Safricom-Hamana : Mohamed Kourouma accuse le président de la Cour Suprême

Fév 3, 2016
Mamadou Sylla Syma, président de la Cour Suprême

Mamadou Sylla Syma, président de la Cour Suprême

Ce mercredi 03 février 2016, le PDG de la Société Hamana SA, Mohamed Kourouma, était face aux journalistes à la maison de la presse de Coléah pour expliquer les raisons qui le motivent à porter plainte contre le président de la Cour Suprême pour parodie de justice dans l’affaire  des 27 mille tonnes de riz, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

 

Dans son intervention, Mohamed Kourouma, PDG de la société Hamana SA, a expliqué que l’affaire des 27 000 tonnes de riz est une parodie de justice contre sa société. Pour lui, «le président de la cour suprême est en train de mettre le feu dans l’économie guinéenne… ».

Selon le conférencier, c’est en 2012 que la société Hamana a fait une commande de 27 000 tonnes de riz auprès de la société LT FOOD de droit indien. Cette commande est arrivée au port de Conakry avec la qualité commandée : « conformément aux lois et règlements en République de Guinée, nous avons fait appel à la société TRANSCO pour la prestation. Les opérations portaient notamment sur la manutention, le transit et le transport de la marchandise dans notre magasin de stockage à Madina. J’ai payé un montant pour la prestation de trois milliards deux cent quarante huit millions quatre cent soixante-douze mille (3.248.472.000). Au cours du déchargement de la cargaison, contre toute attente, M. Alsény Barry de la société SAFRICOM assigna notre société en justice, prétextant avoir 5 000 tonnes de riz dans notre marchandise. En ce moment, maître Christian Sow était ministre de la justice.»

Après examen du dossier, le Tribunal de Première Instance (TPI) de Kaloum et la Cour d’Appel de Conakry rendirent les arrêts que Hamana a commandé 27.000 tonnes de riz, elle doit avoir ses 27.000 tonnes. SAFRICOM a 5 000 tonnes, elle doit avoir ses 5 000 tonnes. Ce qui donne un total de 32.000 tonnes de riz. Or, le connaissement indique bien que les 27.000 tonnes sont au nom de Hamana et non 32.000 tonnes. Mais, sous l’autorisation de la justice,  SAFRICOM prend 5 000 tonnes sans aucun connaissement », a-t-il expliqué aux médias.

Face à cela, Mohamed Kourouma dira qu’ils ont demandé « deux fois un sursis d’exécution auprès de la Cour Suprême sur le même dossier. Elle l’a rejeté et cela explique simplement qu’elle a reçu de l’argent. »

Selon lui, après le jugement, « ils sont partis dire au président que Hamana est entrain de détourner la marchandise des indiens, oubliant que cette situation qui se passe actuellement n’est pas à mon niveau seulement, c’est au niveau de tous les opérateurs économiques du pays.  Mais, ils essayent de le tromper pour qu’ils gagnent un peu dans tous les dossiers et me mettre en mal avec le chef de l’Etat.»

Par ailleurs, le PDG de Hamana a estimé que « les tribunaux ne souffrent d’aucun problème, puisque le ministre Mohamad Sacko veille sur toute les décisions de justice afin que le droit soit dit. Mais, le président de la Cour Suprême fait tout pour bafouiller la loi qu’il a pourtant juré de défendre. C’est pourquoi, il a dit que SAFRICOM a le droit de prendre la marchandise dans cette affaire. Alors, le seul problème de la justice guinéenne avant et aujourd’hui et qui persiste encore, c’est le président de la Cour Suprême ».

Enfin, monsieur Mohamed Kourouma dira que c’est une parodie de justice, une farce judiciaire orchestrée contre la société Hamana. Il décide donc de porter plainte contre le président de la Cour Suprême, Mamadou Sylla « Syma », auprès du ministre de la justice pour parodie de justice contre la société Hamana : «nous irons jusqu’au bout pour porter plainte contre sa personne même au-delà des juridictions guinéennes pour que nos droits soient dit, c’est dire saisir les juridictions internationales comme la CEDEAO, etc. ».

Yacine Sylla pour Guineematin.com

Tel : (+224) 628 71 71 56

Lire