Alors qu’elles voulaient épargner ce qu’elles gagnent au quotidien, plusieurs femmes marchandes de la sous-préfecture de Bankoro, préfecture de Kérouané ont été arnaquées par un certain Ibrahima Sow qui y organisait une tontine journalière depuis au moins un an.

Après avoir bénéficié de la confiance de ses clientes, Monsieur Sow a disparu avec une somme d’environ cinq cent millions de franc guinéens (500 000 000 GNF). Il est en tout cas injoignable depuis hier, vendredi 21 septembre 2018, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la localité.

Ibrahima Sow avait confectionné des reçus sur lesquels sont mentionnés les 30 jours du mois où chaque cliente cochait par jour après avoir versé le montant convenu. Dans le contrat, à la fin de chaque mois, le banquier doit encaisser le montant d’un jour sur les 30 et restituer le reste à la marchande. Ainsi, c’est au client de décider le montant qu’il peut déposer par jour à partir de 5 000 GNF.

Selon madame Djomba Mara, une des victimes, Ibrahima Sow avait environs 2 000 clients dont 700 qui versaient 15 000 GNF par jour, 900 qui déposaient 20 000 GNF par jour et 400 personnes qui versaient 100 000 GNF par jour et par personne. « J’ai été très surprise de l’acte de Sow parce qu’il avait l’air d’être sérieux. J’avais beaucoup de confiance en lui. Mais, dès que j’ai appris sa fuite, j’ai tenté de le joindre au téléphone ; mais, son numéro ne passait plus. Et, voilà que nous tendons vers la fin du mois de septembre, nous devrions percevoir nos dus. Mais, je suis beaucoup plus inquiète pour mes collègues qui versaient 100 0000 GNF par jour que nous autres, parce qu’elles ont perdu plusieurs millions », a-t-elle dit, avant de lancer un appel aux autorités compétentes pour leur venir au secours.

Par ailleurs, la seconde inquiétude est que plusieurs de ces femmes ont fait des prêts à la caisse du crédit rural de Banankoro pour réaliser leurs activités de commerce. Comment donc rembourser ces prêts si Ibrahima Sow n’est pas retrouvé, s’interrogent-elles.

A en croire plusieurs personnes interrogées par le correspondant de Guineematin.com à Banankoro, ces femmes ne sont pas les premières victimes de ces genres d’arnaques. Une société de loterie dont le nom n’a pas été révélé à notre reporter avait récemment amassé d’importantes sommes d’argent avant de disparaître avec.

En attendant de savoir la destination de leur client, les femmes marchandes de Banakoro sont en larmes et aujourd’hui, samedi 22 septembre 2018, jour du marché, sur toutes les lèvres, on ne parlait que de ce scandale.

Aux dernières nouvelles, les femmes victimes s’organisent pour saisir les autorités afin d’engager des poursuites judiciaires contre monsieur Sow. Mais, pour le moment, les autorités communales saisies pour ce détournement n’ont voulu faire des commentaires, se contentant de rappeler que ces femmes ne les avaient pas impliquées lorsqu’elles engageaient le contrat avec le sieur Sow.

A suivre !

De Banankoro, Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

Tél : 621 357 966

Facebook Comments

Guineematin