imageDécidément, les examens scolaires de cette année ont été tout sauf sérieux. Il y a eu la fraude à grande échelle. Certains sujets étaient connus d’avance. C’est le cas des épreuves de physique et de mathématiques au baccalauréat par exemple. C’est aussi vrai à l’épreuve de français au (BEPC).

Selon informations parvenues à Guineematin.com, le sujet de Géographie, option Sciences Sociales, aurait été changé à la dernière minute, hier vendredi 4 juillet. Pour cause, les candidats détenaient le sujet qui consistait à faire une comparaison entre l’agriculture américaine et celle des pays sous-développés.

Sa similitude avec le sujet donné, qui cette fois-ci portait sur une comparaison entre l’agriculture japonaise et celle guinéenne montre qu’ils n’ont pas eu e temps de bien réfléchir à changer carrément ce sujet, ajoute notre source. Par ailleurs, cette précipitation de changer le sujet (déjà dans les mains des candidats) à la dernière minute a dû retarder le lancement des épreuves qui n’a été effectif qu’à 9 heures, au lieu de 8 heures habituellement, précise les informateurs de Guineematin.com.

Une réaction bien tardive et même insignifiante de la part des autorités. D’autant plus qu’à en croire nos sources, les conséquences commencent à se faire sentir. Parlant sous le seau de l’anonymat, un correcteur confie à Guineematin.com qu’il y aurait eu des notes incroyables, notamment au brevet d’étude du premier cycle. Des 18/20 en Dictée et questions, précise-t-il. Ce qui est inhabituel. Trop beau pour être vrai ! Surtout avec le niveau qu’on connaît des élèves d’aujourd’hui et même de certains enseignants.

Thierno Souleymane

Facebook Comments