En cette saison sèche, il devient de plus en plus difficile de se procurer de feuilles de manioc et de patate dans certains marchés de Conakry. Au marché d’ENTAG, dans la commune de Matoto, clients et revendeurs de ces feuilles, très prisées par nos concitoyens, se plaignent de leur rareté, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

La rareté faisant la valeur, l’on assiste à une certaine hausse des prix des feuilles de manioc et de patate. Interrogée sur la question, la vendeuse de feuilles de patate, madame Mariam dit que cette situation crée des soucis aux consommateurs.

« Il est très difficile pour nous de trouver des feuilles de patate parce que ce n’est pas la bonne période. Les femmes qui nous fournissent ces feuilles expliquent souvent qu’il n’est pas facile de cultiver la terre en cette saison sèche. En plus, les clientes se plaignent beaucoup. Elles nous demandent souvent d’augmenter la quantité de feuilles. Mais, si on augmente la quantité, nous ne pourrons pas faire de bénéfice. Par contre, quand c’est la période hivernale, il est très facile de s’en procurer. Mais actuellement, nous revendons le tas à mille francs guinéens », a expliqué madame Mariam.

Egalement interrogé sur le sujet, Facinet Touré qui revend des feuilles de manioc dans le même marché d’ENTAG, a ajouté que la rareté des feuilles complique son travail. « Certains clients exigent de rajouter un peu sur leur commande alors que de l’autre côté, les femmes qui nous revendent quittent dans des villages lointains pour venir au Km 36. Elles nous disent souvent que leurs champs de culture sont pauvres par manque d’eau. C’est pourquoi, le prix d’un tas varie entre 1000 et 1500 francs guinéens. Le coût de broyage est de 500 francs guinéens. Heureusement, le problème d’eau ne se pose pas dans ce marché parce qu’il faut laver les feuilles avant de les broyer », a expliqué Facinet Touré.

Aïssatou Sadio pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin