20140709_111849A Fatako, une sous- préfecture située à une trentaine de kilomètre de la préfecture de Tougué, les pluies se font de plus en plus rares, ce qui ne manque pas d’inquiéter les populations locales dont certaines demandent la lecture du Saint Coran pour implorer la Clémence divine, a appris guineematin.com

Joint au téléphone par Guineematin.com, Amadou Baldé, un citoyen de la localité affirme qu’il y a un mois au moins depuis que sa sous-préfecture a enregistré la dernière goute de pluie. Toute chose qui commence à inquiéter les populations de la localité : « Je confirme que cela fait au moins un mois depuis la dernière pluie enregistrée ici. Les cultures commencent à sécher. Actuellement, les populations sont très inquiètes. Certains demandent la lecture du saint Coran pour implorer la grâce de Dieu afin qu’Il fasse venir la pluie. Si cette situation perdure, il y a des grands risques que les récoltes soient mauvaises cette année à Fatako », a disait Amadou, au téléphone de Guineematin.com

Sur l’origine de cette rareté des pluies à Fatako, certaines personnes citent plusieurs facteurs, mais tous parlent de la coupe abusive du bois dans la sous-préfecture. Un habitant frustré contre les auteurs de la déforestation explique : « Ici, la coupe abusive du bois a pris des proportions inquiétantes. Les autorités ne font pas grand-chose pour arrêter le phénomène. Et, comme vous le savez, la pluviométrie est souvent liée à la nature de l’environnement. Donc, les arbres constituent un élément important pour la venue des pluies ».

Mamadou Alpha Baldé

Commentaires