Le centre international de recherche et de documentation a célébré ce samedi, 24 mars 2018, l’an un de son existence. L’événement a mobilisé des professeurs d’universités et de nombreux étudiants au siège du centre à Kipé dans la commune de Ratoma. L’occasion pour les responsables du CIRD, de parler de leurs activités avec un accent particulier sur la recherche scientifique, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

A l’absence de la fondatrice du CIRD et d’une autre responsable du centre, il n’y a pas eu de cérémonie festive à l’occasion de ce premier anniversaire du lancement du centre international de recherche et de documentation. Les responsables de l’institution ont réuni des professeurs d’universités et plusieurs étudiants de Conakry, pour leur parler du CIRD et de ses ambitions.

Nicolas Dextreit

Selon Nicolas Dextreit, Directeur Général du centre, le CIRD vise à développer la recherche scientifique en Guinée. « Le CIRD est là pour relever trois défis : d’abord le défi du numérique, parce qu’il faut mettre à la plus large disposition la connaissance, il faut donner le libre accès à la documentation. Deuxième défi, c’est celui de l’acquisition de compétences. La recherche, ce sont des véritables métiers, ce sont même des chaines de métiers. Et les formes et les techniques de ces métiers changent, évoluent et donc, on doit constamment s’adapter. Troisième défi, le défi de l’emploi.

Parce qu’on a trop tendance à croire qu’il y a l’université d’un côté, le monde économique ou les entreprises de l’autre, bien entendu ça ne marche pas comme ça. Les entreprises sont à la recherche de personnes qui ont acquis des compétences et qui sont prêtes à les mettre en œuvre. Et donc, l’université doit forcément travailler avec le monde économique, avec les entreprises », a indiqué le DG du CIRD.

Nicolas Dextreit en a profité pour parler brièvement des activités menées par le CIRD pendant sa première année d’existence. « Toute l’équipe du CIRD que je remercie, en un an, a mené plus de 50 conférences-débats, projections de films, des ateliers, a accueilli des milliers de participants, a apporté sa contribution aussi aux journées de sensibilisation internationales, comme la journée internationale des femmes ou la journée de l’environnement, la journée de la liberté de la presse. Le CIRD a également créé le prix littéraire international William Sassine, dont on a remis au lauréat le 09 février », a-t-il dit, ajoutant que « ce rythme ne va pas faiblir, au contraire, on a déjà un programme d’activités mais aussi un programme de développement qui est déjà sur les rails ».

Jacques Michel

Pour ce qui est de la recherche qui est un aspect important sur lequel le CIRD compte se focaliser, le professeur Jacques Michel, Directeur du Département recherche du CIRD, a présenté les actions prévues dans ce sens : « Le problème c’est structurer la recherche, lui donner des assises institutionnelles et de fabriquer des groupes de travail. Ces groupes de travail, auront des objets divers, mais les domaines qui apparaissent comme étant les plus impérieux, les plus urgents, sont les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’environnement et de l’éducation politique des citoyens.

Je pense que l’on va s’orienter vers une interrogation, une recherche sur la question des normes qu’elles soient sociales, politiques, même techniques. J’espère que je pourrai constituer des groupes, des ateliers où se rencontreront des personnes qui ont des intérêts communs ou voisins afin d’arriver à quelque chose qui soit à peu près complet », a expliqué le directeur du centre de recherche du CIRD.

A noter que cette journée a connu plusieurs activités, dont des conférences-débats, des échanges entre des enseignants chercheurs et des étudiants.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Guineematin