KAPROS (Kit Automatique de Protection Sanitaire) est le nom de l’appareil qui a permis à l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou, de remporter le meilleur prix du Brevet d’invention décerné en 2020 par l’OAPI (Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle). Et, ce brevet d’invention a été présenté ce lundi, 1er mars 2021, au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Aboubacar Sylla, par le directeur général de l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou. C’est dans la salle de conférence du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique que cette cérémonie s’est tenue, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette distinction qui s’élève à 5 millions de francs CFA a été obtenue à l’issue de la participation de l’IST de Mamou au « Salon africain de l’innovation technologique » à Brazzaville courant octobre 2020, où la Guinée a raflé le grand prix devant 17 autres pays africains membres de l’OAPI. Et, c’est avec beaucoup de satisfaction que le ministre Aboubacar Sylla a accueilli ce prix qui distingue notre pays sur le continent.

D’ailleurs, le patron du département de l’enseignement supérieur n’a pas tari de mots pour magnifier le travail des Etudiants et Enseignants Chercheur dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 en Guinée.

Aboubacar Sylla, ministre d’Etat de l’enseignement supérieur

« C’est avec beaucoup de fierté, beaucoup de plaisir que je préside cette cérémonie, puisqu’elle met en lumière le génie guinéen qui existe bien et qui demande à être révélé et à être promu. Cette invention qui a été faite dans un délai relativement court et qui a bénéficié donc de toute la sérénité, toute l’imagination d’une équipe d’étudiants et de chercheurs de l’IST est une invention qui est d’actualité. Il y a beaucoup de brevets dans le monde qui concernent des inventions par fois fantaisistes juste pour réaliser les petits gadgets qui n’ont pas une utilité pratique et évidente. Mais, cette invention pour laquelle nous avons reçu aujourd’hui un brevet est d’une pertinence, d’une utilité évidente, puisque nous sommes en période de COVID-19. Si l’invention guinéenne a été primée sur 33 autres émanant de 17 pays, c’est certainement parce qu’elle le méritait ; et, je crois que nous devons nous en féliciter. Comme je le disais à l’entame, le génie guinéen il existe, il suffit de l’encourager, il suffit de l’exalter, il suffit de lui donner un minimum de moyens pour qu’il puisse se manifester et envoyer la Guinée au firmament de la recherche technologique. Je ne saurais terminer sans dire que beaucoup de défis restent à relever. Nous devons être satisfaits de cette invention et surtout content que le prix ait été obtenu, que ce brevet ait été formalisé. Encore une fois, toutes mes félicitations et tous mes encouragements à toute l’équipe. En ce qui nous concerne au niveau du ministère, vous pouvez compter absolument sur nous », a indiqué le ministre Aboubacar Sylla.

Selon Pr. Cellou Kanté, Directeur Général de l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou, l’appareil dont le brevet vient d’être présenté aujourd’hui aux autorités en charge de l’enseignement supérieur est la prouesse de sept (7) étudiants de son institut.

Pr. Cellou Kanté, Directeur Général de l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou

« C’est la résultante de la solde d’expériences que nous avons acquise depuis de longues années dans ce domaine technologique. L’appareil même a été conçu et fabriqué en un mois. C’est en fait un groupe de 7 étudiants, encadré par deux professeurs. Le brevet c’est la protection. Actuellement, non seulement l’OAPI de Yaoundé va nous aider à protéger cette invention et nous avons la possibilité de vendre les licences selon les demandes qui vont générer des ressources financières, » a-t-il fait savoir.

Devant le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Salif Camara, enseignant-chercheur à l’IST de Mamou et l’un des concepteurs de cet appareil est revenu sur les motivations qui ont conduit à la conception de ce précieux outil.

Mohamed Salif Camara, enseignant-chercheur à l’IST de Mamou

« Quand le ministre a lancé un appel, notre directeur Général nous a convoqué de réfléchir et mettre en place un produit qui pouvait participer à la riposte contre la pandémie COVID-19. Le premier produit auquel nous avons pensé, c’était de faire un respirateur artificiel. Nous sommes vite rentrer dans le laboratoire Étudiants et Enseignants chercheurs. Nous avons fait les études de faisabilité, ce qui nous a pris une semaine. Nous nous sommes rendu compte que pour faire les respirateurs artificiels, il nous manquait encore quelques éléments. Ne voulant pas rester bras croiser, nous avons encore réfléchi, l’idée nous est venue en tête de faire le kit que vous voyez ici présent devant vous appelé KAPROS. Cet appareil intègre en fait plusieurs fonctionnalités. La première donc, c’est la prise de température de façon automatique, de façon à protéger des personnes. La deuxième fonctionnalité, il y a donc une solution de savon qui permet de nettoyer les mains, ensuite, il y a de l’eau propre pour rincer les mains. Et, troisièmement, il y a le séchage des mains pendant ce temps, il y a un message sonore qui tourne en boucle selon les besoins », a-t-il expliqué.

A noter que plusieurs universités guinéennes ont déjà bénéficié cet appareil dont le prix s’élève à 6 millions de francs guinéens.

Mohamed DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin