Conakry : à peine ouvert, le procès du syndicaliste Abdoulaye Barry renvoyé

Le procès d’Abdoulaye Barry, secrétaire général de la Fédération syndicale autonome des télécommunications (FESATEL), s’est ouvert ce jeudi, 27 janvier 2022, à Conakry. Le syndicaliste est poursuivi devant le Tribunal de première instance de Dixinn pour des faits de « diffamation et menaces » par la société Power hitec, représentée par Thomas Fofana. Mais, à peine ouverte, l’audience a été renvoyée, en raison d’une exception soulevée par l’avocat de la défense, a constaté un journaliste de Guineematin qui était sur place.

C’est en compagnie de son avocat et de plusieurs responsables syndicaux que M. Abdoulaye Barry s’est rendu ce jeudi matin au Tribunal de première instance de Dixinn. A l’ouverture de l’audience, le prévenu a comparu devant le juge Amadou Sy, plaidant non coupable des faits pour lesquels il est poursuivi. Aussitôt, son avocat a pris la parole pour soulever une exception relative à la base légale sur laquelle son client doit être jugé. Me Almamy Samory Traoré a indiqué que le syndicaliste ne doit pas être jugé sur la base du code pénal, mais sur la base de la loi relative à la liberté de la presse.

Almamy Samory Traoré, avocat

« Après avoir examiné la plainte, nous avons trouvé que M. Barry est poursuivi sur la base du code pénal, alors que les faits qu’on lui reproche auraient été commis à l’occasion d’une conférence de presse. Donc, nous avons estimé que la loi sur la base de laquelle il doit être jugé, c’est la loi L/002 (portant liberté de la presse en République de Guinée) qui, il faut le rappeler, ne s’applique pas que sur les journalistes seulement, mais sur toutes les infractions qui ont été commises par voie presse », a souligné maître Almamy Samory Traoré.

Après quelques échanges entre les parties au procès : le ministère public, la partie civile et la défense, le tribunal a renvoyé l’audience au 3 février prochain pour se prononcer sur cette exception soulevée par l’avocat de la défense. Au sortir de l’audience, Amadou Diallo, secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG), venu apporter son soutien à son camarade Abdoulaye Barry, a déclaré que le prévenu n’est coupable de rien dans cette affaire. Selon lui, le secrétaire de la FESATEL n’a fait que son travail de syndicaliste.

Amadou Diallo, secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG)

« Le mouvement syndical est un mouvement social. Donc dès lors qu’un de nos collègues est poursuivi pour quelques motifs que ce soit, il est de notre devoir de l’accompagner. Et surtout, en ma qualité de premier responsable de cette centrale, je ne peux pas m’asseoir, croiser les bras, sans que je ne vienne. Donc c’est ce qui justifie notre présence ici. Et nous sommes très confiants, parce que notre camarade est en train de jouer le rôle syndical.

Il est en train de défendre les travailleurs qui relèvent de sa profession. Et c’est ce que l’employeur veut rejeter. Quand on fait un travail lié à la téléphonie, surtout un conseil d’administration syndical existe, et on constate que ces travailleurs sont brimés dans leurs droits, il a tout à fait raison de protester, et surtout devant la presse », a dit Amadou Diallo, secrétaire général du CNTG.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/664 413 227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS