N’Zérékoré : réactions des parties après la condamnation des employés de la SOGUIPAH

Le procès de 21 employés de la Société guinéenne de palmiers à huile et d’hévéas (SOGUIPAH) a connu son épilogue dans la journée d’hier, jeudi 07 avril 2022. Vingt des prévenus ont été reconnus coupables des faits de trouble à l’ordre public et participation délictueuse à un attroupement non armé. Les avocats des deux parties ont tous exprimé leur satisfaction, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture de N’zérékoré.

Les 21 employés de la SOGUPAH avaient été mis aux arrêts dans la localité de Diecké, relevant de la préfecture de Yomou alors qu’ils manifestaient pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Ils avaient été inculpés pour « menaces, injures publiques, trouble à l’ordre public et participation à un attroupement non armé ». La partie civile est représentée par Michel Beimy, directeur général de la SOGUIPAH. A la barre, ils ont tous nié les faits.

Dans la décision rendue ce jeudi, le tribunal de première instance de N’zérékoré a écarté les infractions de « menaces et injures publiques ». Par contre, 20 d’entre eux ont été reconnus coupables des faits de « trouble à l’ordre public et participation à un attroupement non armé ». Ils ont été condamnés à six mois de prison assortis de sursis.

Daouda Camara a pour sa part été relaxé pour délit non constitué. Après l’énoncé du verdict, les parties au procès ont exprimé leur point de vue.

Maître Claver Loua

Maître Claver Loua, avocat de la défense, a dit sa satisfaction avant d’expliquer le sens du sursis. « Je suis beaucoup plus content dans la mesure où cette décision a été rendue sur la base de la légalité. Cette condamnation assortie de sursis veut dire que pendant 5ans, ils sont contraints de ne pas se comporter comme ils l’ont fait. S’ils reprennent, c’est la récidive et cette récidive est consommée pendant 6 mois. Alors donc, ils ont 6 mois pour pas se comporter comme ils ont fait hier », a expliqué Me Claver.

Maître Théodore Michel LOUA

De son côté, Maître Théodore Michel LOUA, avocat de la SOGUIPAH, a dit que le verdict reflète ses attentes. « C’est une réaction de satisfaction, dès l’instant que les infractions pour lesquelles nous avons porté plainte contre les prévenus ont été retenues par le tribunal. Nous, ce n’est pas la nature de la condamnation qui nous importe, mais c’est la condamnation. Parce que toute condamnation produit un effet de droit, et nous nous savons les effets de droit que nous allons tirer de cette condamnation. Nous sommes satisfaits à plus d’un titre de la décision qui a été rendue… ».

De N’Zérékoré Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224 620 16 68 16/666 89 08 77

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS