Maître Cheick Sako, ministre de la Justice

Les Guinéens se sont rendus aux urnes le dimanche 4 février 2018. Près de deux semaines après, les résultats définitifs et entiers ne sont toujours pas connus. Jusqu’à ce samedi 17 févier, les résultats de cinq circonscriptions électorales attendent d’être publiés. Il s’agit de la commune de Ratoma (à Conakry), de la commune urbaine de Dubréka et les communes rurales de Kounsitel, de Kakoni et de Foulamory dans la préfecture de Gaoual.

De sources proches de la commission technique chargée de traiter les procès verbaux au niveau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ce retard est imputable aux juges chargés de trancher le contentieux électoral.

Presque partout, « ces juges, au lieu de dire le droit, préfèrent renvoyer le dossier à la CENI. Ce qui complique la tâche aux commissaires et autres membres de la commission de traitement des PV », a confié à Guineematin.com un de ses membres. Plusieurs de nos confidents accusent les magistrats qui ont présidé les commissions administratives de centralisation des votes (CACV) de cupidité. En plus de ces présidents, les juges chargés d’évacuer le contentieux électoral sont également pointés du doigt.

Très peu ont été à la hauteur de la mission qui leur a été confiée. Des juges comme celui qui, après avoir présidé la CACV de Boffa, est revenu à Conakry avec les procès-verbaux (PV) avant même la fin des travaux de centralisation des résultats et sans avoir affiché les résultats provisoires de la commune urbaine de Boffa, contrairement aux dispositions légales.

Pire, des juges chargés de juger le contentieux électoral, refusent de siéger les weekends, arguant que c’est un congé reconnu par la loi. S’ils mettent à exécution cet argument qui ne tient pas sous les yeux de l’opinion, les résultats des cinq circonscriptions qui sont toujours attendus, pourraient encore retarder ; alors que nous sommes déjà à 14 jours depuis la tenue de ce scrutin.

A date, sur les 342 circonscriptions, les résultats de 337 sont officiellement connus et proclament vainqueurs les deux principales formations politiques de la Guinée : le parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel et son rival, l’UFDG, principal parti de l’opposition guinéenne.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Guineematin