Dinguiraye : à cause d’une grossesse non désirée, une fille de 15 ans tente de se suicider

19 octobre 2021 à 15 03 45 104510

Dans la soirée du dimanche dernier, 17 octobre 2021, une jeune fille de 15 ans a tenté de se suicider à Dinguiraye. Maïmouna Diallo, qui est orpheline de père et de mère, a attaché une corde dans sa case pour se pendre, mais ses parents sont arrivés à temps pour l’empêcher de se donner la mort. Interpellée par la gendarmerie, l’adolescente a justifié son acte par la honte qu’elle éprouve après être tombée enceinte hors mariage, a appris Guineematin.com, à travers son correspondant basé à Faranah.

« C’est vrai, j’ai tenté de me suicider. La raison, c’est que ma marâtre, Fatoumata Bah, est en train de chanter mon nom dans la ville, en disant je suis enceinte et que quand je sors le soir, je ne rentre qu’à l’aube. Partout où je passe, les gens me regardent avec mépris. Dimanche dernier, elle m’a chargé de faire une grillade pour un de mes frères, qui est venu de Conakry. Après la cuisine, j’ai partagé le plat en deux. À son retour du marché, elle m’a grondée et a proféré des injures grossières à mon encontre. 

Donc, pour mettre un terme à la honte et la souffrance que je vis, j’ai pris la décision de me suicider. J’ai pris une corde, je l’ai attachée au toit de la case et j’ai mis mon cou dedans. Mais, ils sont à temps pour me sortir de là. Je suis effectivement enceinte, mais je n’ai jamais souhaité avoir une grossesse hors mariage. Mon copain, qui m’a enceintée, se trouve actuellement dans les mines d’or de Kounsitel (Gaoual) », a expliqué Maïmouna Diallo, interrogée par le correspondant de Guineematin.com basé à Faranah.

Également interrogée, Fatoumata Bah, sa marâtre, nie les accusations de Maïmouna Diallo. Elle assure qu’elle a toujours traité la jeune fille comme son propre enfant. « Sa mère et son père sont décédés alors qu’elle était petite, c’est moi qui l’ai élevée. Elle étudie à Conakry avec ses frères mais chaque année, ils viennent passer les vacances avec moi, ici à Dinguiraye. Je ne me souviens d’aucun mal que je lui aurais fait. Je la considère comme mes enfants biologiques. Je l’ai toujours conseillée mais elle n’écoute pas les conseils. C’est ce qui a fait qu’elle a eu cette grossesse. Mais, ce n’est pas une raison de se donner la mort, parce qu’elle n’est pas la première à avoir une grossesse hors mariage », a dit la mère de famille.

Actuellement, Maïmouna Diallo est sous surveillance à la gendarmerie territoriale de Dinguiraye. Joint au téléphone, le commandant Barry, premier responsable de cette gendarmerie, a annoncé que le dossier sera transféré devant la justice.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 620241513/660272707

Lire

Exploitation anarchique d’or à Dinguiraye par des burkinabés : le maire de Diatiferè accuse le DP des mines

19 octobre 2021 à 12 12 59 105910

Depuis quelques temps, le torchon brûle entre Sory Amoroya Barry (le maire de la commune rurale de Diatiféré) et Mamadou Alpha Condé (le directeur préfectoral des mines et géologie de Dinguiraye). Les deux sont à couteau tiré à cause de l’exploitation des mines d’or de Maléa. L’autorité communale accuse le responsable préfectoral des mines de vouloir piller les ressources de sa localité avec la facilitation de l’implantation des Burkinabés qui utilisent les dragues dans l’exploitation de l’or. Mais, le mis en cause rejette en bloc ces accusations. D’ailleurs, il déclare qu’il n’est pas informé de l’arrivée d’un quelconque Burkinabé à Diatiféré, rapporte un des correspondants de Guineematin.com dans la région de Faranah.

Selon nos informations, c’est l’exploitation de la zone minière de Maléa dans le district de Karfa (une localité relevant de la sous-préfecture de Diatiféré, dans la préfecture de Dinguiraye) qui brouille actuellement la relation entre le maire de Diatiféré et le directeur préfectoral des mines de Dinguiraye. Avec l’installation des dragues qui utilisent la cyanure dans l’exploitation de l’or, l’autorité communale dénonce une « violation du code minier ». Le maire Sory Amoroya Barry dénonce aussi « le manque de sincérité du directeur préfectoral des mines » dans la gestion des recettes de cette exploitation.

« Le Directeur préfectoral des mines veut imposer à mes  citoyens des Bourkinabés. Et, en tant que premier responsable de la commune, je ne suis pas informé. Il a envoyé des burkinabés à Dinguiraye pour qu’ils puissent travailler dans ma zone. J’ai dit : non. Il a fait des quittances et a remis à mon receveur de l’argent, un montant de 9 millions 800 milles francs guinéens, pour le dragage à Maléa. Mais, il se trouve que c’est seulement les Burkinabés qui ont des machines pour cette activité. J’ai dit au receveur qu’il n’a pas le droit de recevoir un montant sans mon avis. Si quelqu’un doit travailler chez moi, il doit venir me rencontrer pour qu’on en discute. Je m’oppose à toute forme d’exploitation minière qui ne va pas dans l’intérêt de mes populations. Le directeur, ayant négocié le retour des Bourkinabés, serait allé distribuer plus de 60 millions de francs entre les cadres préfectoraux pour que ceux-ci l’appui dans sa démarche. Mais, je ne laisserai aucun Bourkinabé travailler sur le sol de Diatiféré. Car, les produits toxiques qu’ils utilisent sont très dangereux. L’année dernière par exemple, les citoyens de Karfa ont perdu une vingtaine de têtes de bœufs et une quarantaine de moutons et chèvres. Ils menacent de quitter les lieux si toutefois les Bourkinabés reviennent dans leur localité… Monsieur Condé avait appelé son représentant ici pour lui parler des Burkinabés. Ce dernier lui a dit de prendre contact avec le maire, parce qu’il a entendu le maire dire qu’aucun Bourkinabés ne travaillera dans sa commune. A cause de ça, il (le directeur préfectoral des mines) lui a fait remplacer. Ils sont allé remettre 9 millions 7 cents au Douty de Maléa, en lui disant que cette sommes ne doit pas passer dans les mains du maire. Ils ont dit que je me suis opposé à leurs décisions ; donc, ils vont m’enlever et mettre une délégation spéciale dans les jours à venir, en commun accord avec l’autorité », a indiqué Sory Amoroya Barry.

Cependant, pour le directeur préfectoral des mines et géologie de Dinguiraye, il n’en est pour rien dans cette situation. Mamadou Alpha Condé rejette en bloc les allégations du maire à son encontre. Il admet l’existence des dragues à Kifala (une localité située à environ 2 kilomètres de Diatiféré-centre), mais il assure qu’il n’est même pas informé que des Burkinabés sont arrivés à Diatiféré pour exploiter de l’or.

Direction préfectorale des Mines et Géologie de Dinguiraye financée par SMD

« Le dragage dont il est question s’effectue à Kifala non loin de Diatiféré-centre (environ 2 kilomètres). Et, c’est pour un citoyen Guinéen du nom de Alseny Keïta qui avait fait officiellement une demande d’autorisation d’essai de ses machines adressée au président de la commission nationale des mines et géologie et dont il a fait le choix transmis avec avis favorable. Tout de même, il reconnaît avoir vendu des rejets de Maléa (district de Karfa) à 65 millions de francs guinéens. C’est cet argent qui fut reparti entre tous les services concernés, conformément à la clé de répartition élaborée par  les ministères des mines et  géologie, du budget et des finances. Une somme de 9.750.000 francs guinéens a été envoyée au district de Karfa et 5.800.000 francs guinéens à la sous préfecture de Diatiféré », a expliqué Mamadou Alpha Condé.

Par ailleurs, le directeur préfectoral des mines a accusé le maire de Diatiféré d’être impliqué dans le détournement de 274 millions de francs guinéens. « Je suis en possession de toutes les preuves. Je détiens même le rapport signé et cacheté », a dit Mamadou Alpha Condé.

A suivre !

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Collision de motos à Faranah : un mort et deux blessés

18 octobre 2021 à 7 07 03 100310

Les faits se sont produits samedi dernier, 16 octobre 2021, au niveau d’un dos d’âne à Laya Sando (un district situé à 35 kilomètres du centre-ville de Faranah) sur la route nationale Faranah-Kissidougou. Et, ce sont deux motos qui sont entrées en collision. L’accident a fait un mort et deux blessés qui ont été évacués à l’hôpital régional de Faranah.

Selon les informations confiées au correspondant de Guineematin.com dans le Sankaran, c’est aux environs de 23 heures que cet accident mortel s’est produit. Et, c’est l’excès de vitesse qui serait la cause de ce drame.

Dr Aboubacar Dabo

« Vous savez, il y a eu une ouverture au niveau d’un dos d’âne au milieu de la route. Donc, chacun des conducteurs voulait y passer en première position. Ils sont entrés en collision. Donc, ils étaient vraiment en excès de vitesse, le choc a été très violent. Ce qui a fait que Salifou Oularé est décédé sur place », a expliqué un témoin.

Après l’accident, les deux blessés et le corps de Salifou Oularé ont été conduit à l’hôpital régional de Faranah.

« Les accidentés étaient venus au nombre de trois. Il s’agit de Mamady Oularé qui avait une fracture de type 3 et une perte de connaissance initiale ; Kanko Oularé qui présentait des égratignures et Salifou Oularé qui est décédé. Mais, parmi les blessés, c’est le cas de Mamady Oularé qui est grave. Il a un traumatisme crânien, une perte de connaissance initiale, une fracture mandibulaire et une fracture ouverte type 3 au niveau de sa jambe gauche. On lui a déjà administré les premiers soins. Mais, c’est un malade qui doit probablement être transféré à Conakry pour une meilleure prise en charge », a indiqué Dr Aboubacar Dabo, médecin chef des urgences à l’hôpital régional de Faranah.

A noter que Salifou Oularé, le jeune homme qui est décédé dans cet accident, était âgée de 20 ans.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Accident de la circulation à Faranah : 2 morts et plusieurs blessés

13 octobre 2021 à 12 12 05 100510

En provenance de Faranah pour Guéckédou, un minibus s’est renversé hier, mardi 12 octobre 2021, à Gnanyoria (une localité située à 15 kilomètres de la commune urbaine de Faranah, sur la route nationale Faranah-Kissidougou). Deux personnes y ont perdu la vie et plus d’une dizaine d’autres ont été blessées.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est dans l’après-midi que cet accident s’est produit. Et, c’est une crevaison de pneu qui conduit à ce drame.

Dr Aboubacar Dabo, médecin chef des urgences à l’hôpital régional de Faranah

« C’est aux environs de 18 heures qu’on a été informé qu’il y a eu un accident à Gnanyoria. C’est un minibus qui s’est renversé, il y a eu 16 blessés graves dont 11 femmes. Et, parmi les 11 femmes, il y avait deux fillettes. Les cinq (5) autres sont des hommes (dont deux enfants). Et, c’est parmi ces 5 hommes qu’il y a eu deux décès. Ces deux décès concernent les deux apprentis. Le premier, c’est le corps qu’on a reçu et le second est décédé dès son arrivée ici. Ils ont eu le choc au niveau de la tête. Actuellement, à part des deux décès, nous avons 14 blessés. Il y a les fracturés, certaines femmes ont de multiples plaies sur le corps, d’autres ont eu la contusion. Nous avons apporté des premiers soins. Ceux qui sont là (les blessés hospitalisés), leurs vies ne sont pas en danger, bien qu’il y en a qui souffrent beaucoup. Le chauffeur est très émotif. On essaie de dialoguer avec lui, mais il ne parvient pas à nous répondre », a indiqué Dr Aboubacar Dabo, médecin chef des urgences à l’hôpital régional de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

(Dembayah) Faranah : une citerne accidentée, pillée par des citoyens

12 octobre 2021 à 12 12 09 100910

« Le malheur des uns fait le bonheur des autres ». C’est ce qui s’est effectivement passé dimanche dernier, 10 octobre 2021, à Faranah. Un camion-citerne transportant 40 000 litres d’essence s’est renversé à Dembayah, un village situé à 18 kilomètres du chef-lieu de la préfecture. Peu après l’accident, plusieurs citoyens se sont rués sur le véhicule pour le piller, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

C’est au niveau d’un virage que ce camion-citerne, en provenance de Conakry pour Guéckédou, s’est renversé, au petit matin du dimanche 10 octobre. Grièvement blessé, le chauffeur du véhicule a été transporté à l’hôpital régional de Faranah. Grièvement blessé, le chauffeur du véhicule, Moustapha Kaba, a été transporté à l’hôpital régional de Faranah pour des soins. Mamady Doumbouya, le chauffeur assistant, lui, s’en est sorti indemne.

Mamady Doumbouya

« On a passé la nuit au village qui est tout près d’ici. Le dimanche matin, on a pris la route pour Banian, parce que c’est là-bas qu’on devait appeler le patron, il nous avait dit de l’appeler quand nous serons à Banian. Malheureusement, le camion s’est renversé au niveau de ce virage. C’est le chauffeur titulaire qui conduisait lorsque l’accident s’est produit. Il est tombé le premier, puis l’apprenti et moi, sommes tombés sur lui. Nous deux, nous n’avons eu rien de grave, nous avons eu juste un traumatisme. Mais le chauffeur, lui, a été grièvement blessé. Quand je me suis retrouvé, j’ai appelé au secours, on l’a pris pour l’envoyer à l’hôpital », a expliqué Mamady Doumbouya.

Pour les habitants des villages environnants, cet accident était une aubaine. Dès qu’ils ont appris la nouvelle, ils se sont mobilisés pour venir ouvrir la cuve et piller la citerne. Avant l’arrivée des services de sécurité sur les lieux, ils ont réussi à emporter une grande quantité de carburant. 

Adjudant Lamine Thea

« Mon commandant m’a informé à partir de la maison qu’il y a une citerne qui vient de faire un accident. Immédiatement, j’ai informé mes agents et on s’est vite rendus sur le terrain. Nous sommes venus trouver les riverains avec des bidons et des fûts en train de prendre le carburant que transportait le véhicule pour l’envoyer chez eux.  Puisque les citoyens devenaient de plus en plus nombreux, j’ai appelé l’escadron mobile pour nous venir en aide. Les populations doivent arrêter ce genre de pratiques. Les gens veulent s’enrichir seulement sans mesurer le danger qu’ils courent en faisant cela. Parce que même quand c’est une cigarette allumée qui tombe ici, toute la zone va prendre feu. En allant garder l’essence chez eux aussi, ils courent de gros risques d’incendie. Donc, en faisant cela, ils s’exposent à un grand danger », a déclaré l’Adjudant-chef Lamine Théa, chef service constat de la compagnie mobile de la gendarmerie de Faranah.

Parlant des causes de l’accident, ce responsable sécuritaire évoque deux hypothèses : « On peut relever pour le moment deux problèmes ici. La première, c’est le sommeil. Si le sommeil emporte le chauffeur derrière la direction, ça peut conduire à une telle situation. La deuxième chose, il se peut qu’il soit en excès de vitesse. Car, si tel est le cas, en cherchant à éviter les nids de poules sur la route, la citerne peut basculer. Parce que vous savez qu’on ne remplit pas les cuves totalement, donc dès que ça bascule, la citerne peut se renverser », l’Adjudant-chef Lamine Théa.

Finalement, un autre camion-citerne est venu récupérer le reste du carburant que transportait le véhicule accidenté pour l’acheminer à Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 620241513/660272707

Lire

Faranah : le gouverneur de région visite la case où est né Sékou Touré

4 octobre 2021 à 10 10 20 102010

En marge de la célébration du 63ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance, le samedi 02 octobre 2021, le gouverneur de Faranah a effectué une visite dans le village de feu Ahmed Sékou Touré. Le colonel Malick Diakité s’est rendu dans la case où est né le premier président de la République de Guinée, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Après avoir procédé au traditionnel dépôt d’une gerbe de fleurs à la place des martyrs de Faranah, le gouverneur de cette région administrative a effectué un déplacement à Sidakoro, un district situé à 50 km du chef-lieu de la région, le village du président Ahmed Sékou Touré. Accompagné du préfet et du maire de Faranah, ainsi que de plusieurs autres cadres de l’administration locale, le colonel Malick Diakité est venu rendre hommage au père fondateur de l’indépendance de la Guinée. 

« L’objectif de cette visite, c’est d’abord emboîter le pas du président de la République, le chef suprême des armées. On se souviendra qu’il a été au mausolée du président feu Ahmed Sékou Touré pour y faire des prières. Donc on ne peut pas parler de l’indépendance de la Guinée sans penser à Ahmed Sékou Touré. Qui parle de l’indépendance, va forcément parler de Sékou Touré. Donc après la pose des gerbes de fleurs à Faranah, on a jugé utile de venir dans son village natal, dans la case dans laquelle il est né pour nous recueillir et chercher la bénédiction pour accompagner notre transition. 

Le colonel Mamadi Doumbouya vient d’être installé dans ses fonctions de président de la République, président de la transition, donc il fallait chercher la bénédiction pour qu’il puisse bien accomplir sa mission. Et il n’y a pas un bon endroit actuellement à Faranah que le village natal de feu Ahmed Sékou Touré pour avoir des bénédictions pour que la transition se passe dans les meilleures conditions, dans l’intérêt supérieur de notre nation. J’en profite pour appeler à la population à la paix, la concorde nationale, la sérénité et l’entente entre les filles et fils de la Guinée », a lancé le gouverneur de Faranah.

Cette visite de la première autorité de la région a été accueillie avec beaucoup de joie par les habitants de Sidakoro. Tout en remerciant le colonel Malick Diakité pour cette initiative, ils l’ont interpellé sur un certain nombre de difficultés auxquelles ils sont confrontés. C’est notamment la dégradation très poussée de la route qui mène à ce village et le manque de centre de santé. Le doyen du village a également sollicité la rénovation de la case qui a vu naître Ahmed Sékou Touré. 

En réponse, le gouverneur de Faranah a promis de faire le compte-rendu à qui de droit. « Nous sommes les pieds et les yeux avancés du président de la République ici. On a vu ce qu’on a vu et on fera le compte-rendu et on verra ce qui va se passer après », a dit le colonel Malick Diakité.

 De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Fête du 02 octobre : le gouverneur de Faranah appelle les Guinéens à soutenir le colonel Mamadi Doumbouya

2 octobre 2021 à 13 01 44 104410
Colonel Malick Diakité, gouverneur de la région administrative de Faranah

Le 63ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance a été célébré ce samedi, 02 octobre 2021, à Faranah. Une cérémonie a été organisée à la place des martyrs de la ville, où le gouverneur de la région a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des hommes et des femmes qui se sont battus pour redonner à notre pays sa souveraineté. Dans son discours prononcé à cette occasion, le colonel Malick Diakité a rendu un vibrant hommage au président Ahmed Sékou Touré (le premier président de la République de Guinée) et à tous ses compagnons de lutte, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Colonel Malick Diakité, gouverneur de la région administrative de Faranah

« Le 02 octobre est un jour de fierté et de commémoration. Nous devons penser à nos devanciers, ceux-là qui ont accepté le sacrifice pour donner l’indépendance à la Guinée. Mes pensées vont particulièrement à l’endroit du feu président Ahmed Sékou Touré, qui n’a ménagé aucun effort pour que la Guinée soit aujourd’hui indépendante et à travers la Guinée, toute l’Afrique. Grâce à son effort, grâce à son appui, grâce à son engagement, grâce à son patriotisme, toute l’Afrique a recouvré son indépendance. Donc, c’est un jour de fierté. Je suis très fier d’être Guinéen et d’être de Faranah. Je demande à la population de Faranah d’être dans la continuité du progrès », a-t-il lancé.

Cette année, cette fête nationale intervient dans un contexte particulier. Il y a un mois environ (le 5 septembre 2021), des militaires réunis au sein du comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) ont renversé le président Alpha Condé, dont le régime était largement décrié par les Guinéens. Le colonel Mamadi Doumbouya, à la tête de cette junte militaire, a prêté serment hier, avant d’être officiellement installé dans ses fonctions de président de la transition. Le gouverneur de la région de Faranah a évoqué ce sujet, demandant à tous les Guinéens d’apporter leur soutien aux nouvelles autorités du pays.

Hier, il y a eu la prestation de serment du nouveau président, son excellence le colonel Mamadi Doumbouya. Je lance un appel à toute la population de Faranah et de tout le pays, à lui apporter son soutien et sa bénédiction. Soutien d’engagement, soutien d’honnêteté, avec un esprit de paix et de cohésion sociale. Car, c’est dans la paix qu’on peut avoir le développement. Pour que Faranah se développe, il faudrait que les citoyens de Faranah ka se donnent la main. Et cela est valable pour tout le pays », a lancé le colonel Malick Diakité.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 620241513/660272707

Lire

Faranah : civils et militaires dans les rues pour assainir la ville

29 septembre 2021 à 21 09 33 09339

Des civils et des militaires étaient massivement mobilisés ce mercredi, 29 septembre 2021, pour assainir la ville de Faranah. Cette activité a été organisée par la direction communale de la jeunesse avec les autorités locales. Elle s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la célébration du 63ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

Fodé Aboubacar Kouyaté, directeur communal de la jeunesse de Faranah

« Cette activité s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la fête de l’indépendance. Nous avons jugé nécessaire de rendre la ville propre, en faisant participer les corps habillés à l’activité. Nous sommes sortis avec les autorités communales, préfectorales, celles du gouvernorat, des militaires et des civils pour rendre propre notre ville, avant la fête du 2 octobre prochain. Cela permet aussi de montrer que la population et son armée sont indissociables », a indiqué Fodé Aboubacar Kouyaté, directeur communal de la jeunesse de Faranah.

Cette activité civilo-militaire a permis d’assainir l’enceinte de l’hôpital régional de Faranah, le grand rond-point de la ville et le long de la route qui va de la mairie au gouvernorat jusqu’à la place des martyrs. Mme Doussou Cissé, une citoyenne qui a participé aux travaux, se réjouit de cette initiative.

Madame Doussou Cissé

« Pour nous, c’est une grande joie de voir les autorités et les citoyens se mobiliser pour mener ensemble ce genre d’activité. J’en suis très satisfaite. Et je profite de cette occasion pour demander à la population d’arrêter de mettre les ordures dans les caniveaux et dans les rues. Chacun n’a qu’à chercher une poubelle pour mettre les ordures dedans. Nous voulons que Faranah soit la ville la plus propre de Guinée. Mais pour cela, il faut l’implication de tout le monde », a-t-elle souligné.

C’est le gouverneur de la région de Faranah qui a procédé au lancement officiel de cette journée d’assainissement. Tout en se félicitant de la mobilisation des civils et des militaires, le colonel Malick Diakité a remercié tous ceux qui ont participé à cette activité. « Nous constatons qu’il y a une communion totale entre les forces de défense et les populations. Nous allons essayer de pérenniser cela dans l’intérêt supérieur de la population. Je remercie la jeunesse et les femmes de Faranah, toute la population de Faranah.

Mais aussi, les forces de défense et de sécurité qui ne ménagent aucun effort pour que la cohabitation soit pacifique entre nous, pour qu’il y ait une certaine confiance entre les populations et ses forces de défense et de sécurité. C’est le lieu, au nom de monsieur le président de la République, commandant en chef des forces armées guinéennes, président du CNRD, de remercier la population de Faranah, leur dire que nous sommes là pour eux, nous sommes là pour les soutenir », a déclaré le gouverneur de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Vol de 10 kg de riz à Faranah : Youssouf Oularé condamné à 7 ans de prison

28 septembre 2021 à 19 07 32 09329

En audience correctionnelle hier, lundi 27 septembre 2021, le tribunal de première instance de Faranah a condamné Youssouf Oularé (un jeune voleur récidiviste) à 7 ans de prison. Ce jeune homme était poursuivi pour « vol » portant sur 10 kilogrammes de riz, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture de Faranah.

Selon nos informations, Youssouf Oularé est un « multirécidiviste » de faits de vol qui a été plusieurs fois jugé et condamné par le tribunal de première instance de Faranah. Et, cette fois, il était devant cette juridiction pour le vol de 10 kilogrammes de riz. Mais, le tribunal n’est pas allé de main morte pour le sanctionner. Il lui a infligé une peine de 7 ans de prison.

« Effectivement, le 20 septembre 2021, nous avons reçu un procès verbal à l’encontre du nommé Youssouf Oularé. Ainsi, le dossier a été orienté en flagrant délit ; et, c’est ce qui a conduit le prévenu devant le tribunal correctionnel ce 27 septembre.

Pendant les débats, il a été constaté que Youssouf Oularé est un habitué des faits. Il a été plusieurs fois arrêté et traduit devant le tribunal pour les mêmes faits de vol qui sont sa spécialité. Il appartient à un groupe organisé qui opère généralement la nuit au niveau des boutiques et des concessions. La particularité de son cas, c’est qu’il a été une fois condamné à une peine assorti de sursis. Pour la seconde fois, il a été arrêté, jugé et condamné à une peine de 6 mois ferme qu’il a purgée. Et, par la suite, il a été arrêté pour les mêmes faits de vol. Cette fois, on s’est dit qu’il fallait imprimer une dose sérieuse tenant aux circonstances aggravantes, le tout se reposant sur les dispositions des articles 373 et 374 du code pénal qui parlent non seulement des faits de soustraction frauduleuse, article 373 et article 374 qui met l’accent sur le vol aggravé. C’est-à-dire le vol commis avec au  moins 2 des 8 circonstances aggravantes énumérées par le code pénal. C’est une réponse que le tribunal correctionnel a donné aux agissements antisociaux de ce prévenu », a expliqué Mamoudou Magasouba, procureur de la république près le tribunal de première instance de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Administration du CNRD : voici la liste complète des gouverneurs et préfets du pays

25 septembre 2021 à 14 02 07 09079

Depuis le 5 septembre 2021, le colonel Mamadi Doumbouya et son équipe du comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) gèrent les destinées de la Guinée. Après avoir renversé le régime Alpha Condé, les militaires ont dissout le gouvernement et les institutions républicaines ; mais aussi, ils ont mis de nouvelles personnes à la tête de l’administration déconcentrée.

En attendant de connaître les membres de la junte militaire au pouvoir et du gouvernement de transition, Guineematin.com a répertorié pour vous les prénoms et noms des gouverneurs et préfets, nommés par les nouvelles autorités du pays et installés dans leurs fonctions entre le 6 et le 10 septembre 2021. Nous vous proposons ci-dessous leur liste complète :

Zone spéciale de Conakry 

Gouverneure : Général de brigade M’Mahawa Sylla

Région administrative de Boké 

Gouverneur : Colonel Sékouba Camara

                  Préfets

Boké : Colonel Fodé Aboubacar Sylla

Boffa : Colonel Ibrahima Barry

Fria : Colonel Yaya Kalissa

Gaoual : Colonel Fassama Condé

Koundara : Colonel Bangaly Condé

Région administrative de Kindia 

Gouverneur : Général Ibrahima Kalil Condé

                         Préfets :

Kindia : Colonel Abdel Kader Mangué Camara

Coyah : Colonel Alpha Oumar Cissé

Dubréka : Colonel Elhadj Sékouba Sacko

Forécariah : Colonel Alsény Camara

Télimélé : Colonel Augustin Fancinadouno

Région administrative de Mamou 

Gouverneur : Colonel Aly Badra Camara

                        Préfets :

Dalaba : Colonel Mohamed Bangoura

Mamou : Colonel Bienvenue Lamah

Pita : Colonel Abdoulaye Sylla

Région administrative de Faranah 

Gouverneur : Colonel Malick Diakité

                     Préfets: 

Dabola : Colonel Mohamed Niang

Dinguiraye : Colonel Mamady Touré

Faranah : Colonel Jean Louis Kpoghomou

Kissidougou : Colonel Cécé Maoumy

Région administrative de Kankan 

Gouverneur : Général Aboubacar Sidiki Diakité

                        Préfets :

Kankan : Colonel Etienne Tounkara

Kérouané : Colonel Cécé Richard Haba

Kouroussa : Colonel Cheick Alpha Diabaté

Mandiana : Colonel Mamady Dembélé

Siguiri : Colonel Mamady Condé

Région administrative de Labé 

Gouverneur : Colonel Tamba Kalas Tolno

                            Préfets :

Koubia : Colonel Mohamed Lamine Camara

Labé : Colonel Sény Sylain Camara

Lélouma : Colonel Bassia Léno

Mali : Colonel Pévé Zoumanigui

Tougué : Colonel Souleymane Camara

Région administrative de N’Zérékoré

Gouverneur : Général Mohamed Lamine Keita

                         Préfets :

Beyla : Colonel Douramoudou Keïta

Guéckédou : Lieutenant-colonel Daman Oulen Dioumessy

Lola : Colonel Ousmane Diallo

N’Zérékoré : Colonel Sékou Keïta

Macenta : Colonel Lancinè Diallo

Yomou : Colonel Karamo Boké Camara

Les nouveaux administrateurs territoriaux, tous issus des rangs de l’armée de terre et de la gendarmerie, comptent 4 généraux dont une femme, et 37 colonels et lieutenants colonels.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél: 628 08 98 45

Lire

Soutien au CNRD : après Faranah, Dinguiraye dans la cadence

10 septembre 2021 à 8 08 44 09449

Comme partout ailleurs en Guinée, la ville de Faranah et Dinguiraye étaient dans les rues ce jeudi 9 septembre 2021 apporter leur soutien aux nouvelles autorités du pays. Dans la cité religieuse, malgré les intempéries, la population est sortie  massivement pour soutenir le Comité National du Rassemblement et du Développement et le colonel Mamady Doumbouya en particulier pour avoir débarrassé la Guinée du dictateur Alpha Condé, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Mme Djiba BARRY, au nom des organisateurs de la manifestation de soutien au CNRD à Dinguiraye remercié la vaillante armée Guinéenne pour avoir sauvé le peuple de Guinée et surtout d’avoir joint la parole à l’acte en libérant tous les détenus politiques. « Nous remercions la vaillante armée pour avoir sauvé le peuple de Guinée et d’avoir respecté son engagement en libérant les détenus politiques. Nous les exhortons pour  la mise en place d’une charte de transition équilibrée et saine impliquant tous les acteurs sociopolitiques afin de passer une période de transition apaisée ».

Le Colonel Mamadi Touré, nouveau préfet de Dinguiraye,  au nom des nouvelles autorités du pays, a remercié les populations avant de les inviter à  accompagner le CNRD pour l’accomplissement de sa mission, notamment celle d’unir tous les Guinéens sans exclusion aucune.  Il a surtout mis un accent particulier sur l’unité,  la paix et la cohésion sociale sans lesquelles aucun développement n’est possible.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel: +224620241513 /660272707 

Lire

Chute d’Alpha Condé : Faranah manifeste son soutien au CNRD

9 septembre 2021 à 19 07 33 09339

Dans la matinée de ce jeudi, 09 septembre 2021, les rues de la commune urbaine de Faranah étaient bondées de monde. Les populations de cette ville (réputée être un fief historique d’Alpha Condé, désormais ancien président de la Guinée) étaient sorties pour exprimer leur soutien au comité national de rassemblement et du développement (CNRD), la junte militaire actuellement au pouvoir en Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Faranah.

Cette manifestation de réjouissance dans cette ville de la Haute Guinée est intervenue moins d’une semaine après le coup d’Etat qui a renversé le régime d’Alpha Condé. Et, c’est avec des slogans d’allégeance et de soutien au CNRD que les populations (en majorité des jeunes) ont paradé dans les rues.

« Vive l’armée guinéenne ! Vive le CNRD ! Faranah soutient le CNRD, Colonel Mamady Doumbouya président », scandait la foule qui est partie de la ‘’Tribune officielle’’ pour le gouvernorat, en faisant le tour des grands ronds-points de la ville.

Le tricolore guinéen à la tête, Moussa Oularé, un des manifestants, est convaincu que le coup d’Etat contre Alpha Condé était nécessaire pour remettre la Guinée sur le chemin du développement.

« L’armée a pris ses responsabilités à cause de tout ce que chacun de nous était en train d’observer dans le pays. La population avait souffert, il fallait renverser la tendance, prendre en main les destinées du pays pour que le développement tant attendu soit amorcé. C’est ce qui est notre principale motivation. La Guinée vient de loin. Depuis 1958, nous sommes indépendants… Il faut mettre tout le monde sur les rails, puisque nous sommes dans un pays de démagogie », a-t-il indiqué.

Au gouvernorat où les nouvelles autorités de Faranah ont accueilli les manifestants, Diawa Oularé, le porte-parole de cette foule en liesse, a exprimé le soutien et la disponibilité des populations de Faranah à accompagner le CNRD dans les actions de développement.

« Les populations de Faranah ont appris avec satisfaction la prise de la destinée de notre cher pays par le CNRD, à sa tête le Colonel Mamady Doumbouya, officier bien connu et admiré de tous. À Faranah, cette prise du pouvoir, amorcée dans une atmosphère de douceur, sans incident, a inspiré l’admiration et la confiance placées aux nouvelles autorités du pays. Donc, c’est sans aucun doute que les populations de Faranah, de la commune urbaine aux 14 sous-préfectures, sont disposées à accompagner le CNRD pour le rassemblement des guinéens et le développement de la Guinée. C’est aussi une occasion de saluer vivement le retour annoncé au pays natal de certains de nos officiers supérieurs natifs de Faranah, arbitrairement éloignés du pays à cause de leur intégrité morale et leur esprit républicain. Je veux parler des généraux Aboubacar Sidiki Camara connu sous le nom Général « Idi Amin » et Boundouka Condé », a dit Diawa Oularé.

Prenant la parole devant cette foule en liesse, le gouverneur de la région administrative de Faranah, le colonel Malick Diakité, a remercié les citoyens de Faranah pour cette grandiose mobilisation. Il les a aussi exhortés à la paix pour un développement harmonieux.

« Faranah est respectueux de sa parole. Je vous remercie de votre soutien au CNRD et à son président, le colonel Mamady Doumbouya. Je vous demande de prier pour nous, vous ne serez pas déçus. Cultivons la paix ; car, sans la paix, le développement est difficile », a-t-il déclaré, sous les ovations des populations.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Faranah : les militaires installés à la tête du gouvernorat et la préfecture

7 septembre 2021 à 10 10 02 09029

Les nouvelles autorités de Faranah ont pris fonction. Le colonel Malick Diakité, commandant du bataillon autonome de Faranah, et le lieutenant-colonel Jean Louis Kpoghomou, commandant du groupement de gendarmerie territoriale de Faranah, ont été installés respectivement à la tête du gouvernorat et de la préfecture. Ce changement fait suite au coup d’Etat militaire perpétré dimanche par le Groupement des Forces spéciales, qui a renversé le président Alpha Condé.

Après leur installation, les nouvelles autorités administratives de Faranah ont remercié le CNRD (Comité national pour le redressement et le développement) pour la confiance placée en eux. Ils ont promis aussi de travailler avec tout le monde pour mériter cette confiance. « Je rassure que je ferai tout avec mon équipe la main dans la main pour mériter cette confiance. Je remercie aussi mes compagnons d’arme qui m’ont toujours accompagné et leur dit que je suis à leur disposition. Je leur tends la main pour que la confiance qui a été placée en nous soit méritée », a dit le colonel Malick Diakité, nouveau gouverneur de Faranah, qui remplace Mohamed Ismaël Traoré.

A la préfecture, le lieutenant-colonel Jean Louis Kpoghomou remplace Elhadj Ibrahima Kalil Keïta. Le préfet sortant s’est félicité de son bilan, avant de souhaiter plein succès aux nouveaux dirigeants. « Je quitte Faranah en laissant une préfecture unie. J’avais déjà souhaité qu’on me laisse m’occuper de mes deux cultures : littérature et agriculture. Alors, aujourd’hui, le destin m’a donné cette chance. Je souhaite ardemment que Faranah continue à se donner les mains pour que les autorités aident Faranah à se développer car Faranah est une préfecture en retard (…).

Par rapport aux matériels, comme je l’ai fait à Siguiri, je ne vais pas envoyer même une cuillère. Je laisse tous les outils que j’ai trouvés ici et tous ce que j’ai acheté de mes propres frais depuis mon arrivée à Faranah, il y a trois ans. Je ne vais rien emporter avec moi, je laisse tout à l’Etat. Que Dieu aide les Guinéens », a souhaité l’ancien préfet de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 620241513/660272707

Lire

BEPC 2021 : 2 481 admis sur 8 091 candidats dans la région de Faranah

4 septembre 2021 à 16 04 58 09589

Les candidats aux examens nationaux, session 2021, sont désormais situés sur leur sort. Dans la région de Faranah, sur les 8.091 candidats qui ont affronté les épreuves du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), 2.481 sont admis. Soit un taux de réussite 30,66%.

La préfecture de Faranah arrive en tête, avec un plus de 45% d’admis. Faranah : 2.596 inscrits, 1.173 admis (45, 18 %). Dinguiraye : 893 inscrits, 287 admis (32,13%). Dabola : 1425 inscrits, 335 admis (23,5%). Kissidougou : 3.177 inscrits, 686 admis (21,59%).

« C’est à peu près la même situation que l’année dernière, mais nous allons tirer les leçons sur ça à l’ouverture prochaine. Nous allons travailler avec les proviseurs et les principaux des collèges, surtout au niveau des collèges ruraux. C’est ce qui va nous aider à faire des analyses et prendre des précautions pour l’année à venir », a réagi Fodé Bangaly Condé, inspecteur régional de l’éducation par intérim de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Faranah : 2 groupes de chasseurs traditionnels rivaux enterrent leur hache de guerre

4 septembre 2021 à 10 10 12 09129

Après plusieurs années d’adversité, deux groupes de chasseurs traditionnels rivaux de Faranah ont enfin fait la paix des braves en élisant un chef de la confrérie, le 1er septembre 2021, à Laya Sandö, un district situé à 35 kilomètres de la commune urbaine, rapporte le correspondant local de Guineematin.com à Faranah.

Après plusieurs tractations entre le groupe de Mâma Oularé et celui Lancinet Fofana, un vote a départagé les deux protagonistes. Sur les huit membres statutaires des deux groupes, Lancinet Fofana a obtenu 4 voix contre 1 voix de son adversaire et les trois autres membres ont voté blanc. Suite à cette élection, le nouveau président des chasseurs traditionnels de Faranah a tendu la main à ses pairs pour donner un nouveau souffle leur confrérie.

« Aujourd’hui est un grand jour, qui restera gravé dans les annales de l’histoire des chasseurs traditionnels de Faranah. À partir du moment où un président est élu, la première mission est de renforcer la paix et la cohésion entre tous les chasseurs traditionnels de Faranah. Pour réussir ce pari, j’invite les composantes de cette structure à l’unité et la cohésion.  Je tends une main franche à mes pairs auxquels je demande à se pardonner et à collaborer dans la sincérité afin de donner  un nouveau souffle au fonctionnement  de la confrérie des chasseurs de Faranah », a déclaré Lancinet Fofana.

Gnalén Balla Kourouma, qui a piloté la médiation entre les deux anciens groupes rivaux a insisté sur  l’importance de la paix au sein de cette confrérie. « La paix n’a pas de prix. Si vous vous entendez et vous acceptez, dans la différence, vous allez réussir. Le gouvernement aura besoin de vous. Si vous vous organisez bien pour entreprendre un travail l’Etat peut vous appuyer. Mais vous êtes divisés vous ne bénéficierez rien, vous serez négligés. Et ça, vous allez perdre beaucoup de chance. Espérons que la paix retrouvée perdure ».

Pour donner un éclat particulier à cette rencontre, les chasseurs et guérisseurs traditionnels  de Faranah, de Kissidougou, de Dabola, de Dinguiraye et d’ailleurs ont marqué leur présence. Dans la foulée, des griots entonnaient les chansons de paix et de bravoure dédiées aux chasseurs. 

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tél. : 620241513/660272707

Lire

Faranah : tous les chantiers de l’État sont aux arrêts

31 août 2021 à 18 06 20 08208

Située à environ 455 kilomètres de Conakry et considérée comme un des fiefs traditionnels de l’actuel parti au pouvoir en Guinée (le RPG), la préfecture de Faranah est en manque criard d’infrastructures. Exceptée la maison des jeunes, tous les chantiers entamés par l’Etat dans cette préfecture sont aux arrêts. Et, rien sur place ne laisse croire que ces chantiers vont redémarrer de sitôt. Le préfet, Elhadj Ibrahima Kalil Keita, parle d’une situation « regrettable » dont même le président de la République est au courant, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

Des travaux de construction de l’aéroport international de Faranah à ceux de la Citée du Niger (où logeaient les chefs d’Etats d’Afrique de l’Ouest), en passant par le tribunal de première instance, l’hôtel des finances et les travaux d’extension de l’hôpital régional, tout est aux arrêts. Aucun entrepreneur, aucun ouvrier, n’est visible dans ces différents chantiers. Et, pour le préfet de Faranah, Elhadj Ibrahima Kalil Keita, c’est une situation vraiment regrettable.

« L’hôtel des finances il y a longtemps. La cité du Niger est terminée, il ne reste que le forage. Alors qu’à l’hôpital, les travaux sont arrêtés, c’est vrai et c’est regrettable. Les travaux du palais de justice sont arrêtés, c’est regrettable. Aujourd’hui, même les travaux de l’aéroport sont arrêtés. Et, tout ça, c’est regrettable. Mais, tous ces problèmes sont portés à la connaissance des autorités supérieures jusqu’au niveau du président de la République », a déploré Elhadj Ibrahima Kalil Keita.

A noter que toutes les infrastructures qui existent actuellement à Faranah ont été réalisées sous le régime de la première République en Guinée, dirigée par le camarade Ahmed Sékou Touré, natif de cette préfecture.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620 24 15 13/660272707

Lire

Faranah : le casse-tête des usagers des routes en très mauvais état

30 août 2021 à 12 12 36 08368

Les routes qui relient la ville de Faranah aux autres localités de cette préfecture se trouvent présentement dans un état de dégradation très poussé. C’est le cas notamment de l’axe Faranah-Banfèlè où les nids de poule rendent la route presque impraticable, constate un journaliste de Guineematin.com basé dans la zone.

Interrogés sur la situation, certains usagers de cette route ont décrit les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien. C’est le cas de  Kaka Oularé,  un habitant du district de Magna situé à  une dizaine de kilomètres de Faranah-Centre.  » Notre route est complètement dégradée.  Depuis longtemps, nous avons entamé  de travaux d’entretien de cette route, notamment du secteur Bonifè jusqu’à Banfèlè, en passant par notre village pour atteindre Koumandi Koura. Mais, chaque fois les gens s’organisent  pour les travaux d’entretien de cette route, les moyens ont manqué. Nos productions agricoles peinent d’être écoulées vers  la ville, à cause du mauvais état de la route.  Quand il s’agit d’évacuer  un malade, surtout les femmes en travail nous rencontrons toutes les difficultés. Les ponts qui ont été construits n’étaient pas garantis. De la  rivière de Founkama jusqu’à la limite de Faranah avec Kouroussa, tous les ponts ont cédé. À Founkama  d’ailleurs, les motards passent sur la digue d’un bas-fond. Et avec ça il y’a assez d’accidents », a-t-il souligné. 

De son côté,  Mamady Traoré du district Kabayah lance un appel  aux  autorités en ces termes :  » Nous avons beaucoup souffert à cause de cette route. Nous demandons au gouvernement et à ses partenaires techniques et financiers de nous aider, pour l’amour de Dieu. Nous  ne sommes que de paysans. Si nos cultures peinent à  être  acheminer vers la ville c’est un problème. Que le gouvernement sache aussi que cette  route est la plus courte pour se rendre à Kouroussa. Il y’a eu assez de promesses mais jusqu’à présent il n’y’a pas de concret. »

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Vol à Faranah : les malfaiteurs ont emporté de l’argent et plusieurs objets de valeurs

30 août 2021 à 11 11 05 08058

Dans la nuit du samedi au dimanche, 29 août 2021, des voleurs se sont introduits dans une boutique de vente d’articles divers (téléphones, ordinateurs, imprimantes…) au quartier Abattoir, dans la commune urbaine de Faranah. Ils ont réussi à dérober d’importantes sommes d’argent et plusieurs objets (notamment des téléphones).

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est aux environs de 3 heures que ce vol a eu lieu. Les malfaiteurs auraient profité de la pluie qui s’abattait sur la ville pour offenser la boutique. Et, c’est par le toit qu’ils sont passés pour s’engouffrer dans la boutique pour y dérober de l’argent et des objets de valeur.

Souleymane Barry BANAL, victime d’insécurité

« C’est aux environs de 3 heures-4 heures du matin, quand il pleuvait abondamment, que les voleurs sont venus percer les tôles et le plafond de ma boutique. Ils sont descendus dans la boutique, ils ont emporté l’argent et les téléphones androïde. Souvent je ne travaille pas les dimanches. Mais, ce matin, quelqu’un m’a appelé pour me dire qu’il m’a envoyé trois sacs de riz, de venir les prendre devant ma boutique. C’est ainsi que j’ai dit à mon jeune frère de venir ouvrir la boutique pour les mettre dedans. Quand il a ouvert la boutique, directement il a vu la tôle enlevé et le plafond gâté. Donc, il m’a appelé pour me dire qu’on a été victime de vol. Je suis venu, j’ai trouvé exactement les bandits sont passés ici la nuit », a expliqué Souleymane Barry, le propriétaire de la boutique vandalisée.

Pour l’heure, on ignore le montant exact qui a été emporté par les voleurs. Mais, ils ont complètement dévalisé le coffre-fort de la boutique. Et, c’est ce lundi que Souleymane (la victime) a promis de faire l’inventaire pour avoir une idée nette sur la valeur exacte de tout ce qui a été volé dans sa boutique.

« Je n’ai pas fini de faire l’inventaire, mais c’est une somme très intéressante et tous les téléphones androïdes qui ont été pris. Il y a des objets tels que le moteur qu’ils (les voleurs) ont envoyé jusqu’au niveau du plafond, mais ils n’ont pas pu faire sortir. Il y a des ordinateurs, des imprimantes, etc. Ils faut demain lundi pour faire sortir tous les objets pour voir. Je me réserve de dire un montant, mais ce sont des millions qu’ils ont pris. J’ai appelé la brigade de recherche et la gendarmerie mobile, ils sont tous passés ici, ils ont fait leur première enquête, ils m’ont dit de passer demain pour le reste… On dirait que c’est quelqu’un qui me connait. Car, comment un voleur peut savoir là où j’ai gardé la clé de mon coffre-fort ? Parce que j’ai perdu toutes les clés, il ne me restait que la seule clé. Alors, j’ai dit que la  clé là ne va pas se perdre, je l’ai gardé dans la boutique. Je l’ai introduit dans le registre, c’est là que le voleur a pris, il a ouvert le coffre-fort et a pris l’argent. Il a refermé le coffre-fort il a remis la clé là où il l’avait trouvé », a indiqué Souleymane Barry.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Faranah : des jeunes manifestent contre le manque de courant

24 août 2021 à 14 02 06 08068

La ville de Faranah a été le théâtre d’un nouveau mouvement de colère ce mardi, 24 août 2021. De nombreux jeunes de cette ville, notamment ceux du secteur SNAPE, dans le quartier Dandaya, et de Founkama, sont descendus dans la rue pour manifester leur colère face au manque de courant dans leurs localités, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Tout a commencé la nuit dernière, lorsque plusieurs jeunes se sont mobilisés pour ériger des barricades sur la route nationale Faranah-Dabola. Grâce à l’intervention de certains citoyens, qui ont sensibilisé les manifestants, la situation a été rapidement calmée. Mais ce mardi matin, de nombreux jeunes plus déterminés ont battu encore le pavé, avec des slogans hostiles à EDG (la société chargée de la fourniture du courant électrique en Guinée).

Et cette fois, ils ont utilisé une tronçonneuse pour abattre un arbre et le découper en morceaux. Les manifestants ont déposé ces troncs d’arbre sur la route nationale Faranah-Dabola, bloquant la circulation. Ils réclament ainsi le retour du courant dans leurs quartiers. « Ça fait deux mois que nous n’avons pas de courant, et EDG se permet encore de nous envoyer des factures à payer. Donc, nous sommes sortis pour réclamer le courant », a lancé un manifestant, en colère.

L’intervention des forces de l’ordre a permis de rétablir l’ordre sur les lieux. Les agents ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants, avant de dégager la route. Interrogé sur cette situation, le directeur de l’agence d’EDG à Faranah a expliqué que le manque de courant, à l’origine de la colère des jeunes, est dû à une panne. Il appelle les citoyens à la retenue, tout en promettant que cette panne sera bientôt réparée.

Les manifestations contre le manque d’électricité sont récurrentes à Faranah. Car, la fourniture du courant n’a jamais été satisfaisante dans cette ville, d’où est originaire Ahmed Touré Touré, le premier président de la République de Guinée. Actuellement, les quartiers qui sont desservis reçoivent le courant à tour de rôle, et de 19 heures à 1 heure du matin.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224620241513/660272707

Lire

Dégâts environnementaux à Faranah : le mazout ravage les cultures et se déverse dans la rivière ‘’Sirikoleny’’

14 août 2021 à 11 11 39 08398

C’est une nouvelle très inquiétante pour les populations de Faranah, dans la région de la Haute Guinée. Dans la nuit du jeudi au vendredi, 13 août 2021, une importante quantité de mazout a fuité de la centrale thermique (qui donne de l’électricité à cette ville) pour se déverser dans la rivière Sirikoleny, un cours d’eau qui se jette dans le fleuve Niger. L’écoulement de ce combustible, dérivé du pétrole (qui est un polluant extrêmement dangereux pour l’environnement) a aussi dévasté des cultures et des plantes fruitières sur son passage.

C’est une nappe noire qui couvre actuellement l’espace qui sépare la centrale thermique et la rivière Sirikoleny. Et, selon des informations confiées au correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Faranah, cette nappe noire n’est autre que du mazout. Ce combustible polluant a fuité des entrailles de la centrale thermique pour se propager dans les environs et se jeter dans la rivière Sirikoleny. Des plaines rizicoles et des plantes sont actuellement touchées par cette importante quantité de mazout.

« Toutes les cultures se trouvant sur les rives de ce marigot ont été endommagées. Il y a eu fuite au niveau de la centrale thermique. C’est au niveau d’une fosse septique remplie que le mazout a débordé », a confié une source qui a requis l’anonymat.

Pour l’heure, les responsables de la centrale à l’origine de cette pollution se refusent de tout commentaire, en dépit des inquiétudes des populations. Et, face à ce silence, le maire de la comme urbaine de Faranah, Oumar Camara, invite les services techniques de l’environnement de se saisir de cette affaire pour évaluer les dégâts.

A suivre !

De Faranah, Mamadouba Bangoura pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire