Guinée : le député Kaly Bah appelle au rétablissement de la peine de mort

8 juin 2021 à 9 09 28 06286
Mamadou Kaly Bah, premier vice-président de la Commission Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication de l’Assemblée nationale

Le député Mamadou Kaly Bah, premier vice-président de la Commission Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication de l’Assemblée nationale, souhaite le rétablissement de la peine de mort en Guinée. Ce haut responsable du parti UFC (Union des Forces du Changement) estime qu’une telle décision permettrait de réduire de façon drastique les crimes (assassinats, viols, etc.) dans le pays. Il l’a fait savoir au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com le samedi dernier, 5 juin 2021.

« Aujourd’hui, en Guinée, il y a beaucoup de tueries. Si ce n’est pas les accidents de circulation, ce sont des criminels qui tuent de façon impunie. Chaque jour qui passe, nous apprenons qu’il y a au moins quatre viols sur l’étendue du territoire guinéen. Des viols sur mineures, sur des bébés de 6 à 7 mois même. Tous ces violeurs sont parfois appréhendés et envoyés dans les prisons et libérés en un laps de temps. Ceux qui tuent, ils tuent de façon impunie. Même si on les emprisonne, puisque nous savons que nos prisons sont moins sûres, ils sont soit libérés ou ils s’évadent pour commettre les mêmes crimes. Ils récidivent en quelque sorte. C’est pourquoi, moi, je propose qu’on rétablisse la peine de mort », a expliqué le parlementaire.

Pour lui, même la réclusion criminelle à perpétuité, prévue par la loi guinéenne, a montré ses limites. « Même ceux qui sont condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité parviennent à sortir. Et lorsqu’ils sortent, le plus souvent, ils récidivent en tuant des personnes. Mais, les personnes tuées n’ont-elles pas droit à la vie ? Celles qui sont violées : les jeunes filles, les mineures, les bébés qui sont violées, elles deviennent malades. C’est pourquoi il faut sévir. Et pour servir, il faut rétablir la peine de mort », estime le vice-président de l’UFC, parti dirigé par Aboubacar Sylla, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Mamadou Kaly Bah annonce qu’il va mobiliser les députés qui ont la même position que lui sur cette question pour mener ce combat au parlement. « Je suis sûr et certain qu’il y a beaucoup de députés qui vont me soutenir dans ce combat. Et je suis sûr qu’au sein de la population, il y a beaucoup qui soutiennent le rétablissement de la peine de mort dans ce pays. Parce que ce pays doit être géré avec la plus grande rigueur pour éviter de laisser s’installer le désordre. Ceux qui tuent et violent, ils le font parce qu’ils savent qu’ils ne seront pas tués. Mais, s’ils savent qu’en le faisant ils seront tués, ils vont cesser », soutient le député.

Saïdou Hady Diallo Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Conakry : l’IST de Mamou présente son brevet d’invention au Ministre d’État Aboubacar Sylla

1 mars 2021 à 21 09 01 03013

KAPROS (Kit Automatique de Protection Sanitaire) est le nom de l’appareil qui a permis à l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou, de remporter le meilleur prix du Brevet d’invention décerné en 2020 par l’OAPI (Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle). Et, ce brevet d’invention a été présenté ce lundi, 1er mars 2021, au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Aboubacar Sylla, par le directeur général de l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou. C’est dans la salle de conférence du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique que cette cérémonie s’est tenue, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Bourses d’études pour le Maroc : désemparés, les lauréats guinéens s’affolent face au silence de l’ONABE

8 janvier 2021 à 11 11 33 01331

Dr. Aboubacar Oumar Bangoura, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Est-il possible pour la centaine de lauréats guinéens (boursiers d’Etat) de rallier le Maroc pour y faire leurs études supérieures ? C’est la question qui taraude les esprits des bacheliers, surtout depuis la publication par les autorités guinéennes des résultats de l’orientation des nouveaux étudiants dans les différentes institutions d’enseignement supérieur du pays. Aujourd’hui, les « boursiers d’Etat » disent être confus, d’autant plus que l’ONABE (office national des bourses extérieures) de Guinée ne communique pas sur cette situation.

Lire

Le gouvernement cède à la pression des étudiants : les frais d’inscription supprimés

19 décembre 2020 à 9 09 01 120112

La grogne des étudiants a porté ses fruits. Au lendemain des manifestations organisées dans la plupart des universités publiques de Guinée, le gouvernement a décidé de supprimer les frais d’inscription et de réinscription dans toutes les institutions d’enseignement supérieur publiques. L’annonce a été faite dans la soirée de ce vendredi, 18 décembre 2020, par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Lire

Baccalauréat 2020 : le ministre Oumar Bangoura lance la 1ère épreuve à Ratoma (avec vidéo)

25 août 2020 à 12 12 41 08418

Le baccalauréat unique, session 2020, a démarré ce mardi, 25 août 2020, en Guinée. Au total, 96 461 candidats dont 36 152 filles (pour tous profils confondus) vont affronter les épreuves de cet examen qui constitue l’ultime étape à franchir pour mettre le pied à l’université. Ainsi, dans la commune de Ratoma (à Conakry), 12 455 candidats dont 5 417 filles vont tenter de décrocher le ticket pour les études supérieures. Ces candidats sont répartis dans 500 salles de classes contenues dans 33 centres d’examens. Ils sont surveillés par 1000 encadreurs (soit deux surveillants par salle). Et, c’est le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Dr Aboubacar Oumar Bangoura, qui a présidé au lancement de la première épreuve (Anglais) dans cette commune de Conakry, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était à l’école primaire de Kipé2.

Lire

Mise en place du Conseil Scientifique contre le Covid 19 : les précisions du ministre Kader Yacine Barry

11 avril 2020 à 13 01 36 04364

Khader Yacine Barry, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a mis en place un Conseil Scientifique de Riposte contre le Covid-19. Selon le décret, rendu public pendant la nuit d’hier, vendredi 10 avril 2020, ce Conseil Scientifique sera placé sous l’autorité du Premier ministre et sa tutelle sera assurée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Lire

Démission du ministre Yéro Baldé : ce qu’en pensent des citoyens de Conakry

28 février 2020 à 13 01 40 02402

Abdoulaye Yéro Baldé, ministre démissionnaire de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, a démissionné du gouvernement guinéen ce jeudi, 27 février 2020, à un moment où notre pays est englué dans une crise sociopolitique sans précédent. Des citoyens de Conakry, interrogés par un reporter de Guineematin.com ce vendredi, apprécient diversement cette décision.

Lire

Démission de Yéro Baldé : « il a choisi le bon côté de l’histoire » (Ibrahima Diallo FNDC)

27 février 2020 à 22 10 28 02282

Ibrahima Diallo, chargé des Opérations du FNDC

Comme annoncé précédemment, le ministre guinéen de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a jeté l’éponge. Abdoulaye Yéro Baldé a démissionné ce jeudi, 27 février 2020, pour exprimer son opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com peu après l’annonce de cette démission, Ibrahima Diallo, coordinateur chargé des opérations du FNDC, a estimé que Yéro Baldé a choisi le bon côté de l’histoire.

« Pour nous, la démission du ministre Abdoulaye Yéro Baldé traduit à suffisance la légitimité et l’idéal du combat du FNDC. Et, nous pensons que le ministre Abdoulaye Yéro Baldé a plutôt choisi le bon côté de l’histoire. Donc, nous invitons les autres ministres à suivre les pas des ministres Cheick Sacko (ancien ministre de la Justice), Gassama Diaby (ancien ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté) et Abdoulaye Yéro Baldé (désormais ancien ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique) en démissionnant de leur fonctions de ministre.

Nous espérons que tous les autres ministres qui ont le sens du patriotisme vont suivre les pas de ces ministres qui ont démissionné, et dire la vérité à monsieur Alpha Condé de respecter la constitution et de laisser la Guinée dans une situation de paix et de sécurité », a réagi ce responsable du Front National pour la Défense de la Constitution.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Yéro Baldé à Dalaba : « ce qui s’est passé ici nous a un peu dépassés »

1 février 2020 à 22 10 25 02252

Un peu plus d’une semaine après les violences enregistrées à Dalaba à l’occasion des récentes manifestations appelées par le FNDC, le gouvernement a dépêché une mission dans la ville. Composée notamment des ministres de l’enseignement supérieur et des télécommunications, cette délégation est allée s’enquérir de la situation qui prévaut à l’institut d’enseignement supérieur de la ville, où les cours sont arrêtés depuis l’attaque de sa direction. Les ministres ont échangé avec les différents acteurs concernés afin de trouver une solution à cette situation, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

Conakry : le ministère de l’Action Sociale et ses partenaires pour l’autonomisation des handicapés

16 décembre 2019 à 19 07 35 123512

Le ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance a organisé un atelier de validation de son programme national d’inclusion et d’autonomisation des personnes handicapées, ce lundi 16 décembre 2019, à Conakry. La cérémonie, organisée dans un réceptif hôtelier de la place, a réuni des membres du gouvernement, des partenaires au développement et des personnes handicapées, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Tountouroun (Labé) : les besoins prioritaires des populations de Hooré Dimma

30 juillet 2019 à 17 05 28 07287
Elhadj Mamadou Ciré Sow, ancien président de la communauté rurale de développement de Tountouroun
Elhadj Mamadou Ciré Sow, ancien président de la communauté rurale de développement de Tountouroun

Les populations du district de Hooré Dimma, relevant de la commune rurale de Tountouroun, dans la préfecture de Labé, ont profité de la cérémonie de lancement de la campagne de reboisement de la tête de source du fleuve Gambie pour exposer les difficultés de la communauté locale au gouvernement guinéen, à travers le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRSC), Abdoulaye Yéro Baldé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Ces doléances ont été posées en langue nationale poular par l’ancien président de la communauté rurale de développement de Tountouroun, Elhadj Mamadou Ciré Sow.

Au cours de son intervention il s’est exercé à démontrer que le district de Hooré Dimma n’a jamais bénéficié d’un appui de l’Etat. A l’en croire, les arbres forestiers y ont été planté avec les moyens et la main d’œuvre communautaires. La petite école de 3 salles de classe construite par une contribution communautaire. Seulement deux ouvrages de franchissement entre le chef-lieu de la sous-préfecture et le district ont été réalisés avec l’appui des anciens commis de l’Etat alors en postes à Labé.

Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l'Enseignement supérieur
Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement supérieur

C’est pourquoi, il a demandé au ministre Abdoulaye Yéro Baldé de faire en sorte que sa visite officielle dans le district soit un porte bonheur pour la localité par la réalisation d’un poste de santé, le reprofilage de la piste rurale qui mène au chef-lieu de la sous-préfecture et la normalisation du cycle primaire par l’augmentation des salles de classe. Ainsi, son nom sera inscrit en lettre d’or sur les annales de l’histoire du village de Hooré Dimma.

Les propos du porte-parole de la communauté de Hooré Dimma sont résumés ici par le maire de la commune rurale, Mamadou Saliou Sow.
Sur la question, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRSC), Abdoulaye Yéro Baldé a promis de transmettre les doléances formulées par la communauté de Hooré Dimma à ses collègues en charge des départements concernés et de soumettre aussi ces besoins prioritaires exprimés à l’appréciation de certains partenaires au développement.

Avant de lever la séance, les notables de Tountouroun ont formulé des prières pour que le Tout Puissant Allah donne au ministre Abdoulaye Yéro Diallo la force d’aider les populations locales.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

FEG 2019 : Alpha Condé appelle à une « orientation autoritaire » des bacheliers

17 avril 2019 à 18 06 12 04124

Le président Alpha Condé a procédé, ce mercredi 17 avril 2019, à l’ouverture officielle de la troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen (FEG). A cette occasion, le chef de l’Etat guinéen a appelé, au cas échéant, à une « orientation autoritaire » des bacheliers, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

La cérémonie d’ouverture officielle de ce forum a réuni, au Palais du peuple de Conakry, des responsables des institutions d’enseignement supérieur publiques et privées du pays, des membres du gouvernement, des ambassadeurs ainsi que de nombreux élèves et étudiants.

Abdoulaye Yéro Baldé

Une occasion mise à profit par Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, pour rappeler la genèse de cet événement. « L’idée du Forum de l’Etudiant Guinéen émane d’un constat simple : nos élèves et étudiants ont très souvent des difficultés à s’orienter dans les institutions d’enseignement supérieur, technique et professionnel, une fois le Bac obtenu. C’est pourquoi, les ministères en charge du système éducatif de notre pays ont conjointement porté cette initiative. Le Forum de l’Etudiant Guinéen est un donc un espace unique, une plateforme destinée à fournir aux futurs bacheliers et étudiants guinéens, plus d’informations sur les programmes de formation, les conditions d’orientation, les cursus, les filières porteuses, les diplômes et les débouchés en termes d’emploi et d’auto-emploi. Le Forum s’inscrit donc dans le cadre de la qualification, de la formation des élèves et étudiants guinéens dans un monde ouvert et en perpétuel mutation », a-t-il dit.

Le ministre a, ensuite, annoncé le programme de cette troisième édition. « Vous aurez cette année, en plus des traditionnels panels, ateliers de formation, prestations scéniques pour ne citer que ceux-là, de Masters Class dont l’un sera animé, avec sa permission, par le monsieur le président de la République. Au cours de ce Master Class en présence de 150 à 200 élèves et étudiants, dont certains sont venus de l’intérieur du pays, il parlera de son parcours et leur prodiguera des conseils. C’est dans ce cadre que nous avons invité également, l’honorable Charles Fall (député américain) dont les parents sont d’origine guinéenne. Nous souhaitons qu’il partage avec les élèves et étudiants son parcours très particulier. En plus du concours de Mathématiques entre lycées et universités, le concours d’éloquence entre les établissements d’enseignement secondaire des cinq communes de la capitale, les ateliers de codage dans le domaine informatique et la remise du prix de l’excellence aux filles, femmes qui excellent dans le domaine des sciences et la technologie, dans l’ingénierie et les mathématiques, seront les nouveautés dans ce forum », a fait savoir Abdoulaye Yéro Baldé.

Djalikatou Diallo

Représentant les élèves et étudiants de la République de Guinée à cette cérémonie, Djalikatou Diallo, élève en classe de 11ème année Sciences Mathématiques au lycée des Jeunes Filles, a formulé des doléances à l’endroit du président de la République. Il s’agit entre autres de : « l’amélioration des conditions de vie et d’étude des étudiants, la création de bibliothèques modernes nous permettant de faire des recherches à caractère scientifique, l’octroi des bourses d’étude aux meilleurs sortants de chaque université pour la poursuite de leurs études en Master et la formation continue de nos formateurs ».

Prenant la parole, le président Alpha Condé a salué le thème de ce forum qui est « Choisir sa filière ». Pour le chef de l’Etat guinéen, il est très important d’éclairer la lanterne des étudiants sur la question, et au cas échéant, les obliger à choisir des filières qui correspondent à leur profil.

« L’Etat doit prendre la responsabilité d’accompagner les élèves sortis du secondaire pour leur orientation. C’est très bien ce que vous faites, de les informer sur les différentes possibilités. Cette action pédagogique est extrêmement importante. Mais aussi, il y a une deuxième action pédagogique, c’est de rencontrer des étudiants, leur expliquer en fonction de leurs capacités dans telle ou telle matière, quel est leur intérêt.C’est-à-dire, s’ils sont très forts en physique ou autre, vous pouvez leur dire d’aller dans tel secteur. Il y a une troisième phase qui est de la responsabilité de l’Etat. Lorsque l’action pédagogique ne réussit pas, l’Etat doit prendre la responsabilité d’une orientation autoritaire. C’est-à-dire, orienter de façon autoritaire dans tel secteur parce que c’est ce qui correspond à leur profil. Ça, il faut que le gouvernement ait le courage de le faire. Ça ne plaira pas aux étudiants mais c’est notre devoir de le faire », a lancé Alpha Condé.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Education : le Forum de l’Etudiant Guinéen 2019, lancé à Conakry

10 avril 2019 à 18 06 10 04104

La troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen (FEG) a été lancée officiellement ce mercredi, 10 avril 2019, à Conakry. C’est une conférence de presse commune des trois ministres en charge du système éducatif guinéen, animée à l’Université Nongo Conakry (UNC), qui a donné le coup d’envoi de ce rendez-vous annuel, dont les activités démarrent le 17 avril prochain, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les ministres Abdoulaye Yéro Baldé de l’Enseignement Supérieur, Mory Sangaré de l’Education Nationale et Lansana Komara de l’Enseignement Technique, ont animé cette conférence pour annoncer les couleurs de l’événement. Au nom de ses collègues, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a rappelé que « le Forum de l’Etudiant Guinéen est un projet initié et piloté par les Ministères en charge du système éducatif guinéen, destiné à fournir aux futurs bacheliers et étudiants du pays, plus d’informations sur les programmes, les conditions d’orientation, les cursus, les diplômes mais surtout les débouchées ».

Parlant des deux précédentes éditions, le chef du département de l’Enseignement Supérieur a confié que le « bilan est élogieux. D’abord par la taille de la mobilisation des élèves et étudiants qui constituent la première cible du FEG, mais aussi, la forte implication des Institutions d’Enseignement Supérieur Publiques et Privées, des Centres de Recherche et Documentation, ainsi que les acteurs incontournables du monde de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes que nous formons.

Abdoulaye Yéro Baldé

Dans un premier temps, cette mobilisation de plus de vingt mille (20.000) élèves et étudiants a permis aux participants de profiter pleinement de l’expérience et de l’expertise des conférenciers et panélistes. Dans un second temps, nous, en tant qu’autorités du système éducatif, de mesurer les impacts de nos réformes dans l’écosystème de l’éducation de notre pays, et surtout d’évaluer la fiabilité de nos programmes de formation afin de les adapter aux besoins du marché de travail. La présence de huit (08) universités étrangères, trente (30) centres de recherche et de documentation et d’une trentaine d’entreprises a permis le succès de ce rendez-vous annuel ».

En ce qui concerne le FEG 2019, Abdoulaye Yéro Baldé a indiqué que « cette édition se démarque par l’insertion au programme, de Masters class, animés par son Excellence monsieur le président de la République et quelques membres du gouvernement. Au cours de ses Masters class, le président de la République parlera de son parcours, des grandes réalisations et perspectives de la troisième République.

Je vous informe que nous aurons, à l’occasion de ce forum, un invité d’honneur qui sera le député américain dont l’origine est guinéenne de par ses parents et qui vient d’être élu comme congressiste man dans l’Etat de New York. Il s’appelle Charles Fall. Quant aux ministres, ils présenteront leurs parcours, leurs départements et les opportunités de métiers qui leur correspondent. En plus de l’habituel concours mathématiques, celui de l’éloquence sera également organisé entre les établissements d’enseignement secondaire », a annoncé le ministre.

Après avoir suivi les explications des ministres, les étudiants présents à cette conférence ont salué l’initiative et promis leur implication pour la réussite du FEG 2019. Et pour ce faire, Mariama Ciré Bah, présidente du bureau des étudiants de l’UNC, a demandé au gouvernement « la mise en place d’un conseil d’orientation afin d’aider et guider les élèves dans leurs orientations post Bac. A ce titre, le présent forum est la bienvenue, car c’est un espace privilégié d’information, de découverte sur le choix des études et les opportunités qui peuvent s’offrir aux étudiants et élèves dont le but est de les orienter efficacement dans leur plan de carrière ».

A noter que cette troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen se tiendra du 17 au 19 avril 2019 au Palais du peuple de Conakry. Elle est placée sous le thème : « Bien préparer mon orientation post Bac pour mieux intégrer le monde du travail : Filières Généralistes, Techniques ou professionnelle ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Collecte de sang : les ministres Mouctar Diallo et Yéro Baldé avec les étudiants de l’UNC

27 février 2019 à 15 03 36 02362

La campagne de don de sang, initiée par les ministres Mouctar Diallo et Abdoulaye Yéro Baldé, se poursuit dans les universités guinéennes. Dans la journée de ce mercredi, 27 février 2019, les deux ministres étaient à l’Université Nongo Conakry (UNC), dans la commune de Ratoma, où des étudiants ont donné leur sang pour sauver des vies humaines, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après les universités Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) et Général Lansana Conté de Sonfonia (UGLCS), Mouctar Diallo et Abdoulaye Yéro Baldé, respectivement ministres de la Jeunesse et de l’Enseignement Supérieur, se sont rendus à l’Université Nongo Conakry. La démarche vise à sensibiliser les étudiants l’importance de cette opération qui vise à sauver des vies.

Abdoulaye Yéro Baldé

Dans son intervention, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a dit que « nous souhaitons sensibiliser les populations au don de sang, particulièrement les étudiants, parce que c’est un acte humanitaire de grande importance. Imaginez, lorsque quelqu’un perd la vie à cause du manque de sang, c’est dramatique pour la famille concernée, mais aussi pour le pays. Parce que chacun peut apporter son labeur pour le développement de son pays. Donc, c’est un acte à la fois citoyen et humanitaire et nous allons continuer. Cet après-midi, je pars à l’Université de Labé pour poser le même acte dans le cadre de mes visites dans les universités ».

Mouctar Diallo

Abondant dans le même sens, Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a précisé que « la campagne va continuer dans les universités à Conakry, à l’intérieur du pays et aussi en dehors des universités. Nous avons fait un petit constat de beaucoup de décès dans les hôpitaux à cause du manque de sang. Des enfants, des femmes qui viennent accoucher, des accidentés et d’autres malades qui meurent simplement parce qu’il n’y a pas de sang. Cela est inacceptable pour nous. C’est pourquoi, le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes a initié cette campagne en partenariat avec le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le Centre National de Transfusion Sanguine pour faire cette collecte. Malgré la mobilisation dans ces trois universités, il y a toujours un déficit criard. Parce qu’à Conakry seulement, la consommation minimale c’est 80 poches de sang. On ne parle pas de l’intérieur du pays. Donc, c’est pour vous dire que c’est une campagne que nous allons continuer. Et, nous sommes heureux de constater la mobilisation des étudiants, du corps enseignant, des autorités de l’université, y compris la fondation de l’UNC. Donc, nous encourageons les étudiants pour être des donneurs permanents, même en dehors de cette campagne ».

Pour collecter plus de sang afin de sauver des vies, le ministre Mouctar Diallo dira « qu’après les universités, nous irons aussi vers d’autres lieux, vers d’autres structures, pour qu’on puisse trouver des guinéens où ils sont partout, pour que cette campagne puisse produire des effets en termes de stocks de poches de sang, mais aussi en termes même de reflexe et d’habitude pour que les guinéens continuent à donner leur sang. C’est un acte citoyen, humain et justement c’est un devoir pour chacun de contribuer à aider l’autre », a laissé entende le ministre de la jeunesse.

Dr Haba Niankoye Yves

Pour sa part, Dr Haba Niankoye Yves, directeur général du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) a salué cette campagne de collecte de sang. Toutefois, il a précisé que la quantité disponible en ce moment est insuffisante au regard des besoins qui se posent. « Jusqu’à la date de la dernière collecte, nous étions à 300 poches de sang. Nous en délivrons 80 par jour pour la région de Conakry. Donc, les 300 poches de sang, ça fait à peu près 4 jours de service de transfusion sanguine, si on ne collecte pas parallèlement », a-t-il laissé entendre.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Boffa : Kassory Fofana lance le projet bauxite de Chalco Guinea Company

29 octobre 2018 à 9 09 43 104310

Le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, a présidé le lancement officiel du projet de bauxite de Chalco Guinea Company. La cérémonie a eu lieu hier, dimanche 28 octobre 2018, à Boffa où est basé le projet. Elle a connu la présence d’une forte délégation gouvernementale, de l’ambassadeur de Chine en Guinée et des autorités locales, a constaté le journaliste de Guineematin.com qui a accompagné la délégation du Premier ministre.

Lire

Problématique foncière et perspectives de développement durable : quels défis pour l’Afrique ?

4 juin 2018 à 14 02 23 06236

C’est le thème d’une conférence internationale qui s’est tenue ce lundi, 04 juin 2018, à l’Université Général Lansana CONTE de Sonfonia. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre des activités de la chaire UNESCO, composée de plusieurs universités dont Paris I Sorbonne, l’Université Libre de Bruxelles, l’Université Ouaga 1 et l’Université de Sonfonia.

Lire

« 20% des formateurs en Guinée ont le PHD », déplore le ministre Yéro Baldé

16 mai 2018 à 12 12 57 05575

ministre Abdoulaye Yéro Baldé

Comme indiqué précédemment, le lundi passé, 14 mai 2018, l’Assemblée nationale a approuvé une série de six accords et conventions dont une portant sur la coopération entre la Guinée et l’Algérie. L’occasion était alors opportune pour le ministre de l’Enseignement supérieur et Recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, d’attirer l’attention des députés sur le vieillissement des effectifs de son département, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Réformes engagées par le ministre Yéro Baldé : l’Université de Conakry dément toute implication de son Recteur dans la polémique

8 septembre 2017 à 20 08 23 09239

Dr. Boubacar Sylla, Vice-recteur chargé des études de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry

Par la voix de son Vice-recteur chargé des études, Dr Boubacar Sylla, l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry dément tout lien supposé entre le Recteur de l’institution, Dr Doussou Lanciné Traoré, (Maître de conférences, absent de Conakry depuis, dit-on, un certain temps) et le mouvement des ‘’Assistants’’ frondeurs contre la réforme des primes engagée par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui suit le dossier.

Lire