A l’instar de leurs coreligionnaires du monde, les fidèles musulmans de Guinée ont célébré la fête de Tabaski, ce mardi 21 août 2018. A la grande mosquée Fayçal de Conakry, c’est le deuxième imam, Elhadj Abdoulaye Bah, qui a dirigé la prière en présence de nombreux fidèles musulmans.

Dans son sermon, le leader religieux a évoqué des sujets comme l’unité nationale, le respect des droits de l’Homme, ceux des femmes en particulier, la recrudescence de la criminalité, et l’habillement indécent des femmes constaté actuellement dans notre pays, rapporte un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Devant les nombreux fidèles musulmans mobilisés pour la circonstance, l’imam a rappelé d’abord que tous les êtres humains sont égaux devant Dieu. « Personne n’est au-dessus d’un autre. Aucune race ou ethnie au monde n’est au-dessus d’une autre. La seule personne gagnante ou supérieure à un autre est celui qui a le mieux adoré Dieu. Dieu nous a créés, il nous a demandé, d’être unis, solidaires, de s’entraider. Il nous a demandé de ne pas cultiver la haine, le racisme, l’ethnocentrisme, la calomnie entre nous. Donc adorons Dieu tout en restant unis et soudés » a-t-il prêché.

Parlant de l’insécurité avec des crimes commis régulièrement dans la cité, l’imam a indiqué est favorisée par la non application de la loi islamique. Selon Elhadj Abdoulaye Bah, si les prescriptions coraniques étaient appliquées correctement, on aurait assisté à beaucoup moins de crimes : « Accorder le pardon aux malfaiteurs ne résout pas les problèmes. Aujourd’hui tu vas voir un tueur avouer à la barre du tribunal qu’il a tué 5 ou 6 personnes.

Tout cela c’est parce qu’il n’a pas été éliminé lors du premier crime qu’il a commis. Sinon les autres victimes pouvaient être sauvées. Donc, seule l’application des principes de l’islam peut sauver ce peuple dans ce domaine, car les prisons sont devenues pour les criminels des lieux de rencontre où toutes sortes de crimes sont planifiés », estime le deuxième imam de la grande mosquée de Conakry.

Elhadj Abdoulaye Bah s’est prononcé, par ailleurs, sur le respect des droits des femmes qui n’est pas encore effectif dans notre pays. Il précise qu’il est obligatoire pour tous les musulmans de respecter les femmes et de leur donner leurs droits : « L’islam nous recommande de considérer et de respecter les femmes. De leur montrer le genre de vêtements qu’elles doivent porter et le type de nourritures qu’elles doivent consommer pour être sauvées chez Dieu.

Mais aussi de les éduquer en leur expliquant comment elles doivent vivre avec leurs maris et leur voisinage avec respect. On ne peut pas accorder du respect à une femme qui porte des habits serrés et rétrécis qui laissent paraître toutes les parties de son corps. Il faut beaucoup faire attention sur cet aspect-là », a exhorté l’imam.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin