Abdourahmane Bakayoko, président des Démocrates guinéens

Après sa comparution du lundi 29 mai 2017, Abdourahmane Bakayoko, homme politique, leader du parti « Les Démocrates Guinéens » est actuellement (12 heures, ce 19 juin) à la barre du Tribunal de Première Instance de Dixinn pour répondre des accusations de viol, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Dans son réquisitoire, le procureur, Mohamed Samoura a demandé six ans de réclusion criminelle et un mandat de dépôt à l’audience, en expliquant que Bakayoko a usé de la violence pour déchirer les habits et violer l’étudiante AD.
Mais, son avocat, maître Abou Camara a répondu que les habits de la fille n’ont jamais été présentés à la barre et qu’il n’y a eu aucune preuve de viol. D’ailleurs, l’avocat de Bakayoko ajoute que cette fille n’a jamais mis ses pieds dans la chambre de son client…

A rappeler que d’après le greffier, ce viol date de 2014 : « C’est à cette période, précisément le 13 avril 2014 que Bakayoko a trouvé cette étudiante au bord de la route en train de chercher un taxi. C’est de là qu’il l’a prise dans son véhicule et il l’a envoyée chez lui à Ratoma Bonfi où il a fait des rapports sexuels par la violence… », l’a notamment accusé le greffier.

Dans sa réponse de la semaine dernière, Abdourahmane Bakayoko a dit que quand il avait été convoqué à la gendarmerie pour la première fois, on lui a fait comprendre qu’il a enceinté cette fille. « A la gendarmerie, on m’a parlé d’une grossesse d’un mois. Et, comme rien n’est sorti, le commandant m’a appelé pour dire qu’un juge a besoin de moi au tribunal de Dixinn. Et, dès mon arrivée, on me parle de façon curieuse d’une affaire de viol », a-t-il expliqué.

A suivre !

Du TPI de Dixinn, Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Commentaires

No Comments