« Le chirurgien n’a même pas terminé la soirée dansante. A 2 heures du matin, il avait une urgence. Il était obligé de venir à l’hôpital où il est resté jusqu’à 4 heures et quelques », a indiqué le Directeur préfectoral de la santé de Lélouma, Dr. Wowo Pamou.

Un véhicule de service de l’hôpital préfectoral de Lélouma a été aperçu dans la cours d’une boite de nuit très huppée de la commune urbaine, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Ce sont quatre infirmiers et l’unique chirurgien de l’hôpital préfectoral de Lélouma sont arrivés dans une boite de nuit de la commune urbaine à bord d’un véhicule de service dudit centre hospitalier pour, disent-il, se divertir. Les faits se sont produits le samedi dernier, 14 octobre 2017.

Ce fait insolite fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la préfecture de Lélouma où les débats ont repris de plus belle sur l’utilisation des Véhicules de l’Administration publique, en dehors des heures de service.

« En dehors des heures de service, je ne peux pas dire à un agent de ne pas se recréer. Mais, le fait de prendre le bien de l’Etat pour aller se récréer, je n’étais pas informé », a déploré le directeur préfectoral de la Santé de Lélouma, Dr. Wowo Pamou, interrogé par BTA FM Labé.

Ce qui est plus grave est que le chef du district sanitaire de Lélouma a confirmé que sortir avec le véhicule de l’hôpital préfectoral est une pratique habituelle à Lélouma.

« Avant, on disait que Dr John se promenait dans l’ambulance. Je lui ai fait la remarque et lui ai dit d’arrêter. Mais, maintenant, ça-là, c’est un autre problème. Par rapport à la boite de nuit dont vous faites allusion, le chirurgien est même parti loin, il n’a même pas terminé la soirée dansante. A 2 heures du matin, il avait une urgence. Il était obligé de venir à l’hôpital où il est resté jusqu’à 4 heures et quelques », a ajouté le DPS de Lélouma.

Il convient tout de même de préciser que cette pratique est générale en République de Guinée. Il n’est pas rare de rencontrer des véhicules de l’administration publique à des heures tardives de la nuit dans plusieurs villes du pays.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com