La SONAP rassure : « il n’y a pas de rupture de carburant, et il n’y en aura pas »

La société nationale des pétroles (SONAP) dément la rumeur faisant état d’une nouvelle crise de carburant en Guinée. Une rumeur qui a provoqué l’envahissement des stations-service qui sont fonctionnelles à Conakry, où des embouteillages sont visibles depuis hier. Le directeur général de la SONAP et certains cadres des services techniques, ont effectué une visite de terrain avec plusieurs journalistes, dont un de Guineematin.com, ce jeudi 30 juin 2022. Ils se sont rendus notamment au dépôt de la SONAP, où plusieurs camions citernes étaient en train d’être chargés, et au port autonome de Conakry, où un navire fait la dépotation du carburant. Une façon pour Amadou Doumbouya de rassurer la population qu’il n’y a pas de crise de carburant dans le pays.

Amadou Doumbouya, directeur général de la SONAP

« Dire que le carburant manque, c’est faux et archifaux. Il ne doit y avoir manque de carburant si ce n’est par l’esprit de sabotage de certains gérants de stations. A l’intérieur du pays, on peut comprendre qu’il y ait rupture, parce que certains chauffeurs peuvent faire 4 jours en route avant d’arriver dans certains coins. Donc, c’est normal que certaines stations manquent de carburant à l’intérieur du pays, mais pas à Conakry. Il faut dire qu’il y a certains gérants qui ferment leurs stations pour des raisons sécuritaires, d’autres non. Il y a certaines stations, il n’y a aucune raison qu’elles soient fermées, les gérants sont en train de servir les gens dans les bidons, ils veulent s’enrichir en cette période de crise sur le dos des populations.

Mais nous allons poursuivre tous ceux qui vendent le carburant dans les bidons pour créer la crise. Nous allons les poursuivre tous puisque nous avons des preuves », a annoncé le directeur général de la société nationale des pétroles (SONAP), ajoutant que des dispositions sont prises pour éviter une crise de carburant, comme celle enregistrée la semaine dernière en Guinée.

 

« Le carburant est là, disponible. A l’instant même, le bateau est en train de dépoter. Il y a d’autres bateaux qui sont en ligne. L’un va accoster le 4 juillet, l’autre le 7 juillet. Et un autre va arriver le 12 juillet. Il n’y a pas de rupture, et il n’y en aura pas », rassure Amadou Doumbouya.

Sékou Doukouré, responsable grand Conakry de la SONAP

De son côté, Sékou Doukouré, le responsable en charge du Grand Conakry au niveau de la SONAP, a donné d’autres raisons qui expliqueraient la fermeture de plusieurs stations-service à Conakry. Une fermeture qui a fait croire aux gens qu’il y a une crise de carburant.

« Il faut dire qu’il y a deux problèmes. Le premier, c’est un retard des commandes de la part des gérants. L’autre est lié à une position financière inconfortable. Certains gérants n’ont pas d’argent. Ils sont obligés de finir de vendre le stock qu’ils ont, ils collectent l’argent pour pouvoir lancer une nouvelle commande.

Alors qu’en principe, ils doivent avoir un stock de sécurité. Avant que ce stock de sécurité ne finisse, ça trouvera que la nouvelle commande est arrivée. Ainsi, il n’y aura pas de problème. Mais si tu dis que tu vas vendre tout le stock que tu as pour pouvoir lancer une nouvelle commande, forcément, tu vas tomber en rupture. L’autre problème qui arrive aussi, c’est qu’il y a certaines stations qui sont parfois envahies. Et pour des mesures de sécurité, ils préfèrent fermer pour être à l’abri », a fait savoir Sékou Doukouré.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. :622919225   

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS