3ème mandat, alternance, élections législatives… Dr Alpha Amadou du FNDC/France à Guineematin

8 janvier 2020 à 15 03 44 01441

Dr Alpha Amadou Diallo, médecin chirurgien à l’hôpital André Mignot à Versailles

Le débat autour du changement de la constitution divise les Guinéens vivants aussi bien sur le territoire national qu’à l’étranger. Constitué pour barrer la route aux promoteurs d’une nouvelle loi fondamentale, qui pourrait permettre à Alpha Condé de briguer un mandat de plus, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) regroupe diverses catégories socioprofessionnelles. C’est le cas de Dr Alpha Amadou Diallo, médecin chirurgien à l’hôpital André Mignot à Versailles (France), membre du FNDC/France.

Lire

Kalil OULARE est nommé Directeur Général de DJOMA MEDIA

19 novembre 2019 à 17 05 02 110211
Kalil Oularé, nommé Directeur Général de Djoma Média

Communiqué : L’Administration Générale de DJOMA GROUP annonce la nomination de Kalil OULARE au poste de Directeur Général de DJOMA MEDIA avec pour missions principales le lancement et le développement de ses médias que sont la Télévision DJOMA TV et la radio DJOMA FM.

Kalil OULARE démarre sa carrière en 2005, en France, au sein de la société Kpark, filiale du Groupe saint Gobain où il assumera les fonctions de Responsable des ventes Sénior jusqu’en Août 2008. En 2009, il retourne en Guinée pour occuper les fonctions d’Administrateur Général de la Société Guinéenne de Communication (Radio DJIGUI FM). En 2013 il prend la Direction Générale du Groupe HADAFO MEDIAS, qu’il quittera en mai 2019 pour fonder sa propre radio ADO FM en juin 2019.

L’Administration Générale de DJOMA GROUP se félicite de la nomination de Monsieur OULARE. Elle est convaincue que son expérience dans le domaine des médias en Guinée, lui permettra de bâtir un média proche de ses auditeurs et téléspectateurs et ouvert sur le monde.

Nous lui souhaitons une très grande réussite et lui accordons toute notre confiance pour ce nouveau défi.

Mme Fatoumata DIAKITE

Administratrice Administratrice Générale

Lire

Commémoration de l’armistice : « la France n’oublie pas le sang versé par des soldats venus d’Afrique…»

11 novembre 2019 à 16 04 51 115111

Le 101ème anniversaire de l’armistice, signé le 11 novembre 1918 (et qui a mis fin à la première guerre mondiale) a été célébré ce lundi, 11 novembre 2019, en France et dans les représentations diplomatiques dudit pays dans le monde. En Guinée, la cérémonie commémorative de cette date qui reconnait la victoire des Alliés sur l’Allemagne a eu lieu au cimetière de Boulbinet, dans la presqu’ile de Kaloum, à Conakry. Elle s’est tenue en présence des cadres et officiers de l’ambassade de France en Guinée, des cadres du ministère guinéen de la Défense et des officiers des forces armées guinéennes, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui a assisté à cette commémoration.

Décoration de soldats, poignets de mains, dépôt de gerbes de fleurs, une minute de silence pour saluer les morts… C’est avec beaucoup d’émotion et de souvenir que le 101ème anniversaire de l’armistice a été célébré ce lundi au cimetière de Boulbinet, dans la commune de Kaloum. Et, à l’absence de l’ambassadeur Jean-Marc Grosgurin, c’est le premier conseiller à l’ambassade de France en Guinée, Fabien Talon, qui a lu le message du secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armes françaises. Un message qui décrit l’atmosphère d’une France bouleversée, transformée par quatre années (1914-1918) de guerre. Il a aussi rendu un hommage à tous les soldats qui ont versé le sang pour la France lors de la grande guerre.

« C’était il y a un siècle, un an après la fin des combats de la grande guerre, le 11 novembre 1919 fut le premier de la paix retrouvée. Désormais, le silence domine là où la rage d’acier entonnait avec fureur. Il règne sur d’innombrables champs de batails, qui ont charrié un si long cortège de morts, de mutilés et de blessés. Des traités sont signés, l’allégresse de la victoire se déployait dans une ampleur incomparable le 14 juillet 1919. L’Etat de siège vient d’être levé, la vie sociale et politique reprend ses droits, la démobilisation poursuit sa lente progression, les poilus retrouvent leurs foyers, leurs familles et leurs communes. Ils découvrent une vie bouleversée, une France transformée par une épreuve de quatre années et par de profondes séquelles. Partout, le pays est transformé par la sourde évidence que rien ne sera plus jamais comme avant, que le retour à l’avant-guerre est impossible. C’était il y a cent ans, une nouvelle page s’ouvrait. Celle du souvenir, de la mémoire et de l’honneur. Depuis, inlassablement, les français sont fidèles à cet anniversaire. En ce jour, dans les métropoles (…), toutes les générations, unies et solidaires, se rassemblent et recueillent. La nation se souvient de ceux qui se sont battus pour elle, entre 1914 et 1918. Elle n’oublie pas ses enfants tombés au champ d’honneur… Elle n’oublie pas le sang versé par des soldats venus d’Afrique, d’Asie, du Pacifique et d’Amériques. Elle salue toutes les nations alliées qui ont partagé le même combat. Les noms gravés sur nos monuments aux morts nous rappellent constamment des valeurs d’honneur, de courage, de dévouement et de bravoure. Depuis 2012, chaque 11 novembre est aussi une occasion d’honorer toutes les filles et les fils de France qui, dans tous les conflits (…) ont accompli leur devoir jusqu’au don suprême. En ce jour, la nation rend un hommage particulier aux soldats morts pour la France en opérations extérieures. En inaugurant un monument national à leur mémoire, le président de la République (Emmanuel Macron) inscrit dans leurs cœurs comme dans leurs mémoires, la reconnaissance pleine et entière de tout un peuple pour ces combattants. Ce monument aux morts est aussi un rappel que la préservation de notre indépendance, de notre liberté de nos valeurs repose sur ceux qui ont donné leurs vies pour les défendre », a indiqué Fabien Talon.

Présent à cette cérémonie commémorative, le Général de brigade aérienne et directeur de cabinet du ministère guinéen de la Défense, Sidy Yaya Camara, a exprimé un réconfort moral. « L’anniversaire de l’armistice est un évènement mémorable pour toute l’humanité. En cela, la République française a joint à cet anniversaire la commémoration des morts tombés sous les théâtres d’opérations extérieures pour la France. En tant que frère d’arme, il est important que nous puissions partager ces moments pathétiques, mémorables, de l’histoire », a dit le Général Sidy Yaya Camara au nom du ministre guinéen de la Défense.

Rappelons que c’est l’armistice, signé le 11 novembre 1918, qui a mis fin aux combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918). Le cessez-le-feu (effectif à 11 heures) a entraîné dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons, annonçant la fin d’une guerre qui a fait pour l’ensemble des belligérants plus de 18,6 millions de morts, d’invalides et de mutilés, dont 8 millions de civils.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Les tendances d’internet pour 2020

7 novembre 2019 à 10 10 06 110611

Ce n’est en rien une surprise si l’on vous dit que l’on vit aujourd’hui dans un monde hyper-connecté. Que ce soit en Guinée, aux Etats-Unis, en France ou ailleurs, la place d’internet dans nos vies est désormais prépondérant. A quoi faut-il s’attendre pour 2020 ? Quelles seront les nouvelles tendances qui vont émerger ou qui vont encore se renforcer sur internet ? Voyons cela dans cet article !

L’internet au service des robots et des appareils autonomes

Avec les vitesses de transfert sur internet qui deviennent toujours plus rapides, les possibilités en termes de développement et d’innovation sont énormes.

Parmi celles qui font le plus parler d’elles et qui reposent en grande partie sur le développement d’internet et l’amélioration de la collecte d’information (Big Data), il y a notamment les voitures connectées et autonomes.

Sans internet, ces dernières n’auraient jamais vu le jour. En 2020, on peut s’attendre à une amélioration notable des performances. On pense notamment aux voitures sans pilote testées par Google ou bien aux voitures volantes qui verront le jour à Dubai, aux Emirats Arabes Unis, dès 2020.

Grâce à la collecte rapide et efficace d’informations mais surtout d’une bonne utilisation d’internet, les voitures autonomes parviendront à analyser tous les signaux environnants et communiquer entre elles. Cela devrait aboutir à des fluidifications des routes mais aussi à une baisse des accidents…d’après les experts !

Toujours plus de commerce en ligne

Cela n’a rien de vraiment spécifique en 2020, mais on ne vous cache pas que le commerce en ligne va continuer sur sa lancée. Aux commerces en ligne traditionnels comme Amazon ou Cdiscount s’ajouteront de nombreux services de livraison à domicile. 

On pense par exemple à Deliveroo, mais également des services plus originaux comme des massages à domicile, des services de blanchisserie qui viennent directement récupérer vos habits chez vous,… Tout cela est rendu possible par des applications, toujours plus nombreuses, sur lesquelles vous pouvez commander à peu près tout et n’importe quoi.

L’arrivée de la 5G pour des vitesses incroyables

Vous avez certainement dû en entendre beaucoup parler, mais vous ne savez peut-être pas trop ce que la 5G va réellement changer pour internet et pour votre vie au quotidien. Alors que le 4G a récemment été lancée en Guinée, il faudra cependant attendre plusieurs années avant de la voir arriver dans le pays.

Il y a de bonnes raisons d’attendre son arrivée avec impatience ! En effet, ce sont des débits au minimum 100x supérieurs à la 4G qui sont attendus une fois qu’elle aura été installée.

Grâce à la 5G, vous pourrez naviguer sur internet encore beaucoup plus rapidement qu’avant ou bien télécharger et partager des fichiers de plusieurs Go (photos, vidéos,…) en quelques secondes à peine !

Cela sera particulièrement pratique pour les jeux en ligne, comme les casinos en direct, mais aussi les jeux qui nécessitent une très bonne bande passante.

Si vous êtes un adepte de jeux comme Call of Duty, Battlefield, ou même Fortnite, vous serez considérablement avantagés si vous jouez en 4G, contre des adversaires encore en 4G.

Grâce aux débits de connexion nettement supérieurs, vous aurez beaucoup moins de lag, ce qui permettra d’être beaucoup plus vifs dans vos réactions. Bref, vous allez devenir encore meilleur…simplement avec l’amélioration de votre connexion internet.

Fin

Lire

« C’est maintenant le bon moment pour investir en Afrique et dans les PME africaines », déclare Tony Elumelu aux investisseurs mondiaux réunis à Paris

4 novembre 2019 à 15 03 04 110411
Tony O. Elumelu, CON, Promoteur de la Fondation Tony Elumelu et Président du Groupe United Bank for Africa (UBA) avec Bruno Le Maire, Ministre Français de l’Économie et des Finances, lors de la conférence du Club France-Afrique Invest à Paris le 30 octobre 2019

Communiqué : Paris – France, le mercredi 30 octobre 2019 – Tony O. Elumelu, Promoteur de la Fondation Tony Elumelu (TEF) et Président du Groupe United Bank for Africa (UBA) et de Heirs Holdings, a ouvert la conférence “Ambition Africa” organisée par le Club France-Africa Invest.

Lors de son discours d’ouverture, M. Elumelu a exhorté les investisseurs français, à la recherche d’opportunités d’investissement à long terme, à se tourner vers l’Afrique.

Lors de la présentation de Tony Elumelu au public, le Ministre Français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que la France pourrait se positionner pour orienter les investissements vers l’Afrique afin de mettre fin au cycle de la pauvreté et d’accélérer le développement au niveau mondial. Il a salué la position de M. Elumelu sur le renforcement des PME en Afrique afin de catalyser le développement. “Nous partageons la même ambition de soutien aux PME et aux entrepreneurs africains, car cela est essentiel pour le développement économique de l’Afrique”, a-t-il déclaré, évoquant la passion de M. Elumelu pour la création de richesse sur le continent africain.

Réitérant la position de partenariat avec l’Afrique sur les investissements à long terme, M. Le Maire a déclaré: “Nous veillerons à ce que les investissements en Afrique soient durables, exemplaires et respectueux de l’environnement. Nous voulons aller vite, aller vite dans la course contre la pauvreté et le renoncement, sur tout le continent”.

Tony Elumelu a pour sa part déclaré: “Nous devons faire beaucoup mieux et faire preuve de beaucoup plus de discernement pour canaliser les fonds vers les marchés émergents. Ces marchés présentent d’énormes opportunités ainsi que des risques pour les investisseurs mais ceux-ci doivent répondre à un besoin essentiel de catalyse et d’amélioration de l’économie. Nous saluons les sociétés comme Total, Bouygues, Accor, Orange et Bolloré, ainsi que d’autres qui ont accepté ce défi, mais il reste encore beaucoup à faire”, a-t-il déclaré.

M. Elumelu a souligné l’importance des apports de capitaux privés en Afrique, avec un accent particulier sur les investissements dans les petites et moyennes entreprises, moteurs de l’économie africaine. Il a déclaré que l’Afrique comptait la population active la plus jeune au monde, avec plus de 60% de sa population âgés de moins de 25 ans. Cela, a-t-il dit, apparaît comme une tragédie démographique potentielle qui pourrait se révéler être le plus grand atout du continent si les jeunes avaient des emplois et des opportunités économiques.

Selon lui: “Les Africains n’ont pas besoin d’aide. Nos jeunes ont plutôt besoin d’investissements”.

“Les capitaux privés constituent une positive force de développement en Afrique. Nous avons une nombreuse population de jeunes, enthousiastes et novateurs. Ils cherchent des solutions aux problèmes de leurs communautés, mais sont limités par l’accès aux capitaux et aux investissements, au mentorat et à la formation. Bien géré, ce type d’investissement peut non seulement générer des capitaux, mais aussi renforcer la création d’emplois, la gouvernance d’entreprise et contribuer à l’amélioration des pratiques commerciales durables”.

Il a cité l’impact et le taux de croissance des lauréats de la Fondation Tony Elumelu comme preuve du potentiel des PME en Afrique aujourd’hui. Sa fondation a consacré 100 millions de dollars de la fortune familiale au financement de plus de 10 000 entrepreneurs africains sur une période de dix ans.

M. Elumelu a salué les initiatives du Président Français, S.E. Emmanuel Macron, visant à renforcer les relations entre la France et l’Afrique, et a conclu en invitant les investisseurs à envisager d’investir en Afrique sur le long terme.

“La phrase clé ici est l’investissement à long terme – personne ne doit venir en Afrique pour obtenir un gain à court terme. C’est maintenant le bon moment pour investir en Afrique. Les capitaux privés doivent en faire partie. Nous en avons besoin pour tous”, a-t-il conclu.

Transmis par le service de communication de UBA en Guinée

Lire

Affaire 3ème mandat d’Alpha Condé : le FNDC-UK manifeste demain à Londres

1 novembre 2019 à 15 03 37 113711

Les manifestations se multiplient en République de Guinée et ailleurs pour contraindre le président Alpha Condé à respecter la Constitution et à quitter le pouvoir à la fin de son deuxième et dernier mandat en 2020. Comme cela a déjà été organisé en France, en Belgique et ailleurs, les Guinéens du Royaume Uni comptent eux aussi donner de la voix. Sous le label du FNDC-UK, ils appellent à une forte mobilisation demain, samedi 02 novembre 2019, à Londres devant le parlement Britannique.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le communiqué du FNDC-UK :

Conscients et forts des idéaux qui ont conduit à la rédaction de la Constitution Guinéenne actuelle, le FNDC-UK, solidaire avec tous les combats menés en République de Guinée et ailleurs par les compatriotes réunis au sein du Front National pour la Défense de la Constitution, appelle à une Mobilisation Générale le samedi 02/11/2019 à Londres devant le parlement Britannique.

Nous rendons hommage à tous ces martyrs, victimes de la bêtise et de la cruauté humaines. Nos sincères condoléances aux familles éplorées.

Du 14 au 17 octobre 2019, le FNDC a bouclé sa première semaine de manifestations sur toute l’étendue du territoire national guinéen. Cette protestation populaire d’envergure a été malheureusement entachée par une nouvelle brutalité des forces de l’ordre guinéennes pensant ainsi pouvoir bâillonner les combattants du FNDC.

Le bilan est macabre et n’est à l’honneur d’aucun Fils digne de cette Nation. Ces tués, blessés et séquestrés ne sont pas le fruit d’actes fortuits, mais plutôt le résultat d’une conspiration contre le peuple de Guinée.

Ces dénis de droit et de justice sont devenus beaucoup trop récurrents et font basculer davantage la Guinée vers la stigmatisation des communautés et la précarisation de masse. Le combat doit forcément continuer. Le prix à payer sera lourd, mais il faudra le payer pour que la VÉRITÉ triomphe enfin.

Nous disons NON à l’arbitraire !

Nous disons NON à cette haine et à ce mépris !

Nous disons NON à tout projet d’assassinat de notre démocratie encore en gestation ! Nous disons NON à toute velléité de modification de notre Constitution !

Nous disons NON à un renouvellement de mandat pour le Président actuel !
Nous disons NON et STOP aux massacres de notre Population !
Le FNDC-UK invite tous les compatriotes à une manifestation pour démontrer à la face du monde que la volonté populaire va au-delà de toute prétention individuelle et égoïste.

Mercredi, 23 octobre 2019

La coordination FNDC UK

Lire

T3 2019 : le bénéfice net de UBA bondit de 32,3% ; alors que le revenu brut atteint US$1,18 milliard

28 octobre 2019 à 13 01 01 100110

Communiqué : United Bank for Africa, l’institution financière panafricaine dotée d’un vaste réseau couvrant 20 pays africains, le Royaume-Uni, les États-Unis et ayant une présence en France, a enregistré des performantes impressionnantes dans le cadre de ses résultats financiers non audités du troisième trimestre 2019, avec une croissance significative des revenus bruts, qui ont atteint US$1,18 milliard, soit une augmentation de 14,2% par rapport au US$1,04 milliard enregistré en septembre 2018.

Le bénéfice avant impôts de UBA a augmenté de 24,2% pour atteindre US$271,2 millions, contre US$218,46 millions au cours de la même période de 2018. Pareillement, son bénéfice après impôts a également progressé de 32,3%, passant de US$170,4 millions en septembre l’année dernière à US$255,45 millions au cours de la même cette année. Cette performance impressionnante place le rendement annualisé des fonds propres de la Banque à 20,6%.

Selon le rapport déposé lundi auprès de la Bourse du Nigeria (NSE), le revenu d’exploitation net de UBA a progressé de 11,6% en glissement annuel pour atteindre US$734,62 millions, contre US$658,31 millions au cours de la même période de 2018.

Malgré le taux d’inflation à deux chiffres enregistré au Nigéria (son plus grand marché) et les incertitudes liées à l’environnement des affaires au Nigéria et dans d’autres pays africains, les dépenses d’exploitation maîtrisées de UBA n’ont augmenté que de 8,4%, et cela est en grande partie dû aux coûts liés à la réglementation.

La Banque continue de maintenir un bilan très solide, avec un actif total de US$13,70 milliards, en hausse par rapport aux US$13,45 milliards enregistrés en décembre 2018. Les dépôts de la clientèle ont également augmenté pour atteindre US$9,31 milliards. Les fonds propres sont restés très solides à US$1,53 milliard, en hausse de 10,5% et reflétant une forte capacité de génération des capitaux en interne.

Kennedy Uzoka, Directeur général du Groupe de UBA Plc

Dans ses commentaires sur les résultats, Kennedy Uzoka, Directeur général du Groupe, UBA Plc, a déclaré: “La résilience de notre modèle économique et notre croissance ciblée des actifs productifs ont généré une croissance du produit des intérêts de 10,8%. Outre les revenus louables réalisés sur les actifs générateurs d’intérêts, nous avons également enregistré une croissance de 22,1% des revenus ne portant pas sur des intérêts, principalement en raison de la pénétration accrue de nos offres de services bancaires numériques de qualité supérieure, de l’expansion du crédit, des transferts d’argent et d’autres services transactionnels liés au style de vie”.

“UBA reste attachée à sa vision de devenir le leader incontesté des institutions de services financiers en Afrique. Nous continuerons à innover et à dominer tous nos secteurs d’activité, tout en assurant une efficacité opérationnelle de premier ordre et un service clientèle hors pair. Nous commençons à réaliser les premiers bénéfices de notre programme de transformation en cours et je suis vraiment enthousiaste pour les jours à venir”, a déclaré M. Uzoka.

Le Directeur Financier du Groupe, Ugo Nwaghodoh, a également déclaré: “Avec les résultats obtenus au cours du trimestre considéré, la banque reste sur la bonne voie pour atteindre son objectif en termes de résultats pour l’année. Nous avons pu augmenter le portefeuille de prêts de 14,7% (ce qui est bien supérieur à nos prévisions) en nous concentrant sur les pôles de croissance des diverses économies dans lesquelles nous exerçons nos activités. Nous avons également mis au point de nouveaux produits de crédit destinés à des segments spécifiques du marché des consommateurs et des PME, et continuerons à le faire dans le strict respect des meilleures normes de crédit / souscription, tout en nous efforçant d’atteindre le seuil légal de ratio de prêt sur financement fixé par la banque centrale”.

UBA est un leader du secteur bancaire africain qui exerce ses activités dans 20 pays africains. La banque est également présente dans les centres financiers mondiaux : Etats-Unis, Royaume-Uni, avec un bureau de représentation en France. UBA fournit, via différents canaux, des services bancaires à plus de 17 millions de clients à travers le monde.

Communiqué transmis par le service de communication de UBA en Guinée

Lire

Manifestation à Lyon contre le tripatouillage de la constitution en Guinée

28 octobre 2019 à 11 11 38 103810

Dans le cadre de la lutte pour la défense de la constitution en Guinée, le FNDC Lyon invite les Guinéens, les Africains, les amis de la Guinée ainsi que les défenseurs du Droit et des droits de l’homme à une grande manifestation ce dimanche 3 novembre 2019 à 14h à la place Bellecour à Lyon, en France.

Cette manifestation vise à :

  • Empêcher l’entêtement du Président Alpha Condé de tripatouiller la constitution pour se pérenniser au pouvoir ;
  • Dénoncer la violation des droits de l’homme, les violences des citoyens (manifestants et non manifestants) jusque dans leur domicile par les forces de l’ordre ;
  • Condamner la mort d’au moins neuf personnes, plusieurs dizaines de blessés, beaucoup d’arrestations et des dégâts matériels en seulement trois jours de manifestation ;
  • Dénoncer la condamnation politique de certains membres du FNDC pour avoir défendu la constitution ;
  • Imposer la volonté du peuple de Guinée de vivre maintenant l’alternance politique : Dorénavant, il n’est plus question qu’un Président se pérennise au pouvoir !
  • Eteindre l’espoir de tout politicien ou clan de mettre en péril l’alternance politique en Guinée ;

Ce combat, c’est celui des Guinéens, des Africains. Ensemble, nous devons régler une fois pour toute cette question de troisième mandat sous toutes ses formes.

Merci à chacun de mobiliser dans son entourage et de diffuser largement dans son réseau. Soyons nombreux le 3 Novembre à la place Bellecour pour dire non au tripatouillage de la constitution guinéenne.

Libérez nos camarades

Justice pour les victimes et les martyrs

Vive la Guinée

Vive le FNDC

Vive la démocratie

Contacts :

Rahim Barry : 0751054038 ; Ibrahima Ahmed Bah : 0613146052 ; Check Abdoul Camara : 0629521006 ; Soulemane Sadio Diallo : 0753222605

FNDC Lyon

Lire

Projet de nouvelle constitution : la contestation devient mondiale

27 octobre 2019 à 9 09 38 103810

La barque du projet de nouvelle Constitution porté par le gouvernement guinéen prend l’eau de toutes parts. Alors que la contestation était jusqu’ici circonscrite en Guinée et sur les réseaux sociaux à travers le slogan #Amoulanfé, elle s’internationalise et touche aussi bien des pays africains qu’européens, ainsi que les États-Unis et le Canada.

Les opposants à une nouvelle constitution visant à octroyer un nouveau mandat au président Alpha Condé semblent avoir bouffé du lion. En dépit de la répression sanglante de la marche du 14 octobre (au moins 9 morts civils selon un bilan officiel, plus de 10 selon le FNDC), ils continuent à maintenir la pression. La mobilisation historique réalisée le jeudi 24 octobre 2019 à Conakry à l’appel du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a plus que jamais galvanisé les troupes. En Guinée, mais également hors de nos frontières.

Ainsi, plusieurs manifestations ont été réalisées hier, samedi 26 octobre en Europe. A Paris, en France, ils étaient plusieurs centaines de Guinéens et étrangers à se rassembler à la place du Trocadéro pour exprimer leur opposition à une nouvelle constitution en Guinée sous la gouvernance d’Alpha Condé. On y a aperçu notamment Marie-Madelaine Dioubaté, l’ancienne candidate à la présidentielle guinéenne de 2015. Le 14 octobre, un rassemblement dispersé par la police avait été organisé devant l’ambassade de Guinée à Paris.

Ce samedi, presque au même moment, se tenait un rassemblement similaire à Genève, en Suisse. Là également des centaines de personnes, vêtues de rouge, couleur du Front et de la marche du 24 octobre, se sont rassemblées pour exprimer leur réprobation de toute volonté de confiscation du pouvoir en Guinée. Le même cri de ralliement, #Amoulanfé (ça ne passera pas, en Soussou) décliné dans d’autres langues nationales, a été entendu.

La veille, vendredi 25 octobre, c’est à Bruxelles qu’une marche s’était tenue rassemblant de nombreuses personnes à l’appel de l’antenne locale du FNDC.

De nombreux rassemblements ont été déjà organisés notamment au Libéria, en Côte d’Ivoire, à New-York, à Washington (USA), et à Ottawa, au Canada. Même exigence : l’engagement du président Condé de ne pas changer la Constitution pour se maintenir au pouvoir. A cette réclamation s’ajoute désormais la demande de libération des 5 membres de coordination du FNDC incarcérés à Conakry et de tous les opposants arrêtés.

En Guinée comme à l’étranger, la contestation ne faiblit pas, au contraire. Ainsi, au Sénégal où les ressortissants guinéens sont nombreux, une manifestation est prévue à Dakar le 2 novembre prochain. Fait notable, cette marche est vivement soutenue par les organisations locales de la société civile, et notamment par l’emblématique « Y EN A MARRE ».

Et le lundi 4 novembre, ce sera autour de la Guinée (à Conakry comme en province) de prendre le relai en organisant d’autres manifestations comme l’a déjà annoncé le FNDC qui veut désormais manifester chaque lundi.

A cette pression populaire sur le pouvoir de Conakry, s’ajoute celle des personnalités (Tiken Jah Fakoly) et de la Communauté internationale qui multiplie les communiqués appelant à la retenue et mettant en garde contre les violations des droits de l’homme. Pour l’instant, le locataire du palais Sékhoutouréya vogue entre bégaiement et semblant d’intransigeance. Jusqu’à quand ? Les jours avenir nous édifieront.

Ibrahima Baldé et Saliou Bah pour Guineematin.com

Lire

France : un guinéen meurt dans un accident de moto, la police mise en cause

11 octobre 2019 à 12 12 06 100610

Un jeune guinéen a trouvé la mort dans un accident de la circulation le dimanche, 06 octobre 2019, en France. Sa famille qui accuse la police française d’être à l’origine de sa mort, a déposé plainte pour homicide involontaire. Une information judiciaire a été ouverte hier, jeudi 10 octobre sur cette affaire, a appris Guineematin.com de médias français.

Ibrahima Bah, 23 ans, originaire de la préfecture de Pita (en moyenne Guinée), circulait en moto à proximité d’une opération de police dans le quartier de la Ceriseraie, à Villers-le-Bel, dans le Val-d’Oise. Selon un communiqué du parquet de Pontoise, des témoins ont expliqué que le jeune serait passé au moment où des policiers avaient fait arrêter une voiture à un carrefour après des « infractions routières ».

« Un des fonctionnaires de police, par geste et par la voix, lui aurait fait signe de ralentir. Dans des circonstances qui restent encore floues, Ibrahima est allé percuter le poteau métallique d’un lampadaire. Il a trouvé la mort sur place. De son côté, la famille de la victime estime la police a joué un rôle dans la chute du jeune. Elle a déposé plainte contre X pour homicide involontaire.

Selon l’avocat de la famille, Me Yassine Bouzrou, des « témoins qui ont assisté à toute la scène ont indiqué qu’un véhicule de police a pu être responsable de la chute mortelle ». L’enquête, désormais diligentée par un juge d’instruction, doit permettre de faire la lumière sur « les circonstances entourant la chute », précise le procureur de Pontoise Éric Corbaux.

Lundi dernier, un millier de personnes se sont rassemblées à Villiers-le-Bel pour réclamer « la vérité » sur les circonstances de la mort d’Ibrahima Bah. Une mort qui intervient près de 3 mois après celle de Mamoudou Barry, un enseignant-chercheur guinéen, agressé mortellement le 19 juillet 2019 près de Rouen, dans l’ouest de la France.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Lire

Camarade Django Cissé du RDA : « depuis 1984, les fêtes de l’indépendance sont sabotées »

3 octobre 2019 à 8 08 39 103910

La ville de Kindia a vibré hier, mercredi 02 Octobre 2019, au rythme de la célébration de la fête anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance nationale. Malgré une forte pluie qui s’est abattue sur la ville jusqu’à 11 heures, les populations se sont mobilisées à la place des martyres pour conférer à cette fête tout éclat.

Présent sur les lieux, le secrétaire fédéral du parti RDA, le Camarade Django Cissé, a tout de même déploré le manque d’engouement constaté ces dernières années autour de cette fête anniversaire, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Kindia.

Pour ce responsable politique qui est encore nostalgique des moments glorieux de la première République, ce « sabotage » a commencé après le coup d’Etat militaire perpétré par le CMRN (le comité militaire de redressement national) de Lansana Conté.

« Tout est parti du 03 avril 1984. Depuis lors, les fêtes-là ont été sabotées. Vous savez, l’ennemi était entré dans les rangs, parce que la Guinée est un pays noble. On avait la souveraineté, on avait tout. Le 2 octobre est une date de fierté pour le peuple guinéen ; car, c’est à cette date que nous avons été les premiers à dire NON à la domination française. Mais, c’est maintenant saboté dans le pays. Si vous avez vu l’anniversaire de la fête chinoise la fois dernière, ça veut dire quelque chose. Mais, pourquoi pas chez nous ici ? Tous les pays ont maintenu leurs écrans par rapport à l’indépendance, sauf la Guinée qui a abandonné ces fêtes depuis le 03 avril 1984 » a laissé entendre Camarade Django Cissé.

Parlant de l’ennemi dont il fait allusion, le secrétaire fédéral du parti RDA pointe du doigt « le colonisateur » français. « Les ennemis, je veux parler de l’impérialisme et ses valeurs, les colonisateurs. Il ne faut pas se cacher des termes. Là où on est comme ça, il faut dire la vérité à la nouvelle génération. Parce qu’on a dit NON, le colonisateur, la France, n’a pas du tout aimé ça. Pendant tout le temps, ils étaient avec nous, on a créé l’insécurité intérieure dans notre pays. C’est ce qui fait qu’alors l’impérialisme et ses valeurs ont eu le temps de prendre leur revanche le 3 avril pour nous abattre », a dénoncé le camarade Django Cissé.

Il est à noter que de nombreuses personnalités locales ont pris part à cette cérémonie solennelle organisée à la place des martyres.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Lire

Syli national : 3 techniciens déjà entendus par la FEGUIFOOT

12 septembre 2019 à 10 10 46 09469

La Fédération Guinéenne de Football a organisé hier mercredi, 11 septembre 2019, à son siège la séance d’interview pour les candidats retenus pour le poste de sélectionneur du Syli national Senior en vue de succéder à Paul Put.

Kanfory Lappé Bangoura, François Zahoui (Côte d’Ivoire) et Daniel Bréard (France) ont été les premiers à passer devant la commission de recrutement, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour cette première séance, ce sont trois techniciens qui ont été entendus par la commission chargé du recrutement du futur sélectionneur national. Ils ont fait un exposé devant la commission composée de membres du comité exécutif de la fédération, de la direction technique nationale, de la ligue guinéenne de football professionnel, de la ligue amateur, de l’association des entraîneurs et du département des sports.

Selon nos informations, ces trois entraîneurs ont dit leur motivation et énuméré leurs différents projets pour le Syli national et leur contribution dans le développement du football des jeunes.

Un deuxième contingent est attendu ce jeudi pour la suite de ces entretiens. La séance finie demain vendredi avec au total 17 techniciens concernés par ce grand oral.

Au terme de cette séance, la Guinée connaitra enfin son nouvel entraîneur qui ne devra pas tarder à se mettre à la tache eu égard aux nombreux défis qui attendent notre onze national.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

France : Macron a-t-il dissuadé Alpha Condé et Ouattara de briguer un 3ème mandat ?

19 août 2019 à 12 12 05 08058

Le jeudi, 15 août 2019, la France a commémoré le 75ème anniversaire du débarquement de Provence. Cette année, ce sont les présidents guinéen Alpha Condé et ivoirien Alassane Ouattara qui ont été invités à cette cérémonie. En Guinée et Côte d’Ivoire, cette invitation du président français a été saluée comme une marque de considération. Mais selon certains, Emmanuel Macron a invité les deux hommes pour les dissuader de briguer un troisième mandat dans leurs pays.

C’est le site d’informations Afriksoir.net qui a révélé la nouvelle. Le média ivoirien indique qu’Emmanuel Macron a dit à ses hôtes que plusieurs rapports font état de possibilités de graves troubles en Guinée et en Côte d’Ivoire, au cas où Alpha Condé et Alassane Ouattara mettent à exécution leur volonté de modifier les constitutions de leurs pays pour s’offrir un troisième mandat.

Et, le président français a exprimé clairement l’opposition de son pays aux projets de troisième mandat des deux chefs d’Etats, révèlent nos confrères, citant un diplomate français qui a parlé sous anonymat. « Ce n’est pas par hasard que le président français a invité ces deux dirigeants africains dont les pays n’étaient pas forcément les plus gros pourvoyeurs de contingents de soldats coloniaux, lors de la seconde guerre mondiale.

A travers des mots particulièrement bien choisis pour ne pas choquer ses hôtes, Macron a clairement fait savoir que le gouvernement français ne soutiendrait pas de projet de nature à menacer la stabilité sociopolitique en Côte d’Ivoire et en Guinée, dont les auteurs seraient les dirigeants au pouvoir », a écrit Afriksoir.

Cette information a été confirmée par un journaliste de France24 qui était aux commémorations du débarquement de Provence. Selon lui, Emmanuel Macron a profité du déjeuner qu’il a offert à ses hôtes pour aborder le sujet avec eux. « Alassane Ouattara et Alpha Condé, présidents de ces deux pays, ont des élections l’année prochaine aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Guinée. Et l’un comme l’autre, ces deux chefs d’Etat sont à la fin de leur deuxième mandat.

Les constitutions de leurs pays respectifs leur interdisent de se représenter, et l’un et l’autre sont en train de modifier la constitution pour potentiellement revenir sur ces règles, en tout cas se donner la possibilité de se représenter. Il y a évidemment un repas qui était prévu. Sans doute qu’un des thèmes de conversation a été bien cette modification des constitutions. Et probablement, les autorités françaises en ont profité pour ne pas les encourager à le faire », a-t-il déclaré.

Récemment, le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines a déclaré que les Etats-Unis ne sont pas opposés sur le principe de modifier une constitution en Afrique. Il a précisé toutefois que son pays est opposé à toute réforme constitutionnelle dont le but est de maintenir un président au pouvoir. Ces positions de Washington et de Paris vont-elles dissuader Alpha Condé et Alassane Ouattara dans leurs projets de changer les constitutions de leurs pays pour briguer un troisième mandat ?

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628124362

Lire

Débarquement de Provence : Alpha Condé salue la bravoure des soldats africains

15 août 2019 à 11 11 45 08458

Le président guinéen, Alpha Condé, a pris part aux festivités commémoratives du 75ème anniversaire du débarquement de Provence. La cérémonie a eu lieu ce jeudi, 15 août 2019, à la nécropole nationale de Boulouris, où reposent 464 combattants de la première armée française. A cette occasion, le chef de l’Etat guinéen a tenu un discours, dans lequel, il a rendu hommage aux soldats africains qui ont participé à la bataille pour la libération de la France.

« Cette cérémonie nous projette dans un passé fécond. Ce passé, ce sont 250.000 hommes dont plus de la moitié était constituée d’Africains du Nord, de l’Est, du Centre et de l’Ouest. Ces hommes partageaient avec les soldats Français, que dis-je, avec le peuple Français le sang et la sueur de ce combat ultime de la 2ème guerre mondiale.

Le Débarquement de Provence, la bataille d’Italie, notamment les combats de Monte Cassino font partie d’une mémoire collective partagée entre les peuples français et africains. En ce moment où la France avec l’aide de ses alliés combattait pour sa survie et sa liberté, les fils et les filles des territoires africains d’alors se sont sentis interpellés, impliqués, partageant l’appel absolu et universel de la liberté », a-t-il déclaré.

Alpha Condé ajoute que « nombreux de ces fils d’Afrique ont trouvé dans la terre de France le repos éternel, et ont laissé ici et là des souvenirs de bravoure et de fraternité. Au-delà des chiffres, ce sont des vies qui ont convergé vers l’appel et la lutte contre le Nazisme et pour la liberté. Ces vies sont celles des planteurs qui ont rejoint la résistance avant de se faire enlever dans les forces françaises libres. Ces vies, ce sont des paysans, d’instituteurs, de forgerons, des chasseurs, qui ont partagé l’idéal du combat ».

Le président guinéen a rendu hommage aux combattants africains et à tous les autres soldats qui ont participé à la bataille menée par les alliés. « Permettez-moi de saluer la mémoire de tous les hommes et toutes ces femmes venant de partout, de France, d’Angleterre, d’Amérique, de Russie et bien sûr d’Afrique, sans le sacrifice desquels, notre humanité ne continuerait pas à se battre pour la paix et la crudité des affres, des erreurs et des extrémismes de la guerre », a dit Alpha Condé.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Débarquement de Provence : Macron demande aux maires d’honorer les combattants africains

15 août 2019 à 10 10 58 08588

Emmanuel Macron a présidé jeudi la commémoration du 75e anniversaire du débarquement de Provence en présence de plusieurs chefs d’État africains pour rendre hommage aux soldats venus des deux rives de la Méditerranée.

À Saint-Raphaël, Emmanuel Macron a rendu hommage aux 450 000 soldats qui ont participé au débarquement allié du 15 août 1944 en Provence, lors de la cérémonie du 75e anniversaire. L’opération a été menée par les forces américaines et françaises, parties d’Afrique du Nord, de Corse et d’Italie du Sud.

Il s’agissait de la première sortie officielle d’Emmanuel Macron depuis le début de ses vacances, avant une rentrée chargée sur le front diplomatique la semaine prochaine.

Présence des présidents guinéen et ivoirien

La cérémonie a eu lieu en présence des présidents guinéen Alpha Condé et ivoirien Alassane Ouattara ainsi que de l’ancien président Nicolas Sarkozy à la nécropole nationale de Boulouris, où reposent 464 combattants de la 1e armée française.

Un discours d’Alpha Condé, la lecture d’un texte par David Diop, prix Goncourt des lycéens 2018, et un témoignage de vétéran par une lycéenne ont ponctué la cérémonie.

L’Afrique mise à l’honneur

Traditionnellement, cet anniversaire est l’occasion de saluer la contribution des soldats des anciennes colonies françaises à la Libération. Les troupes incluaient 260 000 combattants de la 1e armée française dirigée par le général de Lattre de Tassigny, composée principalement de soldats venus d’Afrique du Nord et subsaharienne.

Emmanuel Macron a lancé un appel aux maires de France, les invitant à honorer les combattants africains en baptisant rues et places des communes françaises.

« Je lance aujourd’hui un appel aux maires de France pour qu’ils fassent vivre, par le nom de nos rues et de nos places, par nos monuments et nos cérémonies, la mémoire de ces hommes qui rendent fiers toute l’Afrique et disent de la France ce qu’elle est profondément : un engagement, un attachement à la liberté et à la grandeur, un esprit de résistance qui unit dans le courage », a lancé le chef de l’État lors de son discours.

Lors du 50e anniversaire, 18 pays africains avaient été représentés et pour le 60e, une quinzaine de chefs d’État d’Afrique noire et du Maghreb étaient présents, rendant hommage notamment aux tirailleurs sénégalais et algériens, goumiers et tabors marocains, pieds-noirs ou encore marsouins du Pacifique et des Antilles qui participèrent à l’opération « Dragoon ».

Seul Nicolas Sarkozy a répondu à l’invitation d’Emmanuel Macron

Si Emmanuel Macron a invité tous ses prédécesseurs à participer à la cérémonie dans cette nécropole qui avait été inaugurée il y a 55 ans, jour pour jour, par Charles de Gaulle, seul Nicolas Sarkozy a fait le déplacement.

La commémoration de jeudi s’inscrit dans la série de cérémonies liées à la fin des deux conflits mondiaux qu’Emmanuel Macron a multipliées depuis l’automne – centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale en novembre, puis 75e anniversaire du débarquement de Normandie en juin.

L’objectif militaire de ce débarquement était de prendre les Allemands par surprise et de soulager le front de Normandie où avait eu lieu le débarquement dix semaines plus tôt. L’opération s’est faite en plusieurs temps : à minuit, les premiers soldats français des commandos d’Afrique avaient escaladé la falaise du cap Nègre, près de Bormes-les-Mimosas. Puis à 8 h, trois divisions d’infanterie américaine ont débarqué à Saint-Raphaël, comme à Cavalaire, Ramatuelle et Sainte-Maxime.

Source: AFP

Lire

Alpha Condé attendu en France : la diaspora guinéenne se mobilise pour dénoncer son projet de nouvelle constitution

11 août 2019 à 12 12 17 08178

COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNDC FRANCE

A l’attention des Membres du FNDC Europe (Tous Pays Compris), des Organisations Guinéennes et Panafricaines en France.

FNDC FRANCE  – Le Front National de la Défense de la Constitution,  invite les Guinéens résidents en France et dans les Pays Limitrophes (La Belgique, La Suisse, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Hollande)  à une manifestation  qu’elle organise à Paris entre le 12 et 14 Aout 2019, pour signifier à Monsieur Alpha Condé, Président Guinéen que tous les Guinéens sont opposés à tout changement de la Constitution de  2010 quelle que soit la forme dans le but de pérenniser son pouvoir en Guinée.

Chers Camarades  de Combat,

Pendant le séjour de Monsieur Alpha Condé à Paris entre le 12 et 14 Aout 2019, venez nombreux avec vos T-Shirts FNDC, les mêmes qui font objet de saisies en Guinée et vos Pancartes pour dénoncer toute manipulation de masse orchestrée par le Pouvoir Guinéen en vue de changer notre Constitution, pour ainsi permettre à Monsieur Alpha Condé de s’offrir une présidence à vie. Sa visite en France, hors calendriers officiels, est une manœuvre de plus pour se greffer sur le drame de la Famille de notre Frère lâchement assassiné.

Vous devez savoir que pour Alpha Condé, tout est calcul politique, donc du cynisme politique même quand nos Familles sont endeuillées. Soyez Nombreux au Rendez-vous, puisqu’en Guinée les libertés sont bafouées et  il n’est pas permis aux Guinéens d’exprimer leurs désapprobations contre le projet maléfique d’Alpha Condé et son régime.

Lorsque la liberté n’est pas manifeste, on ne peut parler d’hommes et de femmes libres et le devoir impérieux pour tout Homme libre, c’est de se battre pour rendre effectives les libertés pour tous. Guinéens, Notre Combat est un Combat pour tous et Notre Lutte est une lutte commune pour la même Cause, celle d’une Guinée Unie et Prospère. La Guinée respectueuse de ses Lois qui s’imposent à tous ses fils – Lois qui prennent sources dans la Constitution de la République que nous devons Respecter et Préserver à tout prix.

Chers Camarades de Combat, soyons au rendez-vous.

LA DATE, LE JOUR, LE LIEU DE LA MANIFESTION VOUS SERONT COMMUNIQUES

ULTÉRIEUREMENT ICI MÊME.

Merci d’avance pour votre mobilisation !

FNDCC/10/08/2019/

Ampliation : À tous les démembrements FNDC dans les Pays Européens. Aux Associations et Groupements – aux Organisations Panafricaines en France.

Lire

Mamou : Dr Mamoudou Barry a rejoint sa dernière demeure à Bolaroyah

6 août 2019 à 12 12 34 08348

Comme annoncé précédemment, une foule immense s’est mobilisée à Mamou, hier lundi 05 août 2019, pour rendre un dernier hommage à Dr Mamoudou Barry, tué en France il y a un peu plus de deux semaines. Le jeune homme de 31 ans a regagné sa dernière demeure dans la soirée à Bolaroyah, son village natal, situé à plus de kilomètres de la ville de Mamou, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après la prière funèbre à la grande mosquée d’Almamya, dans la commune urbaine, le cortège funèbre s’est rendu à dans la sous-préfecture de Dounet, où une autre prière a été effectuée par les sages de la ligue sous-préfectorale et les citoyens de la localité sur la dépouille mortelle de Mamoudou Barry. Puis, c’est une marée humaine qui est arrivée au village de Bolaroyah, aux environs de 13 h.

Présent sur les lieux, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a dit toute sa tristesse. « Nous sommes tristes de sa mort. Cependant, nous sommes réconfortés vu la mobilisation. Vous avez vu tout ce monde qui est venu pour marquer leur compassion suite à la disparition tragique de Dr Mamadou Barry. J’espère qu’il va servir de modèle et surtout qu’avec la publication de son livre, beaucoup de nos jeunes vont s’en inspirer ».

De son côté, Hadja Halimatou Dalein Diallo, épouse du chef de file de l’opposition guinéenne, indique que la Guinée a perdu un intellectuel remarquable. « C’est une perte énorme pour nous, c’était un grand intellectuel, un intellectuel remarquable. Nous avons perdu un acteur de développement. C’est un regret, c’est une perte énorme pour la Guinée. C’est une mort internationale, regardez cette forte délégation qui l’accompagne. C’est un exemple à suivre. Nous souhaitons avoir des jeunes pareils… »

De retour de Bolaroyah, Boubacar Ramadan Barry pour Guinneematin.com

Tel:625698919/657343939

Lire

Le corps de Mamoudou Barry à Mamou : forte émotion à la mosquée d’Almamya

5 août 2019 à 13 01 05 08058

La dépouille mortelle de Dr Mamoudou Barry, tué à Rouen, en France, le 19 juillet 2019, est arrivée dans la matinée de ce lundi, 5 août 2019, à Mamou. Une forte délégation accompagne le défunt dans une ville où l’émotion est grande. La grande mosquée du quartier Almamya, dans la commune urbaine, est noire de monde en ce moment (12 h GMT) où de nombreux témoignages pathétiques sont en train d’être faits, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’émotion est à son comble ce lundi à Mamou avec l’arrivée du corps de Dr Mamoudou Barry, enseignant-chercheur à l’université de Rouen, en France, tué il y a deux semaines par un citoyen franco-turc. Parents, amis, alliés et de nombreux anonymes sont fortement mobilisés à la mosquée du quartier Almamya.

Des témoignages pathétiques y sont en train d’être faits. « Mamadou Barry était un jeune engagé et pondéré ; Mamadou Barry était un serviteur d’Allah, il était parmi nous dans toutes les rencontres religieuses », a laissé entendre Elhadj Oumar Pétel Diallo, son maitre coranique du quartier Pétel où le défunt vivait entre 2000 et 2007, année à laquelle il a décroché le baccalauréat.

La Belle-mère du défunt (la mère de son épouse), présente à la grande mosquée, est inconsolable. « Mamadou Barry est décédé, qu’Allah l’agrée dans son paradis, nous vous demandons de lui pardonner, nous vous confions sa famille », a dit Néné Oumou.

Il est à noter la présence d’une délégation officielle composée entre autres, du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, du gouverneur de la région administrative de Mamou Amadou Oury Lémy Diallo et de plusieurs autres autorités administratives et religieuses.

Des responsables de partis partis politiques, sont également présents. C’est le cas de Chérif Bah, vice-président de l’UFDG, le principal parti d’opposition du pays.

Nous y reviendrons !

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel: 625698919/657343939

Lire