Madeleine Dioubaté (ancienne candidate à la présidentielle) se fait voler un diamant à Paris

23 mai 2019 à 12 12 33 05335

Lu pour vous : Une ancienne candidate à l’élection présidentielle en Guinée a déposé plainte à Paris pour le vol dans un hôtel parisien d’un diamant qu’elle estime à 45 millions d’euros, a-t-on appris de sources concordantes.

Deux hommes se faisant passer pour des Russes ont rencontré lundi Marie-Madeleine Dioubaté dans un hôtel parisien du VIIIe arrondissement pour expertiser ce diamant. Après évaluation, ils lui ont remis un document certifiant que la pièce valait 45 millions d’euros, selon une source policière.

Mais entre-temps, selon un tour de passe-passe bien connu des escrocs et des enquêteurs, les deux hommes avaient subtilisé le vrai diamant et l’avaient remplacé par une pâle copie, a détaillé une source proche du dossier, confirmant une information de la radio Europe 1.

Lorsque la victime s’en est aperçue, les deux hommes avaient pris la fuite. Elle a déposé plainte. « Quant à la valeur réelle du diamant, c’est pour l’instant du déclaratif », souligne la source policière.

Une enquête préliminaire du chef de vol en bande organisée a été ouverte, selon le parquet de Paris. La brigade de répression du banditisme (BRB) est chargée de l’enquête.

Marie-Madeleine Dioubaté, du Parti des Ecologistes de Guinée, avait été la seule femme candidate à l’élection présentielle en Guinée en 2015 emportée par le président sortant Alpha Condé.

AFP- Paris, 23 mai 2019

Lire

Aéroport de Conakry : vers la signature d’un accord de gestion entre la Guinée et ses partenaires ?

22 mai 2019 à 17 05 32 05325

La Guinée est en bonne voie pour trouver un accord avec Aéroports de Paris (ADP) autour de la mise en place d’une concession à long terme de l’aéroport de Conakry. Des discussions ont eu lieu dans ce sens depuis quelques mois à Conakry, entre Aboubacar Sylla, ministre d’Etat en charge des Transports et les représentants d’ADP, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après le coup de balai de janvier 2019, qui a permis d’écarter Oulaba Kabassan Kéita, soupçonné de détournement de 4 milliards de Francs Guinéens, une nouvelle équipe a été installée à la tête de la direction générale de la Société de Gestion de l’Aéroport de Conakry (SOGEAC). Ce présumé détournement avait empoisonné les relations entre la Guinée et les partenaires français (Agence Française de Développement, Aéroports de Paris et la Chambre de Commerce de Bordeaux).

Désormais, l’on semble s’acheminer vers un accord entre les deux parties. Selon nos confrères de Jeune Afrique, « si rien n’a encore été officialisé, un accord semble en bonne voie depuis ces derniers jours entre Aéroports de Paris (ADP), dont les opérations internationales sont dirigées par Fernando Echegaray, et les autorités guinéennes, représentées par Aboubacar Sylla, ministre des Transports ».

Pour rappel, Aéroports de Paris, gestionnaire depuis 1992 de la Société de Gestion et d’Exploitation de l’Aéroport de Conakry (SOGEAC), dont il est actionnaire à 29 % (aux côtés de l’Agence française de développement, AFD), avait proposé de reprendre complètement en main l’infrastructure, qui fut son premier contrat de management à l’étranger. Sa concession court jusqu’en novembre 2019, ajoute la même source.

Il reste à savoir si cette « embellie » pourra faire oublier les soupçons de détournement qui pèsent sur l’ancien DG de la SOGEAC. En tous les cas, il aura fallu beaucoup d’efforts, de concessions et de pressions pour qu’on sorte de la cacophonie née du présumé détournement de 4 milliards de francs guinéens au détriment de la SOGEAC.

Les partenaires français, très remontés, avaient tapé du poing sur la table pour que cette affaire soit tirée au clair, même si un certain flou règne actuellement sur le remboursement ou non des montants supposés avoir été détournés.

Aux dernières nouvelles, un huissier de justice, muni d’une sommation interpellative de payement, avait été commis à cette tâche.

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Elections du 26 mai 2019 : Mamadou BAH (Nr 69), candidat au Parlement Bruxellois

14 mai 2019 à 11 11 59 05595

Mes priorités : Bruxellois d’origine étrangère, diplômé en sciences politiques. J’aime m’attribuer l’étiquette bruxellois, une ville cosmopolite, où 56% des habitant.e.s viennent d’horizons différents. Bruxelles, d’une part, c’est une formidable opportunité pour moi de vivre cette diversité au quotidien, et de m’engager pour une société + verte + solidaire + conviviale.

D’autre part, comme capital de l’Europe, je trouve que Bruxelles doit lancer un défi à “l’Europe des peurs” un nouveau “deal” en faisant que chaque bruxellois.e trouve sa place. Pour la question environnementale, je soutien toutes les solutions concrètes pour “Bruxelles-respire.” Je veux pour nos enfants, un enseignement de qualité, un logement décent, une ville propre et conviviale. Un projet interculturel bruxellois valorisé, qui participe à la convivialité et une qualité du vivre ensemble. Une démocratie avec plus d’écoute, de participation citoyenne qui fait obstacles aux discours de haine, et de toutes les formes de discriminations.

Les diplômes de Mamadou BAH

• Bachelier en Sciences Politiques (ULB)
• Master en Sciences Politiques, Relations Internationales, finalités, Sécurité, paix et Conflits (ULB)
• Migrations, diversité et Relations Interculturelle (ULB)
• Agent de Médiation et de Développement Interculturel (CBAI)

Lire

Brooklyn (USA) : une délégation de l’UFDG au centre d’une controverse

12 mai 2019 à 14 02 16 05165
Elhadj Diouma Diallo (image d’archive)

Une délégation du bureau exécutif national de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), conduite par l’honorable Abdoulaye Diouma Diallo, en tournée de renouvellement des fédérations du parti aux Etats-Unis d’Amérique est confrontée actuellement à une fronde interne de la jeunesse du parti contre le secrétaire fédéral de Brooklyn, Mouctar Barry, a appris Guineematin.com auprès de la communauté guinéenne de New-York.

L’honorable Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo et sa suite ont supervisé un congrès fédéral en catimini au domicile privé de Hadja Hassatou Sall, tenez-vous bien, à 4 heures du matin. C’était le lundi, 22 avril 2019. Cette réinstallation du secrétaire fédéral sortant, Mouctar Barry, s’est déroulée en l’absence des représentants des jeunes de l’UFDG de Brooklyn.

Il semble aussi que la délégation du bureau exécutif national de l’UFDG a négocié fort avec Monsieur Samoura pour que ce dernier retire sa candidature en vue de faciliter la réélection de Mouctar Barry.

C’est pourquoi, dans une correspondance adressée à Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, chef de mission, les jeunes UFDG de Brooklyn dénonce « un théâtre dilatoire orchestré » par le secrétaire fédéral sortant de Brooklyn, Mouctar Barry, avec « les bénédictions » de l’honorable Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo : « je rappelle que cette politique d’exclusion est contraire aux idéaux du parti. Je vous renvoie à l’article 16 alinéa 3 des statuts et règlement intérieur du parti qui détermine ceux qui doivent prendre part au congrès (les congressistes)et la procédure des opérations pour les congrès des fédérations, nous constatons que cette disposition a été violée sous l’égide du chef de mission et sa délégation. Après la fermeture de la salle du congrès, nous avons appris que vous vous êtes rendus de façon catimini dans la concession d’un responsable pour sélectionner et valider le bureau fédéral en violation de l’article ci-dessus, qui dispose que c’est seulement les 9 premiers responsables des bureaux spéciaux, les 9 premiers responsables des sections et les 9 premiers responsables du bureau fédéral sortant qui élisent le bureau fédéral » écrit le premier responsable des jeunes UFDG de Brooklyn, Abdourahmane Diallo.

Considérant alors « que ces dispositions ont été violées sous votre bénédiction, le bureau de la jeunesse conteste cette sélection du bureau fédéral et dénonce ces pratiques frauduleuses car elles sont contraires aux textes et valeurs de l’UFDG. Vu ces violations répétées des statuts et règlement intérieur du parti, le bureau de la jeunesse conteste la légitimité et la légalité du bureau fédéral et rejette les résultats de cette sélection du bureau fédéral. Et nous demandons la reprise intégrale du congrès conformément aux dispositions des statuts et règlement intérieur du parti. Nous rappelons que nous disposons de preuves palpables (videos des opérations) du 22 avril 2019, à Brooklyn. Le moment venu nous allons les mettre à la face du monde » a-t-il conclu et prévenu.

Elhaj Ousmane Kourou Diallo

Interpellé sur la question, Elhadj Alpha Ousmane Diallo, membre du bureau exécutif national de l’UFDG, explique la délégation de l’honorable Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo est arrivée en retard dans la salle où le congrès devait se tenir. Il ne pouvait plus continuer parce que la réservation venait d’expirer. Ils ont alors été expulsés de la salle. C’est en ce moment qu’ils ont décidé d’aller chez Hadja Hassatou Sall qui avait de la place pour contenir des congressistes composés exclusivement de vieux et de femmes.

« Les jeunes n’étaient pas représentés. Ceux qui étaient présents ont estimé qu’ils sont majoritaires et que le quorum était largement atteint. Mouctar Barry, secrétaire fédéral sortant était le seul candidat. Il a été réélu par les membres présents » a-t-il expliqué.

Abordant la question du courrier envoyé à la délégation du bureau exécutif national, Elhadj Alpha Ousmane Diallo se montre catégorique : tout est possible sauf la reprise du congrès fédéral de Brooklyn.

Au sein de la communauté guinéenne, on rapporte que Moutar Barry est très populaire chez les vieux et les femmes mais impopulaires chez les jeunes qui sont les plus nombreux et presque tous intellectuels.

Et les supporters de Mouctar Barry soupçonnent le premier responsables des jeunes UFDG de Brooklyn, Abdourahmane Diallo de rouler pour le RPG Arc-en-ciel, parce que tout simplement il se montre parfois très critiques à l’endroit du président du parti, Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo.

Pour être tout à fait complet, rappelons que ce sont ces jeunes qui avaient invité l’honorable Ousmane Gaoual Diallo sans passer par le parti. Et, finalement, le député uninominal de Gaoual avait été empêché d’effectuer ce déplacement. Depuis lors, la direction nationale de l’UFDG semble n’avoir rien fait pour aplanir les divergences.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Problématique des passeports en Espagne : le cri de détresse des Guinéens

26 avril 2019 à 20 08 27 04274

La crise des passeports biométriques cause des dégâts aux conséquences irréversibles en Espagne. 

C’est à quand la fin du Calvaire ? 

Passage en Espagne de la dernière équipe d’enrôlement depuis Juillet 2016

Telle est la question fondamentale que les citoyens guinéens vivant en Espagne continue encore de se poser. 

Depuis l’avènement des passeports biométriques, nombreux sont les problèmes qui en dérivent. Vu l’urgence dans laquelle se trouvent certains cas, les responsables d’entités guinéennes en Espagne se sont réunis avec les autorités en Guinée, à Barcelone, à Madrid puis à Paris  pour leur faire le point de la situation. Malgré les belles paroles et  promesses tenues çà et là par ces différentes autorités, de trouver une solution urgente à ce problème de taille ; force est de constater que la situation reste intacte et le nombre de personnes affectés par cette crise de passeports ne cesse de s’accroitre jour après jour.

 Une Si longue attente !!!!

Il convient de rappeler que le dernier  et seul passage en Espagne d’une équipe d’enrôlement pour confection de passeport biométrique remonte au mois de juillet 2016. Depuis cette date, les citoyens guinéens vivant en Espagne se trouvent dans une situation d’extrême vulnérabilité. Aucune perspective ne pointe à l’horizon pour résoudre définitivement cette situation insoutenable.

 Car, la dernière opération qui était perçue comme une autre opportunité pour nombre de guinéens vivant en Espagne de se procurer du dit passeport, s’est avérée comme une grande illusion perdue.  Un communiqué datant du 18 Avril 2017 de notre Ambassade à Madrid écartait toute possibilité pour les sujets guinéens vivant en Espagne de se faire enrôler sur place  et les invitait  à se rendre à Paris.

Logiquement, il était impossible pour la majorité des sollicitant de passeports  d’effectuer un tel déplacement pour les raison suivantes :

  • Raisons stratégique et humanitaire

L’Espagne, la Grèce et L’Italie sont les principales portes d’entrée des immigrants illégaux guinéens. Plus de 80% de cette couche est composée de personnes vulnérables (mineurs non accompagnés), ou personnes sans documents ni ressources. Les organisations caritatives comme la croix rouge ou Caritas sont prêtes à les aider pour obtenir un passeport, mais déclinent toute responsabilité par rapport à leur mobilité hors du territoire espagnol.

  • Raisons financières.

La crise financière qui perdure en Espagne depuis 2008, a considérablement affecté les familles. Le prix unitaire d’un passeport est de 140 Euros. Si à cette somme il faut ajouter les frais de déplacement et de logement en France, la situation devient donc insoutenable. Malheureusement nombreuses sont les familles qui se trouvent dans cette situation de précarité financière. 

  • Les cas des nouvelles naissances.

Les bébés nés après le passage de l’équipe au mois d’août 2016 n’ont pas de document. Donc sont en situation irrégulière sur le sol européen. Il est impossible pour ces familles de se déplacer dans ce cas précis avec leurs enfants et  tout le risque que cela comporte de se déplacer en situation d’illégalité. La montée des pensées xénophobes en Europe n’invite pas à prendre de tels risques.

  • Enfin les raisons éthique et de responsabilité.

La délivrance des documents nationaux aux citoyens n’est pas une mission philanthropique, mais plutôt une exigence éthique et de responsabilité des pouvoirs publics envers  leurs citoyens

Aujourd’hui, le désenchantement, le désespoir et le sentiment d’abandon animent tous   des citoyens guinéens vivant en Espagne indépendamment de la couleur politique, ethnique ou régionale. Les familles sont lasses des conséquences désastreuses de l’impossibilité d’obtenir à temps un passeport qui est indispensable pour la plus part des gestions administratives sur le sol Espagnol.

 C´est pourquoi, dans le souci majeur d’éviter tout acte d’incivilité qui pourrait ternir l´image de notre pays à l’extérieur. Les  responsables d’entités guinéennes de l’Espagne lance ce cri de cœur. Ils demandent l’implication personnel du chef de l’Etat afin d’instruire  très urgemment les différents départements concernés pour venir soulager la souffrance des guinéens.

Au moment où nous mettons sous presse cet article, les cas de certaines personnes sont   dans une situation délicate et risques d’être irréversibles. 

La Guinée est –elle un pays d’exception au point d’être incapable de doter ses différentes délégations à l’étranger de machines pour confectionner les passeports biométriques à l’instar des autres pays voisins ?

Affaires à suivre !

 SEBOU KABA

Secrétaire général de la commission  pour la problématique  des passeports en Espagne

Lire

Symposium sur les Mines de Guinée : la société RUSAL « fière de sa pleine participation »

25 avril 2019 à 10 10 35 04354

Communiqué : Du 24 au 26 avril 2019 se tient à Conakry le Symposium Mines Guinée L’évènement est organisé par le Ministère des Mines et de la Géologie de la République de Guinée, en partenariat avec la société AME Trade Lt, UK. Le thème retenu cette année est « Synergie mines et infrastructures: enjeu pour un développement intégré et durable de la Guinée ». Pendant ce symposium le grand producteur d’alumine Rusal s’est montré comme une société qui a réalisé ces dernières années de grandes actions en Guinée.

Dans leurs interventions, le Directeur général par intérim et l’ambassadeur de Russie en Guinée, ont vanté les actions réalisées par la société RUSAL ces dernières en années dans notre pays, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Considérée comme un des plus grands évènements minier d’Afrique de l’Ouest le Symposium sur les Mines de Guinée (SMG 2019), la cérémonie est placée sous le thème « Synergie mines et infrastructures : enjeu pour un développement intégré et durable de la Guinée ». Une initiative du ministère guinéen des Mines et de la Géologie en partenariat avec la société AME Trade Ltd du Royaume Uni.

Dans son discours, monsieur Alexandre Larionov, directeur général par intérim de RUSAL en Guinée a salué la tenue de la 6ème édition du Symposium sur les Mines de Guinée. Selon lui « ce n’est pas la première fois que la société RUSAL assiste au symposium minier en Guinée. Nous sommes très contents du président Alpha Condé qui vient de visiter notre stand. Le président de la République a dit que quand il est arrivé au pouvoir en fin 2010, RUSAL était représentée par deux (2) sociétés : l’usine d’Alumine Friguia et la Compagnie de Bauxite de Kindia (CBK). Aujourd’hui, nous avons la troisième société qui est opérationnelle et a déjà exporté plus d’un million et demi de tonnes de bauxite », a dit le DG par intérim de RUSAL.

Abondant dans le même sens, Vadim RAZUMOVSKIY, ambassadeur de la fédération de Russie en République de Guinée et en République de Sierra Léone, a salué les actions réalisées par RUSAL et surtout sa participation à cette 6ème édition du symposium sur les Mines en Guinée. « A travers la société RUSAL, qui est vraiment un géant minier et d’autres sociétés, la Russie participe pleinement à ce forum. Ça prouve que notre pays est intéressé par la coopération avec la République de Guinée dans le secteur minier comme dans bien d’autres secteurs. Et, cette coopération se caractérise dans le domaine des mines notamment par la présence effective de RUSAL et de toutes les réalisations de cette compagnie russe sur le terrain », a indiqué le diplomate Russe.

Le président de la République, le professeur Alpha Condé, à quant à lui dit qu’il va bientôt avoir une réunion avec les responsables des sociétés minières en Guinée. Selon lui, cette réunion vise« à ramener tous les miniers à appliquer correctement le code minier. Car, si nous voulons créer les conditions possibles pour les sociétés minières, notre principale tâche, c’est de défendre les intérêts du peuple de Guinée. Qu’on ne soit pas un scandale géologique et qu’on se retrouve parmi les pays les plus pauvres. Ces richesses doivent bien-sûr profiter à nos partenaires, parce que quand on investi, c’est pour tirer profit. Souvent aussi, on donne une image déformée de la Guinée, qu’on donne tout à la Chine. Mais, je vais vous faire remarquer qu’il y a la société américaine qui exploite la bauxite depuis 1963 à Kamsar, nous avons RUSAL qui est une société russe était déjà à Fria et à Kindia avant mon arrivé et qui est aujourd’hui à Diandian » a-t-il notamment cité.

A toutes ces réalisations de RUSAL pendant ses dernières années s’ajoutent bien d’autres et non des moindres. Il s’agit entre autres la construction et la fourniture des écoles, la réalisation des forages, l’assistance des groupements féminins et la contribution que la société apporte pour le développement des localités de sa zone d’intervention. Une prouesse saluée par l’ensemble des bénéficiaires et des autorités à tous les niveaux.

Qualifié de projet d’intérêt national, le projet Dian-Dian n’est plus un rêve mais plutôt une réalité. Entouré de l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en Guinée et des responsables de Rusal/COBAB, le Président de la République le Pr Alpha Condé a officiellement procédé au lancement de la première tonne de bauxite de Dian-Dian le 19 juin 2018 au port minéralier de Taressa dans la commune rurale de Kamsar à Boké.

Avec une teneur moyenne de 59%, la première phase du projet a coûté plus de 220 millions de dollars à Rusal. Cet investissement a permis d’ouvrir non seulement la mine, mais aussi des routes, construire un port minéralier et réaliser des embranchements de rails de plus de 20 Km ce qui est une première depuis plus de 40 ans en Guinée.

La mise en exploitation de Dian-Dian par Rusal dont les réserves sont estimées à plus 564 millions de tonnes va créer plus de 1 300 emplois directs avec une exportation de trois millions de tonnes de bauxite par an pour la première phase.

Avant de procéder au lancement des opérations de chargement de la bauxite dans le bateau qui mouillait aux larges, le président de la République, le Pr Alpha Condé avait tout d’abord félicité la compagnie Rusal pour avoir honoré son engagement. Le chef de l’Etat a ensuite interpellé les populations, les autorités administratives et politiques, ainsi que les responsables de RUSAL, chacun sur ses responsabilités. « J’invite les populations de Boké à soutenir toutes les actions de RUSAL dans la région. C’est la condition préalable à tout développement de notre pays. L’Etat de son côté, s’engage à tout mettre en œuvre pour l’accompagner », a dit le président de la République.

Le 20 juin 2018 après le lancement du projet de Dian-Dian à Kamsar, le président de la République Pr Alpha Condé avec sa délégation a procédé à la relance de l’usine d’alumine de Fria après 6 ans d’arrêt suite à une grève illégale déclenchée par le collège syndical d’alors. La relance de l’usine Rusal/Friguia a nécessité un budget qui s’élève à 123,5 millions de dollars avec 616 unités industrielles, des groupes électrogènes de 60 m de hauteur, 2 compresseurs, 75 unités avec 144 km de chemin de fer qui sont rentrés en valeur pour faire de l’usine de Fria une réalité et aussi avec 25% de pièces de rechange avec 1200 guinéens locaux, 60 experts russes ont travaillé ensemble.

Rappelons également que depuis des années RUSAL contribue à la formation des cadres Guinéens en octroyant des bourses aux jeunes étudiants de ce pays. Seulement, en 2011 ce sont 100 étudiants guinéens qui ont bénéficié de bourses offertes par RUSAL dans plusieurs spécialisations dans les différentes universités de la Russie. C’est dans cette continuité que la société à travers la Bourse RUSAL 2018 a offert encore 101 bourses à la Guinée. Les lauréats sont déjà partis et suivent les cours dans les différentes universités de la Russie depuis octobre 2018.

Les bénéficiaires de la Bourse RUSAL 2018 comme leurs prédécesseurs bénéficierons gratuitement de l’appui technique, matériels, sanitaire et financier de RUSAL jusqu’à la fin de leurs études. Le coût de formation des étudiants guinéens s’élève à plus de 8 millions usd. A l’occasion de la remise des certificats aux lauréats, le Ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles et ministre de la Défense Nationale Dr Mohamed Diané a transmis toute la gratitude et les remerciements du Président de la République à la société Rusal.

La réalisation du programme Bourse RUSAL 2018 permettra de former des cadres de haute qualification pour la République de Guinée et de renforcer les liens traditionnels de coopération entre la Guinée et la Fédération de Russie. Le programme de formation des étudiants guinéens prévoit la préparation des spécialistes dans le secteur minier, des cheminots, des économistes ainsi que des constructeurs, des spécialistes pour le secteur de l’agriculture, de l’eau, de la santé et de l’administration publique.

Dans son souci permanent d’appuyer la Guinée dans la couverture sanitaire des populations. C’est ainsi en 2015 Rusal a debloqué plus de 10 millions usd pour construire un Centre de Recherche en épidémiologie-microbiologie et soins médicaux (CREMS) à Kindia pour lutter contre l’épidémie d’Ebola et les maladies infectieuses en Guinée. En février 2019, la Fédération de Russie avec l’appui de la société minière Rusal/Guinée a offert un laboratoire mobile « Gazel » à la Guinée installée au centre Russo-Guinéen de Recherche scientifique en épidémiologique et prévention des maladies infectieuses de Kindia.

La cérémonie de remise du laboratoire mobile s’est déroulée en présence des ministres Abdoulaye Yéro Baldé, en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ; Dr Edouard Niankoye Lamah, Ministre d’Etat, Ministre de la Santé ainsi que des diplomates Russes et les autorités de Rusal en Guinée. Ce laboratoire mobile qui a couté plus 1,3 millions d’euros permettra aux scientifiques guinéens et russes de prévenir toutes les infections en Guinée.

A toutes ces réalisations de Rusal pendant ses dernières années s’ajoutent bien d’autres et non des moindres. Il s’agit entre autres la construction et la fourniture des écoles, la réalisation des forages, l’assistance des groupements féminins et la contribution que la société apporte pour le développement des localités de sa zone d’intervention. Une prouesse saluée par l’ensemble des bénéficiaires et des autorités à tous les niveaux.

Transmis par le service presse de RUSAL

Lire

Manéah : pose de la 1ère pierre du projet de construction du lycée, financé par le Japon

9 avril 2019 à 19 07 33 04334

Communiqué : Mardi 9 avril 2019, Son Excellence Monsieur Hideo Matsubara, Ambassadeur du Japon en Guinée, Monsieur Ousmane Karamoko Camara, président de l’Association des jeunes « Force Naturelle » pour le Développement de Manéah et les autorités locales et éducatives ont procédé à la pose de première pierre du Projet de construction du lycée de Manéah, dans la préfecture de Coyah.

Ce projet, d’un montant de 173 297 $ US (environ 1 500 000 000 GNF) financé dans le cadre des Dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine, va permettre la construction du premier lycée public de la Commune Rurale de Manéah. Ce lycée sera établi dans l’enceinte du collège de Manéah, avec la construction d’un bâtiment de 9 salles de classe et d’une direction de 4 bureaux avec leur mobilier, ainsi que la réalisation de 3 latrines.

La Commune de Manéah est actuellement dépourvue de lycée public, alors qu’elle accueille plusieurs écoles primaires et un collège. Elle connait également un fort développement urbain, dans la grande agglomération qui se renforce entre Conakry, Coyah et Dubréka mais sans que les services publics, et notamment les infrastructures scolaires, suivent le rythme. Ce qui oblige les collégiens (et leurs familles) à supporter de lourds frais de transport ou d’hébergement pour continuer aux lycées de Coyah ou de Conakry, ou à abandonner leur scolarité. Le lycée de Manéah permettra donc aux collégiens de poursuivre sur place leur enseignement secondaire.

Par ce projet, le Gouvernement du Japon poursuit son appui aux efforts du Gouvernement Guinéen pour l’éducation, afin d’assurer la base du développement du pays. C’est un des piliers des axes d’intervention du Japon en Afrique, tel qu’il ressort de la 6ème Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 6).

Depuis le début de sa coopération, le Japon a financé plus de mille salles de classe en Guinée.

Communiqué transmis par l’ambassade du Japon en Guinée

Lire

France : Mamoud Diallo obtient une carte de séjour après un acte de bravoure

31 mars 2019 à 21 09 12 03123

Un jeune demandeur d’asile guinéen, qui avait sauvé fin janvier une femme agressée dans l’est de la France, va recevoir une carte de séjour, a-t-on appris samedi auprès d’un de ses proches.

« Il n’a pas obtenu le droit d’asile, mais l’État (français) a tenu compte
du fait qu’il existe un risque pour lui de retourner dans son pays en raison
de violences familiales », a précisé à l’AFP Stéphane Poulle, qui l’héberge
depuis son arrivée en France il y a un an.

Mamoud Diallo, ressortissant guinéen de 20 ans, va recevoir une carte de séjour « vie privée et familiale ». « Cette protection lui donne le droit de travailler et d’étudier en toute légalité », a poursuivi M. Poulle.

Commis de cuisine stagiaire dans une association à Autrans (est), Mamoud Diallo était venu au secours d’une employée gravement blessée au visage par un autre collègue muni d’un couteau le 29 janvier. Alerté par des cris alors qu’il ramassait les assiettes de vacanciers dînant dans une pièce voisine, le jeune stagiaire, orphelin et analphabète, s’était précipité sur lui.

Malgré son petit gabarit, le demandeur d’asile était parvenu à maîtriser l’agresseur, bien plus imposant que lui, à l’éloigner de la victime, et à le calmer. « Il lui a dit +Chef, il ne faut pas toucher aux filles+ », a raconté à l’AFP le maire de la ville d’Autrans, Hubert Arnaud.

Une fois la pression retombée, Mamoud Diallo et l’individu s’étaient remis au travail dans la cuisine, le temps que les secours et les forces de l’ordre interviennent.

Son geste avait été salué par une vague d’éloges et les gendarmes en charge de l’enquête avaient appuyé sa demande de régularisation auprès de la préfecture régionale. « Il est hyper heureux. Cette scène l’a beaucoup marqué mais il a revu la jeune femme blessée. Désormais, il souhaite rentrer chez les pompiers », a raconté Stéphane Poulle.

Samedi matin, Mamoud Diallo a été distingué de la médaille de la ville d’Autrans.

Par l’AFP

Lire

CHRISTOPHE BOISBOUVIER NOMMÉ ADJOINT À LA DIRECTRICE DE RFI, CHARGÉ DE L’INFORMATION AFRIQUE

14 mars 2019 à 16 04 42 03423

Sur proposition de Cécile Mégie, Directrice de RFI, Marie-Christine Saragosse, Présidente-directrice générale de France Médias Monde, a nommé Christophe Boisbouvier adjoint à la Directrice, chargé de l’information Afrique.

Il remplace à ce poste Yves Rocle, appelé à de nouvelles fonctions au sein de la rédaction de RFI.

Diplômé de Sciences Po Paris et du CFJ Paris, Christophe Boisbouvier débute sa carrière de journaliste en 1980 à France 3, Radio Express et Radio France. En 1985, il intègre la présentation de l’information Monde et Afrique de RFI. En 1989, il devient reporteur puis grand reporteur pour les rédactions Monde et Afrique. En 1996, il est nommé chef de service adjoint du service Afrique pour lequel il continue de réaliser des reportages. Nommé rédacteur en chef en 1999, il présente l’invité Afrique depuis 2002.

Lire

E-KAIDI : la solution qui facilite les démarches administratives pour les Guinéens de France

5 mars 2019 à 20 08 30 03303

Les Guinéens vivants en France, au Portugal et en Israël peuvent désormais mener l’ensemble de leurs démarches administratives sans se déplacer. Ils peuvent le faire en cliquant tout simplement sur un bouton d’ordinateur. Son Excellence Amara Camara, l’Ambassadeur de Guinée en France, appelle cela de la dématérialisation et la numérisation des documents administratifs. Le terme en vogue est la digitalisation des démarches administratives. Cette prouesse technologique est l’œuvre de la société A2A Expertise fondée par 2 informaticiens guinéens qui ont accepté de mettre leurs riches expériences au service de notre patrie. Guineematin.com a tendu son micro à l’un d’entre eux pour expliquer les tenants et les aboutissants de cette technologie qui rend la vie facile à des milliers de nos compatriotes.

Guineematin.com : veuillez-vous présenter à nos lecteurs.

Je m’appelle Alhoussény CONDE et suis cofondateur avec mon associé, Ansoumane KEITA, de la société A2A Expertise qui a lancé la solution de dématérialisation des démarches administratives E-KAIDI.

 Je suis titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique, obtenu en 2011 et récemment d’un MBA en Management de projets et d’affaires et stratégies d’entreprise aux Conservatoire Nationale des Arts et Métiers (CNAM) à Paris.

J’ai travaillé pendant une dizaine d’années pour différents grands groupes français allant des Télécoms à l’immobilier, en passant par l’aérospatiale défense et aujourd’hui je suis dans l’énergie.

Je suis quelqu’un de spécialement passionné par tout ce qui touche aux organisations (entreprises, états, administrations, …), leur modernisation, à la conduite du changement, l’analyse et la définition des orientations stratégiques dont elles peuvent faire l’objet.

Mon associé, Ansoumane KEITA, est également titulaire d’un master 2 en sécurité informatique, obtenu en 2010 à l’université de Limoges et depuis peu, d’un MBA en management de projets de la Sorbonne Business School à Paris.

En cofondant A2A-Expertise, c’est aussi pour lui le couronnement de plusieurs années d’expériences passées en travaillant essentiellement sur des projets de digitalisation de procédures métiers et de gestion électronique de documents au sein de grandes entreprises françaises et internationales situées dans la région parisienne.

Après de longues années de travail en amont, nous avons décidé en 2018 de créer notre start-up A2A Expertise et lancer notre premier ERP E-KAIDI.

Guineematin.com : parlez-nous justement de cette entreprise A2A Expertise.

Alhoussény CONDE : A2A Expertise est une Entreprise de Service Numérique (ESN), immatriculée en France depuis 2018.Elle est partenaire de la modernisation des services de l’Ambassade de Guinée en France dont on a, au passif, la refonte du site web et l’accompagnement dans l’organisation du 60ème  anniversaire.

Nous avons lancé depuis le samedi, 05 janvier 2019, la première plateforme pour une administration ouest-africaine en général et guinéenne en particulier, des démarches en ligne avec la totalité de ses services complètement dématérialisés. C’est un travail dont on est, en toute humilité, assez fiers. Il faut en effet noter que certains pays ou administrations de notre sous-région ouest-africaine ont certaines de leurs démarches en ligne, mais aucun n’a l’ensemble ses services complètement dématérialisés.

Guineematin.com : cette solution que vous avez mise en place, vous l’avez appelée « E-KAIDI ». Pourquoi cette dénomination ?

Alhoussény CONDE : le nom KAIDI provient de 2 langues nationales guinéennes (le poular et le soussou). Il signifie tout simplement « Papiers », et la lettre « E » c’est l’électronique.

Guineematin.com : d’où est venue cette initiative et comment fonctionne-t-elle ?

Alhoussény CONDE : E-KAIDI est une solution née de longues années de collaboration entre A2A Expertise et différentes administrations publiques. Cette collaboration est le fruit d’un constat simple : celui des difficultés rencontrées par les citoyens de plusieurs pays en voie de développement pour effectuer leurs démarches administratives, qu’elles soient au niveau national ou à l’étranger auprès des représentations consulaires (Ambassades et consulats) ; mais aussi des suspicions dont font souvent l’objet les documents délivrés par les administrations et consulats de ces pays.

De ce constat, est née une volonté réelle des deux fondateurs de A2A Expertise d’offrir une solution simple, sûre et intégrée à ces administrations pour mieux répondre aux défis qui se présentent à elles. Il s’agit de proposer aux différentes administrations un système unique de gestion bout en bout de procédures administratives de leurs concitoyens.

E-KAIDI est une solution composée de :

  • Une plateforme web dédiée aux citoyens pour effectuer et suivre en temps réel leurs demandes
  • Une plateforme web dédiée aux administrations pour recevoir et traiter les demandes des citoyens
  • La production de documents et supports sécurisés quasi infalsifiables répondant aux plus hauts standards internationaux en matière de sécurité.
  • Un outil de gestion de file d’attente complètement digitalisé permettant aux administrations d’améliorer les services rendus aux citoyens en évaluant mieux les temps d’attente, les heures de pic et les heures creuses tout en optimisant la gestion du personnel.
  • Un outil de gestion des agendas pour mieux gérer les rendez-vous entre les demandeurs de documents (citoyens et étrangers) et les administrations publiques.

E-KAIDI répond ainsi aux besoins des 4 parties prenantes essentielles

·         Les Citoyens

·         L’administration

·         Les étrangers

·         Les partenaires des différentes administrations,

en fournissant une solution simple d’usage, accessible depuis n’importe quel support (PC, tablette, smartphone) en tout temps et tout lieu, de sécurité (un espace personnel pour chaque citoyen, un espace agent pour l’administration, des documents quasi infalsifiables avec des sécurités intégrées aux supports même, une traçabilité et une authentification réalisables pour n’importe quel document délivré par E-KAIDI).

Toute opération effectuée via E-KAIDI est disponible sans limite de temps pour le citoyen, et pour l’administration ; confort pour le citoyen mais aussi et surtout une garantie de la continuité de l’administration. E-KAIDI permet également à l’administration une gestion de ses recettes, une meilleure connaissance de ses concitoyens à travers des statistiques diverses et variées pourvues en temps réel, une optimisation des performances de leurs services et de leurs agents, etc.

La solution E-KAIDI est un progiciel de gestion intégré (ERP) regroupant 5 modules indépendants mais communiquant entre eux dans le but d’une gestion optimisée par l’administration de ses concitoyens et des entrées et sorties sur son territoire.

  • Un module de gestion des documents d’état Civil :
    • Livret de famille
    • Extrait de naissance
    • Acte de mariage
    • Acte de décès
    • Certificat de coutume
  • Un module de gestion des documents de voyage :
    • Titre de voyage
    • Visa et Carte de résidence pour les étrangers
  • Un module de gestion des documents d’identité :
    • Passeport
    • Carte d’identité
    • Carte consulaire
  • Un module de gestion de file d’attente dans les administrations
    • Solution digitalisée de gestion de files d’attente  
    • Disparition du papier dans les salles d’attente
    • Evaluation temps d’attente, heures de pic et les heures creuses
    • Meilleure gestion des charges du personnel
    • Amélioration services rendus aux citoyens
  • Un module de gestion des agendas des administrations.
    • Agenda interactif de prise de rendez-vous par les citoyens.
    • Actualisation en temps réel
    • Ajout, suppression, annulation, report de rdv
    • Envoi notifications de rappel aux différentes parties prenantes

Guineematin.com : depuis que vous avez lancé cette solution E-KAIDI, qu’est-ce qu’elle a apporté comme amélioration ?

Alhoussény CONDE : en quelques chiffres, E-KAIDI aujourd’hui c’est en un mois :

·        Plus de 3000 comptes créés,

·        1000 connexions en moyenne par jour sur le site de l’ambassade de Guinée en France

·        Plus de 4000 demandes effectuées

·        Une augmentation de l’ordre de 270% des demandes ainsi que des recettes de l’ambassade.

·        Des demandes effectuées à travers toute la France à n’importe quelle heure

·        Une augmentation importante de la charge du personnel consulaire qui met tout en œuvre pour répondre à l’ensemble des demandes dans les meilleurs délais et être à la hauteur des attentes de ses concitoyens.

Guineematin.com : à vous entendre, on apprend que les résultats sont financièrement encourageants pour l’ambassade de Guinée en France, mais qu’en est-il pour votre entreprise ? Quelles sont les retombées de cette initiative pour vous ?

Alhoussény CONDE : pour l’instant, nous ne sommes pas encore au niveau de nos objectifs, ni en termes de part de marché, ni en termes financiers ; deux choses qui vont en général de pair. La rentabilité financière de A2A Expertise comme toute entreprise de ce secteur est intrinsèquement liée au nombre de clients ainsi qu’à l’ampleur des marchés qu’elle signe.

Il faut rappeler que nous investissons énormément dans la sécurité et la qualité du service et des produits délivrés. Nos plateformes sont disponibles 24h/24 sans interruption. Ces différents éléments représentent des coûts fixes énormes qui ne peuvent être amortis avec une seule ambassade ou un seul client. Toutefois, notre objectif immédiat est de fournir les meilleurs outils, les meilleurs services aux administrations.

En réalité, notre philosophie a toujours été qu’avec un bon produit qui répond à des besoins précis et satisfait les différentes parties prenantes (administrations, citoyens, partenaires étrangers, …), la rentabilité suivra à un moment ou à un autre d’elle-même.

Aujourd’hui nous ne profitons, certes, pas encore du fruit du travail réalisé, mais nous sommes ambitieux, croyons à la solution. Et, au vu des résultats obtenus avec l’ambassade et les retours de nos concitoyens, nous sommes encore plus sereins sur la suite.

Guineematin.com : quels sont les retours de nos concitoyens, ils vous disent quoi en général ?

Alhoussény CONDE : les retours sont dans l’ensemble assez positifs. De nombreux messages d’encouragements, de félicitations et de remerciements surtout venant de nos concitoyens vivant en province et quelques fois même en Iles de France mais dont les horaires de travail ne leur permettent pas de se rendre au consulat en journée. Donc des retours très positifs.

Il faut par ailleurs reconnaître une certaine impatience de la part de certains autres de nos concitoyens liée aux fortes attentes découlant de leur enthousiasme, mais aussi en raison du fait que tout le monde n’a pas forcément intégré le paramètre multiplicateur du nombre de demandes lié à la facilité d’usage.

En effet, comme on le disait plutôt, la facilité d’usage a fait exploser le nombre de demandes de plus de 270% par rapport à l’année dernière. Il s’en suit donc une augmentation proportionnelle de la charge du personnel consulaire, qui depuis, a pris de nombreuses mesures pour rendre transparente pour nos compatriotes cette montée de charge et répondre au mieux à leurs attentes.

Guineematin.com : comptez-vous élargir cette solution aux autres ambassades et consulats de Guinée à l’étranger ?

Alhoussény CONDE : bien sûr, c’est aussi un de nos objectifs. Nous avons mis en place un réseau d’entreprises extensible dans un cloud privé en prévision de cela. Toutes les ambassades, toutes les administrations publiques, même celles possédant déjà leur propre réseau privé, peuvent être connectées au réseau E-KAIDI.

Il faut aussi rappeler que E-KAIDI ne s’exécute pas uniquement en mode SaaS, c’est aussi une solution pour laquelle nous délivrons des licences pour les administrations préférant gérer elles-mêmes leur propre réseau. Nous les accompagnons pendant l’installation, l’exploitation au quotidien et les formations. E-KAIDI a été pensée et conçue pour des échelles nationales, donc au-delà d’une seule ambassade. La notion de multi-administrations et multi-ambassades y est nativement intégrée.

En réalité, aujourd’hui nous bridons volontairement les fonctionnalités de la solution pour la simple raison que le client actuel n’a pas forcément usage de l’ensemble. Mais oui, c’est une technologie duplicable à d’autres ambassades et bien au-delà c’est-à-dire extensible au niveau national.

Guineematin.com : on sait que ce sont des données très sensibles qui sont laissées sur la plateforme E-KAIDI. Que pouvez-vous dire pour rassurer nos compatriotes qui peuvent s’interroger sur la fiabilité de cette solution ou sur la protection de leurs données ?

Alhoussény CONDE : A2A Expertise a mis tout en œuvre pour protéger au mieux toutes les données transitant dans le réseau E-KAIDI. Il s’agit d’un réseau local inaccessible depuis internet dans un cloud privé. Les informations circulant dans le réseau passent systématiquement par des canaux sécurisés. Nous sommes conscients qu’aucun système n’est infaillible et c’est pour cela que nous avons mis en œuvre des moyens considérables sur la sécurité et utilisons des firewalls parmi les meilleurs du domaine pour protéger nos serveurs.

Aussi, rappelons pour nos concitoyens qui peuvent à juste titre se poser des questions sur l’utilisation de leurs données qu’en France, tous les acteurs du secteur sont soumis à une nouvelle réglementation, la RGPD (Règlement général sur la protection des données) en application depuis le 25 mai 2018. C’est l’une sinon la réglementation la plus stricte qui existe aujourd’hui sur la protection des données péronnelles dans le monde.

Guineematin.com : après avoir expérimenté avec succès cette solution, quelles sont aujourd’hui vos perspectives ?

Alhoussény CONDE : nous sommes très enthousiastes pour l’avenir. Nous avons eu de nombreux contacts et pistes de collaborations depuis le lancement de la solution. Nous espérons et souhaitons cependant une implication de l’Etat afin de donner une dimension encore plus importante à la solution. En effet, pourquoi aller chercher ailleurs des solutions et compétences que nous avons chez nous ?

Notre appel si nous pouvons nous le permettre est avant tout, un appel à la fierté national. Croyons-en nous-mêmes et en nos compétences et ressources nationales. Nous ne parlons pas de favoritisme bien entendu, mais à compétences égales, il vaut mieux une préférence nationale, une confiance en nos capacités internes et un rejet de toute sorte de complexe vis-à-vis de ce qui peut venir d’ailleurs.

Guineematin.com : votre mot de la fin ?

Alhoussény CONDE : nous tenons à vous remercier pour cette tribune que vous nous offrez aujourd’hui, et en profitons également pour faire un clin d’œil particulier à l’Ambassadeur de Guinée en France, Son Excellence Amara Camara, qui a fait le choix de faire confiance à une start-up dirigée par des guinéens malgré d’autres offres. Nous aimerions que cela devienne quelque chose de banal pour nos dirigeants et pour tous les Guinéens.

Contacts A2A Expertise

·        A2A Expertise

o   Facebook :

§  @eKaidi.org

§  @A2AExpertise

o   Site web

§  http://a2a-expertise.com

o   Contact :

§  contact@a2a-Expertise.com

Ambassade de Guinée

·        Site web : 

o   http://fr.ambaguinee.org

·        Facebook :

o   @ambaguiparis

·        Twitter

o   https://twitter.com/AmbaGnFrPtIl

·        Comment faire mes démarches :

·        Adresse pour créer mon compte :

·        Me connecter à mon espace personnel et suivre mes demandes

https://citoyens.ambaguinee.org/secure/login
Lire

Guinée : le nouvel ambassadeur des Etats-Unis chez le président Alpha Condé

4 mars 2019 à 17 05 33 03333
Les présidents Donald Trump et Alpha Condé

Communiqué : l’Ambassadeur Simon Henshaw a présenté ses lettres d’accréditation au Président Alpha Condé le 4 mars, 2019.
Pour rappel, il a été nommé le 10 août, 2018 et confirmé par le Sénat le 2 janvier, 2019. Son Excellence Simon Henshaw est diplomate depuis 1985 et est heureux d’être à nouveau affecté en Afrique de l’Ouest après avoir auparavant servi en Côte d’Ivoire il y a de cela quelques années.

Plus récemment, il a occupé la fonction de Conseiller Principal au sein du Groupe de travail sur les Initiatives de santé au Département d’Etat chargé de la coordination des efforts de réponse à une série d’incidents liés à la sécurité et la santé affectant les diplomates américains à Cuba et en Chine.

Antérieurement à cette fonction, S.E. Henshaw a occupé de hautes fonctions au Département d’Etat, notamment celles de Sous-secrétaire principal adjoint et de Secrétaire adjoint par intérim du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations de 2013 à 2018. Il a par ailleurs occupé la fonction de Directeur du Bureau des Affaires Andines de 2011 à 2013, et de 2008 à 2011 il fut Premier Secrétaire à l’ambassade des Etats-Unis à Tegucigalpa au Honduras.

Ambassadeur Henshaw a en outre servi au sein de quatre autres postes diplomatiques à l’étranger et à plusieurs autres fonctions aux Etats-Unis.
Ambassadeur Simon Henshaw est titulaire d’une Licence ès Lettres de l’Université du Massachusetts à Amherst, et d’une Maitrise ès Sciences de l’Ecole Nationale de Guerre. Il est marié et père de deux grands enfants.

Fin

Lire

Conakry : l’ambassadeur de Russie rend hommage à l’Armée Rouge et prévient « les maîtres du monde »

23 février 2019 à 13 01 03 02032

Dans le cadre de la célébration de la fête commémorative de la fondation de l’armée rouge (le 23 Février 1918), l’ambassadeur de la fédération de Russie en Guinée a organisé hier, vendredi 22 Février 2019, une fête à laquelle des diplomates étrangers et plusieurs personnalités guinéennes ont pris part, dont le ministre de la sécurité et de la protection civile, Alpha Ibrahima Keira. Son Excellence Alexandre Brégadzé a mis l’occasion à profit pour tenir un « petit discours ». Un discours visiblement musclé dans lequel le diplomate russe a instruit à « ceux qui prétendent d’être maîtres du monde » à mieux réfléchir avant de faire « des déclarations irresponsables à l’égard d’autres pays en y cherchant les coupables », rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était à l’ambassade de Russie en Guinée.

C’est un discours de trois pages et demi que l’ambassadeur de la Russie en Guinée, Alexandre Brégadzé, a prononcé ce vendredi. Le diplomate russe a tout d’abord rendu un vibrant hommage à l’Armée Rouge « qui a défendu la jeune Russie Soviétique des envahisseurs étrangers et surtout qui avait gagné la deuxième guerre mondiale avec les alliés de l’époque ». Tout au long de son allocution, Alexandre Brégadzé s’est efforcé à prêcher la paix. Mais la force des mots renvoie à une position va-t-en-guerre contre « les défenseurs des nouveaux Nazis ».

« Le peuple russe est toujours reconnaissant à son armée depuis sa naissance… Chaque Etat a besoin de prendre les précautions pour assurer sa souveraineté, son indépendance. Chaque Etat a besoin de ses propres défenseurs, ses fils et filles qui sont prêts à donner leurs vies pour leur mère-patrie, pour la défense des agresseurs, pour assurer son développement pacifique, donc défendre la paix dont nous avons tous besoin. Et, surtout, défendre nous-mêmes des anciens démons que nous croyions morts », a dit Alexandre Brégadzé tout en précisant qu’il parle des Nazis.

« Des Nazis dont les descendants, dont les partisans lèvent leurs têtes aujourd’hui dans certains pays qui même ont été envahis par les Nazis pendant la deuxième Guerre mondiale. Les Nazis qui exterminaient la population locale, surtout les Slaves, les juifs et d’autres peuples qu’on appelait les minorités nationales et qui ne correspondaient pas aux critères Nazis, prétendants d’être une race supérieure », a ajouté le diplomate russe en poste en Guinée.

Pour Alexandre Brégadzé les « soit disant défenseurs des nouveaux Nazis » essayent de chercher « des coupables » partout ailleurs, mais pas dans les pays où les Nazis sont déjà au pouvoir. Cependant, avertit le diplomate russe, « ceux qui prétendent d’être maîtres du monde doivent mieux réfléchir avant de faire les déclarations irresponsables à l’égard d’autres pays en y cherchant les coupables sans bien regarder autours d’eux-mêmes ».

Concernant la Russie, Alexandre Brégadzé indique qu’elle ne cherche que la paix stable et durable. « Elle était, reste et restera Etat souverain et indépendant. Mon président Vladimir Poutine a bien développé cette axiome dans son message à l’assemblée fédérale de la Russie, le 20 Février dernier…il avait expliqué comment la Russie veut et peut défendre ses intérêts, sa souveraineté et son indépendance… Et, je vous assure, ces moyens sont réels et sophistiqués », a-t-il dit.

En citant le président Vladimir Poutine, l’ambassadeur de la fédération de Russie en Guinée a rappelé la nécessité de s’unir et d’aborder de « manière systématique et conséquente les grands défis », en construisant un modèle du développement social et économique qui permettra, selon lui, de garantir les meilleures conditions pour l’amélioration de l’homme.

« Un tel esprit solidaire de changement est toujours un choix conscient des personnes elles-mêmes. Elles le fond quand elles comprennent que le développement du pays ne dépend que d’elles-mêmes, des résultats de leur travail, quand le désir d’être nécessaire, d’être utile est apprécié et soutenu, quand chacun trouve le métier de vocation et d’âme, et surtout, quand il y a la justice, le vaste espace pour la liberté et l’égalité des chances pour le travail, les études, l’initiative et l’innovation. Ces conditions du développement efficace ne peuvent pas être traduites en chiffres et en indicateurs, mais ce sont ces éléments tels que la consolidation de la société, l’inclusion des citoyens dans les projets nationaux, la confiance en nos forces qui déterminent le succès. Et nous obtiendrons certainement ce succès », a indiqué Alexandre Brégadzé.

A noter que depuis le 13 Mars 1995, la date du 23 Février 1918 est officiellement commémorée chaque année en Russie. Cette date est célébrée comme étant la fête des ‘’défenseurs de la patrie’’, en hommage à l’Armée Rouge.

Mamadou Baïlo Keïta était à l’ambassade de Russie en Guinée pour Guineematin.com

Lire

Education : des cours de langue et civilisation italiennes en faveur de 60 étudiants guinéens

23 février 2019 à 11 11 01 02012

Dans le cade du renforcement de la coopération scientifique entre nos deux pays, l’ambassade d’Italie en Guinée, en collaboration avec le ministère de l’Enseignement Supérieur, a lancé officiellement les cours de langue et de civilisation italiennes dans notre pays. La cérémonie, organisée hier vendredi, 22 février 2019, s’est tenue dans l’enceinte de l’ambassade de l’Italie, au quartier Minière, en présence de plusieurs personnalités, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Livio Spadavecchia

Dans son discours de circonstance, l’ambassadeur de l’Italie en Guinée, S.E Livio Spadavecchia, a fait savoir le souci pour son pays de diversifier ses relations de coopération avec la Guinée, d’où la volonté de l’ambassade de chercher à enseigner la langue italienne aux guinéens. Pour lui, à partir du moment où il y a déjà l’ambassade de l’Italie à Conakry et qu’il y a des professeurs disponibles, la balle est dans le camp des guinéens. «La question de la gestion, ça vient très fortement de l’engagement, de la clairvoyance et des efforts des apprenants », insiste le diplomate.

Parlant des objectifs visés par la formation, S.E Livio Spadavecchia a dit que c’est pour accompagner les universités guinéennes et surtout les jeunes dans leur parcours d’éducation et de formation. « Avec ce projet qu’on partage avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, on va démarrer avec des cours de langue qui commencent le 1ermars 2019 et à partir du mois de septembre, il y aura des mini masters en vidéo conférence avec les universités de Rome, de Milan, de Naples et de Venise. Cela sera une opportunité pour les étudiants guinéens qui vont apprendre les cours d’italiens comme s’ils sont en Italie », promet l’ambassadeur.

Dans les critères de choix des universités bénéficiaires, l’ambassadeur a parlé des universités qui disposaient déjà des filières comme l’Economie et Finance, l’Informatique, les Banques et Assurances, et l’Agro-industrie.

Binko Mamady Touré

Pour sa part, le secrétaire général du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Binko Mamady Touré, a remercié l’ambassadeur pour cette initiative. Il a rappelé que deux jours avant ce lancement, un autre accord de coopération avait été signé entre les instituts Levy Ponty de Venise et l’université de Labé, sise à Hafia, dans la commune urbaine. « La signature a eu lieu autour d’un nouveau département qui va ouvrir en octobre prochain pour la photovoltaïque. Ces instituts Levy Ponty ont déjà équipé quatre services de cette institution en énergie solaire », a rappelé Binko Mamady Touré.

Revenant sur démarrage des cours de langue et de civilisation, le secrétaire général du département de l’Enseignement Supérieur estime que c’est un plus pour les guinéens. « Il y a déjà 60 jeunes étudiants qui se sont inscrits. Ces jeunes sont repartis en trois groupes et les cours vont commencer à partir du lundi prochain. Les frais sont à la charge de l’ambassade de l’Italie en Guinée », a-t-il fait savoir.

Il faut préciser que pour ce départ, ce sont des étudiants issus de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest et l’Université Koffi Annan qui ont été sélectionnés. A la fin de la formation, chaque étudiant recevra une attestation qui prouve que l’intéressé maitrise désormais l’italien.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Lire

Kindia : avec l’appui de Rusal, la Russie offre un laboratoire mobile au centre de recherche russo guinéen

16 février 2019 à 20 08 00 02002

Dans son souci permanent d’appuyer la Guinée pour son développement, notamment dans le domaine sanitaire, la Fédération de Russie avec l’appui de la société minière Rusal/Guinée a offert un laboratoire mobile « Gazel » pour un centre Russo-Guinéen de Recherche scientifique en épidémiologique et prévention des maladies infectieuses de Kindia. Ce centre Russo-Guinéen a été installé au Centre de Recherche en épidémiologie-microbiologie et soins médicaux (CREMS) construit par RUSAL en 2015 pour lutter contre l’épidémie d’Ebola sur le territoire guinéen.

La cérémonie de remise du laboratoire mobile s’est déroulée en présence des ministres Abdoulaye Yéro Baldé Abdoulaye Yéro Baldé, en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ; Dr Edouard Niankoye Lamah, Ministre d’Etat, Ministre de la Santé. Egalement présent à cette remise, l’ambassadeur de Russie en Guinée, Alexander Bregadze ; le Directeur général de la société Rusal, Pavel Vassiliev, les autorités de Kindia, ainsi de plusieurs autres responsables de Rusal/Guinée, ont constaté deux reporters de Guineematin.com qui ont assisté à la cérémonie.

Dans son le discours de bienvenue, le Pr Mamadou Yéro Boiro, Directeur de l’IRBAG, a salué la société Rusal/Guinée qui, dit-il, n’est pas à sa première fois d’apporter son soutien à cette structure sanitaire. Il a rappelé l’important progrès enregistré par ce centre dans la lutte contre la maladie hémorragique à virus Ebola, grâce à l’appui de la compagnie Rusal.

Prenant la parole, le Directeur Général de Rusal/Guinée, Pavel Vassiliev, s’est réjoui du transfert du laboratoire russo-guinéen d’épidémiologie et prévention des maladies infectieuses ouvert par le service fédéral de surveillance de la protection des droits des consommateurs et du bien-être humain avec l’aide de sa compagnie, depuis 2017. « Dès le premier jour de l’existence de ce centre, notre société a mis tout en œuvre pour que cette initiative des dirigeants russe aide la science guinéenne à se développer avec succès », explique Pavel Vassiliev.

Par la même occasion, le DG de Rusal/Guinée a insisté sur le fait qu’en octobre 2014, aux pires moments d’Ebola, la société Rusal s’est fortement impliquée dans la lutte contre le virus. « La société a investi 10 millions de dollars dans la construction et l’équipement du centre de recherche moderne CREMS », a-t-il rappelé.

Parlant du nouveau laboratoire mobile « Gazel », Pavel Vassiliev a indiqué que les travaux dudit laboratoire permettront de diagnostiquer rapidement des infections particulièrement dangereuses permettant au système national de sécurité sanitaire de la Guinée d’avoir un niveau qualitativement nouveau.

En plus de ce laboratoire, le DG de Rusal/Guinée a passé en revue plusieurs autres réalisations de sa société pour le bien-être des populations guinéennes en général et celles de Kindia en particulier.

Abondant dans le même sens, l’ambassadeur de Russie en Guinée, Alexandre Bregadze a également témoigné que depuis 2015, la compagnie Rusal a construit et équipé le premier hôpital aux patients infectieux en Guinée, le CREMS. « Ce centre, à mon avis, a toutes les possibilités de prendre une échelle régionale qui pourrait même produire les médicaments basés sur les technologies russes et russo-guinéennes avec la mention ‘’Made in Guinea’’ ! Ce que souhaite le Président de la République, Alpha Condé », a dit le diplomate russe.

Le ministre guinéen de la Santé s’est également félicité de la collaboration entre la Fédération de Russie et la République de Guinée depuis plusieurs années. Dr Edouard Niankoye Lamah a rappelé que cette collaboration s’est surtout marquée dans le cadre de la formation dont lui-même serait un produit lointain. « Je ne pouvais pas ne pas être là à vos côtés pour la réception de ce laboratoire qui vient à point nommé parce que, comme vous le savez, il y a quelques jours, il a été découvert dans notre pays, la fièvre lassa. Donc, c’est un plaisir pour nous de voir nos amis russes, avec l’appui de Rusal, nous offrir un laboratoire capable de diagnostiquer les maladies à caractère épidémiologique », a ajouté Dr Edouard Niankoye Lamah.

Egalement très satisfait, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a pour sa part indiqué que ce geste de solidarité constitue pour le gouvernement guinéen, et particulièrement son département, une fierté sans précédent. « Par ce don du laboratoire mobile ultra moderne « GAZEL », le gouvernement de la Fédération de Russie vient de répondre à un impérieux besoin du MESRS, celui de faire de l’IRBAG une Institution pilote qui servira de référence pour la solution de la problématique des recherches et le diagnostic rapide de toutes les maladies virales, bactériennes et parasitaires en Guinée », a dit le ministre Abdoulaye Yéro Baldé.

En tant que département bénéficiaire, le ministre a rassuré les uns et les autres de leur détermination pour la bonne utilisation des matériels mis à leur disposition pour le bonheur des populations guinéennes.

Enfin, le ministre Abdoulaye Yéro Baldé a salué et remercié les présidents Alpha Condé et Vladmir Poutine pour leur combat en faveur du développement de leurs pays respectifs.

Alpha Assia Baldé et Amadou Batouala Diallo pour Guineematin.com

Lire

Guinée : célébration de la journée des diplomates russes

15 février 2019 à 10 10 59 02592

L’ambassade de Russie en Guinée a célébré en différé la fête professionnelle des diplomates russes. L’événement a eu lieu dans la soirée du jeudi, 14 février 2019, à Conakry, en présence de représentants du corps diplomatique et consulaire ainsi que des organisations internationales accrédités en Guinée, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

C’est dans une ambiance festive, marquée par la joie et la convivialité, que cette journée professionnelle des diplomates russes a été célébrée pour la première fois, de façon officielle, en Guinée. L’ambassade de Russie en Guinée a tenu à réunir l’ensemble des professionnels de la diplomatie en service à Conakry, pour fêter avec eux cet événement.

« Depuis 2002, les diplomates russes ont leur journée professionnelle qu’ils fêtent ensemble, mais de préférence avec leurs confrères et consœurs étrangers. C’est pourquoi, en tant que diplomate et en tant que doyen du corps diplomatique en Guinée, j’ai l’honneur de vous recevoir aujourd’hui, avec mon épouse, pour célébrer la fête professionnelle des diplomates russes », a déclaré S.E Alexandre BREGADZE, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la Fédération de Russie en République de Guinée et en République de Sierra Léone.

Le diplomate russe a rappelé que cette fête a été décrétée par le Président russe, Vladimir Poutine, le 31 octobre 2002, à l’occasion du 200ème anniversaire du Ministère des Affaires Etrangères de la Russie. Mais, la fête elle-même, précise-t-il, est célébrée le 10 février de chaque année « parce qu’on a décidé de mentionner, via cette date, la création de la première structure étatique de Russie qui s’occupait de la gestion de ses relations avec le monde extérieur.

D’après les historiens russes, une telle structure étatique a été décrétée en 1549 par le Tsar Ivan IV, connu également comme « Ivan le Terrible ». Les historiens russes ont trouvé le document authentique daté du 10 février 1549, rédigé par cette structure étatique qu’on a nommée « Département d’Ambassades », a expliqué l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en Guinée.

Pour Alexandre BREGADZE, cette journée consacrée aux diplomates russes, qui la célèbrent avec des confrères et consœurs d’autres pays, a tout son sens. D’autant plus que « la profession de diplomate prend de nos jours une ampleur de plus en plus importante, surtout quand nous sommes de plus en plus témoins et même victimes de la hausse de l’influence dans les mass-médias des « Fake News ». On perd beaucoup de temps pour distinguer la vérité des « Fake News » (…)

Les diplomates doivent être vigilants et surtout ils doivent avoir une grande patience dans leur travail, parce que, comme on dit : quand les diplomates se taisent, ce sont les canons qui commencent à parler ». Il faut toujours penser à cela. A ce propos, le Grand Ministre des Affaires Etrangères de l’Union Soviétique, Andrei Gromyko, disait souvent : il vaut mieux avoir 10 ans de pourparlers qu’un jour de guerre ».

L’Ambassadeur russe a rappelé que la diplomatie russe fait tout son possible pour maintenir, pour renforcer la paix partout dans le monde et qu’elle contribue à la solution pacifique des problèmes globaux et régionaux, au développement de la coopération avec les partenaires étrangers. « Dans la situation actuelle, quand la sécurité internationale et l’ordre mondial traversent de sérieuses épreuves, le rôle de la diplomatie augmente davantage.

En particulier, il est surtout très important de défendre les principes de base du droit international et le rôle central de l’ONU, de chercher à obtenir plus de solidarité de la Communauté Internationale dans sa lutte contre le danger terroriste. On a besoin de plus d’attention à l’égard du soutien de la stabilité stratégique, surtout à l’égard du régime de contrôle sur les armements et sur la non-prolifération des armes dont les principes sont mis en doute », a exhorté Alexandre BREGADZE.

Cette fête a été marquée aussi par la prestation de jeunes filles qui ont interprété une chanson de l’artiste française Indila et la danse traditionnelle russe. Le tout a été clôturé par un banquet comprenant les spécialités de la cuisine russe et celles d’autres pays étrangers.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Lire

40ème anniversaire de la Révolution Iranienne : la célébration à Conakry

13 février 2019 à 9 09 43 02432

La République Islamique d’Iran a célébré le lundi, 11 février 2019, le 40ème anniversaire de la Révolution qui a porté Khomeiny au pouvoir en renversant le Shah, Mohamed Réza. A cette occasion, Seyid Hamid Réza Vahid Kiani, ambassadeur d’Iran en Guinée, a organisé un dîner à la Chancellerie, sise à Camayenne. La cérémonie a réuni les corps diplomatiques et consulaires accrédités en Guinée, les membres du gouvernement et la première dame de la République, rapportent les journalistes de Guineematin.com qui étaient sur place.

Cette cérémonie commémorative du 40ème anniversaire de la création de la République Islamique d’Iran a commencé par la lecture du saint Coran.

Dans son discours, le diplomate Iranien a dit que « la révolution iranienne, dont les principes ne reposent ni sur l’Occident, ni sur l’Orient, maintient son indépendance dans toutes ses dimensions depuis 40 ans ».

Seyid Hamid Réza Vahid Kiani

Par ailleurs, Seyid Hamid Réza Vahid Kiani a mis l’occasion à profit pour parler des implications de son pays dans la résolution de certaines crises, notamment de l’accord nucléaire. « Le peuple iranien, avec son vote, a réaffirmé la négation de toute domination, la préservation de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de son pays. L’Iran Islamique, à l’âge de 40 ans, continue de mettre l’accent sur les droits des sans-défenses, en particulier des musulmans du monde entier, la vigilance et le renforcement de la confiance sur la scène internationale, l’adhésion aux règlementations internationales, aux lois et obligations internationales, l’engagement multilatéral constructif avec le monde, comme l’accord sur le nucléaire iranien, malgré le retrait unilatéral des Etats-Unis de cet accord. Et aussi, son engagement et son adhésion au multilatéralisme, déniant l’unilatéralisme, sa lutte contre le terrorisme, sous toutes ses formes intérieures et étrangères ».

En outre, le diplomate Iranien est revenu sur les progrès réalisés par son pays dans le domaine des sciences et de l’éducation. « En termes de sciences et de médecine, l’Iran figure parmi les cinq (5) plus grand pays du monde dans le domaine de production des cellules souches et le traitement de l’infertilité ; le deuxième plus grand pays pour la greffe de la moelle osseuse ; le pays le plus avancé en matière de transplantation d’organes, tels que les reins, la cornée et le foie. Avec plus de 47 universités de médecine et 30 mille étudiants, 12 mille ouvrages scientifiques en médecine, 140 mille médecins généralistes, dont 72 mille spécialistes, l’Iran islamique est autosuffisant à plus de 95% dans la production de ses propres médicaments, pour ses besoins domestiques. L’Iran islamique, qui compte plus de 4 millions d’étudiants, toutes spécialités confondues, a maintenant multiplié par 55 le nombre de ses articles scientifiques à travers le monde, avec 7 milles professeurs étant uniquement des femmes savantes».

Parlant des relations de coopérations existant entre l’Iran et la Guinée, Seyid Hamid Réza Vahid Kiani dit qu’elles sont très bonnes, citant ainsi les projets que son pays réalise en faveur de la Guinée. « Nous pouvons indiquer la mise en œuvre de certains projets, et l’achèvement très proche du nouveau siège du ministère des Affaires étrangères de la République de Guinée, qui jouit d’importantes normes internationales et qui sera bientôt offert à ce pays frère et ami en tant que don du gouvernement Iranien ».

S’exprimant au nom du gouvernement, le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Me Cheick Sacko, a dit que la Guinée suit avec beaucoup d’intérêt les changements positifs en cours en Iran. Pour lui, ces changements sont le résultat de multiples réformes engagées par le gouvernement iranien. « Les convergences de vues entre l’Iran et la Guinée, tous deux membres de la Oumma islamique, sur les questions d’intérêt commun intéressant le renforcement de la paix et de la sécurité, la lutte contre la pauvreté dans le cadre d’une coopération internationale plus juste et plus équitable, sont la preuve de l’excellence des liens d’amitié, la solidarité et la fraternité unissant nos deux pays. Excellence monsieur l’ambassadeur, nous apprécions à sa juste valeur, les principes de la diplomatie iranienne visant à approfondir ses relations avec les pays du monde pour ainsi contribuer aux règlements des crises sous-régionales, régionales et internationales. L’initiative de la Turquie, la Russie et l’Iran pour la résolution pacifique et durable de la crise syrienne en est une parfaite illustration des valeurs de paix qu’incarne la diplomatie de votre pays ».

Cheikh Sakho a également remercié l’Iran pour les nombreux gestes en faveur de la Guinée. « La construction du nouveau siège du ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, entièrement financée par votre pays et sa remise très prochaine au gouvernement guinéen, la mise en œuvre du projet de bauxite Irano-Guinéen ainsi que la construction d’une clinique médicale iranienne spécialisée à Conakry sont la parfaite illustration de l’excellence des relations bilatérales existant si heureusement entre nos deux pays. Je profite de cette occasion pour louer les efforts consentis par le gouvernement iranien pour sa contribution à l’essor du développement socio-économique de notre pays », s’est réjoui le ministre guinéen de la Justice.

Ibrahima Sory Diallo et Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Guinée : 2 libanais et un guinéen condamnés pour kidnapping

6 février 2019 à 10 10 11 02112

Le kidnapping du libanais Mohamed Attar, au mois de mai 2018, avait fait couler beaucoup d’encre dans la ville de Conakry et même au-delà. Finalement, ce sont deux libanais et un guinéen- poursuivis dans ce dossier- qui ont été condamnés hier, mardi 5 février 2019, par le tribunal criminel de Dixinn, a appris un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Mohamed Basharah, Ali Mohammad Hmaïdan (âgés respectivement de 25 et 26 ans) et Hamidou Barry étaient poursuivis pour association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration avec arme et prise d’otage avec paiement de rançon.

Les deux premiers accusés, de nationalité libanaise, ont été condamnés à 5 ans d’emprisonnement assortis de sursis. En ce qui concerne le troisième, en l’occurrence Hamidou Barry, c’est un mandat d’arrêt qui a été décerné contre lui à l’audience

Ils étaient poursuivis pour avoir Kidnappé Mohammed Mattar, de nationalité libanaise, dans la nuit du 19 mai 2018 au quartier Dixinn Bora. Après le rapt de cet opérateur économique, les deux ressortissants libanais, avec leur complice guinéen, ont exigé le paiement d’une rançon de 70 mille dollars. Mais, après une enquête menée par la direction centrale de la police judiciaire, le réseau a été démantelé.

C’est ainsi que Mohamed Basharah et Ali Mohammad Hmaïdan, deux ressortissants libanais ont été mis aux arrêts et placés sous mandat le 11 juin 2018. Hamidou Barry, leur présumé complice, est toujours en cavale et serait du côté du Sénégal.

Le procès de ce dossier s’est ouvert le lundi 28 janvier 2019 au tribunal criminel de Dixinn où les accusés ont reconnu les faits. Après les débats, le procureur Daouda Diomandé avait requis cinq ans de prison pour Hamidou Barry et un mandat d’arrêt contre lui. « Vous condamnerez Hamidou Barry, qui est en cavale, à cinq ans de réclusion criminelle et décernerez un mandat d’arrêt contre lui. S’agissant des deux autres, en l’occurrence Mohamed Basharah et Aly Mohamed Hmaïdan, vous les condamnerez à 5 ans de prison assortis de sursis ».

Finalement, lors de la délibération de ce mardi, le tribunal a constaté le désistement de la partie civile. Il condamne les deux libanais à 5 ans d’emprisonnement assortis de sursis et décerne un mandat d’arrêt contre Hamidou Barry à l’audience.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Lire

40 ans de la République Islamique d’Iran : le discours de l’ambassadeur

5 février 2019 à 14 02 29 02292

Depuis quarante ans, la République Islamique d’Iran célèbre sa révolution. Cette année, c’est au siège de l’ambassade, à la Cité Ministérielle, dans la Commune de Dixinn, que l’ambassadeur, son Excellence Seyid Hamid Reza Vahid Kiani, a reçu une équipe de Guineematin.com à Conakry pour une déclaration.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de la communication de son Excellence Seyid Hamid Reza Vahid Kiani, ambassadeur de la République Islamique d’Iran en République de Guinée

Je tiens à féliciter au peuple iranien ainsi que les chercheurs de la justice dans le monde à l’occasion du 40e anniversaire de l’élection de la République Islamique d’Iran avec plus de 98% des voix du peuple iranien.

L’Iran islamique, à l’âge de 40 ans, continue de mettre l’accent sur les droits des sans-défenses, en particulier des musulmans du monde entier. Engagement envers les réglementations, les lois et les obligations internationales, engagement multilatéral constructif avec le monde, comme l’accord sur le nucléaire iranien malgré le retrait unilatéral des États-Unis de cet accord, engagement et adhésion au multilatéralisme et déni de l’unilatéralisme, lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes intérieure et étrangère, assistance, contribution et soutien politique des pays dans la lutte contre le terrorisme, tels que la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan font partie de nos politiques.

La République Islamique d’Iran, qui met l’accent sur l’importance de la paix et de la stabilité dans la région et insiste sur le fait que jusqu’à maintenant 17 000 de ses concitoyens ont perdu la vie par des groupes terroristes, a réussi à réprimer à grands frais ces dangereux groupes terroristes, y compris Daech. L’Iran est sans aucun doute l’élément le plus important du processus de paix en Syrie et en Irak et constitue le soutient du peuple et de l’Etat musulman de ces deux pays.

Aujourd’hui le Yémen traverse sans aucun doute ses pires conditions politiques et économiques. La coalition régionale saoudite est la cause principale de cette guerre injuste, qui a plongé le peuple de ce pays au bord d’une famine. C’est alors que le financement de l’Arabie saoudite dans cette guerre contre le peuple sans défense du Yémen est pratiquement assuré par les États-Unis et certains gouvernements. La République Islamique d’Iran estime également que la crise yéménite, à l’instar de la crise syrienne, n’a pas de solution militaire.

Mais l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien ou plan d’action global commun : le résultat de négociations intensives entre l’Iran et les parties européenne et américaine après dix ans sur la transparence des activités nucléaires d’Iran a conduit à un accord appelé PAGC. C’est une réalisation remarquable dans le cadre des accords internationaux pour l’instauration de la paix et de la sécurité dans la région et dans le monde.

Mais, malheureusement, le président américain s’est retiré unilatéralement de cet accord international et a renoncé à tous ses engagements dans cet accord. Le retrait unilatéral de cet accord international a suscité la méfiance du monde envers des États-Unis.

Aujourd’hui, en référence à une civilisation vieille de 7 000 ans, nous sommes un pays de 85 millions d’habitants, l’un des premiers pays à détenir du pétrole et du gaz, le 17ème plus vaste pays du monde, et avec de nombreuses technologies du jour, dont la majorité native. Considérant que l’Iran est un pays souffrant de catastrophes naturelles, nous essayons d’utiliser de technologies satellitaires afin de réduire considérablement la probabilité d’occurrence des conséquences pertinentes. Mais une fois de plus des puissances mondiales cherchent à relier les activités spatiales iraniennes à fabriquer des missiles conçus pour lancer des armes non conventionnelles, ce qui est une accusation complètement irréaliste et déviante.

Nous constatons également aujourd’hui que certains pays fabriquant les armes et les missiles les plus dangereux et les plus destructeurs au monde cherchent faussement à nous condamner à construire des missiles non conventionnels. Mais alors que nos missiles sont tous défensifs, parce que l’expérience de l’Iran dans la guerre imposée contre Iran par Irak, qui a été accompagné par plus de 50 pays occidentaux et orientaux, nous a montré qu’il fallait renforcer notre force militaire et en particulier défensive.
En termes de santé et de médecine et la présence et la participation de femmes iraniennes dans différents domaines, mon pays l’Iran figure parmi les 5 plus grands pays du monde dans le domaine de production des cellules souches et le traitement de l’infertilité, le deuxième plus grand pays pour la greffe de moelle osseuse, le pays le plus avancé en matière de transplantation d’organes, tels que les reins, la cornée et le foie. Avec plus de 47 universités de médecine, 30 000 étudiants en médecine, 12 000 ouvrages scientifiques en médecine, 150 000 médecins généralistes et 72 000 spécialistes, l’Iran islamique est autosuffisant à plus de 95% dans la production de ses propres médicaments consommés à l’intérieure.

L’Iran islamique, qui compte plus de 4 millions d’étudiants, a maintenant multiplié par 55 le nombre de ses articles scientifiques produits dans le monde, avec 7 000 professeurs des universités seulement étant des femmes savantes. Les femmes en Iran constituent la moitié des médecins généralistes et spécialistes, vice-présidents, plus de 2 000 juges ou chefs de tribunaux du pays.

Alors que la République Islamique d’Iran continue d’être soumise aux sanctions cruelles des États-Unis, nous avons pu suivre le dynamisme de notre économie grâce à Dieu, ainsi qu’à l’aide de pays souverains et amis comme la République de Guinée.

À cet égard, nous pouvons indiquer la mise en œuvre de certains projets, y compris l’achèvement du nouveau bâtiment du Ministère des Affaires Étrangères de la République de Guinée avec d’importantes normes internationales, ce qui sera offert à ce pays frère et ami dans les mois à venir, comme un don de l’Iran. En outre en 2018, après plusieurs années, un appel d’offres international pour la mise en œuvre du projet de bauxite Irano- Guinée a été lancé. Nous attendons la sélection de l’entreprise finale pour réaliser ce projet.

Les coopérations politiques, parlementaires, économiques, culturelles et sportives sous l’impulse de nos deux Gouvernement est appréciable en résultat.

Vive la Coopération internationale !
Vive la Coopération Irano-Guinéenne !
Vive l’Amitié et la solidarité entre les peuples !
Vive la République Islamique d’Iran
Vive la République de Guinée

Je vous remercie !

Lire

Coopération : l’immigration irrégulière au centre du 3ème dialogue politique Guinée-UE

31 janvier 2019 à 7 07 35 01351

Comme annoncé sur Guineematin.com, la troisième session du dialogue politique Guinée-Union européenne, au titre de l’article 8 de l’Accord de Cotonou, s’est tenue hier, mercredi 30 janvier 2018, au Petit Palais à Conakry. Ces échanges, qui ont connu la participation du Premier ministre, de certains membres du gouvernement, des cadres de la délégation de l’UE et des ambassadeurs, ont pris fin sur une note de satisfaction, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son compte-rendu, la ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine a dit que ce dialogue a permis au gouvernement et la délégation de l’UE de revoir leur coopération politique, économique et social. « Je crois que la conclusion est très satisfaisante. Tous les partenaires sont heureux de cette discussion franche et ouverte, et surtout ces dernières années de voir combien les ressources que l’Union européenne met à la disposition de notre pays ont augmenté. En 2008, nous étions à moins de 100 millions, après 2011, nous sommes à plus de 600 millions d’euros à la disposition de la Guinée. Et cela est un grand réconfort pour les populations guinéennes. Donc, les discussions nous ont permis de voir les résultats atteints dans les différents secteurs pour tout ce qui est gouvernance démocratique et transparence, mais pour tout ce qui est infrastructure et aussi développement social inclusif ».

La problématique liée à l’immigration clandestine a ponctué les débats lors de ce 3ème dialogue politique Guinée-UE. Sur ce point, Mamady Touré, ministre des Affaires étrangères, a dit que ça a été une opportunité pour le gouvernement guinéen de « faire valoir les acquis et aussi de montrer les défis qui sont là, que nous devons essayer de surmonter ensemble. On a insisté sur le fait qu’en ce qui concerne les migrants qui sont retournés, on n’a toujours pas une politique solide pour leur réinsertion. Ça, c’est un premier défi. Le deuxième défi, nous essayons de contrôler la migration irrégulière. Et, je pense qu’une des mesures qui peut nous aider à contrôler cela, c’est essayer de faciliter la migration régulière à travers la levée des restrictions de plus en plus sévères et pour l’obtention de visas. Et, je pense que la partie européenne a bien compris, noté cela. Donc, nous allons continuer nos efforts dans ce sens ».

Pour sa part, Josep Coll, Ambassadeur, Chef de la délégation de l’Union européenne, a dit qu’à part les questions du terrorisme, de l’emploi, des effets néfastes comme le changement climatique, la question qui préoccupe le plus l’Union européenne est l’immigration irrégulière. « C’est donc un des sujets que nous avons mis à l’ordre du jour et qui a été évoqué aujourd’hui. Je peux vous dire que demain, nous aurons une réunion au ministère des Affaires étrangères dans un cadre légèrement diffèrent, centré sur l’évaluation de notre coopération Guinée-Union européenne. L’objectif, c’est d’enrayer les départs illégaux, clandestins. Mais en parallèle, nous essayons d’améliorer les départs légaux. Les échanges universitaires, médicaux, mais aussi scientifiques, de businessman. Mais entre-temps, il faut quand-même aussi s’attaquer aux causes profondes de l’immigration que ça soit dans la région africaine où nous vivons ou que ça soit dirigé vers l’Europe », a dit le diplomate européen.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

3ème session du dialogue politique Guinée – UE : voici le Communiqué conjoint

30 janvier 2019 à 22 10 31 01311

Conakry, 30 janvier 2019– Les travaux de la troisième session du dialogue politique entre la Guinée et l’Union européenne (UE) au titre de l’article 8 de l’Accord de Cotonou se sont tenus ce mercredi, 30 janvier 2019 dans la salle de Conseil du Petit Palais de la Présidence.

La session a été co-présidée par leurs Excellences M. le Premier ministre, chef du gouvernement, Dr Ibrahima Kassory FOFANA et l’Ambassadeur de l’Union européenne en Guinée, M. Josep COLL. Étaient également présents six membres du gouvernement, six  Ambassadeurs ou représentants des Etats membres de l’Union européenne ainsi que des hauts fonctionnaires.

Il faut rappeler que cette session du dialogue politique fait suite à la première, organisée le 31 juillet 2014 et à la deuxième, le 29 mars 2017, qui avaient permis toutes les deux des échanges fructueux qui ont contribué à fortifier le partenariat Union européenne – République de Guinée.

La tenue de la troisième session s’inscrit dans cette dynamique et vise à consolider la relation entre la Guinée et l’Union européenne à travers une concertation franche et équilibrée sur des sujets d’intérêt commun. Les débats ont été menés de manière inclusive et directe autour des thématiques ci-après:

  • La coopération entre la Guinée et l’Union européenne : acquis et perspectives ;
  • La consolidation de la démocratie ;
  • La Migration ;
  • L’amélioration de l’environnement des affaires et les conditions pour une relance du commerce et des investissements, nécessaires à la création de l’emploi et de la croissance.

Les deux parties ont également partagé des vues sur les contextes actuels en Guinée et au sein l’Union européenne ainsi que sur des questions sous-régionales et continentales portant sur la paix, la sécurité et l’intégration économique.

Les deux parties ont renouvelé leur engagement à se concerter régulièrement et à assurer un suivi régulier des conclusions issues du dialogue politique.

Lire