Covid-19 : le seul cas positif de Faranah a-t-il incité à s’attaquer aux autorités sanitaires ?

17 avril 2020 à 16 04 20 04204

Dr Sory Doumbouya, DRS de Faranah

La pandémie du Covid-19 se propage inexorablement en Guinée avec quelques 438 cas déjà enregistrés à la date d’hier, jeudi 16 avril 2020. Des cas de patients guéris et sortis du Centre de Traitement Epidémiologique (CTE) de Donka sont également annoncés par l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS). Déclaré guéri de la maladie, Mamady Sidibé, le seul cas que Faranah a enregistré, est rentré dans sa ville. Mais, son retour a failli tourner au vinaigre d’autant plus que ses parents se sont attaqués aux services et autorités sanitaires de Faranah qu’ils accusent d’avoir menti sur la maladie de Mamady Sidibé, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Faranah : les promesses de Mohamed Ismaël Traoré, nouveau gouverneur

16 avril 2020 à 12 12 09 04094

Le nouveau gouverneur de Faranah, Mohamed Ismaël Traoré a pris officiellement fonction. La cérémonie de passation de service entre lui et son prédécesseur a eu lieu le mardi, 14 avril 2020, dans la salle de conférence du gouvernorat de la région. Elle a connu la présence de Fodé Bangaly Condé, inspecteur général du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, d’Oumar Camara, maire de la commune urbaine de Faranah, des préfets de la région ainsi que plusieurs autres cadres locaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Cas positif de Covid-19 à Faranah : les précisions de la Direction Régionale de la Santé

7 avril 2020 à 12 12 12 04124

Dr Sory Doumbouya, chef section planification, formation et recherche à la Direction Régionale de la Santé de Faranah

Comme annoncé précédemment, un cas suspect de coronavirus a été confirmé positif à Faranah après des tests effectués à Conakry. Les autorités sanitaires de Faranah ont apporté des précisions hier lundi, 06 avril 2020, sur la personne décelée positive, qui vient de rentrer de l’Espagne, pays durement affecté par la pandémie.

Lire

Faranah : un enfant de 7 ans meurt noyé au fleuve Niger

6 avril 2020 à 12 12 42 04424

Sékou Sanoh, 7 ans, a trouvé la mort par suite de noyade dans la soirée du samedi dernier, 04 avril 2020, à Faranah. L’enfant s’est noyé alors qu’il se baignait dans le fleuve Niger, a appris Guineematin.com à travers son correspondant sur place.

Lire

Fermeture des mosquées : la mesure respectée à la lettre à Faranah

27 mars 2020 à 19 07 42 03423

Les responsables religieux de Faranah se plient strictement à la décision du président de la République de fermer tous les lieux de culte du pays. Ce vendredi, 27 mars 2020, toutes les mosquées de la ville sont fermées, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Référendum constitutionnel : le OUI l’emporte à 96,70% à Faranah

25 mars 2020 à 10 10 33 03333

Au terme du dépouillement des votes, la CEPI de Faranah a communiqué les résultats du référendum constitutionnel du dimanche, 22 mars 2020. Et, c’est sans surprise le OUI qui l’emporte largement avec plus de 96% des suffrages exprimés, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

Faranah : rien ne va plus entre « Tata vieux » et le maire, Oumar Camara

14 mars 2020 à 13 01 25 03253

Oumar Camara, maire de la commune urbaine de Faranah

Le torchon brûle depuis quelques temps à Faranah entre l’ancien ministre du Tourisme, Moussa Tata Vieux Condé, et le maire de la commune urbaine, Oumar Camara. Le premier accuse le second de chercher à démobiliser les militants du RPG Arc-en-ciel. Le maire crie à la diffamation et à l’ingérence dans la gestion de la mairie. Cette situation, qui intervient en pleine campagne électorale pour le double scrutin législatif et référendaire du 22 mars prochain, crée un malaise dans les rangs du parti au pouvoir, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Marche du FNDC : voici les villes de l’intérieur du pays concernées

4 mars 2020 à 14 02 20 03203

Comme annoncé précédemment, le FNDC appelle à une nouvelle marche pacifique demain, jeudi 05 mars 2020, en Guinée. A Conakry, les organisateurs comptent mettre 2 millions de personnes dans la rue pour manifester contre le projet de nouvelle Constitution, qui donnerait la possibilité au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Lire

Dinguiraye : la localité de Kalinko militarisée à deux jours du scrutin du 1er mars

28 février 2020 à 16 04 50 02502

A 48 heures du double scrutin législatif et référendaire du 1er mars 2020, plusieurs militaires ont été déployés dans la commune rurale de Kalinko, relevant de la préfecture de Dinguiraye. La présence de l’armée sur le terrain est liée à la sécurisation du processus électoral dans cette localité fortement éprouvée suite aux violences post-électorales de février 2018, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Dinguiraye : le préfet porte plainte contre plusieurs responsables de l’UFDG

27 février 2020 à 9 09 07 02072

Une semaine après l’attaque du bloc administratif de la préfecture de Dinguiraye par des manifestants anti-troisième mandat, le préfet sort de sa torpeur. Le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo a porté plainte contre plusieurs responsables locaux de l’UFDG (la principale formation politique d’opposition en Guinée). Selon des informations confiées à Guineematin.com, au moins six opposants sont visés par la plainte de l’autorité préfectorale.
Parmi eux, Dr Boubacar Cellou Diakité, conseiller communal (élu au compte de l’UFDG) à la mairie de Dinguiraye.

Joint au téléphone, il a confié avoir reçu une convocation le mardi, 25 février 2020. « Le mardi, vers 15 h 30’, j’ai reçu deux agents de la gendarmerie qui m’ont déposé une convocation me demandant de me rendre à la gendarmerie le vendredi à 10 heures. J’ai demandé c’est quoi le motif, ils ont dit que c’est le préfet qui m’a convoqué mais qu’ils ne connaissent pas les raisons.

Je me suis déplacé pour aller voir l’officier la police judiciaire, en la personne de monsieur Bangoura. Celui-ci m’a dit que peut-être c’est parce que nous sommes les instigateurs de l’évènement du mardi 18 février (l’attaque du bloc administratif préfectoral), jour où le principal parti de l’opposition (UFDG) devait recevoir ses députés Fodé Maréga et Alpha Ousmane Diallo à Dinguiraye », a expliqué Dr Boubacar Cellou Diakité.

« J’ai appris ce matin que 5 autres personnes ont reçu des convocations. On a même appris que le préfet a déposé une liste au niveau du juge de paix pour demander l’arrestation de certaines personnes. Mais, celui-ci a répondu que le moment n’est pas opportun et qu’il ne peut pas se permettre d’arrêter un citoyen sans plainte. C’est ainsi que le préfet serait parti voir son secrétaire général chargé de l’administration qui aurait rédigé les différentes plaintes. C’est de là qu’ils ont fait appel à la gendarmerie pour déposer les plaintes aux ayant-droit », ajoute l’opposant.

Cet élu local dit avoir dit avoir échangé avec le maire de la commune urbaine autour de cette situation. Et, l’autorité communale se serait engagée à jouer au sapeur-pompier. « Ce mercredi, le maire de la commune urbaine m’a appelé vers midi et demi pour me dire de le trouver chez un ami. Quand je suis arrivé, il était avec l’un des conseillers municipaux. Il m’a demandé de lui rendre la convocation que j’ai reçue pour qu’il essaie de calmer le problème.

J’ai dit que depuis qu’on m’a remis la convocation, j’ai appelé mon fédéral, monsieur Kébé, pour lui remettre ma convocation. Le maire m’a demandé d’aller voir le fédéral mais j’ai refusé. Il m’a supplié et par la suite, je suis allé faire la photocopie pour la lui remettre. C’est ainsi qu’il m’a dit de ne plus rien craindre, qu’il n’y aura rien et que les gens qui devraient partir ne partiront pas. J’ai demandé qui sont ces gens, il a répondu que peut-être je les verrai », a laissé entendre Dr Boubacar Cellou Diakité.

Alpha Assia Baldé pour Guineemation.com
Tel : 622 68 00 41

Lire

Kissidougou : un incendie consume une partie de la résidence du préfet

26 février 2020 à 11 11 31 02312

L’annexe de la résidence du préfet de Kissidougou a pris feu dans la soirée d’hier mardi, 25 février 2020. Il n’y a pas eu de perte en vie humaines, ni de blessés, mais des dégâts matériels ont été enregistrés. Les enquêtes sont ouvertes pour situer les responsabilités, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, le feu d’origine inconnue s’est déclaré aux environs de 19 heures, dans la résidence du préfet de Kissidougou, Elhadj Mamoudou Cissé. Tout le contenu de l’annexe a été consumé par les flammes.

Joint au téléphone dans la matinée de mercredi, 26 février 2020, le préfet Elhadj Mamoudou Cissé, a apporté des précisons sur l’incendie. « C’est bien vrai qu’il y a eu incendie au niveau ma résidence. C’est l’annexe de ma résidence qui a pris feu. Ce sont mes enfants, c’est-à-dire un couple, qui logeait là-bas. Rien n’est sorti de tout ce qu’ils avaient dedans. Mais, il n’y a pas eu de blessés, ni de mort d’homme », a fait savoir monsieur Cissé.

S’agissant de la cause de l’incendie, le préfet dit ne rien savoir et attend la suite des enquêtes qui vont le déterminer. « L’enquête est en cours. La sécurité est sur l’enquête. Elle seule peut nous déterminer cela. Pour le moment, on ne connait rien sur la cause de l’incendie », a laissé entendre Elhadj Mamoudou Cissé.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225 / 666919225

Lire

Mission sur le site du Président du Conseil d’Administration de la SMD, Directeur des Affaires juridiques, corporatives et règlementaires Nordgold

24 février 2020 à 15 03 10 02102

Dans le cadre de la visite annuelle du Président Directeur Général du Groupe Nordgold, une importante délégation venue du siège de Moscou, a séjourné sur le site de la SMD-Lefa les 22, 23 et 24 Janvier 2020.

En marge des travaux planifiés par la mission de Nordgold, une série de visites des chantiers et ouvrages communautaires réalisés sur fonds propres par la SMD, a été effectuée par le PCA, le DGA et autres Managers de la SMD.

Lire

Alpha Condé à Faranah : les citoyens impatients de voir la réalisation de ses promesses

20 février 2020 à 14 02 28 02282

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé est arrivé ce matin jeudi, 20 février 2020, dans la ville de Faranah, au compte d’une tournée en Haute et en Forêt. De nombreux citoyens étaient mobilisés pour attendre le président de la République dans une ville de Faranah qui semble être oubliée par la gouvernance actuelle. Interrogés par le correspondant de Guineematin.com, certains citoyens disent que l’heure des promesses est passée et qu’il faut passer maintenant passer aux actes.

Les attentes des citoyens de Faranah sont nombreuses et ils veulent que le président Alpha Condé pense enfin à leur ville : maison des jeunes, stade préfectoral, écoles, santé, sécurité, infrastructures, emploi pour les jeunes…

Kassim Doukouré, de l’Institut des Sciences Agronomiques et Vétérinaires de Faranah : « nous voulons la reconstruction de la maison des jeunes, la reconstruction du stade préfectoral de Faranah, ensuite des bourses de formation pour être bien formés afin de pouvoir œuvrer pour le développement de la Guinée ».

Bandjou SAMOURA, chef du secteur BTGR, quartier Aviation : « nous sommes là pour accueillir le chef de l’Etat, toute la population est sortie. Vraiment, nous demandons au chef de l’Etat de faire face à Faranah. Nous tous on s’inscrit dans sa vision qui n’est rien d’autre que le développement de Faranah. Regardez aujourd’hui, nous n’avons pas une école digne de ce nom, pas de gendarmerie, pas de police à Faranah et il y a assez de jeunes qui ont terminé leurs études… il n’a qu’à aider la jeunesse. S’il aide la jeunesse, il a aidé les hommes et les femmes, puisque la jeunesse pourra aider les parents. »

De son côté, un citoyen très amer qui a préféré gardé l’anonymat, a fait une longue liste des besoins de la ville de Faranah. Selon lui, les promesses n’arrangent plus. « Pendant les 10 ans, Faranah n’a rien bénéficié du régime. Je demande au chef de l’Etat d’achever maintenant les chantiers de la Cité Niger et le bâtiment de Nèrèdouni, démarrés depuis 2014 ; la reconstruction de la résidence du gouverneur qui est logé en location au quartier Tonkolonko2 ; la relance de l’usine de gari ; l’intégration de Faranah dans le programme AGRIFARM ; la réhabilitation de la route nationale Faranah-Mamou, à défaut, elle sera coupée pendant la saison des pluies ; le démarrage de l’usine de canne à sucre de Banian ; la reconstruction de la résidence du préfet, de la sûreté régionale et du commissariat central de Police ; la reconstruction de la gendarmerie départementale ; l’extension des réseaux de distribution de l’EDG et la SEG ; l’achèvement de la piste rurale de Kalankö ; la construction de 2 lycées et collège modernes ; le bitumage des voiries de Faranah ; la reconstruction de la gare routière, la reconstruction de l’aéroport international de Faranah ; le réaménagement du micro barrage agricole Founkama ; la construction du stade régional… En termes de développement, Faranah est la dernière des régions administratives dont tous les indicateurs sont au rouge. Donc, les promesses ne nous arrangent vraiment plus », a martelé ce citoyen.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620 24 15 13 / 660 27 27 07

Lire

Haute Guinée : Alpha Condé en visite à Faranah

20 février 2020 à 10 10 22 02222

Le président de la République, Alpha Condé, a entamé ce jeudi, 20 février 2020, une tournée en Haute Guinée. La ville de Faranah constitue la première étape de cette série de visites que le chef de l’Etat va effectuer dans la région, a appris Guineematin.com à travers, à travers son correspondant dans la ville.

C’est par vol que le président Alpha Condé est arrivé ce jeudi matin, aux environs de 9 heures et demi, dans la ville de Faranah. Après l’aéroport, il s’est dirigé directement à la résidence du préfet. Le chef de l’Etat se rendra ensuite à la place publique située devant la maison des jeunes de Faranah, où de nombreux citoyens sont mobilisés pour l’accueillir.

Nous y reviendrons !

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com
Tel : 00224 620 24 15 13/ 660 27 27 07

Lire

Attaque du siège de la préfecture de Dinguiraye : voici la version du préfet Lamarana Diallo

19 février 2020 à 0 12 03 02032

Lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo, préfet de Dinguiraye

Comme annoncé précédemment, les locaux de la préfecture de Dinguiraye ont été la cible d’une attaque menée par des manifestants pro UFDG dans la soirée de ce mardi, 18 février 2020. Les opposants ont procédé à des jets de pierres sur le bloc administratif préfectoral, brisant quelques vitres. Joint au téléphone peu après l’incident, le préfet de Dinguiraye, le Lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo a livré sa version des faits.

« J’ai été informé par le maire de la commune urbaine de Dinguiraye que la fédération UFDG a déposé un courrier informant de l’organisation d’un meeting au stade préfectoral. Mais, la commune n’a pas accepté. Entretemps, il y a eu tiraillement entre eux. Finalement, moi-même, j’ai invité les responsables de l’UFDG, nous avons échangé. Ils ont dit qu’il faudrait qu’ils viennent tenir leur meeting au niveau du stade préfectoral. J’ai expliqué que c’est la commune qui autorise. Suite à une demande du maire de la commune urbaine, les services de sécurité ont été déployés au stade préfectoral ce mardi dans le but de sécuriser cet édifice public de l’Etat.

Après, vers les 15 heures, les notables se sont impliqués pour demander au maire d’accepter que les autres viennent tenir leur meeting au stade préfectoral. Ils ont été finalement été autorisés pour éviter le pire, pour ne pas qu’il y ait affrontement entre les forces de l’ordre et les manifestants. Ils sont venus, ils ont tenu leur meeting. Nous, nous avons quitté nos bureaux dans les environs de 17 heures, nous sommes rentrés à la résidence. Après leur meeting, entre 18h et 18h30, ils sont venus vers la préfecture où il n’y avait personne. Tout était fermé. Ils ont jetés des cailloux, ils ont cassé les vitres. Entretemps, les agents des forces de l’ordre sont venus, les manifestants ont pris la tangente. C’est ce qui s’est passé ici » a expliqué le préfet Mamadou Lamarana Diallo.

Parlant du refus d’autoriser l’accès au stade, le préfet de Dinguiraye insiste et persiste que « la commune est souveraine, le maire indépendant. C’est le maire de la commune urbaine, c’est lui qui a fait la lettre-réponse. C’est à la dernière minute que moi j’ai été informé. Je n’étais même pas au courant de ce programme. J’étais dans les collectivités. Je n’étais pas au courant qu’une délégation de l’UFDG devrait venir à Dinguiraye. J’ai été informé à la veille. La décision de refuser est venue de la commune. La commune est libre d’accepter ou de ne pas accepter. Moi aussi, en ma qualité de première autorité préfectorale, je suis tenu obligé de sécuriser les biens de l’Etat et la population si le maire en fait la demande » a-t-il ajouté.

Des informations ont fait état de l’interpellation de plusieurs manifestants. Mais le préfet de Dinguiraye dit n’avoir pas été informé par ses services de cette situation. Le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo précise d’ailleurs que ce ne sont pas des jeunes de Dinguiraye qui ont jeté des cailloux sur le bloc administratif préfectoral « mais ce sont les bodygards qui sont venus avec le député Fodé Maréga, qui ont dirigé l’attaque contre la préfecture. Ils étaient au nombre de 16, selon les informations que nous venons de recevoir », conclut l’administrateur territorial.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Contacts : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Dinguiraye : le siège de la préfecture attaqué par des manifestants pro FNDC

18 février 2020 à 20 08 29 02292

Lieutenant-Colonel Mamadou Lamarana Diallo, préfet de Dinguiraye

La ville de Dinguiraye a vécu une journée assez tendue ce mardi, 18 février 2020. A l’origine, une décision du préfet interdisant un meeting de sensibilisation organisé par le FNDC. Ce bras de fer a conduit à l’attaque des locaux de la préfecture par des manifestants qui exigent le départ de l’autorité préfectorale, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Faranah : un incendie d’origine électrique consume deux cases et leur contenu à Abattoir 2

14 février 2020 à 15 03 45 02452

La série noire des incendies se poursuit dans la préfecture de Faranah. La liste des victimes s’allonge chaque jour à cette période de saison sèche marquée par une forte élévation des températures. Deux cases et leur contenu sont partis en fumée dans un incendie qui s’est produit dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 février 2020, au secteur Bas Fond du quartier Abattoir 2, dans la commune urbaine de Faranah, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire