Noël Kolomou, le président de la CRIEF, promet : de « condamner les coupables et libérer les innocents »

Précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Pita et membre titulaire de la commission supérieure de recours au près de l’OAPI, Noël Kolomou a été nommé mercredi dernier, 29 décembre 2021, président de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Une nomination qu’il qualifie de « très grande distinction imbibée responsabilité ».

Dans un entretien accordé à Guineematin.com en fin de  semaine, cet éminent magistrat a dit être conscient du poids de la responsabilité qui pèse désormais sur ses épaules. Et, il a promis de travailler de manière à ne pas décevoir les espoirs de ses millions de Guinéens épris de justice.

Décryptage !

Guineematin.com: Comment avez-vous accueilli votre nomination à la tête de la CRIEF ?

Noël Kolomou, président de la cour de répression des infractions économiques et financières

Noël Kolomou : Oh! J’ai accueilli cette nomination avec joie et responsabilité. Avec joie, parce que je venais à peine de fêter mon anniversaire de naissance. Quatre jours après,  je reçois cette nomination qui est, vous n’êtes pas sans savoir, une très grande distinction.

Avec responsabilité, parce que je sais que beaucoup de Guinéens, en cette phase de la Transition, attendent beaucoup de la justice. J’ai conscience déjà des responsabilités qui m’attendent.

Guineematin.com : Donc, vous n’êtes pas surpris d’être nommé à ce poste ?

Noël Kolomou : Bon ! Surpris dans quel sens ? Je ne suis pas surpris à partir du moment où je me sens en capacité intellectuelle, je me sens en capacité morale, je me sens en capacité physique d’assurer mes responsabilités à ce niveau.  Donc,  cela ne m’a pas surpris.

Guineematin.com : Vu l’ampleur et l’immensité de la tâche qui vous attend, qu’est-ce que les Guinéens peuvent attendre de vous?

Noël Kolomou : Je suis conscient quand-même du poids de la responsabilité qui nous attend, mais je ne peux pas promettre aux Guinéens de la magie. Ce qui est sûr, avec les moyens intellectuels et  moraux que nous avons, je me dis que nous allons faire tout notre possible pour ne pas décevoir les Guinéens. Parce que c’est une grande responsabilité que le président de la transition vient de nous confier. Et, à travers nous, à toute la jeunesse guinéenne. Donc, je mesure vraiment la portée de son acte et je me prépare encore davantage pour mériter cette confiance et relever ce défi.

Guineematin.com : Quel est le message que vous avez à lancer à l’endroit des guinéens qui sont aujourd’hui assoiffés de la justice ?

Noël Kolomou : je n’ai pas de message particulier à lancer. Je vais dire tout simplement aux Guinéens que la  création de l’institution de la CRIEF est une conséquence de la démocratie. Parce que celui qui parle de démocratie dit que c’est le pouvoir du peuple,  par le peuple et pour le peuple. Et, en ce sens,  toutes les personnes ou tous les individus qui assument une portion du pouvoir doivent rendre des comptes. C’est-à-dire que le principe démocratique découle de ce qu’on appelle ici la redevabilité. Donc, toutes les personnes qui seront justiciables devant cette Cour, je veux les rassurer que là-bas,  le droit sera dit. Les coupables seront condamnés et les innocents seront purement et simplement libérés.

Entretien réalisé par Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel:620 589 527/664 413 227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS