Lutte contre la chenille légionnaire d’automne : la FAO offre 4 200 kg de biopesticides à la Guinée

23 juillet 2021 à 16 04 44 07447

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) poursuit son appui à la Guinée dans la lutte contre la chenille légionnaire d’automne. Ce vendredi, 23 juillet 2021, l’institution onusienne a remis 4 200 kilogrammes de biopesticides à la Direction nationale de la protection des végétaux, des denrées stockées et du contrôle technique (DNPV-DS). Ces produits sont destinés aux communautés rurales de l’ensemble du pays, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Ce don s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet OSRO, financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) à hauteur d’un million de dollars US, et qui vise à accompagner le gouvernement guinéen dans la lutte contre la chenille légionnaire d’automne. 

Dr Mamadou Racine N’Diaye, représentant par intérim de la FAO en Guinée

« La FAO dans son mandat de lutte contre la faim et la malnutrition sous toutes ses formes, a eu l’initiative à travers ce projet financé par la BAD, de doter les services techniques de la DNPV-DS en biopesticides à base de Bacillus thurigiensis, un agent biologique qui a prouvé à suffisance son efficacité sur la chenille légionnaire d’automne tout en réduisant les effets sur la santé humaine et l’environnement », a déclaré Dr Mamadou Racine N’Diaye, qui a procédé à la remise officiel de ces produits, au nom du Dr Mohamed Hama GARBA, représentant résident de la FAO en Guinée.

Avant cette remise officielle, la FAO avait d’abord procédé à des formations sur les « Normes d’application et d’utilisation des pesticides » visant à outiller les Auxiliaires en Défense des Cultures (ADC) provenant des différentes régions Naturelles du pays, a souligné Dr N’Diaye.

Présent à cette cérémonie, le chef de cabinet du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Mamadouba Sankhon, a exprimé sa joie suite à ce geste de la FAO, remerciant l’institution onusienne pour tous les soutiens qu’elle apporte à la Guinée.

Mamadouba Sankhon, chef de cabinet du ministère de l’Agriculture

« Nous nous réjouissons par rapport à cette intervention de la FAO pour pouvoir sauver nos cultures, parce que ça faisait partie de nos soucis réels. Quand les paysans produisent et qu’il y a invasion des cultures par les chenilles légionnaires, ça porte préjudice à leur sécurité alimentaire. Donc, aujourd’hui, nous nous réjouissons de cette remise de 4200 kilogrammes de biopesticides aux paysans guinéens, et nous ne pouvons que remercier la FAO à travers le bailleur », a-t-il dit.

Damou Sacko, Directeur national de la protection des végétaux et des denrées stockées

Egalement heureux de recevoir ce don, Damou Sacko, Directeur national de la protection des végétaux et des denrées stockées, a indiqué que la clé de répartition de ces produits a été déjà établie en tenant compte des besoins. « Le diagnostic a déjà été posé et nous on a déjà fait la répartition par rapport aux ennemis rencontrés sur le terrain. Les biopesticides mis à notre disposition luttent contre les chenilles légionnaires d’automne.

Une chenille qui attaque plus le maïs. Et comme vous le savez, le maïs est cultivé dans les préfectures de la Guinée. C’est pourquoi nous avons fait la répartition au prorata des besoins et des nuisibles rencontrés sur le terrain. Toutes les préfectures auront leur dotation », a indiqué M. Sacko, rappelant que ce don est le quatrième que la FAO remet à sa direction.

Depuis son lancement, le projet d’urgence OSRO a contribué aux efforts de lutte contre l’invasion de la Chenille Légionnaire d’Automne (CLA) qui, depuis la campagne agricole de 2017, occasionne des pertes considérables de production de maïs et de maraichage en Guinée.

A travers ce projet, la FAO a apporté son assistance à 500 ménages et 44 groupements de producteurs en termes d’intrants et outillages agricoles. Aussi, un dispositif digital de surveillance et d’alerte précoce de la CLA a été mis en place dans toutes les préfectures du pays pour remonter en temps réel les informations à travers l’application FAMEWS.

A cela s’ajoute 2500 pièges à phéromone, 10 000 leurres, 25 motos tout-terrain, un important lot d’équipements de laboratoire, de traitement de champs et de protection individuelle qui ont été remis au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Il y a eu également   des formations techniques de près de 500 acteurs, cadres de la protection des végétaux, de l’IRAG et de l’ANPROCA et de producteurs à travers différentes approches dont les champs écoles producteurs.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Des vendeurs de bétail victimes d’attaque à Coyah : « ils ont pris nos sacs d’argent sous le lit »

22 juillet 2021 à 10 10 56 07567

Plusieurs vendeurs de bétail, venus de la sous-préfecture de Diatifèrè (Dinguiraye), ont passé la fête de Tabaski dans la tristesse et la désolation. Ils ont été victimes d’attaque à main armée dans la soirée du 19 juillet 2021, au Km36, dans la préfecture de Coyah. Des hommes armés ont fait irruption à leur domicile, emportant la totalité de l’argent qu’ils ont gagné après avoir vendu leur bétail. Rencontré par un journaliste de Guineematin.com, Macky Diallo, l’une des victimes, est revenu sur la scène cauchemardesque qu’il a vécue.

« Mes amis et moi, avons quitté Diatifèrè pour venir vendre du bétail à Conakry, à l’occasion de la fête de Tabaski. Après avoir fini de vendre, on est venu compter l’argent au domicile de notre ami, au Km36. Maintenant, aux environs de 20 heures, alors j’étais dans la chambre de notre ami avec un de mes collègues, j’ai entendu quelqu’un dire dehors : couche-toi, couche-toi. Je suis sorti voir ce qui se passait dehors, et j’ai trouvé qu’il y avait là deux personnes armées.

Le temps pour moi de retourner dans la chambre et de fermer la porte, ils étaient déjà arrivés à la porte, et l’ont poussé avec force. Moi aussi j’ai poussé de l’intérieur, mais sils ont fini par l’ouvrir et à entrer dans la chambre. L’un d’entre eux a pointé son fusil sur moi et m’a dit qu’il allait me tuer. Après, il m’a tapé avec le fusil au niveau de la tête, je suis tombé, ma tête a été blessée. Il m’a intimé de lui montrer où se trouve l’argent. Je lui ai montré l’argent qu’on avait entre les mains, mais il a dit que ce n’est pas ça seulement et qu’il en reste d’autres.

Il a dit que je ne lui montrais pas tout l’argent, il allait me tuer. Je leur ai dit de vérifier dans les mammites. Ils ont vérifié là-bas, ils n’ont rien trouvé. Ils ont insisté en disant que s’ils ne voyaient pas l’argent, ils n’allaient pas m’épargner. J’ai dit qu’on n’avait pas d’argent à part ce que je leur ai montré. Après, ils ont vérifié sous le lit d’où ils ont sorti les sacs qui contenaient notre argent.

Dès que j’ai commencé à tourner la tête pour regarder ce qu’ils faisaient, l’un d’entre eux a dit à son ami de tirer sur moi ou de me percer les yeux si je me tournais désormais vers eux. Ils ont fait sortir nos sacs d’argent qui se trouvaient sous le lit de notre tuteur. Après, ils nous ont regroupés tous dans la maison et ont fermé les portes sur nous pour nous empêcher de sortir », a expliqué ce citoyen.

Selon les victimes, les assaillants ont emporté de fortes sommes d’agent, qui se chiffrent à plusieurs millions de francs guinéens. Ils appellent les autorités à les aider à récupérer cet argent. « Ils ont pris tout notre argent. Plus rien ne nous reste, même pas à manger. Nous demandons aux autorités et aux bonnes volontés de nous aider, car cet argent qu’on avait ne nous appartenait à nous seuls.

Nous avons des associés qui avaient aussi leur argent dedans. Nous demandons à tout le monde de l’aide, car plus rien ne nous reste, les bandits ont tout emporté avec eux. Nous demandons surtout aux autorités de nous aider à mettre la main sur ces bandits qui nous ont dépossédés de tout », a lancé Mamadou Bailo Diallo, une autre victime.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Lire

Persécution des opposants en Guinée : ce que Tibou Kamara écrit aux Etats-Unis

22 juillet 2021 à 9 09 20 07207
Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller personnel du Chef de l’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, porte-parole du Gouvernement

Acculé par les critiques des ONG internationales et les occidentaux, le Gouvernement guinéen, qui tue toute forme de contestation (même verbale) dans le pays, essaie une nouvelle stratégie dans le secret espoir d’atténuer au sein de l’opinion l’impact de la terreur imposée aux citoyens. Alors que des opposants sont arrêtés et détenus sans jugement depuis plus de huit mois, Tibou Kamara, un des anciens exilés du régime Alpha Condé, devenu porte parole du Gouvernement, sort des communiqués pour parler de liberté en Guinée, un pays où la moindre voix discordante est criminalisée depuis la réélection contestée du champion du RPG à un troisième mandat…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, ce communiqué en réponse à celui des États-Unis :

Le Gouvernement note, avec satisfaction, que l’ambassade des Etats-Unis en Guinée se félicite des actes posés par la justice guinéenne, conformément aux pouvoirs qui lui sont reconnus et impartis.

Il note aussi le vœu partagé par tous les républicains et démocrates que les procédures en cours, relatives à différentes affaires pendantes devant les juridictions du pays, soient conduites vite et bien, sous l’autorité de la justice et dans le respect de l’indépendance des magistrats.

Le Gouvernement n’est pas un obstacle ni une menace contre les droits et les libertés des citoyens, mieux, il promeut la liberté d’expression et la diversité des opinions, réelles dans le pays, mais qui doivent s’exercer cependant, comme dans tout État de Droit, dans les conditions et limites prescrites par la Constitution.

Enfin, la Guinée est un État respectueux des droits humains ainsi que des principes universels de la Démocratie et de l’État de Droit, fondés sur l’exigence de concilier les Droits et les Devoirs, ainsi que celle d’assurer l’égalité des citoyens devant la Loi.

Tibou Kamara

Ministre d’Etat, Conseiller spécial du Président de la République,

Ministre de l’Industrie et des PME

Comment un homme qui jouit de toutes ses facultés peut parler de liberté dans un pays où aucune contradiction (même verbale) n’est tolérée ? Dans un pays où des leaders et responsables de l’opposition (ou simplement épouses) sont interdits de voyager sans motifs, où les bureaux et le siège du principal parti de l’opposition sont fermés, sans aucune décision judiciaire et où des citoyens sont arrêtés et détenus pendant plus de huit mois sans aucun procès ? Qu’est-il arrivé à notre Tibou Kamara, l’homme qui nous récitait les principes et valeurs démocratiques qu’il souhaitait voir appliqués dans notre chère Guinée ?

Pauvres de nous !

Lire

Les États-Unis condamnent les arrestations d’opposants en Guinée : la joie de Sékou Koundouno du FNDC

22 juillet 2021 à 9 09 13 07137
Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification du FNDC

L’Ambassade des États-Unis d’Amérique vient de publier une déclaration relative aux arrestations d’opposants en Guinée. Cette déclaration qui pose un constat des plus objectifs de la situation de la liberté d’expression en Guinée en particulier vient renforcer les combattants pro-démocratie dans leur bataille contre la dictature de Alpha Condé.

Dans le cas des détenus politiques, il est important aujourd’hui de soutenir l’idée de la tenue d’un procès dans les meilleurs délais. Mais il est clair que le dictateur ne veut pas d’un procès. Il cherche tout simplement garder les otages pour les libérer quand il veut. Il espère ainsi obtenir un satisfecit de la communauté internationale. Au fond, le dossier concernant ces détenus est devenu encombrant tellement il est léger. Alpha Condé sait qu’un procès relatif à ce dossier sera l’occasion rêvée pour les détenus et leurs avocats de faire le procès d’un appareil judiciaire totalement dévoyé et d’un régime criminel. Le procès risque donc de se transformer en procès d’un régime que l’écrasante majorité des Guinéens rejette. 

Par ailleurs, il est illusoire de penser qu’avec cette justice dont la télécommande se trouve entre les mains, il pourra y avoir un procès équitable pour les détenus. C’est pourquoi, il vaut mieux continuer à exercer des pressions sur Alpha Condé afin que tous les détenus soient libérés sans condition.

Quand Alpha Condé parle d’indépendance de la justice, il donne tout simplement la preuve que cette justice est devenue un instrument qu’il manie et manipule à sa guise. Sinon, dans un passé très récent, il méprisait cette même justice avec les mêmes acteurs.

L’indépendance de la justice en Guinée n’a aucun sens. On n’en a avait voulu à Lansana Conté d’avoir déclaré « la justice, c’est moi ». Alpha Condé fait pire.

Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification du FNDC

Lire

Aïd El Kébir 2021 : Cellou Dalein appelle les Guinéens à la paix et à l’unité

20 juillet 2021 à 12 12 12 07127

À l’instar des autres pays, la Guinée a célébré ce mardi, 20 juillet 2021, la fête de Tabaski ou l’Aïd El Kébir 2021. A cette occasion, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo a adressé un message de paix et de justice pour le peuple de Guinée, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était à Dixinn.

C’est la mosquée de Dixinn Foula que le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, son épouse, Hadja Halimatou Dalein et plusieurs responsables de son parti ont effectué la prière de l’Aïd El Kébir.

Après avoir souhaité bonne fête à tout le peuple de Guinée, Cellou Dalein Diallo a invité les Guinéens à la culture de la paix et de la justice.

« Je voudrais souhaiter bonne fête à tous les fidèles musulmans de Guinée et d’ailleurs. Je souhaite que cette fête inspire ceux qui ont la force, le savoir et les fortunes pour qu’ils mettent leurs moyens et ces capacités au service de la justice, de la paix et dans la promotion de la fraternité entre les compatriotes guinéens. Je demande à Dieu de chasser de notre pays la haine, l’injustice, l’arbitraire, qu’Il (Dieu: ndlr) implique tous les fils de ce pays pour la promotion de la paix et de l’unité de la nation », a souhaité Cellou Dalein Diallo.

Le leader de l’UFDG a également mis ce moment de prière à profit pour attirer l’attention sur le cas des détenus politiques. « J’ai une pensée particulière pour nos camarades en détention. Ils sont nombreux encore dans les prisons en raison de leur activité politique. Ils n’ont pas eu comme moi le privilège de fêter en famille, immoler un bélier à cette occasion. Qu’ils sachent qu’on pense à eux. Que les autres guinéens qui jouissent de leur liberté pensent à eux. Et, je voudrais souhaiter prompt rétablissement à tous les malades et je souhaite bonne chance à tous nos enfants candidats aux différents examens de cette année », a-t-il ajouté.

Quand au sermon effectué par l’imam de la mosquée Dixinn Foula, Elhadj Boubacar Fofana, le président de l’UFDG dit l’apprécier pour sa pertinence. « Je suis satisfait du sermon qui prêche toujours le pardon, l’unité, la tolérance, la paix. Ce sont des valeurs qui manquent absolument à notre pays. Nous sommes confrontés à des fléaux comme l’injustice, la corruption, la misère, l’utilisation à des fins personnelles de ressources publiques, la dégradation des infrastructures et surtout la division des guinéens en parti politiques, en ethnie… », dénonce-t-il, avant de rappeler que ces problèmes se sont accentués depuis quelques années au détriment de l’unité de la nation.

De Dixinn, Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Lire

Évasion à la maison centrale : 6 responsables suspendus, 4 arrêtés et 2 en fuite

19 juillet 2021 à 18 06 08 07087

Comme on le sait, il y a eu une évasion spectaculaire à la Maison centrale de Conakry la nuit d’avant-hier, samedi, à hier, dimanche 18 juillet 2021. Mohamed Sidy Diallo, présenté comme étant le cerveau du kidnapping de l’opérateur économique Thierno Mamadou Dansoko, a ainsi réussi à s’enfuir de la plus grande prison de la République de Guinée.

Dans un communiqué transmis aux médias ce lundi, 19 juillet, le ministère de la justice annonce la suspension de six personnes qui sont soupçonnées de complicité. Il s’agit du régisseur (Colonel Soriba Bangoura), du régisseur adjoint (Amadou Bö Kéita), du gardien-chef (Kerfalla Diaby), du chef de section (Zackaria Savané), du chef de poste (Louis Loua), de l’agent de garde (Malick Cissé). Ces six responsables de la maison centrale sont déjà mis à la disposition de la DPJ (Direction de la police judiciaire). Seulement, le communiqué précise que deux d’entre ont pris la poudre d’escampette : le chef de la section (Zackaria Savané) et l’agent de garde (Malick Cissé).

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose ce communiqué :

Lire

Lutte contre la traite des personnes : Expertise France signe un accord de partenariat avec la Guinée

19 juillet 2021 à 17 05 08 07087

Expertise France et le Comité national de lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées (CNLTPPA) sont désormais liés par un accord de partenariat. Cet accord a été signé le jeudi, 15 juillet 2021, à Conakry, sous l’égide de Madame la ministre de l’Action Sociale et de l’Enfance. A travers ce document, les deux parties s’engagent à renforcer leur coopération en vue de combattre efficacement la traite des personnes en Guinée, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Le projet d’appui à la lutte contre la traite des personnes (ALTP) dans les pays du Golfe de Guinée est financé par l’Union Européenne à travers le fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique et mis en œuvre par Expertise France à hauteur de 18 millions d’euros, pour une durée de 48 mois. 

Ce projet s’articule autour de quatre axes qui sont : la consolidation de la légitimité ; le leadership et le renforcement des capacités opérationnelles des instances interministérielles de lutte contre la traite des personnes ; le renforcement des capacités des acteurs de la chaîne pénale ; le renforcement des services spécialisés et des services de droit commun accessibles aux victimes et la dynamisation de la coopération transfrontalière.

La signature de cet accord de partenariat s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la lutte contre la traite des personnes dans les pays du Golfe de Guinée. Elle a été présidée par la Ministre et de l’Action sociale et de l’enfance Madame Aïssata Daffé, les défis du Comité National de lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées en Guinée sont énormes. Pour y faire face, la représentante du gouvernement guinéen à cette cérémonie, a préconisé l’implication de toutes les parties prenantes afin d’éradiquer ce fléau.

Hervé Conan, Directeur Général adjoint en charge des opérations d’Expertise France

Selon Hervé Conan, Directeur Général adjoint en charge des opérations d’Expertise France, cette cérémonie « va au-delà des aspects purement formels. Aujourd’hui, cet acte traduit une volonté commune et engagée, celle d’unir les efforts de tous pour contrer ce phénomène qui a des enjeux humains, sociaux, économiques, sécuritaires, et qui expriment la recherche de justice qui anime chacun de nous ».

« La signature d’aujourd’hui est pour nous une étape importante de la dynamique de collaboration fructueuse établie entre nous (Expertise France et le ministère guinéen de l’Action sociale et de l’Enfance), permettant d’initier un nouveau processus de continuité très ambitieux et qui rappelle à chaque partenaire sa responsabilité de s’engager davantage dans l’éradication de ce fléau qui sévit dans la région. Cette occasion confirme aussi le ferme engagement de notre agence à soutenir les efforts des autorités nationales dans le combat universel pour le respect des droits humains et pour garantir la justice et la sécurité aux populations », ajoute Hervé Conan.

C’est la ministre de l’Action sociale et de l’Enfance qui a présidé la cérémonie de signature de cet accord de collaboration. Hadja Aïssata Daffé a mis l’occasion à profit pour remercier Expertise France pour son engagement aux côtés de la Guinée.

Hadja Aissata Daffé, ministre de l’action Sociale et de l’Enfance

« Nous remercions et félicitons d’abord Expertise France pour avoir intégré la Guinée dans ce projet qui est financé par l’Union Européenne. La traite des personnes en Guinée se présente sous plusieurs formes. Nous avons l’exploitation des enfants, il y des femmes qui sont aussi maltraitées. Notre pays sert parfois de transit à certaines personnes qui envoient des enfants en passant par là.

Récemment, on a retrouvé une femme avec 6 enfants venus de la Sierra Leone. Mais on a pu les récupérer et les retourner en Sierra Leone. Et nous avons aussi des enfants qui nous reviennent de la migration qui ont été ramassés dans certains pays de la sous-région, que notre département récupère en collaboration avec l’OIM pour faire le retracement familial et les retourner jusqu’à dans leurs familles. Donc, voilà entre autres les problèmes que nous avons. Et si aujourd’hui Expertise France vient travailler avec notre département de l’Action sociale et de l’enfance, nous ne pouvons que la féliciter et la remercier », a dit la ministre.

 Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : +224622919225 / +224666919225

Lire

Veille de la Tabaski à Conakry : les clients se font rares dans certains salons de coiffure

19 juillet 2021 à 14 02 50 07507

Les périodes de fête sont souvent des moments de vache laitière pour les salons de coiffure de la capitale guinéenne. La clientèle est abondante et les gérants de ces salons de beauté se font pleines les poches. Malheureusement, cette année, à moins de 24 heures de la fête de Tabaski, nombreux sont les salons qui scrutent encore le route dans l’espoir de voir un client vers un pas vers leurs portes. C’est apparemment une période de vache maigre qui n’enchante personne, même si par endroit on affiche encore un certain optimisme pour les quelques heures qui nous séparent de la fête.

Dans la matinée de ce lundi, 19 juillet 2021, un reporter de Guineematin.com a fait le tour de certains salons de coiffure de Conakry. Et, le constat est quasiment le même partout. Tout le monde se plaint du manque de clients. Tahirou Soumah, coiffeur à Kipé Dadia (dans la commune de Ratoma), s’est abstenu de spéculer sur le prix des coiffures pour éviter de faire fuir les quelques clients qui tapent encore à sa porte. Il applique toujours le prix d’avant fête, mais les clients ne viennent qu’au compte goutte.

Tahirou Soumah, coiffeur à Kipé

« Le travail se passe plus ou moins bien en ce moment avec l’arrivée de la fête. Nous espérons gagner un peu d’argent même si l’engouement n’est pas pour le moment le même que les années précédentes. Là nous avons peu de clients à cause certainement de la conjoncture actuelle. D’ailleurs, nous maintenons les prix de coiffure habituels pour ne pas faire fuir nos clients. Mais, comme vous pouvez le constater, on a peu de clients pour le moment. On espère en avoir plus dans l’après-midi », a-t-il dit tout en laissant transparent un certain espoir sur son visage.

Trouvé dans son salon situé sur la transversale Kipé-Bambéto, Moriba Radrigue Koïlamy affiche le même espoir. Son salon est encore quasiment désert de monde, mais il espère de l’ambiance et une forte affluence dans l’après-midi. Il ne peut pas être sur de gagner le parie, mais sa seule option (à défaut de fermer et rentrer chez lui) est d’espérer des heures meilleures.

« L’afflux de clients, par rapport par exemple à la fête du Ramadan, n’est pas le même. Il y a peu d’engouement cette fois-ci, les clients se font plus rares. Avant, les clients faisaient la queue ici à partir de l’avant veille de la fête. Mais, aujourd’hui, pour le moment ils ne sont pas venus. Il y en aura peut être dans l’après-midi », a indiqué Moriba Koïlamy.

Kady Doumbouya, coiffeuse à Kipé

Cependant, contrairement à nos précédents interlocuteurs, Kady Doumbouya ne se plaint pas de manque de clients. Son salon enregistre déjà quelques visages. Les entrées sont fréquentes, même si le salon n’est pas encore bondé de monde. Elle a grand espoir qu’il y aura d’autres clients avant la fin de la journée. Et, elle dit être prête à les recevoir et à satisfaire leur moindre désir en matière de beauté.

« Par la grâce de Dieu nous avons beaucoup de clients. Nous sommes prêtes et on est prêtes à recevoir d’autres encore », a dit Kady Doumbouya.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel : 622673681

Lire

Agriculture : remise d’intrants agricoles aux producteurs de maïs de Siguiri

19 juillet 2021 à 11 11 26 07267

Dans le cadre du renforcement et de l’amélioration de la production du maïs en Guinée, le projet de développement agricole intégré de Guinée (PDAIG) a procédé au lancement de son ‘’sous-projet intégré maïs (PIM) à Siguiri, le samedi dernier, 17 juillet 2021. Et, à cette occasion, le PDAIG a procédé à la remise d’intrants agricoles à quinze (15) producteurs de maïs de Siguiri en guise d’encouragement dans la poursuite de la production du maïs dans cette partie de la Guinée. Cette remise s’est déroulée en présence du président de la chambre préfectorale d’agriculture et des représentants de la fédération des unions des producteurs de maïs de la Haute Guinée (FUPROMA/HG), rapporte Guineematin.com à travers son correspondant à Siguiri.

C’est le siège de la mairie de Siguiri qui a servi de cadre à la cérémonie de remise officielle de ces intrants agricoles aux producteurs de maïs de la préfecture. Et, pour le président de la chambre préfectorale d’agriculture de Siguiri, Sékou Gackou, ce don est un geste d’encouragement visant à inciter les producteurs de maïs à fournir plus d’efforts dans la culture du maïs.

Sékou Gackou, président de la chambre préfectorale d’agriculture de Siguiri

« Le projet de développement intégré de Guinée vient de nous offrir, à travers nos vaillant producteurs de la filière de maïs, de grands stocks d’intrants en vue du renforcement de leur capacité productive d’une part et d’autre part améliorer les productions et la productivité de la culture du maïs en Guinée. Cette initiative salvatrice découle des idées prônée par le professeur Alpha condé à travers les politiques et plans nationaux dont le PNDA, le PNDES. La filière maïs devient de nos jours une filière incontournable, parce que le maïs est la denrée la plus convoitée, tant au niveau des hommes qu’au niveau des volailles et autres animaux. Cela pour interpeller nos grands producteurs à multiplier d’effort ; car, de par ce geste, nous comprenons qu’ils sont parmi les vrais acteurs du monde agricole », a indiqué Sékou Gackou.

Le PDAIG est un projet financé par la Banque Mondiale. Il est en phase pilote ; et, pour ce premier temps, ce ne sont que quatre préfectures de Guinée qui sont concernées. Et, à en croire Bakary Touré, le coordinateur du sous-projet intégré maïs, une nouvelle variété de maïs d’une rentabilité de 8 à 10 tonnes à l’hectare sera expérimentée par les agriculteurs.

Bakari Touré, coordinateur du sous-projet intégré maïs

« Le projet de développement intégré de Guinée vous remercie de votre mobilisation massive pour accueillir ces intrants agricoles… C’est au vue du grand rôle que joue le maïs dans la lutte contre l’insécurité alimentaire qui menace notre pays, qu’un programme spécial fut créé, celui du programme intégré de maïs. Ce programme servira de phase dans quatre préfectures cibles dont Dinguiraye, Mandiana, Siguiri et Labé de par l’introduction d’une nouvelle variété améliorée appelée KABAMANO. Sa rentabilité est de 8 à 10 tonnes par hectares dans la mesure où tout le paquet technologique est utilisé », a expliqué Bakary Touré.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guinnematin.com

Lire

Reprise des manifestations : le conseil de l’imam Mansour Fadiga à Cellou Dalein et Alpha Condé

19 juillet 2021 à 8 08 56 07567
Elhadj Mansour Fadiga, imam de la grande mosquée de Nongo

Comme on le sait, malgré la libération des 4 responsables de l’UFDG, plusieurs dizaines d’autres croupissent toujours en prison depuis bientôt neuf mois. Pour exiger la libération de ces compatriotes emprisonnés au lendemain de l’élection présidentielle contestée du 18 octobre 2020, le principal parti de l’opposition guinéenne menace de reprendre les manifestations de rue dès la fin des examens nationaux de fin d’année scolaire. 

Interrogé récemment sur la question dans l’émission la « Grande Interview » de Guineematin.com, Elhadj Mansour Fadiga, premier imam de la Mosquée Bilal de Nongo, a dit avoir déjà donné au président de l’UFDG un autre conseil. Le guide religieux avait profité d’un passage de Cellou Dalein Diallo, qui était allé prier dans sa mosquée, pour lui demander de changer de stratégie… 

« J’ai souvent eu des leaders politiques qui sont venus prier dans ma mosquée. Pas plus tard qu’un an, mon frère, le président Cellou Dalein Diallo est venu prier chez moi. Ce jour, le conseil que j’ai eu à lui donner c’était de changer de fusil d’épaule. Parce que chez nous ici, rares sont des manifestations qui se terminent sans effusion de sang des innocents. Je lui ai dit, comme il en est ainsi, il faut changer de stratégie de lutte. Donc, si j’entends encore qu’ils veulent sortir, je leur dirai de faire attention. Parce que ce sont les innocents qui vont encore perdre leurs biens, voire leurs vies. J’invite aussi le pouvoir à faire tout pour apaiser la situation. Quand Dieu a décrit ses bons serviteurs, il a dit que c’est des gens qui savent pardonner. Celui qui est au pouvoir, c’est à lui on demande pardon… », a notamment dit Elhadj Mansour Fadiga.

Interrogé sur sa position par rapport au changement de la Constitution de 2010, le chef religieux a été on ne peut plus clair… « Je n’étais pas d’accord pour le changement de la constitution. J’avais même fait une déclaration le 1er mars 2020 qui a fait le tour des médias. Là où j’ai invité le chef de l’État à ne pas changer la constitution. Je lui ai rappelé que quand le président Lansana Conté voulait changer la constitution, vous l’aviez critiqué. Vous n’étiez pas d’accord. Donc, à votre tour, vous ne devrez pas le faire. En tout cas, moi, je ne suis pas d’accord. Et, je suis fier de l’avoir fait. Car, pour moi, je me suis acquitté de mon devoir devant le peuple et devant Dieu. Je ne sais pas ce qui va se passer par la suite », a rappelé Elhadj Mansour Fadiga. 

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Humanitaire : MTN Guinée au secours du Centre d’accueil des albinos de Conakry

17 juillet 2021 à 16 04 46 07467

Donner du sourire aux personnes vulnérables, c’est l’objectif que se fixe MTN-Guinée. C’est dans ce cadre que cette société de téléphonie mobile a procédé hier, vendredi 16 juillet 2021, à la remise officielle d’un don composé de vivres et de non vivres au centre d’accueil des personnes atteintes d’albinisme situé à Sangoyah, dans la commune de Matoto. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la poursuite de son programme d’investissement social qui vise à assister les nécessiteux dans  plusieurs domaines de la vie. Ce don d’une valeur de 10 millions de francs résulte de la cotisation individuelle des employés de MTN-Guinée. La cérémonie a réuni cadres du ministère de l’Action sociale, les responsables de MTN, la Confédération nationale des albinos de Guinée. Le tout placé sous la présidence de la ministre de l’action sociale, Hadja Aissata Daffé, constaté un reporter de Guineematin.

N’fa Siaka Keita, Directeur des ressources humaines à MTN-Guinée

Représentant du directeur général de MTN Guinée, N’fa Siaka Keita, directeur des ressources humaines de ladite société, a déclaré : « Présent en Guinée depuis avril 2006, MTN est acteur principal du développement socioéconomique de la Guinée. En plus de sa mission principale, MTN offre un nouveau monde où tout le monde bénéficie des privilèges du monde connecté. Il s’intéresse aussi dans le développement des communautés à travers des programmes sociaux, dans le domaine de la santé, de l’éducation, de la promotion des jeunes filles et l’autonomisation des femmes. C’est dans ce souci que des projets de charité donnant du sourire aux orphelins ont été conçus et accomplis, grâce aux efforts des travailleurs de MTN et ses partenaires, notamment le ministère de l’Action sociale et de l’enfance. À travers cette relation, nous comptons soutenir les initiatives du gouvernement dans la protection de la petite enfance, la lutte contre les discriminations sociales à l’égard des couches vulnérables, la promotion du genre et de l’équité qui sont en harmonie avec les valeurs de MTN.  Nous souhaitons avoir un impact sur notre communauté à travers ce don qui est composé de 20 matelas, 9 cartons de vêtements, 22 sacs de riz, 3 cartons d’huile et 7 cartons de lait en poudre. C’est un appui d’une valeur de 10 millions de francs. Avec cette œuvre, nous pensons que nous seront à mesure de toucher la sensibilité de tous ceux-là qui œuvrent dans la promotion de l’enfance. Au nom de tous les employés, je vous rassure que nous serons à votre entière disposition pour tous les projets futurs qui peuvent nous amener à changer et à contribuer pleinement à l’épanouissement des personnes vulnérables ».  

Mohamed Saliou Cheick, secrétaire administratif de la confédération nationale des albinos de Guinée

Les heureux bénéficiaires du don, par la  voix de Mohamed Saliou Cheick, secrétaire administratif de la confédération nationale des albinos de Guinée, ont remercié la MTN Guinée pour sa générosité. « Créé depuis 2008, ce centre d’albinisme compte aujourd’hui 25 jeunes élèves albinos dont 13 filles. La confédération nationale des albinos de Guinée est une ONG à but non lucratif, qui œuvre dans le sens de promouvoir et d’offrir un lendemain meilleur à cette couche sociale longtemps marginalisée. Évoluant depuis plusieurs années dans de nombreux secteurs socio-éducatifs, de la santé… elle offre également un cadre de vie à toutes les couches vulnérables, mais aux personnes atteintes d’albinisme au particulier. Ce centre qui nous accueille aujourd’hui a la capacité d’accueil de 100 enfants. Nous voulons zéro d’enfant dans la rue d’ici 2025. Cher partenaire MTN, depuis votre arrivée en Guinée, la population a eu un accès facile à la téléphonie. Par le biais de notre partenariat, nous vous remercions au nom de notre confédération de nous offrir ce don.  Nous demandons toujours à nos partenaires d’offrir un cadre d’aide socioéducatif en fourniture scolaire à nos enfants vivants avec nous ici au centre, un accompagnement en vivre alimentaire et vestimentaire, offrir un stage ou un emploi garanti à nos jeunes diplômés au sein de votre entreprise MTN Guinée, une prise en charge de la maladie liée au cancer de peau », a lancé Mohamed Saliou Cheick.

Hadja Aissata Daffé, ministre de l’action Sociale et de l’Enfance

En présidant cette cérémonie de remise, la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance a rassure ces enfants albinos de sa détermination et celle de son département à défendre leurs droits. « Dans nos familles et sociétés, l’albinisme fait partie des phénomènes qui souffrent encore d’incompréhension. L’apparence physique des personnes souffrant d’albinisme est souvent l’objet de croyances et de mythes erronés  découlant de la superstition d’où les nombreux et regrettables cas de marginalisation perceptibles par la stigmatisation à l’endroit de ce groupe social.  Les femmes qui donnent naissance à des enfants atteints d’albinisme sont parfois répudiées par leurs maris et rejetées par leur famille. Quant aux enfants, certains sont abandonnés par leurs parents à cause de l’apparence de leur peau, des déficiences dont ils souffrent des fois en raison de leur maladie, et de la croyance selon laquelle ces enfants porteraient malheur.  Ces préjugés fortement encrés auxquels sont confrontés les personnes souffrant d’albinisme les empêchent d’avoir l’accès à des soins de santé adaptés, aux services sociaux, à une protection juridique et à la réparation en cas de violation de leurs droits.  C’est pourquoi nous adressons nos remerciements à MTN Guinée pour le don de matériels et de bourses. Symbolique par l’intention, précieux par la nature, ce don a le mérite de donner le sourire et de susciter l’espoir aux enfants atteints d’albinisme dont le nombre est de plus en plus croissant dans nos villes. Veuillez recevoir, monsieur  le directeur et toute votre vaillante équipe, l’expression de notre gratitude. Je plaide pour une formalisation du partenariat entre nos deux institutions pour une meilleure prise en compte des besoins des vulnérables. Notre détermination se mesure notamment par l’élaboration d’une loi spécifique pour la promotion et la protection des personnes atteintes d’albinisme. Réel espoir, cette loi veille à répondre de manière proactive à la question de la protection et de la promotion des droits des personnes atteintes d’albinisme. Elle prévoit de nombreuses mesures allant de la formation du personnel de santé et des parents à la naissance d’un enfant atteint d’albinisme, à l’engagement des structures communautaires dans la protection de ces vulnérables.

Quant aux enfants, je ne suis pas ici uniquement en tant que ministre. Je suis là aussi en tant que mère porteuse de cette tendresse naturelle. Je voudrais vous assurer de ma détermination à inscrire la protection de vos droits dans les priorités de mon département ». 

À rappeler qu’en plus de ce don, MTN a remis des chèques à 5 élèves albinos dont 3 filles en termes de bourse d’étude.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Elhadj Thierno Madiou sur la libération de son fils, Abdoulaye Bah : « nous restons en attente de la volonté de Dieu »

17 juillet 2021 à 16 04 14 07147
Elhadj Thierno Madiou Bah, père de Abdoulaye Bah

C’est un ouf de soulagement pour les familles des quatre responsables de l’UFDG (Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah et Cellou) qui viennent de bénéficier d’une libération conditionnelle après plus de huit mois de détention à la maison centrale de Conakry. Dans la famille de l’ancien maire de Kindia, Abdoulaye Bah, la joie des retrouvailles se lit partout ce samedi, 17 juillet 2021. Son père, Elhadj Thierno Madiou Bah, rayonne de joie de retrouver son fils après des mois de souffrance et peine de la séparation. Le vieil homme de 81 ans dit se remettre à Dieu pour la suite des évènements dans cette affaire où sont fils (et bien d’autres personnes) est sur le banc des accusés.

« Cela fait presque 9 mois depuis qu’on (lui et son fils) ne se voit pas, maintenant il est chez moi ici (kaporo Rail). Je remercie Dieu, je suis très content et je remercie tous ceux qui ont concouru à leur libération. Je remercie tout le monde et nous restons en attente de la volonté de Dieu. Si c’est l’argent simplement qu’il (Abdoulaye Bah) voulait, il a travaillé pendant 5 ans à la Mairie de Namur (Belgique) avant d’enseigner au Canada. Mais, il est rentré dans son pays. Dieu l’a arrêté, Dieu l’a libéré. Nous remercions Dieu ».

Mamadou yaya diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 67 36 81

Lire

INTEGRA lance un atelier sur le financement des projets à forte valeur ajoutée sociale

16 juillet 2021 à 10 10 58 07587

Le programme d’appui à l’intégration socio-économique des jeunes (INTEGRA), initié conjointement par l’Union européenne et le Gouvernement guinéen, a réalisé  un atelier durant la période du 06 au 08 juillet dernier, sur le financement des projets générateurs de revenus.

Financé par l’Union européenne et  mis en œuvre par le Fonds d’Equipement des Nations Unies (UNCDF), ce sont vingt-deux (22) projets retenus lors de l’appel à candidature lancé entre février et  avril 2021  dans le cadre de la sélection des porteurs de projets. Toutes ces propositions ont été analysées et classées par un comité de sélection selon la taille de l’investissement, la viabilité financière, le niveau de préparation et l’impact sur le développement local.  

Durant ces trois jours, les échanges ont porté sur les points suivants :

  • les défis liés à l’accès au financement,
  • l’approche LFI (local finance initiative) préconisée par UNCDF,
  • la définition des concepts utiles aux entrepreneurs,
  • le cycle de développement des projets générateurs de revenus,
  • l’impact d’un projet d’entreprise sur le développement local,
  • les relations entre les banques et les porteurs de projets

Les promoteurs de startup ont eu donc l’occasion de prendre connaissance de leurs insuffisances dans la formulation de leurs projets et aussi dans le montage de leur business plan ; Il a aussi été question pour eux d’être capables d’élaborer des budgets prévisionnels cohérents à travers des cas pratiques qui ont été présentés, et d’avoir une bonne maitrise de leurs activités. Les entrepreneurs présents à cet atelier n’ont pas manqué de rappeler les difficultés qu’ils rencontrent avec les banques commerciales dans l’octroi des financements notamment dans le secteur agricole.

Pour les représentants des banques, c’était l’occasion de signifier leurs attentes, leurs exigences dans la composition des dossiers à soumettre auprès des institutions financières. Dian Baldé, Spécialiste en investissement de l’UNCDF-Guinée revient sur l’importance de cet atelier :

« Cet atelier fait suite à un appel à projet qu’on avait organisé. Les échanges de cet atelier constituent la phase initiale de l’accompagnement qu’INTEGRA propose aux porteurs de projets. Notre tâche dans ce projet est d’appuyer certaines PME et projets d’investissements de développement local qui ont une certaine taille et certains potentiels en matière d’employabilité des jeunes ou d’impact sur le développement local. La viabilité financière potentielle du projet est primordiale et est notre premier critère de choix, donc il faut que le porteur du projet puisse nous démontrer qu’une fois que son projet bénéficie de notre assistance technique, qu’il sera en mesure d’être bancable et viable ».

Virginie Touré, Promotrice de la Société Guinéenne de Développement Durable (SGDD) évoluant dans la transformation des produits alimentaires exprime sa satisfaction quant à l’organisation de cet atelier : « Le problème de financement est un véritable frein au développement des PME que nous sommes, avec le programme INTEGRA qui est une bonne opportunité pour nous entrepreneurs. Nous avons la chance d’apprendre à mieux rédiger notre business model afin d’avoir un bon financement. Grace à cette rencontre de travail, mon but est de développer le marché de l’agriculture biologique en Guinée afin que nous puissions exporter désormais nos produits bio dans la sous-région en particulier et dans le monde entier en général ».

Le programme INTEGRA se veut une contribution pour amorcer de nouvelles dynamiques dans le développement socio-économique en Guinée. Initié conjointement par le Gouvernement guinéen et l’Union européenne au titre du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique, INTEGRA crée des opportunités pour la jeunesse guinéenne à travers la préparation à la vie professionnelle dans les établissements scolaires, la réalisation d’infrastructures économiques, la formation professionnelle, la création d’emplois durables et le développement de l’entrepreneuriat.

Ainsi, à travers ce programme, ce sont plus de 15 000 jeunes qui seront directement accompagnés pour mettre en œuvre cette nouvelle dynamique socio-économique par la création d’emplois et l’appui au développement de l’entrepreneuriat en Guinée.

Suivez INTEGRA Guinée sur Twitter| Facebook |

Suivez la Délégation de l’Union européenne en Guinée sur Twitter | Facebook |

#INTEGRA_GUINEE | #AfricaTrustFund | #PNUD | #ITC | #ENABEL | #GIZ | #TeamEurope | #EUSolidarity | #AUEU | #UE | #GOVGN

Lire

Vol à main armée à Kindia : 20 ans de réclusion criminelle requis contre 5 accusés

16 juillet 2021 à 10 10 30 07307

En audience criminelle hier, jeudi 15 juillet 2021, le parquet du tribunal de première instance de Kindia a demandé la condamnation de cinq accusés (Alhassane Diallo, Alhassane Ouendenou, Nouhou Sow, Bandiougou Diallo et Daouda Diallo) tous poursuivis pour « vol à main armée ». Les mis en cause ont plaidé non coupable des faits mis à leur charge devant le tribunal criminel, mais le ministère public a tout de même requis 20 ans de réclusion criminelle à l’encontre de chacun d’eux.

Selon des informations confiées à Guineematin.com, ces accusés ont été interpellés et trimballés en justice après attaque à main armée perpétrée dans une boutique ‘’Orange Money’’ au carrefour Yéolé, dans la commune urbaine de Kindia. C’était au cours de l’année 2020 ; et, la boutique appartenait à un certain Dardaye Diallo.

Présenté au tribunal criminel de Kindia ce jeudi, ces accusés ont réfuté les charges articulées contre eux. Et, leur avocat, Me Fodé Camara a plaidé la relaxe de ses clients. Mais, le ministère public a estimé qu’il y a suffisamment de preuves qui accablent les accusés dans cette affaire. Et, en conséquence, il a demandé au tribunal de condamner chacun d’eux à 20 de réclusion criminelle.

Finalement, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 22 juillet prochain.

De Kindia, Amadou Bailo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tel : (00224)628516796

Lire

Arrestation des opposants au 3ème mandat d’Alpha Condé : la réaction du FNDC

14 juillet 2021 à 22 10 04 07047
Kéamou Bogola Haba et Thierno Yaya Diallo

Communiqué du FNDC : Dans la poursuite de projet de percussion, d’intimidation et de séquestration des voix discordantes à son régime illégal imposé au Peuple, le dictateur Alpha Condé, à travers sa police judiciaire qu’il utilise à sa guise, vient de kidnapper deux leaders de l’opposition guinéenne membre de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD). Il s’agit de Kéamou Bogola Haba, responsable Communication de l’ANAD et Thierno Yaya Diallo, Président du parti Guinée Moderne (GM), qui ont été kidnappés ce mercredi 14 juillet 2021 à Conakry.

Cette énième opération d’intimidation est loin d’être un acte isolé. Il s’agit de la poursuite de l’exécution d’un plan diabolique de kidnapping organisé à des fins de chantage politique et de harcèlement judiciaire.

Le régime du dictateur Alpha Condé cherche sans relâche à éliminer les leaders du FNDC et de l’opposition dans l’espoir de consolider un 3ème mandat illégal et illégitime bâti sur du sable mouvant. Ce qui justifie entre autres la détention illégale de leaders, militants et sympathisants du FNDC et de l’opposition politique dans les prisons à Conakry et à l’intérieur du pays.
La coordination nationale du FNDC condamne ces kidnappings de trop et exige la libération ces deux leaders sans délai.
La coordination nationale du FNDC appelle les citoyens à la mobilisation pour le départ du dictateur Alpha Condé, la seule et unique solution pour mettre fin à la souffrance et aux malheurs que la Guinée et les guinéens subissent depuis le coup d’État constitutionnel.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons !

Conakry, le 14 juillet 2021.

La Coordination nationale du FNDC

Lire

Arrestation des opposants : l’ANAD exige la libération de Bogola Haba et Thierno Yaya Diallo

14 juillet 2021 à 21 09 14 07147
Kéamou Bogola Haba et Thierno Yaya Diallo arrêtés cet après-midi à Conakry

Comme indiqué dans une précédente dépêche de Guineematin.com, deux opposants guinéens ont été arrêtés dans l’après-midi de ce mercredi, 14 juillet 2021, à Lambandji, dans la commune de Ratoma. Peu après cette arrestation, l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD) a publié un communiqué pour réclamer la libération immédiatement des opposants Kéamou Bogola Haba (président d’honneur du parti UGDD) et Thierno Yaya Diallo (président du parti Guinée moderne), tous les deux membres de cette nouvelle coalition politique, dirigée par Cellou Dalein Diallo.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose le communiqué de l’ANAD :

ANAD exige la libération de Kéamou Bogola Haba et Thierno Yaya Diallo

Lire

Cellou Dalein sur la reprise des manifestations : « on ne va pas renoncer à ce droit constitutionnel »

14 juillet 2021 à 20 08 31 07317

Malgré les critiques qui ont suivi la décision de l’UFDG de reprendre prochainement les manifestations de rue, Cellou Dalein Diallo ne semble pas prêt à faire marche arrière. Le leader du principal parti d’opposition du pays se montre ferme sur la question, annonçant qu’il ne va pas renoncer au droit de manifester qui est consacré par la constitution guinéenne. Il l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse animée avec ses alliés de l’ANAD ce mercredi, 14 juillet 2021.

Le président de l’UFDG a tout d’abord répondu à ceux qui ont critiqué la décision de son parti de reprendre prochainement ses manifestations, suspendues depuis plus d’une année en Guinée. Il se dit inquiet de constater que certains Guinéens s’opposent désormais systématiquement à toute manifestation de rue, qui est pourtant un droit constitutionnel.

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG

« Manifester dans les rues et sur les lieux publics est un droit constitutionnel. Tuer un manifestant est un crime imprescriptible. Alors, si on est d’accord sur ça, la question qu’il faut se poser, c’est comment respecter la constitution. Respecter la vie humaine tout en respectant la constitution.  Nous avons organisé ici plusieurs manifestations sans qu’il n’y ait des victimes. Mais, ça gêne Alpha de voir une manifestation réussie. Parce que lorsqu’on voit un million de personnes dans les rues pour protester contre la mauvaise gouvernance, quelle que soit la nature de la manifestation, ça le gêne. Et il se dit que pour mettre un terme aux manifestations, il faut tuer pour décourager les manifestants. Est-ce que c’est normal de tuer un manifestant ? Non ! C’est un crime imprescriptible. Mais aujourd’hui, la manifestation, bien que prescrite dans la constitution, est considérée comme un acte de violence. Non ! La violence vient du pouvoir. Parce que la réussite d’une manifestation gêne Alpha », a déclaré Cellou Dalein Diallo.

Il ajoute que c’est pour décourager les manifestants et avoir un argument pour interdire toute forme de protestation dans le pays que le pouvoir réprime les manifestations et accuse l’opposition d’être responsable de ces tueries. « L’opposition ne va pas donner des armes à nos militants pour tuer nos militants. Donc son idée d’attribuer la mort des militants de l’UFDG à des militants de l’UFDG ne tient pas la route. Et pour empêcher l’opposition de manifester, on assimile les manifestations pacifiques à des agressions, à des casses, alors que ce n’est pas le cas. C’est Alpha qui casse, c’est Alpha qui fait tuer et garantit l’impunité aux gens. Donc, il ne faut pas qu’on renonce à ce droit constitutionnel de manifester dans le respect des règles et des citoyens », a dit le président de l’UFDG.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tel: 622919225 / 666919225

Lire

Friguiagbé (Kindia) : le président de la jeunesse et 11 autres personnes arrêtés « sur ordre du procureur »

14 juillet 2021 à 20 08 28 07287

Propriétaire d’un « Bar américain » à Friguiagbé, Oumar Ben Soumah, le président de la jeunesse de Friguiagbé, a été samedi dernier, 10 juillet 2021, par une équipe mixte de policiers et de gendarmes. Ces agents, venus à bord de trois pick-up, l’ont interpellé avec onze autres personnes dont deux enseignants et quatre élèves (tous candidats au baccalauréat unique session 2021). Ils ont été conduits à l’escadron mobile N°7 de Kindia où ils ont été auditionnés jusqu’à hier (mardi). Oumar Ben Soumah, accusé de « vente de drogue », a finalement été conduit à la maison centrale de Kindia avec sept (7) de ses codétenus. Les quatre élèves ont été libérés « pour ne pas qu’ils ratent le baccalauréat ». Mais, certains de Friguiagbé craignent que cette situation soit source de tension dans leur localité, d’autant plus que les jeunes y voient un règlement de compte.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est peu avant 18 heures que des agents, sur ordre du procureur Amadou Diallo, ont investi le bar de Oumar Ben Soumah. Ce dernier était absent des lieux, mais les agents se sont quand même livrés à des scènes de destruction de biens. Ils ont également interpellés tous ceux qui étaient dans le bar sans leur signifier les motifs de leur arrestation.

« C’était entre 17 heures et 18 heures que j’ai reçu un appel m’informant que les forces de l’ordre sont en train de saccager mon bar. Immédiatement je me suis précipité sur les lieux. J’ai trouvé 3 pick-up chez moi et les agents venus abord avaient commencé de faire tomber le mur du bar et perforé les tôles. Je me suis adressé au commandant de l’équipe qui m’a dit qu’ils sont déployés par le procureur Amadou Diallo. J’ai appelé le procureur Amadou pour que je sois situé de cette descente des forces de l’ordre chez moi. Mais, il m’a dit de remettre le téléphone au commandant. Après, ils (les agents) m’ont dit de monter dans leur véhicule avec les gens qu’ils ont trouvé dans le bar. Il y avait deux professeurs et quatre élèves parmi eux. Du dimanche au lundi on était tous au Mobilo, escadron numéro 7 de Kindia. Mais, lors de mon audition, on me fait comprendre que je vends la drogue à Friguiagbé. Je leur ai fait comprendre que tout le monde connaît que Ben Soumah est un enseignant. Tout le monde connaît aussi que j’ai un bar bien règlementé avec les papiers. Parce que même les chichas qui étaient dans ma boite, je les rangées dès que le gouvernement a interdit sa consommation. Donc, je ne connais rien de ce qu’ils sont en train de me reproché. Qu’ils disent autres chose », a confié Oumar Ben Soumah mardi, peu avant son transfert à la maison centrale.

Seulement, à Friguiagbé, l’interpellation de ces individus (surtout Oumar Ben) n’est pas vue d’un bon œil. Nombreux jeunes de la localité y voient un règlement de compte et réclament la libération immédiate des détenus.

« Personne n’est au dessus de la loi. Ce qui veut dire qu’on peut interpeller Oumar Ben Soumah s’il est en infraction ou s’il fait quelque chose de condamnable. Mais, ce qui vient de se passé c’est un règlement de compte. Pourquoi je dis ça ? Parce que l’affaire domaniale qui vient de prendre fin ici, Ben Soumah avait dit qu’il ne va pas mentir pour quelqu’un. Que c’est les autorités qui veulent pagayer ici, car elles savent bien le propriétaire du domaine litigieux. Sinon Ben n’a rien fait du mal ici. Et, s’il a fait du mal, le procureur n’a qu’à nous le prouver. Et, s’il est incapable de le faire, qu’il relâche vite notre président et tous les autres (….) ; sinon, il va encore nous plonger dans une autre crise suite à l’arrestation de ses gens », a indiqué Daouda Camara, un jeune de Friguiagbé.

De son côté, cet autre jeune, Morlaye Sylla, voit en cette arrestation une volonté manifeste du procureur Amadou Diallo de souffler sur les braises pour embraser Friguiagbé où un vieux conflit domanial a récemment provoqué des affrontements meurtriers.

« On vient de faire le grand fidaou pour la paix et la quiétude à Friguiagbé. Mais, le procureur Amadou Diallo a une fois montré qu’il ne veut pas la paix ici et dans tout Kindia. Car, comme le disait Elhadj Sekhouna Soumah, le Kountigui de la Basse Guinée, Friguiagbé est le moteur de Kania. Donc, si toi tu emprisonnes un leader d’une telle localité, comme Ben Soumah, tu veux vraiment soulever la population. Sinon, Oumar Ben n’a rien fait de mal ici. Et puis, c’est un jeune chef qui est avec tous les jeunes d’ici. Quand quelqu’un a également un problème, il est toujours avec l’intéressé. Donc, il faut qu’on le libère. Amadou Diallo ne sait pas quoi faire. Le plus grand problème aujourd’hui à Kindia, c’est lui Amadou Diallo (le procureur de la république près le tribunal de première instance de Kindia) », a martelé Morlaye Sylla.

Pour l’heure, toutes nos tentatives au près du parquet du tribunal de première instance de Kindia pour savoir les raisons de l’arrestation de Oumar Ben Soumah et Cie sont encore vaines.

Suivre !

De Kindia, Mohamed m’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 69 51

Lire

Guinée : 2 autres opposants arrêtés à Conakry

14 juillet 2021 à 19 07 31 07317
Kéamou Bogola Haba et Thierno Yaya Diallo arrêtés cet après-midi à Conakry

Des ennuis pour les opposants guinéens Kéamou Bogola Haba, président d’honneur du parti UGDD, et Thierno Yaya Diallo, président du parti Guinée moderne. Ces deux responsables de l’ANAD (Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie), une nouvelle coalition politique dirigée par Cellou Dalein Diallo, ont été interpellés dans la soirée de ce mercredi, 14 juillet 2021, à Conakry.

« Le président du parti Guinée moderne, Thierno Yaya Diallo, et M. Bogola Haba ont été arrêtés tout à l’heure, au domicile de Thierno Yaya, à Lambanyi. Selon les témoins, ce sont des agents de la DPJ qui ont fait une descente musclée sur les lieux pour les interpeller et les conduire vers une destination qui reste pour le moment inconnue », a annoncé Baba Gallé Bah, secrétaire général du parti Guinée moderne, joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.

Même s’il dit ne pas être étonné, l’opposant se dit inquiet par ces nouvelles interpellations. « On n’est pas étonné, parce qu’on s’attend à ça tous les jours. Quand vous avez à faire avec une dictature d’envergure comme celle que nous sommes en train de subir aujourd’hui dans notre pays, rien n’est étonnant. Par contre, nous sommes très inquiets, parce qu’on ne sait pas d’abord où ils sont, dans quelles conditions ils sont et pourquoi ils ont été arrêtés, parce qu’ils n’ont commis aucune infraction », a dit M. Bah.

A suivre!

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Lire

Cellou Dalein aux Guinéens : « Alpha Condé est un facteur de division ! Vous devez le combattre… »

14 juillet 2021 à 15 03 15 07157

« Lorsque vous vous battez pour la promotion de l’unité nationale, de la bonne gouvernance, pour l’utilisation efficace des biens du pays, vous devez combattre Alpha Condé parce que c’est un facteur de division. Vous vous battez pour la bonne gouvernance, pour l’utilisation judicieuse et équitable des richesses de ce pays, vous devez être opposant à Alpha Condé parce que sa politique, c’est une politique de corruption, de vol et de détournement des deniers publics… », a notamment indiqué Cellou Dalein Diallo ce mercredi. 

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, les leaders de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD) ont signé leur nouvelle charte. Présidée par Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo, le président de l’UFDG et de l’ANAD, la cérémonie de signature a été organisée  ce mercredi, 14 juillet 2021, au siège de de l’ANAD, à Cobayah, dans la commune de Ratoma, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Selon les responsables de l’ANAD, cette nouvelle charte est née de la volonté des partis et mouvements politiques membres de transformer leur alliance électorale en une alliance politique pérenne ayant pour vocation la réconciliation nationale, l’instauration de la démocratie, le développement économique et l’Etat de droit en République de Guinée.

Dans sa communication de circonstances, le président de l’Alliance a rappelé et magnifié les efforts consentis par l’ANAD, avant de revenir sur les difficiles moments de la « confiscation de sa victoire » par le régime Alpha Condé.

« Avec cette confiance manifestée, ce soutien exprimé, nous avons réussi l’exploit de gagner cette élection dès le premier tour avec 53,84%. Au delà de cet exploit dont on continue de se réjouir, il y a la résistance que nous avons organisée ensemble contre les exactions, les violences, les tueries, les arrestations, les séquestrations déclenchées par Alpha Condé contre notre alliance. Nous avons perdu 51 personnes dont quatre en prison. Non seulement ces crimes sont niés par Alpha Condé et son clan mais il n’y a aucune disposition qui a été prise pour trouver les auteurs de ces crimes. Il n’y a eu aucune compassion par ceux qui se disent autorités de ce pays. Il y a eu plus de quatre cent personnes qui ont été arrêtées et sont encore séquestrées à la maison centrale de Conakry. Malgré tout, nous avons fait preuve de courage. Nous avons continué à tenir debout, à dénoncer la mascarade électorale, à exiger la vérité des urnes… personne n’a été effrayé par les intimidations. 

L’alliance électorale a permis de bâtir une confiance entre les leaders de l’ANAD ; et, maintenant, nous avons décidé de transformer cette alliance en une alliance politique pérenne pour faire face et contribuer à la réconciliation et à la consolidation de l’unité nationale parce que c’est comme si Alpha Condé est venu pour diviser la Guinée. Nous avons décidé de mettre ensemble nos efforts pour construire un État fort, neutre et impartial en faisant la promotion de la fraternité entre les fils de ce pays ». 

Par ailleurs, Cellou Dalein a appelé tous Guinéens qui veulent l’unité nationale à s’opposer et à combattre Alpha Condé qui, pour lui, est un facteur de division. 

« Lorsque vous dites que vous vous battez pour la promotion de l’unité nationale, de la bonne gouvernance, pour l’utilisation efficace des biens du pays, vous devez combattre Alpha Condé parce que c’est un facteur de division. Vous vous battez pour la bonne gouvernance, pour l’utilisation judicieuse et équitable des richesses de ce pays, vous devez être opposant à Alpha Condé parce que sa politique, c’est une politique de corruption, de vol et de détournement des deniers publics. Vous voulez que notre pays soit régi par des règles et des principes de l’État de droit, vous devez alors être opposés à Alpha Condé ». 

Plus que déterminer à mener la lutte pour la reconnaissance de sa victoire aux urnes, le patron de l’UFDG rassure les membres de l’ANAD que leur alliance finira par vaincre…

« La lutte va être gagnée. Notre combat pour le respect de la vérité des urnes, pour le respect des droits humains, le combat pour le développement socio-économique et social de ce pays, nous allons le gagner parce que nous défendons le respect des droits humains et la justice pour tous », a insisté Elhadj Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et de l’ANAD.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tél. : 622919225 / 666919225

Lire