Les universités guinéennes publiques et privées vont ouvrir leurs portes le lundi, 6 octobre 2017. Pour le bon démarrage des cours, les responsables de ces institutions d’enseignement supérieur sont à pied d’œuvre dans les préparatifs.

A l’Université Nongo Conakry, le vice-recteur  chargé des études, professeur Mamadou Aliou Souaré affirme que toutes les dispositions ont été prises pour une bonne rentrée, a appris Guineematin à travers un de ses reporters.

« Par rapport au communiqué du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Nous de l’Université Nongo Conakry,  nous avons fait des communiqués envoyés un peu partout pour demander à nos étudiants d’être  là le 16 octobre 2017 », a entamé le vice-recteur qui ajoute que les salles sont déjà prêtes à recevoir les étudiants.

Poursuivant, professeur Mamadou Aliou Souaré mentionne que tous les professeurs ont reçu le matériel didactique. «  Tous les besoins didactiques sont déjà en place. Distribués au niveau des chefs de département et nous attendons l’arrivée des étudiants pour démarrer les cours. On a déjà fait le recrutement, parce que nous, nous recrutons les professeurs par semestre. Nous avons fini les recrutements et nous avons convoqué les professeurs qui ont été retenus », a-t-il dit.

Cette année, les bacheliers n’ont pas été orientés dans les universités privées par l’Etat. Une décision qui ne surprend pas professeur Mamadou Aliou Souaré.  «  Je l’ai  toujours répété  dans mes interventions. Nous, on a pas créé UNC pour que l’Etat nous envoie des boursiers. Nous avons créé pour compléter l’Etat dans le développement socio-économique. Et pour cela, depuis le début, notre vision est de créer une infrastructure qui répond vraiment aux normes internationales ».

Selon lui, les boursiers d’Etat qui souhaitent s’inscrire à UNC sont libres car ils ont des meilleurs programmes d’enseignement. « Ceux qui veulent venir, qu’ils viennent étudier ici et qu’ils puissent concurrencer tous les étudiants de la Guinée, de la sous-région et des étudiants à l’échelle internationale. Si à un moment donné l’Etat nous a amené  des étudiants mais il faut saluer et remercier. Maintenant, nous estimons que nous avons une infrastructure qui permet à tous ceux qui veulent bien étudier de venir chez nous s’inscrire et étudier ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com