue de tout le Monde », rappelle-t-il aux populations de Mamou.

Mais, pour le premier secrétaire administratif du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), « les gens sont mécontents et révoltés ». Cependant, assure Mamadou Madjou Diallo, cette réception du Premier ministre se passera bien si aucune propagande de troisième mandat ne se fait sur le terrain.

Mamadou Madjou Diallo, premier secrétaire administratif du FNDC Mamou

« Chacun a un totem. Nous aussi, nous allons dégager notre totem. Nous ne voulons voir ni une banderole, ni un t-shirt, ni une pancarte où s’est écrit 3ème mandat ou qui parle de nouvelle constitution ou bien de référendum. Si eux, ils ne dépassent pas les bornes nous ne ferons aucune réaction. Au cas où ce sont eux qui mettront l’essence dans le feu. Les gens sont mécontents. Chacun est révolté dans son âme. Les guinéens sont frustrés. On tue les gens comme on tue des bêtes dans la brousse. Des jeunes tués au printemps de leur vie. Des violations des domiciles, des arrestations arbitraires, des condamnations sans fondement… tous sont des causes des frustrations », a indiqué Mamadou Madjou Diallo.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Lire

FNDC-N’zérékoré : « un groupe de petits bandits ne va pas décider de notre destinée »

22 novembre 2019 à 9 09 55 115511

La marche du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) organisée à N’zérékoré, dans la journée d’hier, jeudi 21 novembre 2019, a drainé une foule immense. L’occasion a été mise à profit par les organisateurs pour dénoncer les promoteurs du projet de nouvelle constitution en Guinée qui ouvrirait la porte à un 3ème mandat pour Alpha Condé, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La ville de N’zérékoré s’est fortement mobilisée pour cet appel du FNDC à battre le pavé. Les opposants au 3ème mandat ont marché du carrefour Komou au Terrain Rouge de Scierie, en passant par le gouvernorat. Un meeting géant y a été tenu pour dénoncer les promoteurs du 3ème mandat.

Cécé Théa, Coordinateur régional du FNDC N’Zérékoré

Le vice coordinateur régional du FNDC de N’zérékoré, Cécé Théa, a félicité les protestataires pour la forte mobilisation. « Populations de N’zérékoré, merci pour cette forte mobilisation et votre engagement au sein du FNDC et pour la cause de notre constitution. Nous avons commencé et nous allons continuer jusqu’à ce que les promoteurs se rendent compte qu’ils se trompent. Le vrai peuple, c’est vous ! Prochainement, c’est le peuple de Guinée, c’est-à-dire nous ici rassemblés qui devons décider de la destinée de notre nation, pas un groupe de petit bandits », a lancé monsieur Théa.

Répondant à la sortie de certains promoteurs de la nouvelle constitution, le vice coordinateur du FNDC se montre catégorique. « Aujourd’hui, notre marche irrévocable de démocratie est tentée d’être dénaturée par un groupe de personnes qui regarde le rétroviseur. Alors que nous ici rassemblés, nous voulons avancer, nous voulons une Guinée qui progresse. Car une Guinée qui veut avancer n’accepte plus le Koudaïsme (le pouvoir à vie). Un pays qui veut progresser fonctionne avec des lois et des hommes capables d’écouter le peuple et de respecter le pouvoir du peuple, d’initier et d’accepter une alternance démocratique dans le pays ».

Pour terminer, Cécé Théa lance un appel pressant aux populations de N’zérékoré de ne pas succomber aux promesses qui ne seront jamais tenues. « Vaillantes populations de N’zérékoré, ne laissez personne nous voler notre avenir par des intimidations ou des promesses infécondes. Notre constitution actuelle est attaquée, on doit la défendre. Cette noble et exaltante lutte doit être celle de toutes les générations conscientes. Elle a commencé et elle doit continuer jusqu’à la victoire finale », a-t-il martelé.

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Nouvelle attaque contre le cortège du Premier ministre à Labé : la voiture de Samba Camara caillassée

22 novembre 2019 à 8 08 38 113811

Des véhicules du cortège du Premier ministre guinéen, Dr Ibrahima Kassory Fofana, qui rentraient de Tougué, dans la soirée d’hier, 21 novembre 2019, ont été la cible d’une nouvelle attaque à coups de pierres, perpétrée à l’entrée de la commune urbaine de Labé, précisément à Domby, un secteur du quartier Daka I, par des individus non encore identifiés, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le véhicule de Samba Camara, chargé de la communication du Mouvement Djokken Alpha et un autre transportant des journalistes ont été particulièrement touchés par les projectiles qui tombaient sur les victimes comme une pluie. En plus des préjudices sur les deux véhicules, un cadreur de la RTG aurait été blessé à la tête par un des projectiles lancés.

Samba Camara du mouvement Djokken Alpha

Samba Camara parle d’une attaque préméditée qui visait sa personne : « je n’ai pas reconnu ceux qui nous ont attaqués sur le terrain, parce qu’il y a une pluie de cailloux qui tombait sur nous. Mais, l’embuscade était montée contre ma personne. Au passage du Premier ministre, ils ne m’ont pas vu dans le cortège. Ils ont déduit alors que j’étais derrière. Ils ont donc décidé de m’attendre. Entre-temps, une rumeur selon laquelle je suis tombé en panne en brousse a fait le tour de la ville. J’ai reçu beaucoup d’appels de gens qui voulaient s’enquérir de ma situation. A chaque fois, je rassurais mes interlocuteurs. Mais, ils m’ont demandé de faire attention parce que selon eux j’étais attendu à l’entrée de la ville. A quelques mètres de là, j’ai trouvé un autre véhicule du cortège qui attendait. Ils m’ont dit qu’on ne peut pas passer parce que nous sommes attendus. Au même moment, je reçois un autre appel téléphonique qui me dit qu’il parait que je suis en panne au bas de la colline, que les gens chercheraient à venir m’attaquer à cette position. J’ai immédiatement appelé le commandant de la Gendarmerie qui a dépêché 4 pick-up. Les agents m’ont mis entre les 4 pickups, nous avons continué notre chemin. Mais, dès que nous sommes arrivés à l’endroit indiqué, on nous attendait réellement. Dès que nous sommes arrivés, il y a eu une pluie de cailloux sur nous directement. Heureusement pour moi, malheureusement pour mon ami qui était derrière. Quand ce cailloux-là est venu perforer le pare-brise. Ça l’a trouvé à côté et il est blessé » a expliqué Samba Camara.

Selon notre interlocuteur la menace contre sa personne a commencé depuis la veille, mercredi 20 novembre 2019.

« Ils disaient qu’on va brûler mon véhicule. On va faire ceci, on va faire cela. C’est prémédité depuis hier. Pour le moment, je ne peux pas dire avec exactitude que j’étais menacé. J’ai envoyé le message à cette personne qui m’a menacée pour lui dire que j’ai reçu le message de l’ordre que tu as donné aux enfants de brûler mon véhicule. Je lui ai envoyé le message hier. Il a réagi pour dire que ce n’est pas lui. J’ai dit d’accord. Mais, aujourd’hui aussi, quand nous avons été attaqués, je lui ai renvoyé le message pour lui dire félicitation, la mission est accomplie », a-t-il ajouté, avant de préciser qu’il ne réclame que la justice parce que son mouvement n’est contre personne.

A rappeler que Samba Camara est le coordinateur du Front pour l’adoption par référendum de la constitution, créé à Labé et qui avait lancé officiellement ses activités le dimanche 30 juin 2019, même si le FARC s’est limité à des déclarations d’intention.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Enrôlement des électeurs : un retard enregistré à Boké

22 novembre 2019 à 6 06 24 112411

Officiellement, l’opération d’enrôlement et de révision des listes électorales a été lancée hier, jeudi 21 novembre 2019, dans tout le pays. Mais à Boké, les travaux n’ont pas commencé sur le terrain, selon le constat du correspondant de Guineematin.com sur place.

Dans les différentes Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Electorales (CAERLE) de Boké, pas de travail ce jeudi. Les membres de ces commissions étaient plutôt rassemblés dans les locaux de la CEPI pour récupérer les kits d’enrôlement et les autres matériels de travail. Une situation que le président de la Commission Electorale Préfectorale Indépendante, Elhadj Sékou Souaré, tente de justifier.

« Chaque préfecture a ses stratégies. Moi, j’ai des îles, donc si je ne fais pas attention et je mets les gens directement sur le terrain, c’est de les sacrifier. Alors, que les gens ne se fassent pas d’illusions. Envoyer les kits dans les îles et dans les bowé n’est pas facile parce que le matériel est très sensible. Ensuite, la CENI a pris des moyens et a mis à la disposition de la Société ERMES mais elle ne connaît pas bien le terrain », déplore le président de la CEPI.

L’autre raison qui expliquerait ce retard, c’est la non disponibilité des motos qui serviront de moyens de transport pour les 18 agents chargés de superviser les 130 CAERLE de la préfecture. Mais, le président de la CEPI de Boké assure que toutes les dispositions sont prises pour que les travaux puissent démarrer et se dérouler normalement sur le terrain.

« Aujourd’hui, les enrôleurs ont les contrats et les ordres de mission signés, ils ont des montants virés au titre des primes, parce que ce n’est pas le moment d’abandonner les jeunes sur le terrain. Ils sont tous affectés et ils savent où ils doivent aller pour le travail. Nous invitons les autorités locales, les chefs de quartiers et les partis politiques à soutenir cette opération », a-t-il lancé.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Lire

Koubia : les agents de santé de Gadha-Woundou, outillés sur la méthode des 5 S

22 novembre 2019 à 6 06 14 111411

Une session de formation des agents de santé a démarré hier, jeudi 21 novembre 2019, dans la sous-préfecture de Gadha-Woundou, relevant de la préfecture de Koubia. Organisés par le ministère de la santé, les travaux visent notamment à améliorer la qualité des soins de santé dans la localité, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

La sous-préfecture de Gadha-Woundou, commune de convergence qui fait frontière avec la République du Mali, fait face régulièrement à un manque de personnels dans les services de l’Etat, notamment dans les structures de santé. En raison de l’enclavement de cette commune rurale, les fonctionnaires qui y sont mutés ne s’y rendent généralement pas.

C’est pour tenter de remédier à ce problème et améliorer la qualité des soins de santé que le ministère de la santé a organisé cette formation. Les travaux regroupent les chefs de postes de santé, des responsables des relais et autres agents communautaires de la santé, et portent sur la méthode appelée 5 S, a expliqué le directeur préfectoral de la santé de Koubia, Dr Thierno Ibrahima Kourouma.

Pendant les quatre jours que va durer cette formation, les participants seront outillés sur les compétences du personnel des structures sanitaires, l’utilité, les facteurs de réussite, le processus de mise en œuvre et les avantages du management par 5 S de l’approche KAIZ, une méthode japonaise, précise Dr Fatoumata Diaraye Diallo, chargée de formation à la direction nationale des ressources humaines du ministère de la santé.

D’après madame Baldé Hadiatou Diallo, chargée de gestion administrative du personnel à la DRH du ministère de la santé, à l’issue de cette formation, les résultats attendus seront entre autres, niveau élevé de la qualité des services, un meilleur environnement de travail…

Le sous-préfet de Gadha-Woundou, Fakoly Kourouma, qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux en compagnie du vice maire de la localité, Mamadou Korka Diallo, a vivement salué cette initiative du ministère de la santé.

De Gadha-Woundou (Koubia), Mamadou Alpha Diallo pour Guineematin.com

Lire

Le DPJ de Tougué à Kassory Fofana : « nous soutenons la révision constitutionnelle »

21 novembre 2019 à 19 07 24 112411

A l’occasion de la réception ce jeudi, 21 novembre 2019, du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana (parti effectuer le lancement de l’agence nationale d’inclusion économique et sociale) à Tougué, le directeur préfectorale de la jeunesse de la cité de Thierno Saliou Balla Mö Koïn a exprimé l’adhésion « des jeunes de Tougué » au projet de changement de l’actuelle constitution de la Guinée.

A la faveur d’une allocution dans laquelle il a présenté Tougué comme « un terminus », Saïkou Oumar Baldé a déclaré, sans ambages, le soutien des jeunes de cette localité aux « idéaux de révision constitutionnelle » qui fait actuellement débat dans le pays, a appris le correspondant de Guineematin.com dans cette préfecture.

Saïkou Oumar Baldé, Directeur préfectoral de la jeunesse de Tougué

« Cette date du 21 novembre sera marquée en lettre capitale dans les annales de l’histoire de Tougué, cité de l’illustre Thierno Saliou Balla Mö Koïn… excellence monsieur le Premier ministre, un adage nous dit : quand le soleil brille, ouvre lui la porte », a entamé Saïkou Oumar Baldé, devant les populations qui se trouvaient au stade préfectoral de Tougué.

Poursuivant son allocution, le directeur préfectoral de la jeunesse de Tougué a laissé entendre que c’est le peuple de Guinée qui a fait des prières afin que Dieu lui fasse goûter les délices de la démocratie. « Cet appel a été entendu, à notre grand honneur, par l’accession à la magistrature suprême de son excellence le Professeur Alpha Condé, premier président démocratiquement élu. Sans démagogie, la jeunesse vous ouvre largement les portes à Tougué. Ce mandat nous ait dédié ; et, nous sommes et resterons les premiers bénéficiaires », a dit Saïkou Oumar Baldé, tout en énumérant le déficit de personnel et la vétusté du bâtiment qui abrite la direction qu’il dirige en tant que bénévole.

Visiblement très honoré de la présence du Premier ministre dans cette ville, qui est vieille de plus d’un siècle, le directeur préfectoral de Tougué a exprimé le soutien des jeunes de Tougué à un changement constitutionnel en Guinée.

« Honorables hôtes, votre présence à Tougué nous honore, nous rassure, nous encourage et nous galvanise à plus d’un titre. Elle traduit la ferme volonté du chef de l’Etat et de son gouvernement à œuvrer pour l’épanouissement des jeunes. La jeunesse laborieuse de Tougué est et restera tournée vers le développement…Tougué a été fondée en 1901 ; et, elle brille aujourd’hui par sa vétusté et toutes les priorités de développement sont prioritaires. Nous espérons que la réalisation des activités programmées (bitumage de la route Labé-Koukoutamba-Dinguiraye, barrage hydroélectrique de Koukoutamba…) sera génératrice d’emploi et participera au désenclavement de Tougué. Ainsi, notre préfecture cessera d’être un terminus, mais plutôt un passage obligé pour tout voyageur. Par la même occasion, nous vous réitérons notre totale adhésion au programme de changement pour le développement économique, social et politique de notre pays, prôné par le Professeur Alpha Condé. Nous soutenons sans réserve les nobles idéaux de paix, de progrès, de prospérité et de la révision constitutionnelle de notre pays », a conclu Saïkou Oumar Baldé.

De Tougué, Alpha Ibrahima Baldé pour Guineematin.com

Lire

Passerelle de Koloma : après l’opérationnalisation, un autre défi se pose

21 novembre 2019 à 18 06 03 110311

Quelques mois après sa construction, la passerelle de Koloma marché a été rendue opérationnelle le lundi dernier, 18 novembre 2019. Désormais, les piétons doivent emprunter ce pont en fer pour traverser la route. L’objectif est de faciliter la circulation et surtout mettre fin aux accidents de la circulation enregistrés sur les lieux. Sur le terrain, certains peinent à s’habituer à cette nouvelle voie alors que d’autres saluent une importante initiative, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Pour l’heure, beaucoup de piétons peinent à emprunter la passerelle. Certains trouvent cette voie épuisante alors que d’autres trouvent qu’il est plus rapide de traverser directement la route que de monter sur ce pont. C’est pourquoi d’ailleurs, des policiers ont été déployés sur les lieux pour obliger les citoyens à emprunter la passerelle en question. Ce sont ces agents qui ont rappelé Saoudatou Sow à l’ordre.

Madame Saoudatou Sow

« Tout à l’heure, j’ai essayé de traverser la route sans emprunter la passerelle, mais les policiers m’en ont empêché. Et quand j’ai utilisé la passerelle, je me suis rendue compte que c’était plus sécurisé et garanti, car tu n’as pas peur d’être victime d’accident. Je demande aux citoyens qui refusent d’utiliser cette voie d’accepter d’emprunter le pont afin d’éviter des accidents. Parce que mieux vaut souffrir pour traverser que de perdre la vie dans un accident », explique Saoudatou.

Monsieur Amadou Sarah Sow

Tout comme cette dame, Monsieur Amadou Sara Sow apprécie aussi positivement la mise en place de cette passerelle au niveau du marché de Koloma. Une zone très fréquentée aussi bien par des véhicules que des piétons. « C’est une très bonne chose, surtout pour nous les vieux qui ne faisons pas d’exercices physiques. Car, en utilisant cette passerelle, nous faisons un peu de sport, ce qui peut améliorer notre santé. Je demande aux autorités de construire un muret sur le terre-plein pour obliger les citoyens à emprunter cette passerelle et éviter les risques liés à la traversée de la route », propose ce citoyen.

Mamadou Oury Sow

Du côté des chauffeurs aussi, on salue cette initiative des autorités du pays. Mamadou Oury Sow, conducteur de taxi sur cette route, pense que cela va lui permettre de circuler plus facilement à ce niveau avec moins de risques. « C’est une très belle initiative, car c’est avantageux non seulement pour nous les chauffeurs mais aussi pour les piétons. Parce que ça nous permet de circuler librement et de diminuer les risques d’accidents », a-t-il réagi.

Après l’opérationnalisation de cette passerelle, le défi est celui d’amener les piétons à l’emprunter.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Alpha Condé attendu à Kankan : Aziz Diop promet une grandiose mobilisation

21 novembre 2019 à 17 05 21 112111

Le président de la République, Alpha Condé, est attendu à Kankan le samedi, 23 novembre 2019. Le préfet de Kankan, Aziz Diop, a confirmé l’information au cours d’un entretien avec le correspondant local de Guineematin.com ce jeudi, 21 novembre. Il annonce une forte mobilisation des populations de la savane guinéenne pour réserver un accueil chaleureux au chef de l’Etat.

Après la ville de N’Zérékoré, capitale de la Guinée forestière, où les citoyens se sont massivement mobilisés pour l’accueillir, Alpha Condé se rend dans la capitale de la Haute Guinée, son bastion. A quelques jours de son arrivée à Kankan, les autorités locales s’activent sur le terrain pour préparer son accueil.

« Le président est attendu à Kankan le samedi, il vient pour assister à la finale de la compétition qui porte son nom. Maintenant, on s’organise pour réserver une manifestation grandiose au président de l’aéroport au stade pour toute la journée. Certainement il déterminera lui-même d’autres activités qu’il veut faire. Des commissions sont mises en place pour le bon déroulement de l’événement », a indiqué Aziz Diop.

Le préfet de Kankan ajoute que « les populations sont massivement mobilisées pour aller dans la discipline suivre les matchs, mais aussi apporter leur soutien et leur reconnaissance aux acquis du professeur Alpha Condé. Le samedi, ils vont demander à Alpha Condé la nouvelle constitution pour que le président leur donne ça maintenant ».

Tombeuse de la commune de Matoto en demie finale, la préfecture de Macenta est le premier finaliste de cette compétition qui a regroupé des équipes venues des sept régions administratives du pays et de la zone spéciale de Conakry. Le deuxième finaliste sera connu à l’issue de l’autre demie finale qui oppose les préfectures de Dabola et Boké, ce jeudi 21 novembre 2019.

Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Manif contre le 3ème mandat : « Alpha Condé a exclu N’zérékoré de la Guinée »

21 novembre 2019 à 17 05 09 110911

La manifestation organisée ce jeudi, 21 novembre 2019, par l’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de Nzérékoré vient de s’achever dans une ambiance festive au Terrain Rouge de la Scierie. Fortement mobilisés pour la circonstance, les opposants au 3ème mandat pour le président Alpha condé, ont marché du carrefour Komou en passant par le gouvernorat jusqu’au Terrain Rouge.

La marche s’est soldée par un meeting géant au cours duquel les responsables locaux des partis politique d’opposition et les acteurs de la société civile se sont adressés à la foule, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les membres du FNDC ont à tour de rôle félicité les marcheurs pour la forte mobilisation. Hommes politiques et acteurs de la société civile ont dit leur satisfaction face au bon déroulement de la marche dans la capitale de la Guinée Forestière.

Cécé Loua, coordinateur régional de l’UFR

Prenant la parole, le coordinateur régional de l’Union des Forces Républicaines (UFR) de N’zérékoré, Cécé Loua, a laissé entendre que les manifestants ont honoré le FNDC à travers leur sortie massive. « Je voudrais vous adresser toutes mes félicitations et remerciements pour cette mobilisation. Populations de Nzérékoré, vous venez d’honorer le FNDC et les partis politiques de l’opposition républicaine. Le pays-là appartient à tout le monde. On a la même carte d’identité nationale. Personne n’a le titre foncier de la Guinée. Donc, nous sommes égaux en droit et en devoir », a lancé Cécé Loua.

Pour sa part, Jean Claude Doré, représentant de l’UGDD (Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement) à N’zérékoré, accuse le président Alpha Condé d’avoir exclu la région de Nzérékoré de son programme de développement. « Nous vous remercions et vous félicitons pour la mobilisation. Nous n’avons pas de routes à Diecké, nous n’avons pas de routes à Yomou et à Gueckédou. Mais, c’est Alpha Condé qui a barré la route devant tout le monde pour ne pas qu’on ait la route ici. Alpha Condé a exclu Nzérékoré de la Guinée. Nzérékoré dit non au 3ème mandat », a martelé Jean Claude Doré.

Il faut noter que la manif de ce jeudi n’a connu aucun incident.

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Labé : une mineure violée par un conducteur de taxi moto

21 novembre 2019 à 15 03 52 115211

Un nouveau cas de viol sur mineure a été enregistré récemment dans la commune urbaine de Labé. Les faits se sont produits dans la nuit du lundi au mardi 19 novembre 2019, au secteur Djanyabhé, relevant du quartier Madina. C’est seulement ce jeudi, 21 novembre, que les parents de la victime, âgée de 12 ans, l’ont envoyée à l’hôpital, avant de se confier aux médias.

Selon les informations confiées à un des correspondants de Guineematin.com dans la préfecture, la victime a été violée nuitamment par un taxi-motard, alors qu’elle revenait d’une veillée. « J’étais partie avec ma tante pour assister à une soirée récréative. On a quitté ensemble chez ma grand-mère. Lorsque ma tante est rentrée, le jeune Mamadou Saidou Diallo m’a tirée la main, tout en me traînant dans un endroit isolé. C’est un conducteur de taxi moto. On se connait bien ; car, nous logeons côte à côte. Il m’a fermé la bouche et a abusé de moi sexuellement avant de prendre la poudre d’escampette lorsque j’ai crié au secours », a expliqué la victime, ajoutant avoir été blessée au cou par les griffes du taxi-motard lors de leur bagarre.

Après avoir été reçue à l’hôpital, les médecins ont constaté que la fillette a été violée, a indiqué sa mère. « Le carnet médical atteste qu’elle a été violée ».

Quant à Mamadou Kali Diallo, le père de la victime, il a déjà formulé une plainte contre le jeune Mamadou Saidou Diallo, actuellement en cavale. Il a sollicité l’aide des autorités à tous les niveaux pour que le présumé violeur soit retrouvé et traduit en justice.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Herico (Lélouma) : inauguration d’un hangar et remise de matériels aux groupements maraîchers

21 novembre 2019 à 15 03 28 112811

La commune rurale de Hérico, relavant de la préfecture de Lélouma, vient de bénéficier d’infrastructures et de matériels pour les groupements maraîchers locaux. Une initiative du projet Wallondiral Gasteiz Hérico qui vise à renforcer la souveraineté alimentaire et l’autonomisation des femmes et leur leadership. La cérémonie a eu lieu hier, mercredi 20 novembre 2019, à Hérico, dans la préfecture de Lélouma, en présence des autorités locales et de plusieurs groupements bénéficiaires, rapporte Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

La cérémonie a consisté à l’inauguration d’un hangar et à une remise de matériels en faveur de sept (7) groupements féminins locaux. Cette initiative de Wallondiral Gasteiz Hérico est financée par la commune Vitoria Gasteiz d’Espagne, commune située dans le pays Basque. Le projet bénéficie de l’appui technique de l’association Haaly Pular de Vitoria Gasteiz et exécuté par l’ONG Actions pour la Santé et le Développement en Guinée (ASD-G) en collaboration avec l’Association des Jeunes pour le Progrès de Hérico (AJEPH).

La présidente de l’ONG Actions pour la Santé et le Développement en Guinée (ASD-G), Maimouna Diallo, est revenue sur l’objectif du projet. « Ce projet, qui a démarré depuis décembre 2017, vise à améliorer les conditions de vie de la population, promouvoir l’autonomisation personnelle, sociale, et économique des femmes et leur participation politique à la prise de décisions au niveau communautaire ».

Maimouna Diallo, présidente de l’ONG Action pour la santé et le développement

Par ailleurs, Maimouna Diallo a fait savoir que plusieurs activités ont été menées depuis 2017. « Un hangar construit au marché de Hérico sur une surface de 200 mètres carrés dont le coût total s’élève à plus de 173 millions de francs guinéens. Il y a aussi sept (7) Activités Génératrices de Revenus dans le secteur agricole au profit des groupements de Kabita, Lemounéré, Pellel, Manasigui, Billin, Madina Dian et Kodiwel pour un montant de plus de 89 millions de francs guinéens, composé de matériels pour la clôture des parcelles maraîchères ,des équipements agricoles, des semences agricoles, des arrosoirs, des motopompes, des pioches, des dabas, des pulvérisateurs », a-t-elle énuméré.

Karamoko Demba Diallo, secrétaire général de la mairie de Herico

Le représentant du maire à la cérémonie, Karamoko Demba Diallo, a salué les efforts des ressortissants de Hérico en Espagne avant d’inviter les bénéficiaires à en faire bon usage. « Au nom des populations de Hérico, nous disons merci à tous les partenaires techniques et financiers pour la mise en place de ce projet tout en leur promettant de pérenniser cet hangar. Populations de Hérico, faisons de cet hangar venu à la très bonne heure un lieu d’échange pour créer le développement ».

A part l’appui dans le secteur agricole, d’autres activités sont menées par l’ONG Action pour la Santé et le Développement en Guinée comme des formations en communication communautaire, la saponification, la teinture, des séances d’alphabétisation de proximité animées par des personnes ressources de la localité.

Mariama Dalanda Diallo, présidente des femmes de Herico

La présidente des femmes de Hérico, Mariama Dalanda Diallo, a remercié les initiateurs de ces dons. « Nous remercions tous ceux qui ont pris le temps pour venir assister à cette cérémonie, surtout actuellement avec les travaux champêtres. Je remercie tous les groupements de Hérico. On vous promet ici que nous allons prendre soin de cet hangar et des équipements mis à notre disposition aujourd’hui ».

A rappeler que le marché de Hérico a également bénéficié de matériels pour l’hygiène du marché, composés de poubelles, de brouettes, de gants, de râteaux et de gilets.

Depuis Hérico, Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tél : 621686148

Lire

Manif du FNDC : forte mobilisation des citoyens dans les rues de N’Zérékoré

21 novembre 2019 à 13 01 27 112711

Les citoyens de N’Zérékoré ont massivement répondu à l’appel à manifester de l’antenne locale du FNDC. De nombreux habitants de la commune urbaine et de certaines sous-préfectures voisines sont descendus dans les rues de la ville pour exprimer leur opposition à un troisième mandat en Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Dès 9 heures, la mobilisation a commencé dans la ville. De nombreux citoyens de la commune urbaine de N’Zérékoré et des sous-préfectures de Samoe, Komou, Palé, Koulé, Koropara, ont déferlé dans la rue. Certains se sont rassemblés au carrefour Komou avant d’aller rejoindre ceux qui étaient mobilisés au rond-point du Gouvernorat, où la marche a démarré aux environ de 10 heures et demi.

Vêtus pour la plupart de t-shirts rouges avec des foulards attachés à la tête, les manifestants ont défilé sur une distance de 2 kilomètres, certains brandissant des pancartes et d’autres scandant des slogans comme : « N’Zérékoré, 3ème mandat Hopaipely » ; « Ça ne passera pas en forêt » ; « On ne veut pas l’argent, on veut la vérité »…

Au lieu d’encadrer la marche comme l’avait promis le maire, les forces de l’ordre sont restées campées au niveau de certains carrefours pour veiller au respect de l’itinéraire indiqué par les autorités locales. Les manifestants ont respecté cet itinéraire et ont marché dans le calme jusqu’au point d’arrivée, où est prévu un meeting.

A suivre !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

Kindia : RUSAL/CBK remet un chèque de 3 milliards GNF aux collectivités locales

21 novembre 2019 à 13 01 15 111511

La Compagnie des Bauxites de Kindia RUSAL/CBK a remis un chèque de trois (3) milliards de francs guinéens aux collectivités locales de Kindia, au titre de la Contribution au Développement Local (CDL) pour l’exercice 2017. La cérémonie de remise a eu lieu hier, mercredi 20 novembre 2019, dans la commune urbaine, en présence des autorités régionales, préfectorales et communales ainsi que des religieux et sages de la ville, a constaté un correspondant de Guineematin.com sur place.

En procédant à la remise du chèque aux autorités de Kindia, le directeur général de Rusal/CBK, Petr GAEVSKIY, est revenu sur quelques actions réalisées par la compagnie minière dans le cadre du développement de la région. « Cet argent est notre contribution au fonds de développement local de la région de Kindia. Il est important de souligner que depuis plus de 18 ans, la Compagnie des Bauxites Kindia est l’un des plus grands investisseurs étrangers en Guinée, offrant un emploi stable et bien rémunéré à des milliers de guinéens.

Au fil des ans, la Compagnie des Bauxites de Kindia a investi des centaines de millions de dollars dans l’économie guinéenne. Dans la région de Kindia, la CBK a mis en œuvre des dizaines de projets sociaux visant à améliorer la vie de simples citoyens guinéens. Dans les villages, de nouvelles écoles et des centres de santé sont apparues, des églises et des mosquées ont été construites, des centaines de maisons ont été alimentées en électricité. Le montant total des investissement de RUSAL dans des projets sociaux sur le territoire guinéen s’élève à des dizaines de millions de dollars », a-t-il rappelé.

Dans son discours le DG de Rusal/CBK a rappelé la tenue en octobre 2019, du premier forum économique Russie-Afrique qui a réuni plus de 40 chefs d’état et de gouvernement des pays du continent africain en Russie dans la ville russe de Sotchi. Lors de son intervention à ce forum, le Président guinéen, le Professeur Alpha CONDE, a rappelé à tous les participants, y compris le Président russe, Vladimir POUTINE, la contribution de la Fédération de Russie à la lutte contre Ebola en Guinée en 2014-2015. « En 2014-2015, pendant l’épidémie de la maladie à virus Ebola, la construction et l’équipement avec une technologie de dernière génération du Centre de Recherche en Epidémiologie, Microbiologie et des Soins Médicaux a permis de lutter efficacement contre la maladie » avait précisé le président guinéen.

Parlant de la présence des sociétés minières russes en Guinée, Petr GAEVSKIY a rappelé la communication du Président Alpha Condé lors du forum Russie-Afrique. « La présence des sociétés russes dans le secteur minier guinéen est bien établi et déjà considéré comme traditionnel. La République de Guinée est un excellent exemple de ce que la technologie et les investissements de la Russie peuvent apporter au développement de l’immense potentiel des richesses des pays africains» avait déclaré le président Alpha Condé. Il s’agit notamment de la CBK « la CBK qui travaille en Guinée depuis plus de 18 ans participe d’une façon active au développement socio-économique de la région de kindia en particulier et du pays en général» a expliqué Petr GAEVSKIY.

De son côté, le préfet de Kindia s’est félicité de la remise de ce chèque aux ayant-droit avant de saluer les efforts de Rusal/CBK qui ont permis déjà de réaliser de nombreuses infrastructures à kindia ville et dans toutes les communes rurales. Elhadj N’Fansoumane Touré promet que les autorités administratives de Kindia vont suivre de près les travaux qui seront réalisées dans les collectivités bénéficiaires afin de s’assurer que ces fonds soient judicieusement utilisés. « Comme vous l’avez vu, les maires qui sont les bénéficiaires directs, ont reçu le chèque géant. Donc en principe, ce sont eux qui vont décider des actions à réaliser à partir de leurs Plans de Développement Local (PAI).

Rappelons que Rusal/CBK coopère fructueusement avec les autorités régionales et communales de Kindia, C’est pourquoi la cérémonie de remise du chèque s’est déroulée en présence de tous les bénéficiaires dans une ambiance de convivialité.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 628516796/ 664354238

Lire

Sékou Souaré, société civile à Boké : « on ne doit pas empêcher les manifestations »

21 novembre 2019 à 12 12 48 114811

« La situation du pays est assez critique. Et puisqu’elle est critique, il faut forcément qu’il y ait des mouvements ». C’est l’avis d’Elhadj Sékou Souaré, le président du conseil régional des organisations de la société civile de Boké, sur les manifestations organisées chaque semaine à travers le pays contre le projet de nouvelle constitution qui permettrait au président Alpha Condé. Il l’a dit au micro du correspondant de Guineematin.com dans la ville.

« Les problèmes avec les marches, c’est les casses et c’est les désagréments causés aux citoyens lambda », soutient-il. Mais, selon le constat, les manifestations de rue sont généralement pacifiques quand elles sont autorisées. C’est pourquoi, Elhadj Sékou Souaré estime que les autorités ne doivent pas interdire les manifestations.

Elhadj Sékou Souaré, président du conseil régional des organisations de la société civile

« On ne doit pas empêcher les manifestations, mais il faut qu’elles soient civilisées. Moi, je ne vois pas de raison que l’autorité refuse les marches. Elle doit les accepter et elle doit prendre les dispositions pour encadrer les mouvements, c’est extrêmement important. À Boké, je salue la manière avec laquelle les marches sont toujours tenues. Nous encourageons les leaders à continuer dans ce sens », a-t-il dit.

Mais, pour résoudre la crise actuelle, le président du conseil régional des organisations de la société civile de Boké encourage les parties concernées à un dialogue sincère. « Nous, nous avons toujours souhaité que les parties s’asseyent pour discuter en cadres sincères en faveur des pauvres guinéens qui payent toujours les frais. Les morts et les blessés sont toujours les fils des pauvres. Donc la Guinée c’est les quatre roues de l’histoire. Il faudrait que chaque roue sache jouer son rôle et que le conducteur puisse être en place pour équilibrer la locomotive », a lancé Elhadj Sékou Souaré.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628-98-49-38

Lire

Manif contre le 3ème mandat à N’Zérékoré : les membres du FNDC commencent à se mobiliser

21 novembre 2019 à 10 10 39 113911

La marche projetée ce jeudi, 21 novembre 2019, par l’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) N’Zérékoré commence à mobiliser les citoyens. La démarche vise à protester contre le projet de nouvelle constitution qui pourrait ouvrir la voie à un 3ème mandat pour Alpha Condé, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La mobilisation a déjà commencé à N’zérékoré à l’appel du FNDC. L’itinéraire prévu pour cette marche sera du Gouvernorat au Terrain Rouge.

Le carrefour Komou, qui doit recevoir les opposants au 3ème mandat venant des sous-préfectures de Samoe, Komou, Palé, Koulé, Koropara, est déjà pris d’assaut.

Au niveau du gouvernorat de N’Zérékoré, les jeunes opposés au 3ème mandat sont habillés en t-shirt et foulards rouges, munis de pancartes et affiches. Certains responsables locaux des partis politiques, membres du FNDC, sont visibles sur les lieux.

Il faut noter que, dans la soirée d’hier, une équipe gouvernementale composée des ministres Rémy LAMAH (Santé), Frédéric Loua (Pêche) et Papa Koly Kourouma (Assainissement) s’est rendue dans la capitale de région forestière. La démarche visait, apprend-on, à dissuader le FNDC N’Zérékoré de marcher ce jeudi. C’est chez le patriarche, Molou Holomo Hazaly Zogbélémou, que la rencontre a eu lieu. Mais de sources sûres, on apprend que le FNDC aurait décliné l’offre.

A suivre !

Du gouvernorat de N’zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

Fin de la crise à Siguiri : la SAG a repris ses activités

21 novembre 2019 à 9 09 50 115011

Après cinq jours d’arrêt, les activités de la SAG ont repris hier, mercredi 20 novembre 2019, à Siguiri. Les négociations menées entre la direction de la société minière, la communauté et les autorités ont permis de trouver un compromis, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

Les employés de la Société Aurifère de Guinée (SAG) ont retrouvé le sourire mercredi matin en reprenant le chemin du travail. Une reprise qui fait suite à des négociations qui ont connu l’implication des autorités de Siguiri, le gouverneur de la région de Kankan, mais aussi le ministère en charge des mines. Ces négociations ont permis de résoudre la crise qui opposait la SAG et la population du district de Fatoya, dans la commune rurale de Kintinian, et qui avait conduit à l’arrêt des activités de la société, vendredi dernier.

« Nous sommes tombés d’accord sur 4 des 11 points que nous pensions être importants à ce stade. Nous demeurons conscients que nos partenaires sont engagés à résoudre les autres problèmes à l’avenir même si la SAG aurait préféré que tous les points soient résolus maintenant. C’est en fonction de cette logique et la plaidoirie de toutes les parties prenantes que avons pris la décision de reprendre les activités de la mine dans l’intérêt de tous », a annoncé Aboudourahmane Diaby, le directeur général de la Société Aurifère de Guinée.

Les quatre points qui ont fait objet d’accord sont : l’arrêt de l’interruption des activités de la SAG par la communauté ; l’arrêt de l’exploitation des mines de la SAG par la communauté ; la réglementation de la demande des communautés. Désormais, les citoyens doivent adresser leurs demandes aux autorités communales au lieu de venir directement à la SAG. Et enfin, la réglementation de la construction des maisons. Il est interdit désormais de construire des maisons aux abords des mines de la SAG.

Il n’y a eu cependant aucune annonce concernant le bitumage de la route Siguiri-Fatoya que réclamaient les habitants de ce district. C’est cette revendication qui a entraîné d’ailleurs la crise. Accusant la SAG d’avoir refusé de réaliser ces travaux, des habitants de Fatoya sont allés bloquer le travail au niveau d’une mine d’or de la localité exploitée par la société. Ce qui a amené la SAG à arrêter toutes ses activités dans la préfecture.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Tougué attend le Premier ministre, Kassory Fofana : écoles et centres de santé fermés

21 novembre 2019 à 9 09 09 110911

Après les manifestations d’hier à Labé contre sa délégation et sa personne, la gouvernance actuelle de la Guinée et surtout de la volonté du régime de changer la Constitution pour offrir au président Alpha Condé la possibilité de faire un troisième mandat, le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, est attendu ce jeudi, 21 novembre 2019, dans la préfecture de Tougué.

Selon des citoyens, joints au téléphone par Guineematin.com, toutes les écoles, tous les centres de santé et autres services sont fermés et tous les fonctionnaires et les simples citoyens sont appelés à se rendre à Tougué-ville.

« Les maires de la commune urbaine de Tougué et de certaines communes rurales comme Kollet, Koura Tongo ont fait diffuser des communiqués à la radio rurale pour demander aux motocyclistes de se présenter tôt le matin pour carburer gratuitement leurs motos afin de participer à l’accueil du Premier ministre », a indiqué un citoyen, prêt à se rendre en ville…

Par ailleurs, il est informé à tous les citoyens qui n’ont pas de moyens de locomotion de sortir attendre des camions militaires mis à leur disposition pour le transport. A Koïn par exemple, un camion est arrivé depuis hier, à 22 heures et ils n’attendent que les candidats à l’accueil du Premier ministre pour les transporter.

Finalement, l’accueil du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, sera-t-il chaleureux ou bien à l’image de celui d’hier à Labé où il a passé la journée confiné à sa résidence par des jeunes manifestants, révoltés par les tueries de manifestants et la volonté du pouvoir de changer la Constitution ?

« A Tougué, nous comptons l’accueillir chaleureusement. Mais, si lui, un membre de sa délégation ou même une autorité locale se hasarde à faire de la propagande politique, nous allons protester et les huer », a indiqué au téléphone de Guineematin.com un citoyen de Tougué qui ne souhaite pas aller à cet accueil.

A suivre !

Lire

Tournée du PM au Fouta : après sa mauvaise journée d’hier à Labé, Kassory attendu à Tougué

21 novembre 2019 à 8 08 16 111611

Malgré les manifestations qui ont perturbé sa visite à Labé hier, mercredi 20 novembre 2019, le Premier ministre guinéen devrait poursuivre sa tournée dans la région. Il est attendu ce jeudi dans la préfecture de Tougué, a appris Guineematin.com des autorités locales.

Elhadj Abdourahmane Baldé

Joint au téléphone, le préfet de Tougué, Elhadj Abdourahmane Baldé, a confié à un correspondant de Guineematin.com dans la région que le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, se rendra effectivement dans la localité, ce jeudi. « L’arrivée du Premier ministre à Tougué est maintenue, c’est confirmé, c’est réel, c’est réalisable et c’est réaliste. Toutes les dispositions sont déjà prises pour lui réserver un accueil chaleureux. Ça ne sera pas comme ce qui s’est passé à Labé. Il y aura la paix la plus absolue à Tougué si Dieu le veut bien », assure le préfet.

Cette tournée du chef du gouvernement guinéen dans le Fouta s’inscrit dans le cadre du lancement des activités de l’Agence Nationale de d’Insertion Economique et Sociale (ANIES).

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Manif contre le 3ème mandat : l’UFR, le BL et l’UFDG invitent à investir les rues de N’zérékoré

20 novembre 2019 à 17 05 17 111711

Les responsables des partis politiques de l’opposition et les acteurs de la société civiles de N’zérékoré, tous membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), se sont réunis ce mercredi, 20 novembre 2019. La démarche visait à statuer sur les derniers réglages en prélude à la marche programmée pour demain jeudi et qui vise à s’opposer au projet de nouvelle constitution. Les membres des formations politiques appellent leurs militants et sympathisants à se mobiliser fortement contre le 3ème mandat, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après la réception accordée au président Alpha Condé le weekend dernier, le FNDC de N’zérékoré compte battre le pavé contre le 3ème mandat. La marche pacifique partira du rond-point du Gouvernorat pour le Terrain Rouge Scierie.

A la fin de la rencontre de ce mercredi, les partis d’opposition, membre du FNDC N’zérékoré, ont appelé leurs partisans à se mobiliser pour barrer la route aux promoteurs du 3ème mandat. Ils invitent par ailleurs les services de sécurité à l’esprit démocratique.

Cécé Loua

Pour le coordinateur régional de l’Union des Forces Républicaines (UFR) de N’zérékoré, Cécé Loua, la population doit démontrer son opposition à toute violation de la Constitution. « Demain, c’est le jour j pour que le FNDC N’zérékoré, en collaboration avec les partis politiques de l’opposition, manifeste dans les rues de Nzérékoré. Donc, militants et militantes de l’UFR de Nzérékoré, c’est le lieu demain de montrer notre détermination que nous sommes pleins dans le FNDC, que nous sommes contre le 3ème mandat, le referendum et le changement constitutionnel. Donc, sortez demain massivement pour que nous montrions à l’opinion nationale et internationale que le problème de 3ème mandat est un non évènement et que notre préfecture ne marchera pas dans le sillage des promoteurs du 3ème mandat », a-t-il laissé entendre.

Moise Haba

Quant à Moise Haba, responsable local du Bloc Libéral, le rendez-vous du jeudi n’est pas à rater. « C’est le moment de dire aux responsables et militants du BL que l’heure est venue pour faire le baptême de notre jeune démocratie demain. C’est un rendez-vous à ne pas rater. Il revient aux forces de l’ordre de revêtir leur caractère républicain. Ils doivent prendre leur responsabilité », a-t-il conseillé.

Mamadou Maladho Diaouné

Pour sa part, Mamadou Maladho Diaouné, chargé aux affaires électorales de l’UFDG, souhaite plus de 30 000 opposants dans la rue. « Comme on l’avait déjà dit, le 3ème mandat ne passera pas ici à N’Nzérékoré. Il n’y aura pas de référendum ici à N’zérékoré. Si les promoteurs étaient 20 000 à la place de martyrs, nous demain, nous devons être plus de 30 000 manifestants de façon pacifique dans les rues de Nzérékoré. Et, nous devons faire en sorte que nous puissions montrer à la face du monde que nous ne voulons pas de nouvelle constitution, nous ne voulons pas d’un référendum… »

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Inquiétudes à Kindia : les membres du FNDC « dans la cellule des criminels »

20 novembre 2019 à 14 02 26 112611

Les cinq (5) membres de la coordination régionale du Front National pour la défense de la Constitution (FNDC) de Kindia passent des moments difficiles en ce moment à la prison civile de Kindia. Mis aux arrêts la semaine dernière lors de la marche de protestation contre le 3ème mandat pour Alpha Condé, Alsény Farinta Camara et ses compagnons seraient logés dans des cellules avec des criminels, rapporte un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les membres du FNDC de Kindia ont repris le flambeau après l’incarcération d’Alsény Farinta Camara, coordinateur régional du mouvement, et de quatre de ses camarades. A travers un point de presse animé ce mercredi, 20 novembre 2019, quelques membres du Font ont dénoncé les conditions de détention de leurs camarades.

C’est le coordinateur par intérim du FNDC de Kindia, Kémo Mali Fofana, qui a lu la déclaration dans laquelle ils dénoncé les difficiles conditions de détention de leurs amis. « Sur la question des conditions de détention de nos camarades, il nous a été donné encore une fois de constater que M. Alsény Farinta Camara et Moussa Sanoh sont les seuls qui sont dans la grande salle. Les trois autres : Boubacar Diallo, Thierno Seydi Ly et Thierno Oumar Barry sont encore gardés dans la cellule des criminels, la cellule où on doit plutôt garder les criminels, des bandits, en un not ceux qui sont condamnés à des peines de réclusion élevées », a fait savoir Kémo Mali Fofana.

Par ailleurs, le coordinateur par intérim du FNDC a dénoncé le manque de volonté des autorités judiciaires à organiser le procès des membres du FNDC de Kindia. « Depuis cette arrestation injuste et arbitraire jusqu’à date, le FNDC Kindia constate avec amertume et regret que les autorités à tous les niveaux affichent un manque de volonté à organiser le plus rapidement possible un procès digne de nom, pour enfin libérer nos camarades qui doivent nous rejoindre pour continuer le combat » a laissé entende monsieur Fofana.

En outre, le coordinateur par intérim du FNDC redoute un risque d’empoisonnement des membres de la structure. « Pour éviter des risques d’empoisonnement, puisque cette volonté des autorités est de passer par tous les moyens pour faire du mal aux opposants de cette fameuse constitution, le coordinateur régional refuse de déguster son plat… Puisque ces plats passent dans les mains des gardes pénitentiaires, qui sont pourtant gérés depuis le sommet. Ce qui rend aujourd’hui l’état de santé du coordinateur très fragile », s’inquiète-il.

Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Lire