Drame de Freetown : trois (3) corps retrouvés à Kaback (Forécariah)

image d’archive

On ne saura probablement jamais le nombre exact des victimes des inondations dans le quartier Regent, à Freetown, la capitale de la République voisine de Sierra Léone. Lors d’une interview avec des journalistes Guinéens dont un de Guineematin.com, l’ambassadeur Fodé Camara a expliqué qu’au moment où on parle officiellement de trois cent à quatre cent morts, sept cent à huit personnes sont encore ensevelies dans les gravas de Regent ! Ce qui laisse comprendre que les chiffres officiels sont bien en dessous du nombre réel de victimes.

Et, au-delà des corps récupérés et inhumés et ceux qu’on cherche à déterrer des anciennes maisons de Regent, on ne parlait jusque-là pas des personnes emportées par les eaux de l’Océan Atlantique ! Ce weekend, trois des victimes ont échoué sur l’île Kaback, une des neuf sous-préfectures de Forécariah.

Située à 110 kilomètres de la capitale guinéenne, Conakry, Kaback a enregistré l’arrivée du premier corps le vendredi dernier, 18 août 2017, cinq jours après l’inondation meurtrière. Et, le lendemain matin, samedi, 19 août, deux autres corps ont été retrouvés dans cette île.

Joint au téléphone dans la soirée de ce dimanche, 20 août 2017, le préfet de Forécariah, monsieur Alhassane Camara, a confirmé l’information, précisant d’ailleurs détenir actuellement la seule pièce d’identification retrouvée sur une des victimes.

« Nous avons retrouvé 3 corps à Kaback. D’abord, c’est le vendredi soir, vers 20 heures que le sous-préfet m’a appelé pour m’annoncer la découverte d’un corps, tout en insistant sur l’état de ce corps qui rendait impossible son identification et sa conservation. Alors, j’ai ordonné qu’il y ait son enterrement dès lendemain matin. Et puis, le samedi, au moment où ils finissaient l’enterrement de ce corps, deux autres ont été retrouvés, un homme et une femme. Là, nous avons déployé les services de sécurité et maritime. Mais, avec trois jours de noyade et les effets aquatiques, il était impossible de les identifier. Seulement, à côté de la femme, il a été retrouvé une petite attache dont une carte professionnelle », a expliqué le préfet de Forécariah au téléphone de Guineematin.

Bref, selon le préfet Alhassane Camara, c’est cette carte de Mabinty Koroma qui a permis de savoir que ces trois corps retrouvés aux larges de cette île sont des Sierra Léonais. Malheureusement, c’est une carte professionnelle et non une carte d’identité nationale qui aurait donné plus de renseignement, notamment sur l’âge, la filiation et l’origine de la victime.

A suivre sur Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS