Il n’est un secret pour personne que la Guinée est malade de ses infrastructures routières. De nombreux tronçons sont en très mauvais état, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. C’est le cas de la route Nongo-Cosa via Morykantéyah, dans la commun de Ratoma, où usagers et responsables locaux souhaitent son bitumage pour que prenne fin leur calvaire, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ce tronçon est déjà en mauvais état depuis quelques temps. Mais, les fortes pluies enregistrées pour ce mois d’août ont contribué à aggraver la situation. Au grand dam des usagers du tronçon, qui appellent l’Etat à voler à leur secours.

Selon Aboubacar Sidiki Doukouré, chef du secteur de Morykantéyah, joint au téléphone par Guineematin, « la circulation devient de plus en plus difficile sur ce tronçon à cause du mauvais état de la route, surtout qu’elle n’est pas protégée. Les eaux de ruissellement se versent directement sur les routes. Il n’y a pas de caniveaux pour orienter l’eau. La route est toujours inondée par l’eau de ruissellement. Le maire envoi souvent des observateurs, on leur remonte les informations. Mais, on ne voit rien par la suite comme amélioration de l’état des routes. Nous demandons à l’Etat de nous venir en aide ».

Armon Débrey

L’état du tronçon irrite certains citoyens du quartier qui dénoncent la négligence de l’Etat. C’est le cas d’Armon Débrey, artiste-chanteur, habitant du secteur Morykantéyah. « C’est un problème que nous rencontrons depuis 3 ans dans la circulation. L’état de la route entre Cosa et Nongo est très mauvais. Nous les populations du quartier, on a du mal à circuler. Même s’il n’y a pas eu des cas d’accident enregistrés ici d’abord, mais il vaut mieux prévenir que guérir. Il y a des ministres qui habitent ici, dans notre quartier. Eux-mêmes, ils passent par ici matin et soir. Mais, ils ne font rien. C’est plutôt les jeunes de bonne volonté qui viennent souvent remplir les nids de poules avec des cailloux. C’est ce qui permet de faciliter la circulation aux passants », a fait savoir notre interlocuteur.

En attendant que les autorités compétentes agissent pour la réfection dudit tronçon, ses usagers n’ont d’autres choix que de garder leur mal en patience.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tél: (00224) 622 07 93 59

Facebook Comments

Guineematin