Campagne de reboisement : le ministre de la jeunesse et celui de l’environnement à Popodara

18 juillet 2019 à 9 09 36 07367

Après Dubréka, Kindia et Mamou, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mouctar DIALLO et son homologue de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui, ont lancé les activités du reboisement national initié par le Président de la République dans la région de Labé hier, mercredi 17 juillet 2019.

C’est la sous-préfecture de Popodara, situé à 22 km du côté Ouest du chef-lieu de la préfecture de Labé qui a été retenue pour le lancement de cette campagne nationale de reboisement dans la région. Les populations de cette localité s’étaient massivement mobilisées pour accueillir la délégation ministérielle.

Après le discours de bienvenue prononcé par le nouveau maire de la commune rurale de Popodara, Aboulaye Diallo, le préfet de Labé a expliqué aux populations locales l’intérêt que chacun pourra tirer du renouvellement des ressources forestières. Elhadj Safioulaye Bah a invité ses concitoyens à participer massivement à cette campagne nationale de reboisement.

Pour sa part, le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a informé les populations de Popodara et de Labé que des dispositions ont déjà été prises pour arrêter ceux qui couperont des arbres sans une autorisation préalable des autorités. Les gardes forestiers sont là pour interpeller les contrevenants, a rappelé le ministre.

Mouctar DIALLO a également déclaré que cette initiative présidentielle de reboisement national va créer de l’emploi pour les jeunes de la région de Labé.

Il est à préciser que pour les besoins de cette cérémonie officielle présidée par des membres du gouvernement de la République, la Section Préfectorale des Eaux et Forêts de Labé avait mobilisé 2.500 plants composés essentiellement des espèces suivantes : Mélina arboréa, Accasia mangium et Morenga olifera.

Toutes ces espèces ont été plantées dans la journée d’hier, mercredi, 17 juillet 2019, sur une superficie de 2 ha située entre la route nationale Labé-Koundara et le collège de Popodara en direction de l’ancienne Cité Khalidou de la localité.

Selon le chef de la Section des Eaux et Forêts, Samba Diao Diallo, il est officiellement prévu de reboiser 65 ha dans la préfecture de Labé. Mais, les fonds n’ont pas encore été mis à la disposition des techniciens et des associations de jeunesse pour l’achat des plants et faire le travail.

Officiellement, on annonce que les moyens seront dégagés immédiatement après cette tournée ministérielle de lancement de la campagne de reboisement 2019 dans les différentes régions administratives du pays.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : installation des antennes du FNDC dans les 28 quartiers de la commune urbaine

18 juillet 2019 à 8 08 06 07067

L’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a entrepris un vaste programme d’installation des comités de base de son mouvement dans les 28 quartiers de la commune urbaine de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Oumar_Sadio_Diallo, chargé de communication du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dans la Région Administrative de Labé
Oumar Sadio Diallo, chargé de communication du FNDC à Labé

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action opérationnelle adoptée il y a quelques mois en réunion de coordination des activités du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dans la Région Administrative de Labé, selon le chargé de communication de la structure, Oumar Sadio Diallo. Elle fait aussi suite à la mise en place des antennes préfectorales de ce mouvement dans les préfectures de la région et en tenant compte des recommandations du bureau national.

Le choix des représentants du FNDC dans les quartiers obéit à des critères déjà élaborés et communiqués aux personnes ressources cooptées pour servir de points d’appui au programme. Ces principes indiquent que ce sont seulement les acteurs de la société civile qui peuvent être coordinateurs des cellules FNDC pour éviter que le combat soit politisé par le camp adverse. Il y a aussi que le choix doit porter sur des gens compétents, efficaces et engagés pour le combat contre un 3ème mandat pour le président Alpha Condé.

Les femmes occupent une place de choix dans les stratégies de mobilisations élaborées par les responsables du FNDC à Labé.

madame Aïssatou Diallo, militante du MoDel
Mme Aïssatou Diallo, militante du MoDel

A ce sujet, pour madame Aïssatou Diallo, militante du MoDel dirigé par Aliou Bah, les femmes doivent s’impliquer davantage dans le combat du FNDC. Surtout qu’elles revendiquent le plus souvent l’équité. « Elles doivent faire comme les hommes » a insisté la dame en sa qualité de membre du bureau du FNDC à Labé.

Selon le programme officiel transmis à la presse locale, les quartiers de Companya, Dow-Saaré et Pounthioun vont constituer la première étape de cette tournée d’implantation des antennes du FNDC dans la ville de Labé.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Ivresse au volant : un chauffeur dans les filets de la compagnie de la sécurité routière de Labé

17 juillet 2019 à 19 07 32 07327
Maître Abdourahmane Bah maîtrisé par les agents de la Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé

Un jeune chauffeur du nom de maître Abdourahmane Bah, venu du Sénégal en état ébriété est tombé dans les filets de la Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé, ce mercredi matin, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

En provenance de Manda Douane, au Sénégal, le jeune Abdourahmane Bah transportait à bord de sa voiture 505 Peugeot immatriculée RC 7694 Q et ayant une capacité de 9 places officiellement, 12 passagers en majorité des femmes et des enfants à destination de la préfecture de Mali Yembéring.

Adjudant-Chef Daniel Kamano, officier de constats de la Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie Nationale de Labé,

Selon l’Adjudant-Chef Daniel Kamano, officier de constats de la Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie Nationale de Labé, le chauffeur mis en cause a pris un vers de trop et ajouté de la drogue à Koundara. Cet serait avec cet état d’ivresse indescriptible qu’il a conduit le véhicule qui n’avait pas aussi de freins jusqu’à Labé, malgré l’insistance de ses passagers.

Une fois à Labé, il a refusé d’envoyer le véhicule chez les mécaniciens pour réparer le système de freinage, voulant continuer à bord de ce véhicule en mauvais état jusqu’à Mali Yembéring. Les passagers ont décidé alors de descendre de la voiture pour chercher un autre taxi. Mais, c’était sans connaître l’inconscience de ce chauffeur qui a choisi de partir avec les bagages de ses passagers.

Il s’est fait rattraper par la brigade motorisée de la compagnie de Sécurité Routière de Labé à carrefour Dalein, situé à quelques 22 km du chef-lieu de la préfecture de Labé. Dans cette course folle, il a brûlé le poste de contrôle de Tountouroun, situé à Km de la ville de Labé.

Très remonté, le commandant de la Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé, Lieutenant-Colonel Mohamed Lamine Fofana, annonce des sanctions exemplaires pour ce délinquant qualifié de criminel par les observateurs qui vivent actuellement ses délires à la brigade.

Ce jeune chauffeur a été mis hors d’état de nuire grâce à la vigilance de ses passagers et la collaboration de son compagnon de voyage, maître Lamarana Diallo qui conduisait un autre taxi.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

BAC 2019 à Labé : des candidats tentent d’introduire des documents à Wouro

16 juillet 2019 à 22 10 42 07427

Plusieurs document frauduleux auraient été saisis sur des candidats par les surveillants lors de la première journée du baccalauréat unique, session 2019, pendant l’opération de fouille organisée après la montée des couleurs et avant l’installation des élèves dans les salles de classe, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Aucun incident majeur n’a été signalé dans les centres d’examens de la Région Administrative (RA) de Labé lors des deux premières journées du baccalauréat unique, session 2019. A en croire, madame N’diaye Mariama, déléguée du département au centre d’examen de Konkola, dans la commune urbaine de Labé, les élèves ont pris conscience et compris la consigne liée au slogan « tolérance, zéro vers l’excellence. »

Seulement, on signale qu’avant le lancement des épreuves de la première journée de ce baccalauréat unique, session 2019, plusieurs documents frauduleux ont été saisis par les surveillants pendant l’opération de fouille systématique des candidats au lycée Wouro de Labé qui abrite le centre d’examen pour les Sciences Mathématiques. Cette information a été confiée à votre quotidien en ligne Guineematin.com par Thierno Siradiou Diallo, candidat venu d’une école privée de la place.

Par ailleurs, il semble que les sujets d’Anglais, Mathématiques, Economie, Physique et Français donnés lundi et mardi ont été abordables pour les candidats des profils Sciences Expérimentales et Mathématiques rencontrés à Konkola et Wouro. Cécé Albert Kolié qui rêve, lui aussi, d’accéder à l’université guinéenne a rassuré avoir écrit ce qu’il connait « sur ma papier » en ajoutant que le reste revient maintenant « à les correcteurs ».

Pour cet autre interlocuteur, les surveillants déployés au centre d’examen de Konkola, dans la commune urbaine de Labé ne laissent pas les candidats communiquer entre eux. C’est-à-dire qu’ils font bien leur boulot.

Selon l’emploi du temps du baccalauréat unique de l’enseignement général affiché au Lycée Wouro, la journée du mercredi, 17 juillet 2019, est un jour de repos pour les candidats de tous les profils confondus.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Échecs répétés à Labé : le bac 2019 fait-il rêver ?

16 juillet 2019 à 6 06 58 07587

Malgré les échecs au bac enregistrés par la région en 2017 et 2018 , l’inspectrice régionale de l’éducation (IRE) de Labé, Mme Guilawo Pierrette Toupou a déclaré avoir un grand espoir pour les candidats de sa région à l’issue de ce baccalauréat unique, session 2019, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Après avoir fait le tour des sept centres d’examens qui abritent les candidats au baccalauréat unique, session 2019 depuis ce lundi, 15 juillet dans la commune urbaine, l’inspectrice régionale de l’éducation (IRE) de Labé a déclaré que cet examen commence très bien à Labé. « J’ai une très bonne appréciation, parce que, vous l’avez dit, nous avons sillonné en compagnie des autorités, en compagnie de notre chef de cabinet du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) que nous avons eu la chance de recevoir pour ouvrir les premières enveloppes. J’ai de réelles satisfactions, parce que partout où nous sommes passés, vraiment il y a un calme. Ce qui est très important pour un examen, à mon avis. Je crois donc que ça commence très bien à Labé » a expliqué madame Guilawo Pierrette Toupou.

Poursuivant son témoignage, l’inspectrice régionale de l’éducation rassure que les candidats de Labé sont très bien préparés à affronter ce baccalauréat unique, session 2019. « Pendant la période de troubles, on s’arrangeait à ce qu’ils continuent à travailler. J’estime qu’ils sont vraiment préparés pour affronter l’examen » a-t-elle ajouté.

Pour que ce rêve devienne réalité, le chargé des examens et contrôles scolaires à l’Inspection Régionale de l’Education a invité les candidats de Labé à aborder les sujets avec beaucoup de sérénité. « Ce que je demanderais aux candidats, c’est d’être serein, parce que quand on affronte un examen, le premier point surtout important, c’est la sérénité. Dès qu’on est serein on peut affronter les sujets sans aucun problème » précise monsieur Alimou Diallo.

Les candidats et les parents d’élèves gardent un mauvais souvenir des mauvais résultats enregistrés par la Région Administrative de Labé au baccalauréat unique en 2016 et 2018.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Baccalauréat 2019 : 99 candidats affrontent les épreuves à Koubia

15 juillet 2019 à 17 05 39 07397

Comme partout en Guinée, le baccalauréat unique a démarré ce lundi, 15 juillet 2019, à Koubia. Dans cette préfecture, ils sont 99 candidats, tous profils confondus, dont 25 filles à affronter les épreuves. La cérémonie de lancement officiel a mobilisé les autorités administratives et éducatives de la localité, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est à l’école primaire du centre 1, le seul centre d’examen de la ville de Koubia, que cette cérémonie a eu lieu. Les premières épreuves : Anglais pour les sciences expérimentales et les sciences mathématiques, et Histoire pour les sciences sociales ont été lancées.

A cette occasion, les autorités ont, à tour de rôle, pris la parole pour prodiguer des conseils aux candidats. Le délégué national, Lamine Condé, a invité les élèves au respect des règlements généraux régissant les examens en Guinée. Il a également demandé aux surveillants d’appliquer strictement le code de bonne conduite. Selon lui, quiconque se rendra coupable d’une pratique déviante sera éliminé et subira les sanctions prévues en la matière.

De son côté, le préfet par intérim de Koubia a appelé les candidats à la sérénité, au sérieux, à ne pas avoir peur et à ne compter que sur leurs efforts personnels.

Mamadou Dian Barry a souhaité que le centre de Koubia soit un modèle dans la région.

A noter que les candidats de la préfecture de Koubia sont répartis comme suit : 10 candidats dont 4 filles en Sciences Expérimentales ; 31candidats dont 8 filles en Sciences Mathématiques et 58 candidats dont 13 filles en Sciences Sociales.

De Koubia, Mamadou Alpha Diallo pour Guineematin.com

Lire

Bac 2019 à Labé : 2 629 candidats dont 993 filles composent dans 12 centres

15 juillet 2019 à 17 05 15 07157

Au total, 2 629 candidats dont 993 filles composent dans 12 centres dont un pour l’enseignement franco-arabe dans la Région Administrative de Labé où la préfecture de Lélouma n’a présenté personne, faute d’élèves, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

L’Inspection Régionale de l’Education (IRE) de Labé a présenté, pour tous les profils confondus, 2.629 candidats dont 993 filles au baccalauréat unique, session 2019 qui a démarré ce lundi 15 juillet sur toute l’étendue du territoire nationale.

Inspection Régionale de l’Education (IRE) de Labé, Alimou Diallo
Alimou Diallo, inspection Régionale de l’Education (IRE) de Labé

« Pour l’ensemble de la région de Labé, nous avons au baccalauréat, en Sciences Expérimentales, 589 dont 266 filles ; Sciences Mathématiques, 917 dont 337 filles ; Sciences Sociales, 1098 dont 386 filles ; Sciences Sociales Franco-Arabe, 25 dont 4 filles. Soit pour l’ensemble des trois options voire les 4 options y compris les Sciences Sociales Franco-Arabe, 2.629 candidats dont 993 filles, répartis entre 11 centres pour l’enseignement général et 1 centre pour l’enseignement Franco-Arabe » a expliqué le chargé des examens à l’Inspection Régionale de l’Education (IRE) de Labé, Alimou Diallo.

Cette année, la direction préfectorale de Lélouma, qui compte deux lycées n’a présenté aucun candidat faute d’élève, ajoute chargé des examens à l’inspection régionale de l’éducation de Labé. « Effectivement, Lélouma n’a pas pu présenter de candidats au baccalauréat parce que ceux qui étaient admis en Terminale étaient très peu nombreux et compte tenue de la répartition de la répartition des options, surtout les mathématiques qu’ils avaient choisies n’existaient pas à Lélouma. Ils ont préférés venir soit à Labé ou alors dans d’autres préfectures » a-t-il déclaré.

En recevant les candidats, du profil Science expérimentale, qui composent à Hoggo M’Bouro, dans la commune urbaine de Labé, le délégué du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation dans ledit centre a rappelé qu’aucun impaire ne sera toléré. Moussa Soumaoro est du service nationale des infrastructures et constructions scolaire du département.

Ce baccalauréat unique marque la fin des examens nationaux session 2019 et ouvre les grandes vacances scolaires en République de Guinée.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : après sa libération, Fodé Camara décrit une situation pourrie à l’Université Hafia

14 juillet 2019 à 1 01 19 07197
 Fodé Camara, secrétaire administratif de l’antenne universitaire du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée
Fodé Camara, secrétaire administratif de l’antenne universitaire du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée

Au lendemain de sa libération, le syndicaliste Fodé Camara, qui était poursuivi devant le Tribunal de Première Instance de Labé pour « vol » d’un bus jadis octroyé à son syndicat, est sorti de son silence pour décrire une situation pourrie à l’Université Hafia, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers l’entretien vidéo exclusif ci-dessous.

Le secrétaire administratif de l’antenne universitaire du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (SLECG), Fodé Camara qui, pendant une semaine, est resté confronté à une plainte déposée contre sa personne par le Secrétaire Général de l’Université Hafia de Labé devant le Tribunal de Première Instance (TPI) pour des faits qualifiés de « vol de bus » a confié ses premiers impressions à la rédaction régionale de Guineematin.com au lendemain de sa libération.

Au cours de cet entretien vidéo de près de 30 minutes, le syndicaliste Fodé Camara a continué à clamer son innocence. Il attribue sa mésaventure à un règlement de compte, lié à son engagement et à son militantisme syndical auprès du camarade Aboubacar Soumah, Secrétaire Général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG).

Pour en convaincre, il est largement revenu sur sa part de vérité autour de la genèse de ce bus offert à l’Université de Labé par le Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) que le Rectorat avait attribué l’antenne universitaire du SLECG en 2017. Partant, il explique qui pourrait être, à ses yeux, les motifs pour lesquels les autorités universitaires ont décidé de reprendre le bus de façon inopinée. « Nous pensons qu’ils veulent nous retirer le bus pour le remettre à la nouvelle structure syndicale qu’ils ont créée » a-t-il lancé avec conviction.

Parlant de la situation qui prévaut actuellement à l’Université de Labé, Fodé Camara décrit de façon catégorique un environnement pourri marqué par des clivages ethniques et politiques accentués par la culture de la délation, malheureusement entretenue par le Rectorat.

Pour retenir votre souffle, votre quotidien en ligne Guineematin.com vous invite à faire détour dans la vidéo ci-dessous. Elle donne à réfléchir. Surtout si les faits dénoncés se révèlent avérés.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : marche pacifique de protestation contre les assassinats ciblés des conducteurs de taxi-motos

13 juillet 2019 à 20 08 37 07377

Les conducteurs de taxi-motos ont organisé ce samedi, 13 juillet 2019, une marche pacifique dans les rues de la commune urbaine de Labé pour réclamer justice suite à l’assassinat d’un conducteur de taxi-moto, tué par des inconnus, la semaine dernière, aux environs de 17 heures, à Donghol, un quartier situé à l’Est de la ville, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

L’initiative de cette marche pacifique a été prise par les responsables syndicaux du secteur du transport par moto, explique le porte-parole des manifestants, Diallo Thierno Abdourahmane, secrétaire général de la Section CNTG des conducteurs de taxi-motos à Labé. « Nous réclamons plus de sécurité, nous réclamons justice aussi parce que vous n’êtes pas sans savoir que le mardi 2 de ce mois il y a eu un taximètre qui a été assassiné à Donghol par des personnes qui sont vraiment sans cœur, ni foi » a-t-il déclaré.

Aucune déclaration officielle n’a été enregistrée de la part des autorités régionales, préfectorales et communales de Labé depuis l’assassinat du jeune Thierno Abdoulaye Baldé. «On les rappelle que c’est à eux de nous sécuriser. Nous et nos biens. C’est pour cela qu’ils sont à Labé à ce que je sache. Toutefois, s’ils ne peuvent plus nous sécuriser, vraiment ils n’ont qu’à démissionner » a ajouté le porte-parole des manifestants.

Malgré la justesse et l’objectivité de cette initiative noble des responsables syndicaux du secteur, certains conducteurs de taxi-moto évoluant dans la commune urbaine de Labé n’ont pas voulu répondre à l’appel à manifester lancé par les initiateurs du mouvement. « Pour ceux qui n’ont pas suivi, on a dépêché une équipe qui va descendre sur le terrain pour prendre tout taximètre qui est en train de travailler aujourd’hui. Ils seront vraiment sanctionné » a prévenu notre interlocuteur.

Il est à préciser que l’insécurité galopante qui terrorisent les citoyens de Labé cible particulièrement les conducteurs de taxi-motos, régulièrement victimes d’assassinat à l’occasion des déplacements vers la périphérie de la ville ou pour certaines collectivités rurales de la région. Malheureusement, les enquêtes toujours ouvertes par les autorités sécuritaires compétentes n’ont jamais été fermées. Et les présumés assassins des cas déjà enregistrés n’ont jamais été démasqués, malgré le professionnalisme incontesté et incontestable de nos officiers de police judiciaire.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

L’IRE de Labé rassure : « tout est mis en place pour un bon déroulement du baccalauréat »

13 juillet 2019 à 19 07 36 07367

Après le CEE et le BEPC, le baccalauréat unique va démarrer le lundi, 15 juillet 2019, en Guinée. A Labé, les autorités éducatives se disent tout à fait prêtes pour cet autre examen national, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Malick Sall

Selon l’inspection régionale de l’éducation de Labé, ce sont en tout 2.629 candidats qui doivent affronter les épreuves du baccalauréat unique, session 2019, dans la région administrative de Labé. « Au niveau de la région administrative de Labé, qui regroupe 5 DPE, nous avons : en sciences expérimentales, un total de 589 candidats inscrits dans la région dont 266 filles.

En sciences mathématiques, nous avons 917 candidats inscrits dont 337 filles. En sciences sociales, il y a 1098 dont 386 filles. En sciences sociales franco-arabe, nous avons 25 candidats inscrits dont 4 filles. Soit un total de 2629 candidats dont 993 filles », a expliqué Malick Sall, chargé des transferts à l’inspection régionale de l’éducation de Labé.

Ce responsable éducatif assure qu’à l’heure, tout est mis en place pour que cet autre examen national se passe dans des bonnes conditions. « Il y a eu des dispositions qui ont été prises en amont pour non seulement éviter la fraude dans les salles, mais aussi la fuite des sujets. On a sillonné tous les centres et on a constaté qu’ils sont aménagés. Et là où il y avait des manquements, on a donné des instructions pour les corriger. A l’heure actuelle, tout a été corrigé, tout est mis en place. Et on espère que le baccalauréat se passera dans des bonnes conditions », a-t-il dit.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Sécurité routière en rase campagne : un lourd bilan répertorié par la gendarmerie de Labé

13 juillet 2019 à 11 11 33 07337
Adjudant-Chef Daniel Kamano, officier de police judiciaire et chef service constat de la Compagnie de la Sécurité Routière de Labé
Adjudant-Chef Daniel Kamano, officier de police judiciaire et chef service constat de la Compagnie de la Sécurité Routière de Labé

La Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé, couvrant toutes les préfectures de la Moyenne Guinée, déclare avoir dénombré 9 cas de décès, 39 blessés graves dont 16 femmes et 25 dégâts matériels importants enregistrés dans des accidents de la circulation survenus en rase campagne pour la période allant du 1er mars au 30 juin 2019, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

La Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé se dit préoccupée par la fréquence des accidents de la circulation enregistrés régulièrement en pleine brousse dans la région. « Entre le 1er mars et le 30 juin 2019, nous avons enregistré 12 accidents de la circulation routière impliquant 19 véhicules, 8 motos et un vélo. Ces accidents enregistrés ont entrainé la mort de 9 personnes dont 3 femmes et 39 blessés graves dont 16 femmes. A cela, il faut ajouter 25 dégâts matériels importants » explique l’Adjudant-Chef Daniel Kamano, officier de police judiciaire et chef service constat de la Compagnie de la Sécurité Routière de Labé.

Selon les différents constats effectués par les spécialistes de la sécurité routière, ces accidents de la circulation en rase campagne sont le plus souvent provoqué par des infractions diverses et variées dont 5 cas d’excès de vitesse, 3 cas de circulation à gauche, 3 cas de défaut d’entretien technique et un cas d’ivresse au volant.

Lieutenant-Colonel Mohamed Lamine Fofana, commandant de la compagnie
Lieutenant-Colonel Mohamed Lamine Fofana, commandant de la compagnie

Le Haut Commandement de la Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé regrette aussi l’indiscipline de certains usagers de la route. « Certains usagers ne s’arrêtent même pas aux signaux de mes agents. Ils viennent avec une allure pernicieuse, ils passent, ils ne s’arrêtent pas. Or, il nous est interdit de pourchasser les usagers », déplore le Lieutenant-Colonel Mohamed Lamine Fofana, commandant de la compagnie qui évoque aussi des difficultés liées au manque de logistique. « La compagnie sécurité routière, en général, la brigade mobile de la Gendarmerie Nationale, on a des moyens vraiment très réduits. Il nous manque des moyens de déplacement pour pouvoir suivre les usagers de très près » a-t-il ajouté.

En cette saison hivernale, l’officier de la Gendarmerie Routière réitère son appel pressant à l’endroit des usagers de la route. « Il y a une imprudence totale qui règne sur nos chaussées. Il faut que les chauffeurs entretiennent leurs véhicules. Aujourd’hui, il nous manque des centres de visites techniques pour entretenir les véhicules. Mais, ils peuvent aller aux garages pour entretenir les véhicules. Surtout le système de freinage. Ils doivent rouler doucement. Les virages sont de trop et la plupart des routes sont dégradées. S’ils ne font pas doucement, on va enregistrer des accidents et des accidents malheureux » a conclu le commandant de la Compagnie de Sécurité Routière de Labé.

Il est à préciser que cette Compagnie de la Sécurité Routière de la Gendarmerie de Labé couvre les 10 préfectures de la Moyenne Guinée.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Lutte contre les occupations anarchiques de la chaussée : échec des autorités communales de Labé

11 juillet 2019 à 19 07 54 07547

Les autorités communales ont pratiquement échoué dans leur programme de lutte contre les occupations anarchiques de la voirie urbaine, surtout autour du marché central, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

commandant de la Garde Communale de Labé (CGCL), Ousmane Bah
commandant Ousmane Bah

La garde communale déployé sur le terrain est confrontée à une difficulté liée à l’indiscipline des occupants anarchiques de la voirie urbaine.
« Les gens refusent de quitter. C’est ce qui est grave. Vous-même vous voyez dans nos locaux ici, on a toutes les denrées. Tout ce que nous prenons maintenant, nous déposons au niveau de la prison civile pour donner aux prisonniers parce que les gens refusent de quitter catégoriquement » a expliqué le commandant de la Garde Communale de Labé (CGCL), Ousmane Bah.

Ces hommes sont parfois victimes mêmes d’agressions physiques de la part des vendeuses de condiments. « Nous sommes victimes d’injures incendiaires tous les jours. Même hier (Ndrl : mercredi, 10 juillet 2019), comme vous l’avez si bien dit, il y a une femme qui a giflé un de mes agents, parce que simplement le gars a pris son colis. C’est tout. Sinon, ce n’est parce qu’on insulte des gens. On n’agresse personne. On dit avec respect quittez ! Mais, malgré ça, les gens refusent. Ils nous agressent maintenant » a ajouté le commandant de la Garde Communale de Labé.

Comme leurs prédécesseurs, les nouvelles autorités communales de Labé manquent de stratégies pour recaser les vendeuses de condiments dans les marchés de Daka, Radar et N’dianyâbhé. « Ce que nous pouvons demander à tous nos frères et toutes nos parentes, c’est d’accepter de quitter la route, la chaussée, parce qu’il y a trois marchés : le marché de N’dianyâbhé, le marché de Daka et même à la Radar, dans le quartier Tata2. Il y a plusieurs marchés maintenant. Les gens refusent. C’est ça le problème » a conclu le chef du service de la Garde Communale de Labé.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Abandon des enfants : un nouveau-né retrouvé au quartier mosquée (Labé)

11 juillet 2019 à 19 07 29 07297

Un nouveau-né, abandonné par sa mère, a été retrouvé ce jeudi, 11 juillet 2019, au quartier Mosquée, dans la commune urbaine de Labé. La garde du bébé a été confiée à une dame qui se dit prête à l’adopter, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la ville.

C’est dans un sac plastique que ce bébé de sexe féminin, nouvellement né, a été retrouvé. Sa mère l’a placé dans le sac et l’a abandonné sous un véhicule garé. Alertée par deux jeunes, madame Hawaou Diallo est venue recueillir le nouveau-né. « A 6 heures du matin, je partais au marché, lorsque j’ai vu deux jeunes qui cherchaient quelque chose sous un véhicule.

Je leur ai demandé ce qu’ils cherchent, ils m’ont répondu que c’est un bébé qu’ils ont trouvé sous le véhicule qui était garé. Ainsi, je me suis approchée et j’ai constaté la même chose. Directement, j’ai informé le chef de secteur de la localité et je suis venue avec lui à la maison », témoigne cette dame.

L’autorité locale a décidé de confier la garde du bébé à Hawaou Diallo. Et, cette dernière se dit prête à l’adopter de façon légale. « Je suis très contente d’avoir trouvé ce bébé vivant. Tout de suite, je vais engager les démarches auprès des autorités pour adopter ce bébé. Toutefois, je conseille les jeunes filles de garder leur bébé si elles accouchent, même si c’est hors mariage », a-t-elle dit.

Informés, les services de sécurité se sont rendus sur les lieux pour un constat, avant d’ouvrir une enquête pour tenter de retrouver l’auteure de cet abandon. A noter que les abandons de bébés sont récurrents dans la commune urbaine de Labé, même si le phénomène avait pris un recul ces derniers temps.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Un centre de santé cambriolé à Labé : plus de 5 millions de francs emportés

11 juillet 2019 à 19 07 14 07147

Le centre de santé de Bowounloko, dans la commune urbaine de Labé, a été la cible d’une attaque dans la nuit d’hier, mercredi à ce jeudi, 11 juillet 2019. Des inconnus ont cambriolé la structure sanitaire, emportant une somme de plus de 5 millions de francs guinéens, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants à Labé.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est par la fenêtre que les cambrioleurs se sont introduits dans les locaux du centre de santé de Bowounloko. « Nous sommes venus très tôt ce matin comme nous sommes en campagne de distribution de la CPS, on est venu très tôt donc pour identifier les équipes. Quand on est venu ouvrir la porte du point de vente, on a trouvé que la porte était un peu rabattue. J’ai demandé aussitôt aux stagiaires si l’agent du point de vente des médicaments était déjà là.

C’est en ce moment qu’ils (les stagiaires, ndlr) m’ont dit qu’ils ont trouvé eux aussi trouvé que toutes les portes étaient ouvertes. Directement, j’ai appelé l’agent du point de vente pour lui demander si elle avait fermé les portes avant de rentrer, elle a répondu par l’affirmative en ajoutant qu’elle détient même les clés », a expliqué Dr Diaraye Bah, la chef de l’établissement sanitaire.

En ce qui concerne les pertes subies, Dr Diaraye Bah indique que « pour le moment, c’est un peu difficile d’évaluer les pertes. En tout cas, les recettes du centre de santé, du 1er au 10 juillet 2019, sont estimées à plus de 4 millions, tout est parti. A part cela, une autre somme d’un million de francs de tontine confiée à l’agent du point de vente a été emportée. La somme totale volée peut dépasser les 5 millions de francs guinéens. Seulement, aucun produit pharmaceutique n’a été emporté », a-t-elle laissé entendre.

Aux dernières nouvelles, on apprend que le directeur préfectoral de la santé, Dr Mamadou Hady Diallo, a été saisi de cette affaire. Il a instruit les services de sécurité d’ouvrir une enquête pour tenter de retrouver les auteurs de ce cambriolage.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Affaire Bus de l’Université Hafia : des ennuis judiciaires pour le syndicaliste Fodé Camara

10 juillet 2019 à 17 05 15 07157

Malgré le retrait de la plainte du Secrétaire Général de l’Université Hafia de Labé, le syndicaliste Fodé Camara, enseignant-chercheurs est toujours retenu par le parquet pour « vol de bus », rapporte un correspondant Guineematin.com en Moyenne, à travers ce reportage vidéo ci-dessous.

Fodé Camara

Depuis pratiquement une semaine, le syndicaliste Fodé Camara, enseignant-chercheurs et membre du bureau de la représentation du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (SLECG) à l’Université Hafia de Labé n’est pas libre de ses mouvements. Après 72 heures de garde à vue à la Brigade de Recherche de la Gendarmerie de Labé, le sieur Fodé Camara est obligé de se présenter chaque matin au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance (TPI) pour des faits qualifiés de « vol de bus de l’Université de Labé », selon une plainte du Secrétaire Général de cette institution d’enseignement supérieur.

Issa Soumaré

Cette situation de Fodé Camara préoccupe actuellement sa famille syndicale. « Nous sommes au Tribunal, juste par rapport au problème de bus qui nous avait été octroyé par monsieur le Recteur en 2017. Le bus avait été octroyé au syndicat. En 2018, vu le bicéphalisme syndicale au sein de l’Université, ils ont certainement décidé de retirer le bus par une autre note de service. J’estime que cette décision a été prise parce que ce ne sont pas leurs hommes qui sont à la tête du SLECG. Nous avons refusé de rendre ce bus, parce que le Recteur nous avait dit que le bus nous appartenait, qu’on pouvait en faire ce que nous voulons. Nous avons même des enregistrements vocaux du Recteur qui le prouvent » explique le secrétaire général du SLECG de l’Université de Labé, Issa Soumaré.

Le retrait de la plainte par le Secrétaire Général de l’Université Hafia de Labé, Dr Moussa Diakité n’a apparemment rien changé pour le prévenu Fodé Camara.

Dans les couloirs du Tribunal de Première Instance (TPI) de Labé, on rappelle que le retrait de la plainte par le plaignant n’éteint pas l’action publique. Qu’à cela ne tienne ! Le procureur de la République, Ansoumane Douno, empereur des poursuites a confié le parquet de Labé va statuer ce mercredi, 10 juillet 2019, sur la suite à donner à ce dossier : classer l’affaire sans suite ou la renvoyer devant le Tribunal de Première Instance. Quelques soit la suite donnée à cette affaire par le Ministère Public, l’antenne universitaire du SLECG est déterminée à poursuivre son combat jusqu’au bout.

Le bus objet du litige a été confié au Recteur de l’Université par le Procureur de la République jusqu’à la fin de la procédure.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

BEPC 2019 à Labé : état des lieux et sentiments mitigés de certains candidats (avec vidéo)

9 juillet 2019 à 19 07 43 07437

Contrairement à ce qui se passe dans certaines localités du pays, aucun cas de fraude au Brevet Élémentaire du Premier Cycle (BEPC), session 2019, n’a encore été signalés dans la Région Administrative de Labé, mais les sentiments de certains candidats restent mitigés au sortir de la deuxième journée de l’évaluation, rapporte un correspondant Guineematin.com en Moyenne, à travers ce reportage vidéo ci-dessous.

Les candidats au Brevet Élémentaire du Premier Cycle (BEPC), session 2019, poursuivent leurs évaluations. Ce mardi, ils ont composé dans les épreuves de dictée-question et Physique. Mais, les sentiments de certains candidats de Labé sont encore mitigés. C’est le cas de Mamadou Bhoye Diallo présenté par une école privée de la banlieue Est de la ville.

« C’est un peu compliqué parce qu’on renverse les sujets. Ah ! Nous avons espoir de gagner, parce que nous avons confiance en nous. On a un peu fait quelque chose sur nos papiers. J’espère que Dieu nous aidera. Les élèves apprécient les sujets. Ils disent que c’est un peu compliqué mais ils comprennent. »

Laye Keïta, chef de la Section Pédagogie de l’Inspection Régionale de l’Education de Labé
Laye Keïta

Pour le moment, aucun cas de fraude n’a été signalé par les encadreurs de l’éducation de la région. « Pour le moment, au BEPC, aucun cas de fraude n’a été notifié. Même au niveau du CEP (Examen d’entrée en 7ème Année), dans ma région, aucun cas de fraude n’a été enregistré. On ne dit pas qu’on a réussi à 100%, mais nous commençons à réussir progressivement dans ces examens. Autrefois, par jour, on pouvait constater des cas de fraude : 12 candidats, 10 candidats ou 8 candidats éliminés » explique le chef de la Section Pédagogie (CSP) de l’Inspection Régionale de l’Education (IRE) de Labé, Laye Keïta. Par rapport à la proclamation des résultats à temps, le dispositif de correction a déjà commencé à se mettre en branle dans la Région Administrative de Labé, ajoute Laye Keïta.

« Pour le cas spécifique de l’entrée en 7ème Année, dès le premier jour de l’administration des épreuves dans les salles d’examen, la machine du secrétariat a commencé à marcher. Le corrigé type a été fait le même jour et le lendemain les correcteurs sont entrés en activité. Si vous constatez aussi au niveau de notre IRE ici, présentement, nous sommes tous là dans le cadre de ce secrétariat. Et les épreuves qui ont été administrés hier (lundi, 08 juillet 2019) Rédaction et Histoire, aujourd’hui, ces correcteurs sont en activité dans le centre de correction. C’est pour autant dire que ce dispositif fonctionne. Dernière épreuve, deux semaines, nous avons comme délai pour proclamer les résultats » a-t-il précisé.

Les examens nationaux de cette année à Labé, les autorités régionales de l’éducation semblent avoir tiré les meilleures leçons des imperfections constatées dans le déroulement des épreuves en 2018.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Démarrage du BEPC à Labé : 5 515 candidats dans les 25 centres de la région (Vidéo)

8 juillet 2019 à 13 01 45 07457

L’Inspection Régionale de l’Education de Labé a présenté cette année 5.515 candidats au BEPC, session 2019, dont 2686 filles pour 25 centres d’examen dont 13 pour la direction préfectorale de l’éducation de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Comme partout dans le pays, le Brevet Elémentaire du Premier Cycle (BEPC), session 2019, a effectivement démarré ce lundi, 08 juillet 2019. Selon le chargé des examens à l’Inspection Régionale de l’Education (IRE) de Labé, toutes les dispositions sont prises à tous les niveaux en vue d’un bon déroulement de cette évaluation dans les 25 centres d’examen retenus pour les 5 préfectures de la région.

Il est à préciser que pour l’enseignement franco-arabe, la région de Labé a présenté 161 candidats dont 80 filles.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : des supporters parient sur la victoire du syli

7 juillet 2019 à 12 12 38 07387

C’est à 19 heures temps universel, ce dimanche, 7 juillet 2019, que l’équipe nationale de football guinéenne jouera contre son homologue d’Algérie au compte des huitièmes de finales de la coupe d’Afrique des nations.

La ferveur pour le soutien au syli national de Guinée se fait sentir de plus en plus dans la capitale guinéenne et en région. À Labé, nombreux sont ces supporters confiants de la victoire de leur équipe, le syli. Dans les rues, l’engouement est de taille. Les couleurs nationales dominent les affiches. Certains marchands ambulants en profitent pour multiplier les prix de leurs articles (foulards, écharpes, bonnets, maillots… de couleur rouge, jaune, vert).

Dans les lieux publics, ce sont les musiques dédiées au syli de Guinée qui animent bars, maquis, restaurants et autres coins de rues. C’est le débat qui est sur toutes les lèvres (rencontre Guinée-Algérie). Certains vont même au delà en faisant des pronostics sur cette rencontre.

Il faut noter qu’à part ce soutien des supporters, la commission de soutien préfectorale au syli national a pu mobiliser plus de 21 millions de francs guinéens en faveur du onze national.

Bonne chance au syli national de Guinée.

Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinée matin.com

Lire

Labé : le FARC et le gouverneur de région dans le collimateur du député Cellou Baldé

7 juillet 2019 à 9 09 53 07537

A l’occasion de l’Assemblée Générale de la Fédération de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) à Labé, le député uninominal, l’honorable Mamadou Cellou Baldé a mis le Front pour l’Adoption par Référendum de la constitution (FARC) en garde contre toute activité de promotion de tripatouillage de la loi fondamentale et dénoncé le comportement « antidémocratique » du gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

A Labé, la Fédération de l’Union des Forces Démocratiques (UFDG) a organisée dans l’après-midi du samedi, 06 juillet 2019, au siège du parti, à Kouroula, une assemblée générale (AG) ordinaire. La rencontre a mobilisé plusieurs responsables, militants et sympathisants de l’UFDG venus des différents quartiers de la commune urbaine et de certaines sous-préfectures de Labé.

A cette occasion, plusieurs sujets qui font l’actualité locale et nationale ont été largement abordés par le député uninominal, l’honorable Mamadou Cellou Baldé, membre du bureau exécutif national de l’UFDG.

Au cours de sa communication, ce parrain politique de la Fédération UFDG de Labé a vigoureusement dénoncé et condamné l’allure du gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané qu’il qualifie de dictateur et antidémocratique « venu à Labé pour diviser les filles et les fils du terroir.»

Le parlementaire de l’opposition, Cellou Baldé a particulièrement insisté sur la capacité de résistance des populations locales contre toute tentative de tripatouillage de la constitution en République de Guinée. C’est à ce niveau qu’il a ouvert une grande parenthèse pour mettre le Front pour l’Adoption par Référendum de la nouvelle constitution (FARC) en garde contre toute activité de promotion du changement de la loi fondamentale dans la région.

Abordant la vie interne du parti, le député Cellou Baldé a invité les responsables de la Fédération UFDG de Labé à renforcer la mobilisation des militants et sympathisants en vue non seulement d’organiser la résistance mais aussi pour préparer avec la plus grande efficacité les prochaines échéances électorales, notamment les législatives.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé: le forum régional du développement reporté à cause d’une incompréhension avec le gouvernement

7 juillet 2019 à 8 08 09 07097

Le forum régional du développement qui devait avoir lieu initialement le 13 juillet 2019 à a été reporté sine die à cause d’une incompréhension entre le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané et certains ministres ressortissants du Fouta, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Le gouverneur de la région administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané en collaboration avec les 5 préfets de la région (Elhadj Safioulahi Bah de Labé, Elhadj Harouna Souaré de Mali, Elhadj Abdourahmane Baldé de Tougué, Mohamed Deen Camara de Lélouma et Mamadou Dian Barry intérimaire à Koubia) préparait activement un forum régional de développement. En accord avec ses proches collaborateurs, l’autorité régionale voulait placer l’évènement (qui était initialement prévu pour le 13 juillet 2019 prochain) sous la présidence d’honneur du chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, président de la République.

Mais, selon une information qui vient de parvenir à la rédaction régionale de Guineematin.com, le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané a été invité à surseoir à cette activité jusqu’à nouvel ordre.

Notre source précise que cette injonction de dernière minute est liée à une plainte déposée contre le gouverneur de Labé devant le gouvernement par les ministres ressortissants de la Moyenne Guinée qui l’accusent d’avoir boycotter sans raisons valables, la rencontre de lancement des activités de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC) organisée le dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba par les ministres et hauts cadres de l’Etat ressortissants de la Moyenne Guinée sur instruction du président Alpha Condé.

L’on se rappelle que toutes les autorités régionales, préfectorales et communales des Régions Administratives (RA) de Mamou et Labé étaient conviées ce dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba pour plancher sur les problèmes de développement de la Moyenne Guinée en liens avec les fonds de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC). Les participants avaient également peaufiné des stratégies appropriées pour faire comprendre à la population de cette région l’intérêt qu’elle peut tirer de l’adoption d’une nouvelle constitution en République de Guinée.

Mais, le contrôle des présences révélé que si la Région Administrative (RA) de Mamou a réalisé 100% de mobilisation, celle de Labé n’était représentée que par son gouverneur, Elhadj Madifing Diané.

C’est ce refus de mobiliser les préfets, sous-préfets et maires de sa région qui vaut à Elhadj Madifing Diané aujourd’hui tous les ennuies qu’il a actuellement avec les ministres ressortissants de la région.

De Labé, Kawou Seydi pour Guineematin.com

Lire