N’zérékoré: à la rencontre de la veuve d’un journaliste tué à Womey !

 DSCF5834

On se rappelle de la mort tragique de notre confrère Facely Camara, journaliste à la radio liberté Zaly Fm à Womey, une sous-préfecture de n’zérékoré. Il était parmi une délégation qui était allée sensibiliser la population sur des mesures d’hygiène contre la propagation du virus Ebola. Quelques temps après son décès, sa femme avait accouché des jumeaux, qui sont morts l’un après l’autre. De nos jours, la veuve, Makoura Camara, vit dans la précarité à Bellevue, un quartier périphérique de N’zérékoré, a constaté l’envoyé spécial de Guineematin ce dimanche 15 novembre 2015.

Kémo Camara et Fanta Camara, les deux parents biologiques de Facely vivent avec les autres frères du défunt, des enfants en majorité et leur belle fille. Parmi eux, le frère aîné, Daouda Camara. Il est dans le commerce de la cola. Après le décès de  son jeune frère Facely, l’essentielle de la charge familiale lui est revenue. Il est tout de même soutenu par un autre frère, chauffeur de son état.

Les parents de Facely et un de ses frères
Les parents de Facely et un de ses frères

A l’entrée de la maison qui abrite une partie de la famille, la veuve de notre confrère s’occupe de la vente de condiments, pour sa belle mère, mais aussi d’autres travaux ménagers. C’est là qu’elle passe l’essentielle de  sa journée.

De nos jours, cette pauvre femme, affectée par le décès de son époux et de ses deux bébés, a besoin d’être assistée. Madame Facely ne fait aucun métier, à en croire à ses propos. Elle souhaiterait faire du commerce. « Je voudrait être aidé à faire du commerce. Vendre des habits », nous a-t-elle déclaré.

Elle se veut reconnaissante envers les amis de son défunt mari, qui pensent encore à elle. « Depuis qu’une délégation du gouvernement a quitté ici, personne d’autre n’est venu. Seuls les amis de Facely viennent me rendre visite et ils parlent de moi à la radio », a-t-elle ajouté.

Le 14 septembre 2015, le premier anniversaire de ce douloureux événement a été célébré à travers une marche dans la ville de N’zérekoré. L’initiative était venue des confrères du défunt.

De N’zérékoré, Thierno Amadou Camara, envoyé spécial de Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS