Burkina Faso : le Balai Citoyen dénonce le 3ème mandat d’Alpha Condé et réitère son soutien au FNDC

26 novembre 2020 à 13 01 37 113711

Kinda Eric Ismaël, porte-parole du Ballet Citoyen

Kinda Eric Ismaël, porte-parole du Balai Citoyen, une organisation de la société civile burkinabè à l’origine du mouvement qui a chassé Blaise Compaoré du pouvoir en 2014 a accordé une interview à l’envoyé spécial de Guineematin.com à Ouagadougou. Dans cet échange enregistré hier, mercredi 25 novembre 2020, le porte parole du Balai Citoyen s’est exprimé sur le double scrutin burkinabè ; mais, aussi sur la situation sociopolitique de la Guinée où Alpha Condé a réussi à se maintenir à la tête du pays en changeant la constitution du pays.

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : Saïkou Yaya Barry dénonce une volonté « d’oppresser le peuple »

24 novembre 2020 à 6 06 35 113511

Saîkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a annoncé la suspension des manifestations sur toute l’étendue du territoire national. Officiellement, cette mesure (qui empiète sur un droit constitutionnel du peuple) a été prise pour des raisons de « crise sanitaire » liée à la COVID-19. Mais, du côté de l’opposition, cette décision du pouvoir est perçue comme une provocation et une volonté d’enraciner un peu plus une dictature dans le pays. Saïkou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’union des forces républicaines (UFR) soupçonne le régime Alpha Condé de vouloir brimer et oppresser le peuple.

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : l’OGDH dénonce une violation de la constitution

23 novembre 2020 à 16 04 59 115911

Elhadj Mamadou Malal Diallo, président par intérim de l’OGDH

La décision du gouvernement d’interdire toute manifestation de rue en Guinée passe mal dans le milieu politique et chez les défenseurs des droits de l’homme. Réagissant à cette mesure, le président par intérim de l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH), dénonce une violation de la constitution guinéenne. Elhadj Mamadou Malal Diallo trouve incompréhensible la raison invoquée pour justifier cette décision et rappelle que les autorités guinéennes ne sont pas à leur coup d’essai. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce lundi 23 novembre 2020.

Lire

Tribune : « FNDC, ne mélangez pas les pédales »

23 novembre 2020 à 11 11 16 111611

Le FNDC est né d’une volonté commune d’hommes politiques, de membres de la société civile et des citoyens partageant les mêmes valeurs démocratiques, lesquelles se sont entendues sur l’impossible troisième mandat de Alpha Condé. 

Lire

Interdiction des manifestations : le FNDC dénonce une décision « absurde et ridicule »

23 novembre 2020 à 10 10 12 111211

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a interdit les manifestations publiques au lendemain d’une élection présidentielle très contestée. Ce que les opposants au troisième mandat rejettent, rappelant le droit au peuple de Guinée de désobéir cette décision du gouvernement que le FNDC accuse le régime Alpha Condé d’utiliser la Covid19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Ci-dessus le communiqué du FNDC de ce lundi 23 novembre 2020

Front National pour la Défense de la Constitution

COMMUNIQUE N°152

Ce dimanche 22 novembre, le Gouvernement Guinéen s’est fendu d’un communiqué anachronique et liberticide visant à formaliser l’interdiction des manifestations sociales et politiques dans tout le pays.

Le FNDC rappelle que depuis le mois de mars 2020, tous ses appels à manifester ont été systématiquement interdits par les autorités communales sur injonction du Ministère en charge de l’administration du territoire. Cette décision illégale du gouvernement Guinéen ne surprend guère le peuple de Guinée qui a le droit de désobéir à toutes les décisions de ce clan d’oppresseurs.

Le FNDC dénonce cette décision absurde et ridicule du gouvernement guinéen, quand on sait que la crise sanitaire que notre pays peine à endiguer a été provoquée et entretenue par ce clan qui s’est servi de la COVID-19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Malgré les nombreuses dénonciations et interpellations de la communauté nationale et internationale, et des organisations de défense des droits de l’Homme, le Gouvernement continue de profiter de cette pandémie pour tuer, kidnapper et emprisonner des leaders et militants du FNDC. Aujourd’hui, plus de 400 militants et sympathisants du FNDC sont illégalement emprisonnés au mépris de toute procédure légale.

Le Gouvernement irresponsable et sanguinaire d’Alpha Condé a violé toutes les mesures d’urgence sanitaire et de distanciation sociale en drainant les masses humaines lors des meetings ou rassemblements politiques, tandis que les citoyens opposés au projet de troisième mandat étaient sauvagement tués et emprisonnés au nom de la COVID-19 lors des rassemblements pacifiques.

Le FNDC ne saurait obéir à cette interdiction illégale et travaille déjà sur un schéma adapté au contexte de répression, d’abus de pouvoir et de totalitarisme.

Le FNDC réaffirme son soutien à tous les prisonniers politiques et exige leur libération immédiate.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry, le 23 novembre 2020.

La coordination nationale du FNDC

Lire

Crise politique en Guinée : le GOHA salue la position du président Emmanuel Macron

21 novembre 2020 à 15 03 42 114211

Chérif Mohamed Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

Le Président Emmanuel Macron admet qu’Alpha Condé a organisé le changement de Constitution dans le seul but de se maintenir au pouvoir. À travers lui, son pays reconnaît la gravité de la situation en Guinée. En tant que président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA), en tant que membre du front national pour la défense de la constitution (FNDC), en tant que membre de l’alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD), je salue cette position du président français.

Lire

Crimes en Guinée : les avocats français du FNDC réclament des sanctions contre des responsables du Gouvernement, de la police…

21 novembre 2020 à 11 11 00 110011

William BOURDON et Vincent Brengarth, avocats français du FNDC

Dans un communiqué signé hier, vendredi 20 novembre 2020, les avocats français du FNDC demandent au Président Emmanuel MACRON de condamner « publiquement les crimes commis contre les populations civiles désarmées et surtout l’impunité qui encourage la récurrence de ces crimes et d’œuvrer pour que des enquêtes soient diligentées pour identifier leurs auteurs et les traduire devant les tribunaux. Ils soulignent à nouveau le climat de persécution contre les membres de l’opposition et de la société civile. Ils annoncent également que d’autres initiatives seront prises dans les prochains jours contre les responsables des violences au niveau du gouvernement, de la police, de la gendarmerie, de l’armée et de l’administration publique ».

Lire

Manifestation appelée par Cellou Dalein et ses alliés : le FNDC n’y prendra pas part

19 novembre 2020 à 12 12 46 114611

Ibrahima Diallo, coordinateur des opérations du FNDC

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ne participera pas à la manifestation appelée par l’UFDG et l’ANAD, le 25 novembre 2020. C’est Ibrahima Diallo, le coordinateur des opérations de cette coalition opposée à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, qui l’a annoncé au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce jeudi 19 novembre.

Lire

Conakry : le responsable du FNDC à Sonfonia, inhumé sous une vive émotion

18 novembre 2020 à 22 10 32 113211


Tué par balle le 21 octobre dernier, en marge des violences post-électorales, le coordinateur du FNDC à Sonfonia a été inhumé ce mercredi, 18 novembre 2020. De nombreux citoyens se sont mobilisés pour accompagner Boubacar Baldé à sa dernière demeure, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Harcèlement des opposants au 3ème mandat en Guinée : « la justice a choisi de servir un homme qui s’appelle Alpha Condé » (FNDC)

17 novembre 2020 à 9 09 19 111911

Dans un communiqué publié dans la matinée de ce mardi, 17 novembre 2020, le Front national pour la défense de la Constitution a dénoncé l’utilisation de la justice guinéenne contre les opposants. Le FNDC proteste contre la condamnation de Saïkou Yaya Diallo à un an de prison, l’emprisonnement des responsables de l’UFDG et de l’ANAD, ainsi que le refus d’exécuter le mandat d’arrêt qui avaient été décernés contre les responsables de la DPI et de la BRI.

Lire

Suite du combat de l’ANAD, gouvernement de Cellou Dalein : Bogola Haba à Guineematin

15 novembre 2020 à 11 11 43 114311

Bogola Haba, secrétaire exécutif de l’UNAD et membre de l’ANAD

Malgré la décision de la Cour constitutionnelle confirmant la victoire du président Alpha Condé à la présidentielle du 18 octobre, le camp de Cellou Dalein Diallo ne s’avoue toujours pas vaincu. Dans une interview accordée cette semaine à Guineematin.com, le secrétaire exécutif de l’UNAD et membre de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie, Kéamou Bogola Haba, a indiqué que l’UFDG et l’ANAD, travaillent actuellement sur d’autres stratégies devant permettre le rétablissement de la vérité des urnes, c’est-à-dire la reconnaissance de la victoire de leur candidat, Cellou Dalein Diallo.

Lire

Me Abdoulaye Keïta sur la détention d’Ousmane Gaoual et Cie : « leur moral est complètement bas »

14 novembre 2020 à 19 07 30 113011

Même si leurs auditions sont terminées, les opposants Ousmane Gaoual Diallo, Etienne Soropogui, Abdoulaye Bah et Mamadou Cellou Baldé, restent toujours en garde à vue dans les locaux de la direction centrale de la police judiciaire (DPJ). Et, sauf changement de dernière minute, ils devraient y rester jusqu’au lundi prochain, avant d’être déférés au tribunal de première instance de Dixinn.

Lire

Arrestations d’opposants en Guinée : la colère d’Elhadj Malal Diallo de l’OGDH

14 novembre 2020 à 8 08 26 112611

Elhadj Malal Diallo, président par intérim de l’OGDH

Les arrestations et détentions d’opposants au 3ème mandat du Président Alpha Condé préoccupent les défenseurs des droits de l’homme en Guinée. Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, vendredi 13 novembre 2020, le président par intérim de l’Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme (OGDH) s’est prononcé sur cette situation. Elhadj Mamadou Malal Diallo dénonce une pratique « qui ne répond à aucune norme publique ».

Lire

Election présidentielle contestée en Guinée : Chérif Bah de l’UFDG arrêté à Conakry

11 novembre 2020 à 13 01 01 110111

Elhadj Ibrahima Chérif Bah, vice-président chargé des relations extérieures et de la Communication de l’UFDG

C’est une source proche de la famille qui a contacté Guineematin.com au téléphone pour annoncer la mauvaise nouvelle. Elhadj Ibrahima Chérif Bah a été arrêté dans la matinée de ce mercredi, 11 novembre 2020. Il a été embarqué avec deux de ses neveux à Lambandji, dans la commune de Ratoma, aux alentours de 10 heures par une équipe mixte de sécurité pour une destination inconnue, précise notre source.

Lire

La police débarque chez Koundouno : sa femme brutalisée et son téléphone emporté

11 novembre 2020 à 11 11 39 113911

Au lendemain de la sortie du procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, annonçant que plusieurs opposants sont recherchés par la justice, la police passe à l’action. Dans la matinée de ce mercredi, 11 novembre 2020, le domicile de Sékou Koundouno, qui fait partie des personnes citées par le procureur, a reçu la visite de la police.

Lire

Des opposants recherchés par la justice : le FNDC répond au « procureur du 3ème mandat »

10 novembre 2020 à 21 09 32 113211

Abdourahmane Sano, coordinateur national du FNDC, entouré de quelques collaborateurs

« Aucune forme d’intimidation et de répression ne mettra fin à la lutte démocratique du FNDC jusqu’au départ du putschiste Alpha Condé. Que personne ne recule devant l’imposture, l’arrogance et la forfaiture », a réagi le FNDC dans un communiqué rendu public dans la soirée de ce mardi soir, 10 novembre 2020, suite à la déclaration du procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn.

Déclaration dans laquelle, Sidy Souleymane N’Diaye a annoncé que les opposants Ousmane Gaoual Diallo, Chérif Bah, Mamadou Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui, et l’activiste de la société civile Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification du FNDC, sont recherchés par la justice. Ils seraient accusés d’avoir proféré des menaces de nature à troubler la sécurité et l’ordre public.

Guineematin.com vous propose ci-dessous le communiqué du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) :

COMMUNIQUE N°149

Il y a quelques heures le FNDC alertait l’opinion publique sur la conspiration  en préparation et qui consistait à déposer des armes de guerre dans des domiciles de certains opposants.

Après l’échec cuisant de ce complot d’État que le régime dictatorial fomentait contre des leaders du FNDC et des leaders politiques, Alpha Condé ordonne à son bras judiciaire de lancer la chasse aux opposants à son troisième mandat illégal et illégitime.

Décidé à en découdre avec tous ceux qui sont déterminés à freiner la dérive totalitaire, le Procureur du troisième mandat Sydi Souleymane Ndiaye et Aboubacar Fabou Camara, Directeur central de la police judiciaire (DCPJ), viennent d’annoncer leur mission répressive visant à neutraliser les meneurs de la contestation contre le coup d’État constitutionnel.

Cette annonce fait suite aux récentes menaces et déclarations martiales d’Alpha Condé et de son Premier Ministre Kassory Fofana.

Le FNDC prend à témoin l’opinion publique de la volonté affirmée d’Alpha Condé et de son clan à éliminer toutes les voix dissidentes. Par ailleurs, il faut rappeler que le régime a récemment assassiné deux de nos responsables locaux à Conakry et à Pita les 21 et 22 octobre 2020.

Le FNDC réaffirme son soutien indéfectible et sa solidarité à Sekou Koundouno responsable des stratégies et planification du FNDC, à Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, Chérif Bah et à Abdoulaye Bah, tous membres de l’UFDG ainsi qu’Etienne Soropogui, allié de l’UFDG.

Aucun membre du FNDC ne répondra à la convocation d’une justice partiale tant que les mandats d’arrêt émis par un juge contre le Commissaire Aboubacar Fabou Camara et le Commandant de BRI Mohamed Lamine Simankan, ne sont pas exécutés. Car, « à une loi injuste, nul n’est tenu d’obéir ».

Aucune forme d’intimidation et de répression ne mettra fin à la lutte démocratique du FNDC jusqu’au départ du putschiste Alpha Condé.

Que personne ne recule devant l’imposture, l’arrogance et la forfaiture.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

 

Conakry, le 10 novembre 2020.

 

Lire

Alpha Condé réélu pour un 3ème mandat : que fera maintenant le FNDC ?

10 novembre 2020 à 8 08 15 111511

A travers une déclaration rendue publique tôt ce mardi, 10 novembre 2020, le Front National pour la Défense de la Constitution a réagi officiellement suite à l’arrêt de la Cour constitutionnelle, confirmant la réélection du président Alpha Condé pour un troisième mandat à la tête de la Guinée. Le FNDC estime que cet arrêt est « l’aboutissement du Coup d’État civil perpétré en Guinée » et se dit plus que jamais déterminé à poursuivre son combat contre « le mandat illégal et illégitime d’Alpha Condé ».

Lire

Saïkou Yaya du FNDC à la barre : « je ne suis pas en prison, je suis séquestré »

9 novembre 2020 à 17 05 31 113111

Saïkou Yaya Diallo, en compagnie de son avocat, Me Salifou Béavogui, au tribunal de Dixinn.

C’est un prévenu visiblement très confiant qui a pris la parole ce lundi, 09 novembre 2020, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Saïkou Yaya Diallo, poursuivi pour « menaces, injures, violences et voie de fait », a de nouveau clamé son innocence devant la juridiction dirigée par Hadja M’Balou Keïta.

Lire