Comme annoncé précédemment, des débats houleux ont caractérisé, ce lundi 9 octobre 2017, le procès sur l’assassinat du journaliste Mohamed Koula Diallo. Bah Oury, a été entendu en tant que partie civile dans ce dossier. Il n’a cessé de dénoncer une préméditation, accusant Cellou Dalein et son entourage d’en être les auteurs.

A la fin de l’audience de ce lundi, les avocats des deux camps ont exprimé leur point de vue par rapport à la journée d’aujourd’hui.

Pour maître Kpana Emmanuel Bamba, membre du collectif des avocats de la partie civile, « Mohamed Koula Diallo était au mauvais endroit et au mauvais moment. C’est pour quoi la balle l’a touché mortellement. La personne qui était visée est bien monsieur Bah Oury. En Droit, c’est la tentative d’assassinat dont monsieur Bah Oury a été victime, parce que monsieur Mohamed Koula n’était pas la cible. C’est pourquoi les débats ont tourné sur la tentative d’assassinat. Pour le moment les débats tournent autour de a tentative d’assassinat parce qu’il n’y a personne pour assurer la défense de monsieur Mohamed Koula. Ni sa famille ni l’organe pour lequel il travaille ne se sont présentés. Mais, nous avons des témoins qui vont comparaitre certainement à l’audience prochaine. Il y a également des filmages dont nous disposons, des vidéos qui ont circulé et que nous allons faire visionner si le tribunal l’accepte. L’accusé lui-même a avoué les faits même si aujourd’hui il tente de les nier. Nous avons des témoins qui vont comparaître pour confirmer que c’est lui qui était détenteur de l’arme qui a couté la vie à Koula Diallo », a dit maitre Bamba.

Maître Paul Yomba Kourouma, du collectif des avocats de la défense, va prendre le contrepied de son confrère de l’autre camp. « Il s’agit d’un dossier sans support juridique, monté de toute pièce. Aucune preuve n’a été opposée à nos clients, l’arme du crime n’a jamais été produite, même un simple étui pour confondre…. La défense se chargera de démontrer au cours de sa plaidoirie pour quoi toutes ces attitudes. Monsieur Bah Oury qui promettait le miracle, qui promettait de confondre l’UFDG et son leader Elhadj Cellou Dalein Diallo, nous a laissé sur notre fin et n’a fait qu’imager les faits et n’a pu en réalité indexer personne. Nous savons qu’il a obtenu le concours extérieur qui est celui du pouvoir qui d’abord lui a accordé cette grâce, l’a fait revenir au pays, l’a élevé en dignité en lui accordant un décret, en renforçant sa garde rapprochée, alors que lorsque l’UFDG en avait besoin pour sécuriser son bureau exécutif, la demande avait été faite auprès des autorités communales et l’escadron mobile numéro de la gendarmerie de Hamdallaye. Monsieur Bah Oury a été doté de tout arsenal pour décrédibiliser, déstabiliser l’UFDG », a dit maitre Kourouma.

Le dossier a été renvoyé au 23 octobre pour la comparution des témoins cités par la partie civile : Cellou Dalein, Amadou Diouldé Diallo, Ousmane Gaoual, Boubacar Diallo alias Grenade, Mabory, Sékou Fadiga, Alpha Boubacar Bah.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com