Recrutement dans l’armée : des anciennes recrues interpellent le président Alpha Condé

20 mars 2019 à 19 07 25 03253

Le recrutement annoncé dans l’armée guinéenne continue de faire parler de lui. Des recrues, formées en 2009 à Kaliya, dans la préfecture de Forécariah, mais non engagés dans l’armée, sont en colère. A travers une conférence de presse animée à N’Zérékoré, ce mercredi 20 mars 2019, ces recrues ont attiré l’attention des autorités sur leur situation, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Depuis l’annonce du recrutement dans les rangs des forces armées guinéennes, lancée le 1er février 2019 par le ministère en charge de la Défense, les anciennes recrues du centre de formation et de recyclage des forces armées de Kissidougou, font parler d’elles à travers des déclarations et des démonstrations de force.

À N’Zérékoré, de très nombreux jeunes, qui ont suivi la formation militaire sous le régime de la junte militaire dirigée par le Capitaine Dadis, aujourd’hui abandonnés, ont dit leur frustration ce mercredi. A travers une conférence de presse, ces gens veulent attirer l’attention du chef de l’État sur leur situation.

Selon leur porte-parole, le soldat deuxième classe, Soropogui Pierre, « nous avons été recrutés en 2009 par le capitaine Moussa Dadis Camara et on a suivi la formation à Kaliya. Après la formation, ils nous ont repartis en 4 groupes. Le premier groupe est allé à Falléssadé, un est parti à Kindia, l’autre à Kankan et nous, on nous a envoyés à Kissidougou.

Et quand nous sommes venus, ils nous ont soumis à un test qu’on a fait. On était au nombre de 1669. Ils ont éliminé 303 et nous autres qui sommes restés, on a dit qu’on est apte à poursuivre la formation. On est resté, on a suivi la formation jusqu’à finir. On était maintenant à l’attente de nos matricules ».

Malheureusement, précise le soldat deuxième classe, Soropogui Pierre, les choses ne vont pas se passer comme prévues. « Le directeur du centre de formation et de recyclage des forces armées est venu d’une mission à Conakry, pour nous dire que le chef de l’État a mis croix sur notre affaire, sans nous donner des explications.

Directement, un de nos amis, qui avait une poignée de riz dans sa main, a piqué une crise, il est mort surplace. Sur ça, on a décidé d’organiser une grève pour attirer l’attention des autorités sur notre situation. Mais, notre mouvement a été diabolisé. Et ça n’a pas abouti. On a été chassé du centre », a-t-il expliqué.

Pour le soldat deuxième classe, Soropogui Pierre, former un groupe de jeunes militaires et les mettre à l’abandon est un danger. « Aujourd’hui, c’est un danger pour le peuple de Guinée, parce qu’un militaire bien formé et laissé à l’abandon est un danger. Nous, on a nos contacts, on s’appelle. On est 1669 soldats. Mais, on n’a pas une idée de faire du mal à quelqu’un. Mais, comme c’est comme ça, on est là. On n’a pas autre chose à faire, mais l’avenir nous le dira », a dit le soldat.

Pour finir, le porte-parole des recrues lance un appel au président de la République. « C’est une doléance que nous demandons au président de la République de nous aider à ce qu’on soit intégré dans l’armée. Au lieu de reprendre à zéro le recrutement, il devrait commencer par nous, parce que, imaginez deux ans de formation. On a été formé, premièrement par les blancs, et deuxièmement, par les formateurs guinéens. Et Kissidougou est l’un des meilleurs centres de formation et de recyclage de la Guinée. Tous les officiers passent par-là ».

Il reste à savoir si les doléances exprimées par les recrues de Kissidougou seront prises en compte par les autorités.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel: (00224) 620 16 68 16/666 89 08 77

Lire

Hon. Zalikatou du FOFPAG : « en Guinée, la seule femme cheffe de quartier a été obligée de divorcer »

27 février 2019 à 10 10 22 02222

Reparti en deux équipes, le Forum des femmes parlementaires de Guinée (FORFPAG) a sillonné, du 18 au 25 février 2019, les 7 régions de l’intérieur du pays. De partout, il ressort que les femmes, 52% de la population guinéenne, sont marginalisées. Evidemment, le FOFPAG est contre cette situation et exige que des corrections soient apportées, a appris un reporter de Guineematin.com qui a accompagné la mission

La première équipe a parcouru les régions de Boké, Kindia, Mamou et Labé et traversé les préfectures de Boffa, Dubréka, Coyah, Dalaba et Pita, sous la conduite de l’Honorable Hadja Aïssata Daffé, celle dirigée par l’honorable Zalikatou Diallo s’est successivement rendue à Farana, Kissidou, Gueckédou, Macenta, N’Zérékoré, Beyla, Kérouané, Kankan, Kouroussa et Dabola. Partout, ces femmes leaders ont plaidé pour une meilleure représentativité de la gent féminine dans les instances de prises de décision.

A la fin de ce parcours, l’honorable Zalikatou Diallo n’a pas caché sa colère face à la marginalisation des femmes, notamment dans les listes de candidats aux élections communales de février 2018. Mais, ce qui a de plus révoltée la secrétaire générale du FOFPAG, c’est l’absence quasi-totale de femmes à la tête des quartiers et districts du pays.

« Ici à Kankan, tout comme dans les villes de Faranah, Kissidougou, Macenta, Gueckédou, N’Zérékoré, Beyla, Kérouané que nous avons sillonnées, et sûrement ailleurs, c’est le même constat. Il y a zéro femme présidente de district ou cheffe de quartier. La seule femme cheffe de quartier a été obligée de divorcer. C’est inacceptable. Il faut que cela change », a martelé l’Honorable Zalikatou Diallo.

Parlant des résultats enregistrés lors des dernières consultations électorales, l’honorable Zalikatou Diallo et ses collègues députées ont noté que pour les 29 mille 554 candidats, il n’y avait que 7 mille 44 femmes ; soit 23,83%. A l’arrivée, sur les 7 mille 12 Conseillers élus, ce sont 460 femmes qui ont réussi à se faire élire ; soit un taux de 6,56%. Pendant ce temps, des 342 circonscriptions électorales du pays, il n’y a que 6 femmes élues maires et une seule portée à la tête d’une commune urbaine (1/38), en la personne de Madame Aminatou Touré, la fille du premier président de la Guinée. Egalement, à titre illustratif, pour toute la région de Faranah, sur les 791 élus, il y a 90 femmes Conseillères.

« C’est choquant et révoltant à la fois si on mesure ce résultat par rapport à l’engagement et à la participation des femmes dans le développement socioéconomique du pays. Les hommes doivent changer et accepter de travailler avec les femmes. Les deux sexes se complètent. D’ailleurs, les articles I et VIII de la constitution sont clairs là-dessus : l’égalité entre les sexes est consacrée », a expliqué la cheffe de la délégation.

Heureusement, après ces rencontres ponctuées de plaidoyer et de lobbying, les femmes parlementaires ont noté le ferme engagement des acteurs impliqués dans le processus électoral, notamment des autorités administratives et les représentants des partis politiques d’apporter des corrections.

« Nous avons reçu des engagements des autorités que nous saluons. Les parties concernées s’engagement à mettre en place des plateformes qui vont favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux postes de responsabilité dans les quartiers et districts ; mais également l’envoie dans les Conseils régionaux, des rares femmes élues conseillères. Je pense qu’à la prochaine fois, nous trouverons beaucoup de femmes cheffes de quartiers et présidentes de district ; et, pourquoi pas de femmes présidentes de région ou membres de Bureau exécutif de région », a dit Mme Traoré Zalikatou Diallo.

De son côté, l’expert en développement parlementaire du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Boubacar I Bah, qui a managé les deux groupes, a salué l’engagement de ces femmes leaders.

Malgré le faible niveau de présence des femmes au sein des Conseils communaux, M. Bah a tout de même noté des avancées à soutenir. « A Kindia, c’est vrai que le nombre de femmes conseillères est nettement petit ; mais par contre, le bureau exécutif communal est composé de façon paritaire ; soit quatre hommes et quatre femmes. Dans la commune rurale de Madina Woula, nous avons également appris que le bureau exécutif est composé à sa tête, d’une femme maire et d’une femme 1ère Vice-maire. C’est très encourageant. A part Kindia, il y a trois communes de Dabola qui sont dirigées par des femmes, une autre à Macenta et la commune urbaine de Kaloum. Ce qui fait un total de six femmes maires sur les 342 », a dit l’expert du PNUD.

Par ailleurs M. Bah a constaté que la mission du FOFPAG a été très opportune. « Les acteurs impliqués dans le processus, les différentes cibles, après chaque rencontre, on comprend que la plupart des acteurs n’étaient pas informés de leur rôle. Donc, le passage de ces femmes parlementaires a été salutaire et la mission est allée au-delà des attentes… ».

Cette mission du FOFPAG- qui doit se poursuivre dans la zone spéciale de Conakry- s’inscrit dans le cadre du projet intitulé « Représentativité des femmes en politique ». Ce projet a démarré depuis deux ans avec l’appui technique et financier du PNUD, de l’ONU femme et du gouvernement canadien.

De retour de Kankan, Abadallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Kissidougou : la GIZ lance un forum sur les Mutilations Génitales Féminines (MGF)

5 septembre 2018 à 20 08 40 09409

Les Mutilations Génitales Féminines continuent de préoccuper de nombreux acteurs qui veulent en finir avec la pratique. C’est dans cette dynamique que la GIZ a lancé à Kissidougou, ce mercredi 05 septembre 2018, un forum portant sur le dialogue entre religieux, professionnels de santé, magistrats et représentants de la société civile axé sur les mutilations génitales féminines, a constaté sur place Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Lire

Autonomisation : ce que les femmes de Faranah demandent au ministre Komara

20 juin 2018 à 11 11 38 06386

En séjour de travail à l’intérieur du pays, le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail s’est rendu à Faranah, dans la soirée du lundi 18 juin 2018.  Dans cette mission, monsieur Lansana Komara était accompagné d’une importante délégation de son département dont le directeur général de l’ONFPP et du directeur général de l’AGUIPE, . La démarche vise à échanger avec un groupement de femmes qui s’investissent dans la saponification, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Faranah.

Lire

Construction des infrastructures scolaires : le ministre K2 pas content du niveau des chantiers

15 août 2017 à 20 08 20 08208

Accompagné des représentants de la direction nationale du service d’infrastructures et d’équipements scolaires, le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté, a visé certains chantiers Scolaires. Cette démarche vise à s’enquérir du niveau d’avancement des différentes infrastructures scolaires financées par son département, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a accompagné la délégation.

Lire

Justice populaire en Guinée : des jeunes de l’Axe dénoncent les nombreux cas de lynchage

27 juillet 2017 à 20 08 27 07277

Les scènes de vindicte populaire continuent d’être dénoncées par nos compatriotes. C’est dans cette dynamique que s’est inscrite la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJLDD). Elle l’a fait savoir ce jeudi 27 juillet 2017, à travers une conférence de presse qui a regroupé de nombreux acteurs, rapporte un reporter de Guineematin.com qui a suivi la rencontre.

Lire

Vol à EBOMAF de Kankan : deux militaires et des ouvriers mis aux arrêts

19 mai 2017 à 15 03 50 05505

Deux militaires qui assurent le gardiennage, deux ouvriers et plusieurs autres personnes ont été arrêtés dans la nuit du Mercredi au jeudi 18 mai 2017 à la base logistique de la Société EBOMAF, à 20 km de Kankan, sur la route de Kissidougou, a appris Guineematin.com, à travers son correspondant local.

Lire

Tournée de Cellou Dalein dans la Guinée profonde : l’étape de Kissidougou

22 avril 2017 à 11 11 14 04144

Le président de l’UFDG, Elhadj Cellou Dalein Diallo, accompagné de quelques cadres de son parti et de l’ancien ministre de la Communication, Alhousseny Makanera Kaké, poursuit sa tournée entamée le mercredi dernier. En allant trouver, prendre son temps et discuter suffisamment avec les populations à la base, le chef de file de l’opposition guinéenne entend ainsi être en phase avec les citoyens de la Guinée Forestière et de la Haute Guinée.

Lire

Fondation Orange Guinée : l’école primaire de Koloma Soloprimo devient une école numérique

19 avril 2017 à 18 06 26 04264

La Fondation Orange Guinée continue le déploiement de son programme Ecole numérique.

C’est dans l’école primaire de Koloma Soloprimo, que les élèves ont pu à leur tour bénéficier de kits numériques composés de tablettes numériques et accessoires, vidéo projecteurs mais surtout serveurs comportant des programmes pédagogiques et bibliothèques numériques de plus de 45.000 ouvrages.   

Lire

Travaux publics : tout sur les caractéristiques des routes Dabola-Kouroussa, Kissidougou-Kondébadou et Lola-Danané

19 avril 2017 à 10 10 27 04274

Comme annoncé dans les précédentes dépêches de Guineematin.com, le Parlement guinéen a approuvé hier, mardi 18 avril 2017, trois accords de prêt et un amendement qui vont servir au financement de 151 km de route entre Dabola-Kouroussa, 18 km de route Kissidougou-Kondebadou et 39,75 km de route reliant la préfecture de Lola aux frontières ivoiriennes, côté Danané et 2,8 km de voirie urbaine à Lola.

Lire

Cellou Dalein à l’intérieur du pays : le chef de l’opposition en Guinée Forestière et en Haute Guinée

19 avril 2017 à 10 10 15 04154

A partir de ce mercredi, 19 avril 2017, le président de l’UFDG et chef de file l’opposition guinéenne, Elhadj Cellou Dalein Diallo animera des meetings et autres grands rassemblements dans les régions de la Guinée Forestière et de la Haute Guinée jusqu’au dimanche 7 mai prochain, a appris un reporter de Guineematin.com qui accompagne le leader politique.

Lire

Kondjeyah (Tougué) : un voile tue une femme sur la moto de son mari

14 avril 2017 à 14 02 55 04554

Une femme qui était avec son mari sur une moto, en provenance de la sous-préfecture de Koïn pour son village de Kemayah (sous-préfecture de Kansagui), est morte par accident sur la colline de Thyankoye, aux environs de 9 heures, ce vendredi 14 avril 2017, a appris le correspondant de Guineematin.com à Tougué.

Lire