Recrudescence de la Covid-19 en Guinée : Dr Ben Youssouf Keïta encourage la vaccination

3 août 2021 à 8 08 55 08558
Dr Ben Youssouf Keïta

Apparue en Guinée en mars 2020, la COVID-19 connait une recrudescence ces derniers temps dans le pays. Avec 25801 cas confirmés (dont 229 décès hospitaliers) à la date du 30 juillet dernier, le pays peine encore à stopper la chaine de contamination. La présence des variants (notamment le très contagieux variant delta) a visiblement accru la contamination ; et, le pays a enregistré neuf (9) morts vendredi dernier, un nombre record d’autant plus qu’il est le plus grand total journalier de décès dans le pays depuis que le coronavirus y est apparu. La situation inquiète les autorités sanitaire du pays et les leaders d’opinion.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, lundi 02 août 2021, Dr. Ben Youssouf Keïta, membre du bureau exécutif de l’UFDG et ancien président de la commission santé de la 8ème législature de l’Assemblée Nationale, a invité à la population à accepter la vaccination pour construire « une immunité collective » dans le pays. Il indique que la Guinée fait face une « deuxième vague de COVID-19 » ; et, le refus de la vaccination et l’inobservation des mesures barrières ne feront qu’empirer les choses dans le pays.  

 « Cette forme de coronavirus que nous avons en ce moment là, c’est la deuxième vague de chez nous. C’est le variant delta qui est plus meurtrier, plus contagieux. Effectivement, les moyens mis à la disposition de l’ANSS sont là, mais la population paraît traîner les pieds pour la vaccination. Les mesures n’ont pas été honnêtement respectées par la population. C’est ça le danger. Parce qu’on ne peut pas dire qu’il y a manque de vaccination alors qu’il y a les vaccins. Les gens traînent à aller se faire vacciner. Imaginez-vous, il y a que 5% de la population qui est vacciné. Et, pour atteindre l’immunité collective, il faut que les 70% de la population soient vaccinés. La population doit suivre les consignes des autorités en prenant l’exemple même de nos principaux leaders d’opinion, les chefs religieux catholiques et même les leaders politiques. Le président de la République s’est fait vacciner, le président Cellou Dalein Diallo aussi s’est fait vacciner. Ces deux personnes sont les plus influentes du  pays. On doit prendre exemple sur eux. On ne voit pas pourquoi la population traîne les pieds pour aller se faire vacciner… De l’autre côté, il faut combattre l’intoxication. Parce qu’il y a de l’intoxication dans les réseaux sociaux pour dire que quand tu te fais vacciner, dans le vaccin, il y a une puce. Quand tu te fais vacciner, on peut te répertorié partout où tu es. Ça, c’est non seulement désinformer, mais intoxiquer aussi la population afin qu’elle n’aille pas se faire vacciner. Donc, face à une telle situation, le gouvernement doit faire d’abord une campagne de sensibilisation à bâton rompu sur tous les médias et dans toutes les langues du pays. Aussi, faire venir suffisamment des vaccins, au minimum (20 millions de vaccins), prendre des mesures coercitives et inclure toutes les ONGs pour informer et sensibiliser la population pour qu’elles aillent se faire vacciner. Dans ce cas, celui qui refuse de se faire vacciner, on le sanctionne », a indiqué Dr Ben Joussouf Keïta.

Saïdou Hady Diallo pour Guineatin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Affaire du tô ayant causé la mort de 7 personnes à Baro (Kouroussa) : les précisions du maire Kaba Condé

24 juin 2021 à 19 07 21 06216
Kaba Condé, maire de la commune rurale de Baro

Comme annoncé précédemment, sept (7) personnes ont trouvé la mort entre hier et aujourd’hui, jeudi 24 juin 2021, dans la sous-préfecture de Baro, préfecture de Kouroussa. Et, les premières informations recueillies sur place font croire que ces individus sont décédés après avoir consommé collectivement un plat de tô. Mais, à en croire le maire de la commune rurale de Baro, ces cas de morts n’ont aucun lien.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com cet après-midi, le maire Kaba Condé a laissé entendre que ce sont deux familles (Condé et Sidibé) qui ont été touchées.

« Nous sommes dans les familles mortuaires présentement avec monsieur le Préfet et d’autres responsables. Les décès ne se sont pas déroulés de la même façon. Il y a une famille Condé où il y a eu trois (3) décès. Dans une autre famille Sidibé, il y a eu 4 décès.

Dans la famille Condé, il y avait une maman qui était malade, on l’a envoyée à l’hôpital. C’est là qu’elle est décédée. Le matin, on a annoncé ce décès à ses deux fils. Ceux-ci ont piqué crise et sont décédés.

Dans la deuxième famille, il y a eu 4 morts. Les gens ont mangé du tô et ont bu de l’eau dans un récipient qui était exposé souvent près d’un bâtiment pour recueillir de l’eau. Il y a eu des douleurs abdominales. Sur coup, ils n’ont pas pu se traiter », a expliqué le maire Kaba Condé, tout en précisant qu’une équipe médicale est déjà en place pour tenter de déterminer les « vraies raisons » de ces décès.

Nous y reviendrons !

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Baro (Kouroussa) : 7 personnes mortes après avoir consommé un plat de tô

24 juin 2021 à 14 02 36 06366

Les faits se sont produits mardi dernier, 22 juin 2021, dans la sous-préfecture de Baro, une localité située à 26 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Kouroussa.

Un groupe de plus de dix (10) personnes a consommé un plat de tô. Et quelques heures plus tard, sept (7) personnes de ce groupe ont subitement perdu la vie, appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants de la région de la Haute Guinée.

A en croire l’agent de santé dépêché à Baro par la direction préfectorale de la santé de Kouroussa, les premiers cas de décès ont été enregistrés hier (mercredi). Quatre personnes sont décédées ce jour. Et ce jeudi, trois autres personnes ont perdu la vie. Ce qui fait un bilan de 7 morts.

Aux dernières nouvelles, le préfet de Kouroussa, la directrice préfectorale de la santé et certains médecins de l’hôpital préfectoral de Kouroussa seraient déjà arrivés à Baro pour tenter de déterminer la cause réelle de ces cas de mort.

Nous y reviendrons !

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Doko (Siguiri) : un homme et sa femme, retrouvés morts dans leur chambre

22 juin 2021 à 13 01 32 06326

Un drame s’est produit dans la nuit du dimanche au lundi 21 juin 2021, à Doko, dans la préfecture de Siguiri. Un homme et sa femme ont été retrouvés morts dans leur chambre à coucher. La cause exacte de leurs décès n’est pas connue, mais la thèse d’une asphyxie reste privilégiée.

Les victimes résidaient dans le district de Tombökö, relevant dans la sous-préfecture de Doko. Selon les informations confiées au correspondant de Guineematin.com à Siguiri, le couple s’est endormi, laissant leur groupe électrogène allumé dans leur chambre.

Le lendemain matin, n’ayant pas vu les époux, les membres de leur famille sont venus frapper à leur porte, sans avoir de réponse. Ils ont défoncé alors la porte et ont trouvé les corps de Daouda Koïta, 23 ans, et de Kandé Kourouma, 16 ans, dans la chambre.

« Dans la nuit de dimanche à lundi, il pleuvait à Tombökö. C’est ainsi qu’ils ont fait rentrer leur groupe électrogène dans leur chambre, ils l’ont laissé allumé pour s’en dormir. Et le lendemain matin, tous les deux ont été retrouvés morts dans la chambre. La jeune femme était enceinte de son premier enfant », explique Dianko Dansoko, un agent de la Croix-Rouge.

Les victimes ont inhumées sans qu’une autopsie ne soit effectuée pour déterminer la cause exacte de leur mort.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com 

Lire

Fratricide à Banko (Siguiri) : 2 jeunes tuent leur frère et brûlent son corps

20 juin 2021 à 12 12 24 06246

La nouvelle a surpris et étonné plus d’un à Siguiri. Deux jeunes hommes ont tué leur frère aîné, puis brûlé son corps dans cette préfecture. L’acte s’est passé le vendredi, 18 juin 2021, à Nafagui, un district relevant de la sous-préfecture de Banko. Selon le maire de la commune rurale de Banko, interrogé par le correspondant de Guineematin.com à Siguiri, c’est à cause d’un domaine agricole que les jeunes ont commis ce crime.

« Lorsque la police de Nafagui m’a informé de ce crime, je me suis rendu dans la localité avec mes collaborateurs. A notre arrivée, nous avons trouvé le corps de la victime gisant dans le sang. D’après les informations recueillies auprès de sa mère, qui est d’ailleurs la mère des présumés meurtriers, la victime s’est disputée avec ses deux frères autour d’un domaine cultivable, qui appartenait à leur défunt père.

Les présumés meurtriers voulaient le partage du domaine, tandis que la victime s’y opposait. C’est ainsi que ce vendredi, les deux jeunes ont invité leur frère sur le domaine en question. Dès qu’ils sont arrivés sur les lieux, ils se sont jetés sur lui. Ils l’ont mortellement poignardé, avant de brûler son corps », a expliqué Youssouf Traoré, maire de Banko.

Peu après la découverte du corps de la victime, le frère cadet s’est rendu à la police. Son frère, lui, a pris la fuite. Choqués par cet acte, plusieurs citoyens de la localité sont allés saccager le domicile des deux meurtriers présumés de leur frère. La victime, Diatè Camara, âgé d’une quarantaine d’années, laisse derrière lui deux veuves et 8 enfants. 

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Décès d’une femme enceinte à l’hôpital de Kankan : la position de l’ordre des médecins

18 juin 2021 à 17 05 30 06306
Professeur Hassane Bah, président de l’ordre national des médecins

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, des médecins de l’hôpital régional de Kankan sont poursuivis suite au décès de madame Kandé Mariame, une femme en état de grossesse dans leur centre hospitalier qui ne lui a pas assuré l’assistance médicale appropriée. Déjà, face à la réprobation générale, le gouvernement avait annoncé la suspension des médecins qui ont immédiatement été mis à la disposition de la justice. Et, récemment, monsieur Aly Touré, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan, a indiqué que le procès s’ouvrira le 13 juillet.

Pour leur part, c’est à travers un communiqué publié daté d’hier, jeudi 17 juin 2021, que le Conseil national de l’ordre des médecins de Guinée et la coalition nationale des professionnels de santé ont annoncé avoir déjà engagé un collectif d’avocats pour défendre leurs collègues. Il s’agit bien de Dr Mamady Souaré (gynécologue et médecin chef de la maternité de l’hôpital régional de Kankan), Fatoumata Camara (sage-femme) et Dr Fodé Kaba (gynécologue, en service à la maternité de ce centre hospitalier), tous poursuivis pour « homicide involontaire ».

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de ce communiqué :

Conseil national de l’ordre des médecins de Guinée et la coalition nationale des professionnels de santé

Lire

Guinée : décès du général Facinet Touré, ancien médiateur de la République

14 juin 2021 à 18 06 35 06356
Le général Facinet Touré

Le général Facinet Touré n’est plus. L’ancien médiateur de la République de Guinée s’est éteint ce lundi, 14 juin 2021, des suites de maladie, à Conakry.

Décédé à l’âge de 87 ans, ce militaire à la retraite fut un membre influent du CMRN, le comité militaire qui a pris le pouvoir à la mort du président Sékou Touré, en 1984.

Il était compagnon d’arme et ami proche du général Lansana Conté, le deuxième président de la Guinée, qui a dirigé le pays pendant 26 ans.

Facinet Touré a occupé plusieurs postes ministériels sous l’ère Conté, avant d’être nommé médiateur de la République par le président Alpha Condé.

Paix à son âme, amine !

Lire

12 ans déjà ! BÂ Mamadou dans nos Cœurs et nos Convictions

25 mai 2021 à 14 02 51 05515

26 Mai 2009 – 26 Mai 2021, la fondation BÂ Mamadou nous convie à la douzième commémoration du décès de son compagnon et leader bien aimé qu’on avait coutume d’appeler affectueusement le « Doyen BA Mamadou ». Cette Commémoration se fera cette fois-ci encore sans cérémonie, sans regroupement, Coronavirus oblige hélas, mais de Cœur et d’esprit nous la faisons dans la communion et la réflexion sur la vision de l’homme de conception et de l’action pragmatique qu’il fut.

Nous ne devons pas oublier que BÂ Mamadou était avant tout l’écriture, les textes qu’il publiait régulièrement depuis le tout premier « la Guinée peut-elle être redressée ? » du premier avril 1990 Au-delà de la mobilisation des masses, il écrivait, critiquait et proposait mieux.

Notre Constat d’aujourd’hui est que ce qu’il est encore et toujours dans une préoccupante actualité, on le cite : « il faut pouvoir susciter chez le guinéen une attitude mentale lui permettant de reconnaitre les blocages qui existent et de les combattre afin qu’il puisse participer au redressement économique indispensable …, il faut passer de la mentalité de subsistance à la mentalité de développement … »

Dans les pages suivantes de son texte il est beaucoup question de la corruption et de l’impunité, « la corruption résultant du non-respect de la chose publique ; en rappelant que « dans tous ces scandales il n’ya jamais de vrai responsable, jamais de poursuites judiciaires, jamais d’information claire sur les suites données, etc. » Oὺ en sommes-nous toujours ? Si les choses ont bougé c’est par reculade.

Toujours dans cet écrit de 1990 on lit : « un observateur averti avait indiqué que l’Administration à été privatisée par les fonctionnaires guinéens. En effet chaque fonctionnaire considère sa parcelle de pouvoir comme son capital propre qu’il doit faire fructifier à son seul profit. Comme il n’est pas jugé sur l’accomplissement de sa tâche, il n’a aucun souci à se faire ».  Alors oὺ en sommes-nous, toutes tares de plus en plus grandissantes et d’actualité.

Par rapport aux propos quotidiens qu’il tenait, il revenait comme un leitmotiv l’exigence de la concertation, des rencontres et des partages d’opinion, la tenue d’une conférence nationale incontournable pour partir du bon pied dans la transparence et le bon chemin. Ses Vœux et sa vision n’ont pas vu le jour, la Guinée est toujours à la recherche d’elle-même, de son chemin et des « lendemains qui chantent ». Rien. Sur beaucoup de plans la situation est pire que celle d’hier, les maux que le Doyen avait inlassablement dénoncés sont et demeurent.

Nous sommes en 2021, 12ans après sa mort, on nous sort du chapeau un secrétaire permanent au dialogue national, allons donc, bon vent, Alléluia !

La présidente, Hadja Aïssatou BAH

Lire

Remerciements du Groupe de presse Lynx-Lance

22 mai 2021 à 7 07 13 05135

La disparition brusque, le 11 mai 2021, de Mamadou Diallo, affectueusement appelé Mohamed, Administrateur général adjoint du Groupe de presse Lynx-Lance  a affligé, afflige  le Groupe Lynx, ses familles biologique et professionnelle. Nombreux, vous nous avez présenté vos condoléances, votre compassion, votre soutien moral et matériel. Soyez-en tous remerciés où que vous vous trouviez, en Guinée, en Afrique et dans le reste du monde ! Le Groupe et la famille du Lynx, la famille Lynx, ont été très touchés par votre marque de compassion, de sympathie, d’empathie.

En Mamadou Diallo, nous avons perdu un ami, un fils, un collègue, un intellectuel, un technicien émérite. Votre présence à nos côtés nous a permis de surmonter l’épreuve. Vos hommages, vos témoignages, vos bénédictions, notre foi nous ont confortés dans la conviction que le Créateur a repris sa créature certes à fleur de l’âge, mais au meilleur moment.  La terre lui soit légère !

Le Groupe de presse Lynx-Lance

Lire

TPI de Mafanco : décès du procureur, Lansana Sangaré

10 mai 2021 à 5 05 50 05505
Lansana Sangaré, procureur de la République Près le Tribunal de Première Instance de Mafanco

C’est le ministère de la justice qui a annoncé cette mauvaise nouvelle ce lundi matin. Monsieur Lansana SANGARE, Procureur de la République Près le Tribunal de Première Instance de Mafanco, est décédé hier, dimanche 09 mai 2021, de suite d’une courte maladie.

Dans son communiqué qui ne donne pas suffisamment d’informations sur le défunt, on apprend que le magistrat a rendu en Tunisie où il s’était probablement rendu pour des soins…

Guineematin.com présente ses condoléances les plus attristées à la famille éplorée, aux collègues de monsieur Sangaré, ainsi qu’à tous ses amis.

Paix à son âme, amine !

Lire

La protection civile repêche le corps d’une fille du fleuve Milo : les pêcheurs de Kankan avaient réclamé 600 000 au père de la victime

26 avril 2021 à 13 01 50 04504

Le corps sans vie d’une fille qui a disparu hier, dimanche 25 Avril 2021, a été repêché dans la matinée de ce lundi sur la berge du fleuve Milo, au quartier Dalakö, dans la commune urbaine de Kankan. La veille, deux autres enfants (qui s’étaient noyés avec la défunte) ont été sauvés de justesse, a appris le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Lire

Nécrologie : décès de la mère du journaliste Ibrahima Kalil Diallo

23 avril 2021 à 8 08 35 04354

Feue madame Ramatoullaye Diallo

La mort vient de frapper aux portes de la sous-préfecture de Porédaka, un des chefs-lieux de la préfecture de Mamou. Nênan Ramatoullaye Diallo est décédée dans la nuit d’hier, jeudi 22 avril 2021, à l’hôpital Jean Paul II (commune de Ratoma, à Conakry), des suites d’une courte maladie.

Lire

Kindia : un taxi-motard meurt broyé par un camion chargé de sable

20 avril 2021 à 13 01 43 04434

Saïdou Diallo, un jeune conducteur de taximoto, a été mortellement fauché ce mardi, 20 avril 2021, par un camion benne au niveau du ‘’Carrefour des Banques’’ à Manquepas, un quartier situé en plein centre-ville de Kindia. Il a perdu la vie sur place.

Lire

Décès de M. Jean Pierre Curtis : voici le programme des obsèques

15 avril 2021 à 16 04 19 04194

Feu Jean Pierre Curtis

Communiqué : Les familles Curtis, Barry, Amis et Alliés porte à la connaissance de tous, que le programme des obsèques de Monsieur Jean Pierre se présente comme suit :

·      La grande veillée de prière a lieu ce jeudi 15 avril dans la famille à Coronthie, derrière la sureté.

·      La levée du corps de l’illustre disparu est prévue vendredi 16 avril 2021 à 8H 00.

·      Suivi de la messe d’enterrement à la cathédrale sainte marie de Conakry à 10h.

Lire

Guinée : le comble du cynisme

7 avril 2021 à 16 04 05 04054

Pendant que les uns pleurent les leurs, les autres font de la surenchère avec leur douleur. Le décès du père de l’ancien député de la circonscription uninominale de Labé a fait l’objet d’un véritable chantage. Avec d’un côté le ministère de la justice qui publie un communiqué dans lequel il se veut humaniste et soucieux du respect des droits du prisonnier politique qui est Cellou Baldé.

Lire

Décès du père de Cellou Baldé : les condoléances de Mme Siradiou Diallo

7 avril 2021 à 9 09 23 04234

Honorable Assiatou Bah Diallo, veuve de Siradiou Diallo

Depuis Paris où elle réside, l’Honorable Assiatou Bah Diallo, épouse de feu Siradiou Diallo, suit l’actualité de son pays. A l’occasion du décès du père de l’Honorable Cellou Baldé, (ancien député uninominal de Labé, incarcéré depuis cinq mois environ à la Maison centrale de Conakry) Mme Siradiou a tenu à écrire à son compagnon politique de l’UFDG pour lui présenter ses condoléances, lui exprimer sa compassion et son soutien dans ces moments difficiles que traverse ce responsable de l’opposition guinéenne.

Lire

Décès du patriarche de Mandiana : les condoléances de l’honorable Aly Kaba

6 avril 2021 à 10 10 38 04384

Honorable Aly Kaba, président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel 

Le décès du patriarche de Mandiana, M’mahawa Brema Diallo, ne laisse pas indifférent le président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel à l’Assemblée nationale. L’honorable Aly Kaba a réagi, à travers un message de compassion adressé à la famille éplorée et à l’ensemble des citoyens de cette ville de la Haute Guinée.

Lire