Louceny Nabé, Gouverneur de la BCRG

Louceny Nabé, Gouverneur de la BCRG

Le détournement d’importantes sommes d’argent à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) a été révélé récemment. Les quatre prévenus, poursuivis pour des faits de détournement de deniers publics et de recel, ont comparu ce mercredi 07 juin 2017, au TPI de Kaloum. Cette première audience a été intéressante d’autant plus que les mis en cause ont fini par avouer les faits à eux reprochés, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi la séance.

Les montants présumés détournés par les quatre individus (trois de la BCRG et un du Trésor Public), sont de cent cinquante mille (150 000) Dollars US et cent mille (100 000) Euros. Devant le juge, monsieur Cherif Sow, c’est seulement madame Kéita Kadiatou Baldé, chef section devises à la BCRG, qui a reconnu directement « avoir participé, en pleine connaissance de cause, au détournement de deniers publics ». Il a fallu beaucoup de questions pour que finalement Younoussa Soumah et Oumar Bah (de la BCRG) et Ibrahima Sory Sylla (du Trésor) en viennent à reconnaître les faits.

Kadiatou Baldé a raconté de fil en aiguille les péripéties ayant conduit à la subtilisation desdits montants à l’agence centrale de la BCRG. Selon la dame, c’est Younoussa Soumah, tantôt planton, tantôt correspondant bancaire, qui lui a demandé de l’aide. « Comme c’est lui qui envoie les avis de payements de la banque au trésor, il m’a dit qu’il connaissait l’informaticien du Trésor qui enregistre lesdits avis. Moi en tant que caissière, je procède au décaissement des devises », a-t-elle dit.

Elle dira devant le juge qu’elle n’était pas à sa première opération. « Une fois c’était 100 000 mille dollars, mais qu’on avait pas dépensé. On les avait remboursés », précise-t-elle.

Interrogée par Maitre Mohamed Sampil, avocat de la partie civile, madame Kéita lassera entendre que le groupe a procédé à un scannage de lettres de payement. « C’est un recyclage, ou un double payement », va appuyer maitre Sampil.

Sur la destination des sommes incriminées, madame Keïta a dit avoir reçu la moitié des montants détournés. « J’ai pris 50 000 Euros et 75 000 Dollars. J’ai donné l’autre moitié à Ibrahima Sory Sylla qui devait se la partager avec Younoussa Soumah. Par la suite, j’ai donné 10 000 Euros et 20 000 dollars à Oumar Bah », a détaillé la dame.

Voulant à tout prix sauver la tête de sa cliente, maître Doura Chérif va demander à madame Kéita Kadiatou Baldé ce qu’elle a fait des montants détournés. « Je ne les avait pas utilisés. Quand on m’a interpellée, j’ai tout remboursé. J’ai donné 40 000 Dollars et 55 000 Euros. C’est ce que j’ai eu après le partage. J’ai remboursé », a-t-elle répondu à Doura Chérif.

Le collectif des avocats de la défense a demandé la liberté provisoire, notamment pour madame Keita et qui pouvait être élargie aux autres mis en cause. Mais le juge, en suivant la logique du Procureur Alghassimou Diallo, a rejeté la demande avant de renvoyer le procès au 14 juin pour entendre les autres prévenus.

A rappeler que plusieurs cas de détournement portant sur d’importantes sommes d’argent font souvent l’objet de débat en Guinée. Mais, ces genres d’affaires sont souvent étouffées par les autorités…

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin