Koïn (Tougué) : un chasseur confond une fillette à un singe et lui tire dessus

23 mai 2019 à 19 07 02 05025
image d’archive

L’acte s’est produit hier, mercredi 22 mai 2019, à Bantanhi Kouloum, un village de la sous-préfecture de Koïn. Un chasseur a ouvert le feu sur une fillette qu’il a prise pour un singe. La petite fille a trouvé la mort et l’homme a été interpellé par la police, a appris le correspondant de Guineematin.com basé à Labé.

La victime se nomme Oumou Baldé, âgée de 7 ans. Elle était montée pour cueillir du Néré lorsqu’un chasseur dont on ignore l’identité l’a aperçue à distance. Il a ouvert le feu sur la fillette qui a trouvé la mort. Joint au téléphone, Boubacar Barry, en service au centre de santé de Koïn, est revenu sur les circonstances de ce drame.

« C’est hier mercredi que le commissaire de police de Koïn m’a appelé pour m’informer qu’un chasseur a tué une fillette dans la localité de Bantanhi Kouloum. Sur le champ, j’ai appelé le maire de la commune rurale de Koïn pour le mettre au courant. Et directement, nous nous somme rendus sur les lieux du drame et nous avons trouvé effectivement que la fille a reçu des balles à certaines parties de son corps. Interrogé, l’auteur de cet acte a reconnu les faits.

Mais selon lui, il a confondu cette fillette qui était montée pour cueillir le Néré à un singe. C’est ainsi qu’il s’est servi de son fusil de chasse pour ouvrir le feu. C’est par après, qu’il a compris que c’est une personne qu’il a tuée. La victime a reçu les balles au niveau de la tête et au cou. En raison de la gravité de ses blessures, elle a rendu l’âme, nous n’avons pas pu sauver sa vie », explique l’agent de santé.

Après cet acte, le chasseur a été arrêté et conduit dans les locaux de la police. Mais, la famille de la victime a déjà annoncé qu’elle lui pardonne et qu’elle se remet à la volonté divine.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Une déguerpie de Dar es-salam s’adresse à Alpha Condé : « merci de nous avoir chassé de nos maisons »

23 mai 2019 à 18 06 09 05095

Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen a entamé ce jeudi, 23 mai 2019, le déguerpissement des riverains de la décharge publique de Dar es-salam, dans la commune de Ratoma. Les machines envoyées par le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire ont démoli plusieurs maisons situées dans le périmètre concerné. Une opération menée sur fond de tension, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après plusieurs menaces, le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire, dirigé par Dr Ibrahima Kourouma, est finalement passé à l’action à Dar es-salam. Une action qui consiste à démolir toutes les habitations situées aux abords de la décharge publique, où un éboulement avait coûté la vie à 8 personnes en août 2017. Cette opération a démarré par le secteur Radar et ce, dans un climat de vive tension.

Les habitants de la localité ont, en effet, tenté de résister mais les forces de l’ordre, massivement déployées sur les lieux, les ont dispersés à coup de gaz lacrymogène. Ce qui a permis aux machines destructrices d’entrer en action aux environs de midi. Elles ont démoli plusieurs maisons, sous le regard impuissant de leurs propriétaires, complètement abattus.

Parmi les victimes, M’balia Soumah, une veuve âgée d’une soixantaine d’années, et mère de 12 enfants, dont six (6) vivants. Déboussolée et les larmes aux yeux, cette vieille dame a entonné plusieurs fois des « merci Alpha Condé » ; « merci Alpha Condé de nous chasser de nos maisons », implorant Dieu de rendre justice.

A noter que plus de 200 maisons sont concernées par ce déguerpissement en cours à Dar es-salam. Cette opération intervient quelques semaines seulement celle menée dans les zones de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, où 1769 bâtiments appartenant à 1204 familles ont été démolis par le gouvernement guinéen. Les victimes n’ont bénéficié encore d’aucune mesure d’accompagnement.

A suivre !

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél: 622 68 00 41

Lire

Dr Koureissy Condé tranche : « nous sommes contre un 3ème mandat sous toutes ses formes »

23 mai 2019 à 18 06 00 05005

La question d’une nouvelle constitution continue d’alimenter la chronique en Guinée. C’est dans ce cadre que Dr Sékou Koureissy Condé, président de l’Alliance pour le Renouveau National (ARENA), a troisième mandat pour le président Alpha Condé. Toutefois, il affirme que le président Alpha Condé « a effectivement le droit d’organiser un referendum » pour soumettre une nouvelle Constitution au peuple de Guinée. C’était à l’occasion d’une conférence de presse organisée ce jeudi, 23 mai 2019, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son exposé de plus de 2 heures, Dr Koureissy Condé a donné la position de l’ARENA par rapport à la nouvelle Constitution, tant vantée par les partisans de la mouvance présidentielle. Selon l’ancien médiateur de la République, « nous avons entendu la déclaration de la mouvance présidentielle portant sur l’imminence de la présentation de l’introduction d’une nouvelle Constitution en République de Guinée. Et tant qu’on n’était pas arrivé à ce niveau, notre parti ARENA s’était imposé un devoir de réserve parce que le débat n’avait pas commencé et maintenant, comme le débat est ouvert, il appartient aux partis politiques de s’exprimer sur ce qui est de l’intérêt national… Le président de la République a effectivement le droit d’organiser un référendum, et ceci est inattaquable du point de vue Droit. Je ne suis pas supporteur, animateur ou promoteur d’une nouvelle Constitution, mais je parle de Droit. L’initiative référendaire appartient effectivement au président qui détient une partie de la souveraineté, s’il est légitimement élu », a souligné le directeur exécutif de l’ONG African Crisis Group.

Par la même occasion, Dr Koureissy Condé a fait une proposition aux acteurs politiques et sociaux pour, dit-il, éviter des crises qui vont conduire aux affrontements et à la violence. « L’ARENA propose la mise en place immédiate d’un organe consultatif, inclusif, ad hoc rapidement pour éviter les passions et les violences. Une structures capable de dire aux guinéens, vos représentants au niveau d’un organe consultatif se sont rassemblés, étudiés, élaborés et adoptés une nouvelle Constitution dont voici le contenu. Et, je dis ARENA aura des propositions à faire dans ce sens parce que nous recommandons la mise en place d’un régime parlementaire en République de Guinée », a fait savoir le leader de l’Alliance pour le Renouveau National.

S’agissant d’un éventuel troisième mandat pour l’actuel régime, Dr Sékou Koureissy Condé et son parti restent catégoriques. « Nous sommes contre un troisième mandat sous toute ses formes et que la question ne se posait pas à notre niveau. Nous ne voulons pas d’une présidence à vie. Nous voulons un changement de régime en 2020. Notre objectif était de clarifier notre non-alignement », a martelé l’activiste de la société civile.

En outre, Sékou Koureissy Condé a lancé un appel aux acteurs politiques et sociaux sur la pertinence d’organiser des campagnes de sensibilisation pour préserver la paix. Pour lui, on n’impose pas un référendum, mais on l’organise.

Pour finir, le président de l’ARENA soutient qu’il va se battre pour défendre la justice, l’Etat de Droit et les valeurs démocratiques, mais aussi pour le respect des Droits de l’Homme.

Touré Amadou Oury pour Guineematin.com

Lire

Lutte contre le VIH/SIDA : un nouveau centre de prise en charge inauguré à Dubréka

23 mai 2019 à 16 04 31 05315

La préfecture de Dubreka vient de bénéficier d’un nouveau centre de prise des personnes atteintes du VIH/SIDA. Il a été construit par la communauté de Sant’Egidio dans le cadre de son projet DREAM, sur financement du japon. Ce centre clinique (DREAM) a été inauguré ce jeudi, 23 mai 2019. La cérémonie a connu la présence des autorités communales et religieuses de Dubreka, des ambassadeurs du Japon et d’Italie en Guinée et de la représentante de l’ONUSIDA en Guinée notamment, rapporte un envoyé spécial de Guineematin.com qui était sur place.

Initié par la communauté de Sant’Egidio, le projet de construction de ce centre DREAM de Dubreka a été financé par le gouvernement japonais à hauteur d’environ 922 000 000 francs guinéens. Le bâtiment comprend 4 salles, 2 cabinets, une pharmacie, un magasin, 6 latrines et un forage. Il permettra de traiter 100 patients atteints du VIH/SIDA par an.

Fatoumata Sylla

A l’occasion de la cérémonie inaugurale, Fatoumata Sylla, coordinatrice des centres DREAM en Guinée, a indiqué que la construction de ce centre a été motivée par la forte demande. Selon elle, l’idée de la construction d’un tel centre à Dubreka, vise à rapprocher DREAM des patients dont le nombre augmente de jour en jour. « Depuis 2006, nous sommes en Guinée. Et, les patients viennent de partout en Guinée : N’zérékoré, Boké, Boffa, bref de toutes les régions.

Donc, vu nos petits moyens, on a jugé nécessaire d’aller à la rencontre des patients. C’est-à-dire, faire en sorte que les patients ne viennent pas de si loin pour se faire soigner jusqu’à Conakry. Donc, c’est pour permettre aux patients qui quittent vers Boké, Boffa, Fria, d’être ici, prendre les médicaments, faire les examens et retourner dans leur ville. Donc, c’est ce qui nous a motivé, avec l’appui du Japon et de l’ONUSIDA, à ouvrir ce centre ici à Dubréka », a-t-elle expliqué.

Mme Cristina Canneli

De son côté, Cristina Canneli, directrice du projet DREAM de Sant’Egidio, a dit que « ce centre constitue pour nous un nouveau départ. La préfecture de Dubreka compte à ce jour 300 patients. C’est petit, mais c’est grand. Il faut dire aussi que soit dans l’évangile, mais aussi dans le coran et dans la tradition juive, nous savons que quand on sauve une seule vie humaine, c’est comme si on a sauvé toute l’humanité. Donc, nous pensons que 300 personnes atteintes du VIH/SIDA, c’est un grand nombre. Et nous voulons élargir l’accès à tous ceux qui ont besoin de traitement et l’offrir gratuitement. La construction de ce centre ici nous permettra de donner des soins aux malades presque tous les jours de la semaine », a-t-elle annoncé.

SE Hideo MATSUBARA

Pour sa part, S.E Hideo MATSUBARA, ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Japon en Guinée, a souligné que le financement de ce projet, d’une valeur d’environ 922 000 000 de francs guinéens, a été rendu possible grâce au contribuable japonais. « C’est la communauté Sant’Egidio ACAP qui a soumis la requête de ce projet auprès de notre ambassade. Et, c’est cette association qui a suivi sa mise en œuvre tout au long de sa réalisation, et qui a fourni le terrain, les équipements et le mobilier. La mise en œuvre de ce projet permettra de traiter 100 patients atteints du VIH-SIDA par an. En outre, il sert de plaque tournante pour les activités d’orientation en matière de nutrition et de sensibilisation à la santé dans la communauté locale. Au total, 5000 résidents cibles en bénéficient (…). Il s’agit pour le Japon à travers ce projet, de poursuivre son appui au renforcement des services sanitaires de base. Ceci fait partie du pilier, promouvoir des systèmes de santé résilients pour la qualité de vie : Afrique résiliente, défini en commun par le Japon et les pays africains, dont la Guinée, lors de la 6ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 6) », a dit le diplomate japonais.

Elhadj Alsény Bangoura

Très content de la construction de ce centre DREAM dans sa commune, Elhadj Alsény Bangoura, le maire de Dubreka, a remercié toutes les personnes qui ont permis la réalisation dudit projet. Il a promis de sensibiliser les populations afin qu’elles puissent venir faire leur test de dépistage. « C’est un réconfort moral pour nous. Pour nous, quand on vient secourir les gens, quand on vient pour améliorer l’Etat de santé de ma population, c’est une grande joie pour moi. Surtout le fait que ma commune soit choisie pour abriter ce centre. Nous allons sensibiliser les gens, nous allons faire en sorte que les gens viennent se faire dépister. Parce que quand on entend VIH/SIDA, les gens ont peur. Pourtant, il faut venir. En y allant, on préserve sa santé mais aussi la santé de ceux qui ne viennent pas mais qui peuvent être susceptibles d’être contaminés. Donc quand les gens viennent, c’est que ça va protéger certaines personnes qui ne sont pas atteintes, mais aussi soigner, disons protéger ceux qui sont atteints. C’est cet appel qu’on va faire à l’endroit des populations et on le fera avec beaucoup de prudence, avec beaucoup de souplesse », a-t-il promis.

A rappeler que le taux de prévalence du VIH/SIDA en Guinée est de 1,7%, selon les données de 2017-2018.

De Dubreka, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Labé : l’installation de l’antenne régionale du front national pour la défense de la constitution

23 mai 2019 à 16 04 05 05055

L’antenne régionale du front national pour la défense de la constitution (AR-FNDC) a été installée officiellement ce jeudi, 23 mai 2019, à Labé sous la présidence effective du responsable des opérations du bureau national de la structure, Ibrahima Diallo, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

La cérémonie a regroupé au siège de l’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) à Tata II, dans la commune urbaine plusieurs responsables locaux d’organisations de la société civile et des partis politiques de l’opposition guinéenne comme le mouvement Osons Oser, la Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD), l’Organisation Guinéenne pour la Défense des Droits de l’Homme (OGDH), l’association des auditeurs, Villageois 2.0, l’association des jeunes de mosquée, l’association des jeunes de Pounthioun et JPADEC.

A côtés de ces structures de la société civile locale, on notait aussi la présence des représentants de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), l’Union des Forces Républicaines (UFR), le MoDel et le Bloc Libéral (BL).

Il est revenu au délégué du bureau de la coordination du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), Ibrahima Diallo, responsable des opérations de prendre le premier la parole pour décliner les termes de références des antennes du FNDC dans les préfectures de l’intérieur et à l’extérieur de la Guinée.

« Chaque antenne du FNDC est dotée de deux organes. Il y a d’abord la cellule de réflexion et orientation stratégique. Cette cellule est composée des premiers responsables des entités membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) et des élus du peuple qui se sont prononcés contre le 3ème mandat. Elle est présidée par le coordinateur local du FNDC. Elle donne des orientations stratégiques pour la bonne marche des actions du Front National pour la Défense de la Constitution au niveau local. Le fonctionnement de cette cellule (réunions ordinaires et extraordinaires) sera défini par les membres lors de la première réunion de ladite commission. Ensuite, il y a la coordination locale du FNDC structurée comme suit : le coordinateur, la commission mobilisation et organisation, la commission administrative, la commission communication et information, la commission opérations » a-t-il indiqué avant de préciser que «le coordinateur du FNDC est issu des organisations de la société civile et toutes les commissions seront présidées par un acteur de la société civile secondé par un représentant des partis politiques».

Ainsi, une antenne locale composée de la manière suivante a été présentée à la presse :

Coordinateur régional : Mamadou Habib Bah du mouvement Osons oser ; président commission administrative : Sally Bilaly Sow de l’association Villageois 2.0 ; président commission mobilisation et organisation : Alghassimou Lamine Diallo de la PCUD ; président commission communication et information : Oumar Sadio Diallo, journaliste ; président commission opérations : Thierno Abdourahmane Diallo du syndicat des conducteurs de taxi-motos.

Après la présentation de la composition de la coordination locale et des différentes commissions d’appui, le délégué de Conakry, Ibrahima Diallo a repris la parole pour donner de larges informations sur le dernier développement de l’actualité nationale. A ce sujet, il a fait bref rappel des péripéties qui ont meublé la vie du FNDC, de sa création à ce jour avant de poursuivre : « c’est pour autant vous dire que vous devez vous engager et assurez-vous qu’il y a des gens qui sont derrière vous. Partout où un militant de la démocratie, un militant du FNDC est arrêté, rassurez-vous que la personne ne fera pas 2 semaines en prison. Il y a des avocats qui se sont constitués volontairement tous les citoyens membres du FNDC qui sont injustement arrêtés par le pouvoir de Conakry. Il faut que nous soyons plus que jamais déterminés à défendre notre constitution, parce que c’est notre avenir qui est en jeu » a-t-il ajouté.

A leurs tours, les représentants des partis politiques présents à la cérémonie ont réitéré leur engagement indéfectible à participer activement à la mise en œuvre des programmes du FNDC dans Labé et ses environs.

De son côté, le député uninominal de Labé, honorable Mamadou Cellou Baldé a tenu à préciser que le FNDC a un seul objectif commun. Celui de défendre la constitution guinéenne, de manière à empêcher tout maintien du président Alpha Condé au pouvoir au-delà de 2020.

Avant de lever la séance, le délégué de Conakry, Ibrahima Diallo a invité la coordination de Labé à coordonner et superviser l’installation des antennes dans toutes les préfectures de la région.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Le Colonel Thiégboro droit dans ses bottes : « QNET reste et demeure une société arnaqueuse »

23 mai 2019 à 15 03 28 05285
Colonel Moussa Thiégboro Camara

Le procès qui oppose Akoye Onivogui, Kofi Richard Kouassi et cinq autres employés de la société de vente directe QNET au Colonel Moussa Thiégboro Camara, a été renvoyé au 27 juin prochain. Le colonel, poursuivi pour des faits de vol, dénonciations calomnieuses, abus d’autorité, défaillance du requis, atteinte au secret, défaut de répondre à une réquisition, n’a pas mâché ses mots à l’endroit de la société QNET, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Depuis plus d’une année, la société QNET est aux prises avec les services du Colonel Moussa Thiégboro Camara, responsable du Secrétariat à la Présidence chargé des Services Spéciaux, de la lutte contre la Drogue et les Crimes organisés. Nombre d’opérateurs de cette entreprise avaient été arrêtés, suite à de nombreuses plaintes de citoyens qui accusaient QNET d’escroquerie.

A la fin de l’audience de ce jeudi 23 mai 2019, le Colonel Thiégboro a eu des mots très durs à l’endroit de la société QNET. « Nous sommes dans un Etat de Droit, on s’en remet à la justice. C’est pourquoi je suis là ce matin, sinon je suis plus qu’écœuré que ceux-là que moi j’avais arrêté, avec des preuves, qui ont été inculpés, ce sont eux qui ont été libérés trois jours après. Je ne sais pas pour quel motif et c’est eux qui se sont organisés pour me prendre en otage dans une citation qu’ils viennent déposer ici. On ne peut pas mettre les gens devant les faits, avec des preuves tangibles, et qu’ils soient libérés trois jours après, pour se constituer en victimes.

Nous sommes dans un Etat de Droit, la loi voudrait qu’en tant que républicain, lorsqu’on t’appelle, quelque soit les circonstances, que tu te présentes. Aujourd’hui, ils ont malheureusement renvoyé le dossier. Je voulais que les débats de fond soient engagés parce que je suis venu armé de preuves jusqu’aux dents. Mais, même si je suis à N’Zoo, si la justice guinéenne a besoin de moi, en tant que justiciable, en tant que républicain, je mets mon galon et ma fonction de côté, je viens répondre à la justice guinéenne pour clarifier l’opinion nationale et internationale que Qnet reste et demeure une société arnaqueuse », maintient le colonel Thiégboro.

Après avoir donné la parole à l’officier de gendarmerie, notre reporter a cherché à recueillir la réaction des responsables et employés de QNET. Malheureusement, ils avaient quitté le tribunal de Dixinn.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 224623532504

Lire

Conakry : un vigile jugé pour vol d’objets divers au tribunal de Dixinn

23 mai 2019 à 15 03 24 05245

Poursuivi pour vol d’objets divers, Naby Laye Camara, vigile, a comparu hier, mercredi 22 mai 2019, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Il a plaidé non coupable et rejeté en bloc les accusations portées contre lui, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Le prévenu est accusé de s’être introduit dans la concession du douanier, Lieutenant Mamady Camara, située dans le quartier Lambanyi, le 6 mai 2019, à 4 heures du matin. Sur les lieux, il aurait volé un écran Plasma de 75 pouces, un téléphone portable et une somme de 100 000 (cent mille) francs guinéens. Il a été arrêté le même jour et placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry, le 14 mai dernier.

A la barre, Naby Laye Camara a nié systématiquement les faits qui lui sont reprochés, assurant n’avoir nullement commis ce vol. « Je ne reconnais pas avoir volé la télé mais je reconnais qu’elle a été retrouvée chez moi. Le 6 mai, entre 3 heures et 4 heures du matin, j’ai entendu un bruit dans la cour qui fait face à la cour que je garde, je suis allé voir. Arrivé sur place, je n’ai vu personne, mais j’ai vu un écran Plasma par terre, je l’ai ramassé et je suis venu dans la cour que je garde. J’ai dit à une dame qui était là-bas de garder l’écran jusqu’au matin mais elle a refusé.

C’est ainsi je suis parti déposer l’écran à l’endroit où je garde mes habits. A 6 heures du matin, je suis rentré chez moi. Mais, mon patron m’a appelé pour me demander de revenir en disant que je devais signer des documents pour mon contrat. Dès que je suis revenu sur les lieux, des agents m’ont arrêté, ils m’ont conduit au commissariat de Ratoma où ils m’ont torturé. J’étais obligé donc de dire que c’est moi qui ai volé pour qu’ils arrêtent de me torturer, mais ce n’est pas moi. Et, le problème de téléphone et d’argent, c’est ici je l’ai entendu », s’est-il défendu.

Mais, le procureur ne s’est pas laissé convaincre par ces explications. Daouda Diomandé a aussitôt répliqué en disant qu’il n’y a pas de logique dans les propos du prévenu. « Monsieur Camara, ce que vous nous dites n’est pas cohérent. On ne peut pas entendre un bruit à 4 heures du matin et puis trouver une télé de cette taille par terre sans chercher à savoir comment elle a atterri là. C’est parce que c’est vous qui êtes parti dans la cour du Lieutenant Mamady Camara pour voler sa télévision. Mais, comme vous êtes de mauvaise foi, vous refusez de dire la vérité », a déclaré le procureur.

Appelé à la barre par le juge, Aboubacar Mafering Camara, la victime est revenue sur les circonstances de ce vol. Selon le Lieutenant Mamady Camara, « c’était le premier jour du Ramadan, à 4 heures du matin, j’ai réveillé ma femme afin qu’elle puisse nous préparer le petit-déjeuner. Elle est allée au salon et elle a constaté que la télé n’y était pas, elle m’a alerté. Je suis sorti, j’ai ouvert le portail de ma cour. Qui je vois là ? C’est Naby Laye Camara, le gardien de la cour d’en face. Je lui ai demandé s’il n’avait pas entendu de bruit, il me dit non. Mais en bas, les chiens aboyaient, je voulais partir voir, ma femme m’a dit de ne pas y aller, j’ai forcé la situation.

Ma femme a supplié Naby Laye de l’accompagner voir, mais il a catégoriquement refusé. Entretemps, son patron est sorti pour aller à la prière, il nous a trouvés dehors et je lui ai expliqué que j’ai été victime de vol. On a échangé un peu puis on s’est séparé. J’ai constaté également qu’il avait dérobé le sac à dos de ma fille dans lequel il y avait son téléphone portable et un montant de 100 mille GNF.

A 7 heures du matin, le patron de Naby Laye est venu me voir en me disant qu’il a entendu une femme qui loge chez lui dire à sa femme que le gardien est venu lui confier une télé vers 4 heures du matin. On s’est rendu dans sa cour, on a fouillé et on a retrouvé la télé là où son gardien gardait ses objets. Puisqu’il était déjà rentré chez lui, on a élaboré un plan pour l’attraper. Il est venu, on a mis main sur lui et il avait reconnu les faits », a-t-il expliqué, ajoutant que tout ce qu’il demande, c’est d’être rétabli dans ses droits.

Après les explications des deux parties, le tribunal est passé aux réquisitions et plaidoiries des parties. Dans ses réquisitions, le procureur Daouda Diomandé, s’est dit outré de l’attitude du prévenu qui, au lieu de protéger les citoyens en tant que vigile, les dépouille de leurs biens. C’est pourquoi, le représentant du ministère public a requis 3 ans d’emprisonnement contre Naby Laye Camara et le payement de 25 millions GNF à titre de dommages et intérêts au préjudice du Lieutenant Mamady Camara.

De son côté, l’avocat de la partie civile, dans sa plaidoirie, a estimé que les faits sont suffisamment établis à l’encontre du prévenu. Maître Sékou Amadou Sylla demande donc au tribunal de condamner Naby Laye Camara à payer à son client la contre-valeur d’un écran plasma Samsung de 75 pouces qui vaut 55 millions GNF puis un téléphone Samsung d’une valeur de 300 mille GNF et 100 mille GNF à titre principale. Puis, au payement de 25 millions GNF à titre de dommages et intérêts au préjudice de la partie civile.

L’affaire été mise en délibéré pour décision être rendue le 29 mai 2019.

SalimatouDiallo pour Guineematin.com
Tél. : 224623532504

Lire

Crise d’essence à Labé : le litre se négocie à 15 000 GNF au marché noir

23 mai 2019 à 14 02 46 05465

A l’instar des plusieurs ville du pays, une crise d’essence frappe la commune urbaine de Labé et ses environs où le litre d’essence se négocie à ce jeudi, 23 mai 2019, à 15 000 francs guinéens sur le marché noir, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Depuis pratiquement lundi soir, les automobilistes et autres propriétaires d’engins roulant ont du mal à trouver de l’essence pour carburer leurs véhicules dans la commune urbaine de Labé où la crise a provoqué une flambée des prix du transport urbain et inter urbain dans la région.

« Nous avons constaté depuis quelques jours qu’il y a une crise d’essence à Labé. On n’est presqu’au courant de rien sur les causes de cette crise. Mais, selon les rumeurs que nous apprenons ici, il semble qu’il y a eu rupture et que le bateau serait en retard. Il faut signaler aussi que les stations sont privées. Elles ne relèvent pas de l’Etat ou nous n’avons pas tellement la maitrise de la situation. Le prix à la pompe reste toujours le même, mais il y a une mafia derrière cette crise. C’est une pratique qui est illégale. C’est que nous nous pouvons faire, c’est de veiller comme nous sommes en train de veiller sur les denrées, parce que nous avons appris que le litre est vendu à un prix exorbitant au marché noir », a déclaré le maire de la commune urbaine de Labé, Mamadou Aliou Laly Diallo.

Poursuivant, M. Laly Diallo a promis de se référer à sa tutelle qui n’est autre que le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah sur les dispositions appropriées à prendre en vue de sécuriser ses citoyens face à cette crise entretenue par les réseaux mafieux des hydrocarbures en Guinée.

« Nous allons nous donner les mains pour une implication efficace des autorités locales parce qu’il est de notre devoir aussi de protéger les citoyens. Nous n’allons pas permettre aux vendeurs de carburant d’augmenter le prix sans raisons. En tout cas, je vais essayer de rencontrer pour qu’on examine ensemble ce qu’il y a lieu de faire » a conclu le maire de Labé.

Il est à préciser que ce n’est pas facile de trouver de l’essence même au marché noir dans la commune urbaine de Labé où les pompistes préfèrent servir les trafiquants contre des espèces sonnantes et trébuchantes, avec la complicité des conducteurs de taxi-motos.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Vol, abus d’autorité… Le Colonel Thiégboro à la barre

23 mai 2019 à 13 01 53 05535

Le procès opposant la société de vente en ligne, Qnet, et le Colonel Moussa Thiégboro Camara, responsable du secrétariat chargé des services spéciaux de la lutte contre la drogue et le crime organisé, s’est ouvert au tribunal correctionnel de Dixinn ce jeudi, 23 mai 2019. L’officier de gendarmerie est poursuivi pour des faits de vol, dénonciations calomnieuses, abus d’autorité, défaillance du requis, atteinte au secret, défaut de répondre à une réquisition, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est dans une salle archicomble que l’audience de ce jeudi s’est ouverte au tribunal de Dixinn. Face au colonel Moussa Thiégboro Camara, il y a les représentants de QNET, en l’occurrence Akoye Guilavogui, Kofi Richard Kouassi et autres.

Dès l’entame des débats, le collectif des avocats de la défense va demander au juge Thierno Souleymane Barry de déclarer l’irrecevabilité de l’action, à défaut d’annuler la procédure. Selon le collectif, qui a soulevé la nullité de la citation à comparaître, la partie civile doit être désignée complètement. Mais ici, arguent les avocats de la défense, la citation est délivrée à la requête de Mr Akoye Guilavogui, Mr Koffi Richard Kouassi et 5 autres, tous représenté par Mr Akoye Guilavogui. Pour la défense du colonel Thiégboro, des inconnus ne peuvent pas attraire un citoyen devant un tribunal parce que les 5 autres ne sont pas connus.

Par contre, les avocats de la partie civile estiment que cette demande n’est pas fondée. Selon maitre Lancinet Sylla, « la défense a soulevé une question de nullité. C’est des arguments qui ne tiennent pas du tout. Vous avez une citation directe qui a été délivrée, une requête de plusieurs parties civiles et qu’une erreur se glisse en ce qui concerne le nom de famille d’une des victimes, on ne peut pas s’abriter derrière cela pour demander la nullité de la citation parce que même une seule victime peut mettre en mouvement l’action publique ».

Après cette réaction, les avocats de la partie civile vont demander un renvoi pour leur permettre de mieux se préparer pour le procès. « La défense ne nous a donné les écritures que ce matin. Mr le président, pour l’égalité des actes, il faut permettre à la partie civile de prendre les écritures en bonne et due forme pour pouvoir venir défendre son client à l’audience. C’est pourquoi, nous sollicitons le renvoi afin que nous puissions déposer nos écritures », a dit maitre Lancinet Sylla.

Une demande appuyée par le procureur Boubacar 1 Bah.

Le tribunal a renvoyé l’affaire au 27 juin 2019. Une audience qui sera mise à profit par le tribunal pour se prononcer sur la demande de nullité de la procédure soulevée par la défense.

Il faut noter qu’à la fin de l’audience, des gens présentées somme étant victimes de la société QNET ont manifesté devant le tribunal, pancartes en main. On pouvait lire sur des pancartes des slogans du genre : « A bas Qnet, A bas Souleymane Doumbouya, QNET Zéro »

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél 224623532504

Lire

APPEL A MANIFESTATION D’INTERET

23 mai 2019 à 13 01 03 05035

Termes de Référence

Recrutement d’un cabinet d’Avocat/Avocat Individuel

1. Projet

Guinea Alumina Corporation S.A (GAC) est une filiale en propriété exclusive de la société Emirates Global Aluminium PJSC (EGA). GAC développe une mine de bauxite et ses infrastructures connexes en République de Guinée dans sa première phase d’investissement. La deuxième phase du projet prévoit l’expansion de la mine et le développement d’une raffinerie d’alumine (Projet).

Notre Projet est l’un des plus importants en matière d’investissements depuis les quarante dernières années et il contribue considérablement au développement de la Guinée en créant des emplois, des opportunités économiques et l’augmentation des recettes du Gouvernement.

La concession de GAC est implantée dans la région de Boké, au nord-ouest de la Guinée, à proximité de mines existantes qui sont déjà exploitées par d’autres compagnies.

Pour contribuer davantage au développement de la région de Boké, au-delà de son activité principale, GAC soutient les communautés locales en matière de santé, d’enseignement, de formation et de développement des infrastructures.

2. Contexte de la mission

Dans le cadre des activités de GAC, nous recherchons un cabinet d’Avocat/Avocat Individuel qui fournira l’état de la règlementation, le conseil dans de multiples transactions, le recouvrement des créances, la rédaction d’actes de diverses natures et lorsqu’aucune solution amiable n’a pu être trouvée, la défense des intérêts de GAC à tous les stades de la procédure judiciaire en Guinée ou devant les juridictions communautaires ou étrangères.

3. Mission

3.1 Étendue de la prestation/responsabilité

i. Représenter ou assister GAC dans les procédures civiles ou pénales, dans les phases précontentieuses ou contentieuses, devant les cours et tribunaux de Guinée, et plus généralement dans la communauté OHADA ;

ii. Règlement des litiges dans le cadre des relations commerciales conflictuelles ;

iii. Assister dans la prise de décision stratégique de la Direction générale ;

iv. Analyser, négocier et rédiger des contrats ou ententes en lien avec les activités commerciales ou la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) ;

v. Assurer le recouvrement des créances et suivre les voies d’exécution ;

vi. Fournir, selon une périodicité définie, une veille sur les textes de lois, les règlements, la jurisprudence ou une doctrine essentielle ;

vii. Faire l’archivage physique et numérique de tous les dossiers traités par ses soins et être en mesure de produire à tout moment une copie à chaque fois que l’entreprise en fait demande ;

viii. Coordonner les activités des autres professionnels de droit ou mandataire de l’entreprise ;

ix. Effectuer toutes les formalités administratives et légales liées aux activités de l’entreprise ;

x. Assister ou représenter dans les discussions avec les autorités gouvernementales au niveau central ou local ;

xi. Produire des rapports détaillés sur tous les dossiers pris en charge ;

xii. Et plus généralement, apporter son assistance dans toutes les opérations de l’entreprise.

3.2 Livrables

i. Des fiches de suivi de toutes les missions en cours de traitement ;

ii. Les comptes rendus d’audience de façon régulière ;

iii. L’état détaillé de l’ensemble des instances judiciaires ;

iv. L’archivage physique et/ou numérique de tous les actes concernant l’entreprise ;

v. Des notes synthétiques sur les changements de textes législatifs ou règlementaires, la jurisprudence ou la doctrine.

vi. Des notes juridiques sur les avis sollicités par l’entreprise.

4. Critères de sélection

1. Compétences techniques dans le domaine du contentieux judiciaire, du droit des affaires, du droit minier et les différents enjeux liés aux projets miniers notamment les relations gouvernementales ou communautaires ;

2. Expériences du ou des Avocats en charge des dossiers de l’entreprise ;

3. Mécanismes d’archivage et de suivi des dossiers ;

4. Veille sur la règlementation en vigueur ;

5. Disponibilité à voyager partout où besoin sera ;

6. Très bonne connaissance du système judiciaire Guinéen ;

7. Communication orale ou écrite dans les langues Française et Anglaise.

Les candidats intéressés sont priés de bien vouloir remplir le formulaire d’APPEL A MANIFESTATION D’INTERET et le soumettre, au plus tard le vendredi 31 mai 2019 à 10h00, aux adresses suivantes :

Attention : Moussa SOUMAH

Titre : Administrateur de Contrats

Email : mosoumah@ega.ae

Cc : gaccontract@ega.ea ; icamara@ega.ae

Note : Les cabinets ou avocats individuels préqualifiés en marge du présent APPEL A MANIFESTATION D’INTERET seront invités à un appel d’offre restreint au courant du mois de juin 2019.

Les présents termes de référence demeureront inchangés.

APPEL A MANIFESTATION D’INTERET

Lire

Télimélé : un apprenti-menuisier meurt par noyade à Santou

23 mai 2019 à 12 12 52 05525
image d’archive

Un apprenti menuisier, répondant au nom de Mamadou Diallo, à trouvé la mort dans la rivière Donso, à l’entrée de la sous-préfecture de Santou, à environ 40 kilomètres de la commune urbaine de Télimélé. Tombé dans l’eau depuis hier mercredi à 16 heures, c’est seulement à midi ce jeudi, 23 mai 2019, que le corps du jeune homme a été retrouvé, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon un citoyen de la localité, qui a joint Guineematin au téléphone, « c’est hier mercredi que le jeune est parti avec des enfants pour se laver dans la rivière qu’on appelle Donso. Mais, dès que l’apprenti menuisier a plongé dans le cours d’eau, le courant l’a tiré vers un lieu qui est là-bas qu’on appelle Kankiran. Un endroit très dangereux où 3 véhicules sont tombés, entrainant 4 morts. Les enfants ont essayé de l’aider. Ils l’ont tiré mais sans succès. Il leur a dit le laisser pour ne pas qu’ils soient tous emportés par le courant ».

Poursuivant, notre interlocuteur a dit que c’est seulement ce jeudi que le corps du jeune homme a été retrouvé. « C’est aujourd’hui jeudi que son corps a été retrouvé. Il était originaire de la sous-préfecture de Sagalé, dans la préfecture de Lélouma. Au moment où je vous parle (12h 12 minutes), ils sont entrain de l’enterrer aux abords de la rivière, comme le veut la tradition. On a attendu que ses parents viennent de Sagalé pour l’inhumer ».

Selon nos informations, la rivière Donso sert de frontière naturelle entre les sous-préfectures de Santou et de Koba.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Madeleine Dioubaté (ancienne candidate à la présidentielle) se fait voler un diamant à Paris

23 mai 2019 à 12 12 33 05335

Lu pour vous : Une ancienne candidate à l’élection présidentielle en Guinée a déposé plainte à Paris pour le vol dans un hôtel parisien d’un diamant qu’elle estime à 45 millions d’euros, a-t-on appris de sources concordantes.

Deux hommes se faisant passer pour des Russes ont rencontré lundi Marie-Madeleine Dioubaté dans un hôtel parisien du VIIIe arrondissement pour expertiser ce diamant. Après évaluation, ils lui ont remis un document certifiant que la pièce valait 45 millions d’euros, selon une source policière.

Mais entre-temps, selon un tour de passe-passe bien connu des escrocs et des enquêteurs, les deux hommes avaient subtilisé le vrai diamant et l’avaient remplacé par une pâle copie, a détaillé une source proche du dossier, confirmant une information de la radio Europe 1.

Lorsque la victime s’en est aperçue, les deux hommes avaient pris la fuite. Elle a déposé plainte. « Quant à la valeur réelle du diamant, c’est pour l’instant du déclaratif », souligne la source policière.

Une enquête préliminaire du chef de vol en bande organisée a été ouverte, selon le parquet de Paris. La brigade de répression du banditisme (BRB) est chargée de l’enquête.

Marie-Madeleine Dioubaté, du Parti des Ecologistes de Guinée, avait été la seule femme candidate à l’élection présentielle en Guinée en 2015 emportée par le président sortant Alpha Condé.

AFP- Paris, 23 mai 2019

Lire

Crise de carburant : le litre d’essence vendu à 30 mille francs à Siguiri

23 mai 2019 à 11 11 33 05335

Depuis une semaine environ, une crise de carburant secoue la préfecture de Siguiri. Les stations- service sont fermées et le marché parallèle est le seul endroit où on peut se procurer de l’essence. Et là aussi, c’est à un prix d’or, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Depuis 6 jours, trouver de l’or est beaucoup plus facile que trouver un litre d’essence. Toutes les stations-service étant fermées, il faut forcément aller au marché parallèle communément appelé marché noir pour avoir de l’essence. Et, là-bas, le dicton : « Tout ce qui est rare est cher », s’applique parfaitement.

En l’espace de quelques jours, le prix du litre d’essence a triplé. Une situation que regrette Ba Camara, habitant de la ville de Siguiri. Ce citoyen explique avoir eu toutes les peines pour trouver un litre d’essence qu’il a acheté à 25 000 francs, au lieu de 9 500 à la pompe. « J’avais un décès au village, j’ai acheté le litre d’essence à 25 000 francs pour aller là-bas. Même ça, difficilement je l’ai trouvé. Les gens cachent l’essence pour dire qu’il y a pénurie », explique-t-il.

Un autre citoyen qui s’est exprimé sous anonymat dit avoir acheté le litre d’essence à 30 000 francs guinéens. « Hier soir, je rentrais de l’hôpital lorsque mon carburant est fini en cours de route. Je suis allé au marché noir où j’ai acheté le litre d’essence à 30 000 francs ».

Pour ces citoyens, même s’il y a crise d’essence, celle-ci est en partie provoquée volontairement par les vendeurs qui veulent gagner plus. Ils accusent les pompistes dans les stations-service de servir en cachette les revendeurs au marché parallèle, afin de favoriser la spéculation. Et, les explications d’un vendeur d’essence au marché noir que nous avons interrogé, confirment cette version.

« Nous gagnons difficilement de l’essence à la station. Les pompistes dans les stations nous vendent le bidon de 20 litres à 240 000 francs, il faut aussi payer les agents de sécurité pour qu’ils nous laissent vendre tranquillement. Donc, voilà pourquoi nous revendons le litre entre 25 000 et 30 000 francs », a-t-il laissé entendre.

De leur côté, les pompistes et les gérants des stations-service que nous avons interrogés, n’ont pas souhaité se prononcer sur la question.

A noter que cette crise d’essence touche aujourd’hui beaucoup de villes du pays. A Conakry par exemple, la pénurie est ressentie depuis hier mercredi, 22 mai 2019. Mais, le ministre des hydrocarbures qui s’est exprimé chez nos confrères de la radio Espace Guinée, a promis que tout devrait rentrer dans l’ordre très rapidement. Diakaria Koulibaly a annoncé que le bateau, qui a pris un léger retard, a déjà accosté au port de Conakry.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Tentative de démolition des maisons à Dar Es Salam : les victimes protestent

23 mai 2019 à 11 11 04 05045

Dans la matinée de ce jeudi, 23 mai 2019, des agents du Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire ont été déployés avec une forte présence des forces de l’ordre pour démolir les habitations de certains citoyens de Dar Es Salam.

Mais, selon deux reporters de Guineematin.com qui sont sur place, il y a actuellement (11 heures) une vive tension avec les populations victimes, massivement sorties pour manifester leur farouche opposition.

Aujourd’hui, beaucoup de Guinéens s’interrogent sur les motivations réelles des autorités, notamment du Département de la Ville et de l’Aménagement du Territoire que dirige Ibrahima Kourouma. Alors qu’on a fait des milliers de sans abri récemment à Kaporo Rails, le Gouvernement attend le mois Saint de Ramadan- considéré par les fidèles musulmans comme une période de jeûne, de prière et sacrifice- pour venir chasser des pauvres citoyens de leurs habitations…

En attendant de revenir plus largement sur cette vive tension, Guineematin.com vous propose de suivre le live de ses reporters sur le terrain via notre page Facebook officielle :
https://www.facebook.com/Guineematincom-676479229109858/

A suivre !

Fatoumata Diouldé Diallo et Alpha Assia Baldé sont à Dar Es Salam pour Guineematin.com

Lire

Détournement de deux millions cinq cent mille dollars US : 8 travailleurs de la BCRG poursuivis

23 mai 2019 à 10 10 18 05185

Huit (8) personnes en service à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) sont poursuivies au tribunal correctionnel de Dixinn pour escroquerie en bande. Ils sont accusés d’avoir détourné la somme de deux (2) millions et demi de dollars au préjudice de la société Iversonnes, représentée par Rafael Perez de nationalité vénézuélienne, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les débats dans ce dossier se sont ouverts hier, mercredi 22 mai 2019. Les prévenus dans cette affaire sont : Elhadj Boubacar Diallo, Thierno Sadou Diallo, Elhadj Ibrahima Santia Camara, Koutoubou Sylla, Mohamed Ciré Camara, Mohamed Lamine Konaté, Mohamed Saliou Sylla et Mohamed Damba. Ils sont accusés d’avoir détourné la somme de 2 millions 500 mille dollars US pour l’achat de plusieurs kilos d’or.

Parmi cette « bande » de supposés malfaiteurs, seulement trois ont comparu devant le juge Aboubacar Maféring Camara. Il s’agit de Mohamed Ciré Camara, Mohamed Saliou Sylla et Thierno Sadou Diallo.

Dès l’entame des débats, le collectif des avocats de la défense a soulevé un cumul de procédures. Un des avocats, l’ancien bâtonnier, Maître Dinah Sampil, a expliqué qu’un cumul de procédures conduit à sa nullité. C’est pourquoi il va demander au juge d’annuler cet arrêt pour éviter qu’il y ait deux décisions. « Nous remarquons que dans ce dossier, il y a un cumul de procédures. Et en matière de droit, un cumul de procédures égale à la nullité. C’est pourquoi, monsieur le président, nous vous demandons simplement d’annuler cet arrêt pour éviter qu’il y ait deux décisions. Parce que dans ce même dossier, M. Elhadj Boubacar Diallo a été placé sous mandat de dépôt par un autre juge. Je vous demande d’éviter cette pagaille juridictionnelle. La partie civile a agi dans l’ignorance. Deux procédures contre les mêmes personnes, c’est du jamais vu. Il faut annuler, sinon les détracteurs auront raison de dire que ça ne va pas à la Justice. En pareil cas, si on était au civil, on aurait demandé la jonction, mais nous somme en pénal, Monsieur le président », a argumenté Maître Dinah Sampil.

Dans sa réplique, l’avocat de la partie civile, maître Pépé Koulémou contredit la défense. Pour lui, la citation directe ne concerne qu’Elhadj Boubacar Diallo. « Monsieur le président, l’ignorance dont on parle n’existe que chez nos confrères de la défense. Avant de défendre un dossier, il convient de chercher à lire le dossier. Mon client a été escroqué de la somme de 2 millions 500 mille dollars et n’eût-été l’implication des travailleurs de la Banque centrale, qui ont donné leur quitus pour que le paiement ait lieu, il n’y aurait pas eu de préjudice », a-t-il indiqué.

En prenant la parole, le procureur de la République, Daouda Diomandé a apporté des précisions pour séparer les deux parties. « En matière pénale, il y a ce qu’on appelle triple identité. Les mêmes personnes ne peuvent être poursuivies par deux procédures. Dans ce dossier, il y a 9 personnes qui sont renvoyées devant vous. Et les mêmes mis en cause sont devant un autre juge d’instruction. Donc, dans ce cas, on pourra appliquer la triple identité », a précisé le procureur de la République.

Au terme des débats contradictoires, qui ont duré plus de 2 heures entre avocats de la défense et partie civile, le juge a renvoyé l’affaire au mercredi prochain pour statuer.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél : (00224) 623 53 25 04

Lire

Avis de publication au niveau local d’un appel d’offre ouvert local

23 mai 2019 à 9 09 57 05575

Fourniture d’équipements bureautiques, informatiques et techniques et de matériels roulants des directions (DCSP, DCPJ), des services (IGSS, DRH) et des directions régionales de police du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile dans le cadre du Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité en Guinée- Volet Sécurité Intérieure (PARSS3-MSPC)

Référence de Publication : 003/PARSS3/COGINTA/2019

L’Association Coginta envisage d’attribuer un marché de fournitures pour :

  • lot N°1 : matériels informatiques et techniques (ordinateurs, imprimantes, appareils photos, dictaphone, enregistreur numérique et accessoires) ;
  • lot N°2 : matériels bureautiques (bureaux, fauteuils, chaises, armoires, classeurs dossiers suspendus, table de réunion, tables supports revues, climatiseur) ;
  • lot n°3 : motocyclettes avec casques

A Conakry, financé par le Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité en Guinée-Volet Sécurité Intérieure (PARSS3-MSPC).

Le dossier d’appel d’offres peut être obtenu à l’adresse suivante :

Association Coginta

Représentation nationale

Immeuble Rmaiti, Bloc B, 4ème étage

Quartier Coléah-Lansébounyi – Route Niger

Conakry

Tel. 00224 622.501 858

camara@coginta.org

La date limite de soumission des offres est fixée à 10h00 le 21 juin 2019 et doit être postérieure de minimum 30 jours calendaires à la date de publication du présent avis.

Les éventuelles informations complémentaires ou éclaircissements/questions seront publiés sur les canaux de publication du présent appel d’offre.

NB : Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour télécharger la copie originale de cet AVIS

Avis publication DAO

Lire

Conakry : Alpha Condé (citoyen) poursuivi pour abandon de famille

23 mai 2019 à 5 05 19 05195

Un citoyen nommé Alpha Condé a comparu hier, mercredi 22 mai 2019, devant le tribunal correctionnel de Kaloum. Il est poursuivi par son épouse pour abandon de famille. Le prévenu a plaidé non coupable, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Footballeur de profession, Alpha Condé a été placé sous mandat de dépôt le 16 mai 2019, suite à une plainte de sa femme, M’mah Kourouma, qui l’accuse d’abandon de famille. A la barre, le prévenu a nié en bloc les faits articulés contre lui. Selon Alpha Condé, c’est sa femme qui a décidé de quitter volontairement le foyer, sans aucune raison. « C’est elle qui m’a quitté depuis 2017. Un jour, elle m’a dit qu’elle est malade. J’ai tenté de l’envoyer à l’hôpital, mais elle a refusé d’aller se faire soigner. Le lendemain matin, elle a pris tous nos 4 enfants, elle est partie chez sa maman à Coyah.

Ça fait 3 ans comme ça depuis qu’elle a quitté le foyer conjugal avec les enfants. Lorsqu’on vivait ensemble, je donnais la dépense entre 400 et 500 mille francs guinéens par semaine. Mais depuis qu’elle m’a quitté avec les enfants, c’est ma belle-mère qui s’occupe d’eux. C’est une seule fois que j’ai envoyé 200 mille francs guinéens pour assurer la dépense des enfants », a expliqué Alpha Condé qui est détenu depuis le 16 mai 2019 à la maison centrale de Conakry.

A son tour, son épouse qui est la plaignante, a livré les motifs qui l’ont poussée à quitter le foyer conjugal. Pour M’mah Kourouma, son mari ne prenait pas soin d’elle. « Il ne s’occupait pas de moi, ni des enfants. Il ne prenait pas en charge les dépenses de la famille. C’est sa maman qui l’aidait à prendre en charge la famille. Je suis partie chez ma maman pour me faire soigner, il en a profité pour revendre tous mes biens. Ensuite, un mois après mon départ, il s’est marié à une autre femme. Actuellement, il vit avec cette femme dans le foyer. Et tous mes 4 enfants sont à la charge de ma maman à Coyah. Depuis presque 4 ans, il n’a rien apporté aux enfants », a-t-elle narré.

Après avoir écouté la version des deux parties, la présidente du tribunal, madame Bamba Kalo, a laissé entendre que « ce n’est pas l’époux qui a abandonné la famille, mais plutôt la femme qui a quitté le foyer avec les 4 enfants ». Elle a demandé à M’mah Kourouma si elle est prête à rejoindre le domicile de son mari à Kaloum, précisément au quartier Sans-Fils. « Non. Plus jamais », a répondu la plaignante.

Finalement, l’affaire a été renvoyée au 05 juin 2019 pour les réquisitions plaidoiries.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Lire

Cellou Dalein sur les conseils de quartiers et de districts : « des auxiliaires précieux pour la fraude électorale »

22 mai 2019 à 21 09 19 05195

L’opposition républicaine ne digère toujours pas l’éternel retard qui est en train d’être accusé dans la mise en place des conseils de quartiers et de districts. Et, au sortir d’une plénière qu’elle a tenu ce Mercredi, 22 Mai 2019, au QG de l’UFDG, les opposants au régime d’Alpha Condé ont réitéré leur engagement à lutter pour le respect de la loi en la matière, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est le chef de file de l’opposition guinéenne et président de l’UFDG qui a fait l’annonce. Avec un ton ferme, Cellou Dalein Diallo a fait savoir que l’opposition républicaine est déterminée à conduire ce combat jusqu’au bout.

« Nous allons exiger que la loi soit appliquée en ce concerne la mise en place des conseils régionaux, des conseils de quartiers et de districts. Comme ils ont perdu même avec les faux résultats, ils savent qu’ils vont perdre beaucoup de quartiers. Or, comme ça ce sont des auxiliaires précieux pour la fraude électorale, à l’occasion des élections nationales, ils ont décidé tout simplement de ne pas mettre en place ces conseils. Alors que la loi est claire, c’est quinze (15) après l’installation des exécutifs des conseils communaux qu’on devrait mettre en place les conseils de quartiers et de districts », a indiqué le leader de l’UFDG.

Or actuellement, ajoute le chef de file de l’opposition guinéenne, c’est 100% des districts et des quartiers qui est dirigé par des gens nommés par le RPG. « Ils ne veulent pas que cette situation change. L’opposition républicaine réitère son engagement à exiger, à obtenir par tous les moins légaux, le respect de la loi. Ce n’est pas une concession, on demande que la loi soit appliquée. Et, monsieur Alpha Condé ne veut pas », a conclu Cellou Dalein Diallo.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Paralysie de l’usine du projet coton de Kankan : les transporteurs ne décolèrent pas

22 mai 2019 à 20 08 41 05415

La tension est loin d’être retombée à l’usine du projet coton de Kankan. Les transporteurs ont repris leur grogne ce mercredi, 22 mai 2019. Ils manifestent contre le non-déchargement depuis plus de deux semaines de leurs camions remplis de coton et le non-paiement des frais de transports, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La grogne des camionneurs à l’usine du projet coton de Kankan a débuté avant-hier lundi. Les transporteurs avaient battu le pavé en barricadant tous les accès menant à l’usine. Les négociations menées par la délégation venue de Conakry et le syndicat des transporteurs n’ont rien changé de la situation. Les transporteurs se sont attendus en vain au redémarrage de l’usine et au déchargement de leurs camions pour ce mercredi, comme promis par les responsables.

C’est ainsi que tôt ce matin, ils ont bloqué toutes les issues de l’usine, pour réclamer le déchargement de leurs camions et leur payement. Selon Bakary Traoré, apprenti chauffeur, « on n’a trop souffert dans la brousse pour ramener l’or là ici. On est venu ici encore, on continue à souffrir. Depuis le premier jour du mois de ramadan, on est là, on attend. C’est de l’injustice. Moi, je dois percevoir 3 millions de francs guinéens et quelques ».

Pour sa part, Moussa Kouranko Kourouma, un autre apprenti chauffeur, trouve de l’incohérence dans les propos des responsables de l’usine pour calmer les ardeurs des grognards. « Pour la première fois, on nous a dit qu’il n’y avait pas de carburant pour faire redémarrer l’usine. Donc ce jour, on a accepté. Quatre jours après, ils sont venus nous dire qu’il n’y a finalement pas d’argent pour nous payer, on ne comprend rien. On a trop faim ici, on a même fini de manger toutes les mangues qui étaient là. Beaucoup d’entre nous nourrissent leurs familles à travers ces camions. Mais, on ne peut rien », a-t-il dit.

De son côté Moussa Kourouma regrette que le projet coton soit devenu un projet qui ne fait que régresser au grand dam du chef de l’Etat, qui a de grandes ambitions pour la filière cotonnière « Le président de la République a dit le progrès en marche, mais aujourd’hui c’est le progrès en retard qu’on constate ici. Là, on ne comprend rien. Maintenant, ce que nous voulons, c’est le débarquement de nos camions. Nous sommes dans le mois de Ramadan, on a trop souffert ici, on ne fait que manger les mangues, les responsables sont des menteurs », a dénoncé le jeune homme.

A notre présence, certains responsables et les membres de la délégation, qui n’ont pas voulu s’exprimer à notre micro, ont tenté de sortir de la cour de l’usine en promettant aux grognards qu’ils vont à la banque chercher de l’argent pour les payer. Mais, selon un chauffeur joint au téléphone, ils ne sont plus revenus à l’usine.

A suivre !

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : (00224) 627 24 13 24

Lire