Général Siba Lohalamou, Gouverneur de Boké

Général Siba Lohalamou, Gouverneur de Boké

Depuis le lundi dernier, 24 avril 2017, aux environs de 20 heures, la ville de Boké connaît un mouvement populaire des jeunes et femmes qui réclament l’électricité et l’eau 24 Heures sur 24. Dans l’après-midi de ce mercredi 26 avril 2017, Guineematin.com a reçu la copie des six (6) points de revendication.

A rappeler que ces revendications ont été adressées aux responsables de la délégation communale qui cherche à mener la médiation entre les manifestants et les forces de l’ordre.

Même si plusieurs bouches témoignent que ces deux hauts responsables se battent beaucoup pour le bien être de la population de Boké, mais les manifestants n’ont pas hésité d’exprimer leur souhait de voir partir ces deux personnalités qu’ils accusent de ne pas avoir la volonté de s’impliquer vis-à-vis des sociétés minières pour la fourniture de l’eau et du courant.

Joint au téléphone par Guineematin.com ce mercredi matin, le secrétaire général de la dite structure, Thierno Mahfouz Sow, a accepté de nous expliquer l’implication de la délégation communale de la jeunesse depuis le début du soulèvement et a tout de même cité les quelques points de revendication qui leur ont été déposés.

« Avant tout je précise d’abord que cette manifestation n’est pas une initiative de la délégation communale de la jeunesse. C’est une expression d’un ras-le-bol de l’ensemble de la population de Boké. Le soulèvement a été spontané. Quand le mouvement a commencé, le Préfet nous a appelé pour nous demander sensibiliser les jeunes pour ne pas qu’il y ait de casses. Et c’est le rôle que nous jouons. Nous sillonnons toute la ville. Partout où nous trouvons des gens regroupés, nous leurs conseillons de ne pas s’attaquer à des édifices où à des personnes innocentes. Quand nous partons aussi vers les forces de l’ordre, nous leurs demandons d’agir avec souplesse sans usage de force. Seulement que de part et d’autre ce n’est pas facile. Même hier il y avait eu huit (8) personnes arrêtées. Mais ce matin nous sommes partis à la sûreté solliciter leur libération, qui nous a été finalement accordé.

Mohamed Lamine Doumbouyah, préfet de Boké

Mohamed Lamine Doumbouyah, préfet de Boké

Ils les ont libéré et les mettre à notre disposition », a expliqué Monsieur Sow avant d’affirmer qu’hier mardi 25 avril 2017, sur l’invitation du bureau de la jeunesse communale, les manifestants leur ont soumis une plateforme revendicative composée des points suivants :

1) La fourniture du courant électrique et l’eau 24H/24 ;

2) L’emploi des jeunes de Boké ;

3) La réalisation rapide d’une route contournante pour les gros porteurs des sociétés minières ;

4) La nomination des fils de Boké aux postes de responsabilité ;

5) Le rétablissement immédiat du conseil communal de Boké (suspendu depuis le 13 janvier 2017) ;

6) Le départ de certains responsables administratifs, notamment le Préfet et le gouverneur de la région administrative de Boké.

Par ailleurs, au moment où nous mettons cette dépêche en ligne, la fourniture du courant électrique est relancée dans la ville de Boké.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin