An 15 du décès de Siradiou Diallo : forte mobilisation pour commémorer l’événement

16 mars 2019 à 12 12 20 03203

L’Union pour le progrès et le renouveau (UPR) a commémoré, le jeudi 14 mars 2019, le 15ème anniversaire de la disparition de son président fondateur, Siradiou Diallo.

La cérémonie s’est déroulée à Labé sous la présidence du leader de l’UPR et ministre d’Etat, conseiller spécial du Chef de l’Etat, Elhadj Ousmane Bah, accompagné entre autres du 4ème vice-président de l’Assemblée nationale, Elhadj Salim Bah, du ministre d’Etat de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat, Thierno Ousmane Diallo, du gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lémy Diallo, des préfets de Tougué Ehadj Abdourahmane Koïn Baldé et de Mali, Elhadj Harouna Souaré et de plusieurs membres du Bureau Exécutif national du parti.

Comme chaque année, c’est au domicile du défunt à Labé que les responsables et militants de l’Union pour le progrès et le renouveau, (UPR), les sages et fidèles venus de tous les horizons du Fouta et de la Guinée, se sont réunis pour commémorer ce 15ème anniversaire du décès de Siradiou Diallo. Ce fut une occasion pour les familles politique et biologique du défunt de faire des sacrifices, des prières et bénédictions pour le repos de l’âme de l’illustre disparu et de tous ses compagnons de lutte décédés.

Devant les autorités régionales, préfectorales et communales de Labé, Elhadj Salim Bah, secrétaire à l’implantation et à l’animation de l’UPR, au nom de la direction nationale du parti, a salué l’ensemble des participants à cet événement.

« Au nom du Président de notre parti, Elhadj Ousmane Bah, je vous remercie et je vous salue pour ce déplacement. Il y a un an, cet anniversaire a été célébré à Conakry en présence du Chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, et du Président de l’Assemblée nationale. Cette année, nous voilà comme d’habitude, réunis à Labé pour saluer la mémoire de Siradiou Diallo, prier pour lui et pour l’ensemble de nos devanciers. Moi, je fus le dernier des membres du Bureau exécutif national de l’UPR à se voir avec Siradiou Diallo.

Il m’a trouvé à Paris et voulu que je reste pour deux semaines avec lui mais j’étais en partance pour les Etats-Unis. Avant notre séparation donc, il a demandé à ce que nous nous donnions les mains et de bien entourer Ousmane Bah, alors Vice-président du parti. Il a insisté que sa lutte vise à permettre à ce qu’un jour quelqu’un sorte des rangs de l’UPR pour diriger la Guinée et pas forcément lui Siradiou Diallo…

15 ans après, son appel reste valable. Il s’adresse à chacun de nous. Siradiou Diallo nous a montrés le chemin à suivre, il nous a montrés un homme à soutenir, c’est Elhadj Ousmane Bah. Son combat doit se poursuivre jusqu’à l’atteinte de son objectif, celui de porter au pouvoir un des membres de l’UPR. Actuellement celui qui est sur orbite, est notre leader, Elhadj Ousmane Bah.

Nous renouvelons cet appel de notre bien aimé Siradiou Diallo à l’endroit de chacun des militants, responsables et sympathisants de l’UPR mais également à l’endroit de tous les Guinéens. Tous, nous formulons nos prières intenses pour le repos de l’âme de Siradiou Diallo et pour le bonheur d’une Guinée paisible où il fait bon vivre », a fait savoir l’Honorable Salim Bah.

Le représentant du gouverneur de Labé, Souleymane Marga Baldé, Directeur de cabinet du gouvernorat, a salué la mémoire de Siradiou Diallo avant de remercier les organisateurs. « Moi j’étais préfet dans plusieurs localités du pays, à Kérouané, Kouroussa, Pita et Télimélé entres autres et puis Directeur de cabinet au gouvernorat de Boké.

Siradiou Diallo, alors leader de l’opposition, à chaque fois qu’il venait dans une préfecture, il passait nous saluer et décliner l’objet de sa mission avant d’aller rencontrer ses militants. Ça, c’est la marque d’un Homme d’Etat, d’un homme respectueux des valeurs démocratiques et républicaines.

Avec le Pr Alpha Condé, il est l’un des artisans décisifs de la démocratie en Guinée. Partout, il disait à ses militants de prôner la paix et la cohésion nationale. Aux fonctionnaires, il leur demandait de se soucier avant tout de leur famille et de ne pas sacrifier leur carrière.

Autrement dit, de ne pas s’afficher avec lui et de manifester leur adhésion à son combat politique que pendant le vote… Nous regrettons sa mort comme beaucoup de nos compatriotes. Nous saluons les membres de son Bureau exécutif qui continuent de commémorer sa mémoire… », a dit Marga Baldé.

Pour sa part, l’Inspecteur régional de la ligue islamique de Labé et grand imam de la même ville, Elhadj Badrou Bah, a rappelé le caractère profondément pieux du défunt. « … Je voudrais vous rappeler ici une pensée de mon père, le regretté Elhadj Abdourahmane Bah.

Il disait à chaque occasion que Siradiou Diallo est l’un des petits fils du Waliou Thierno Aliou Bhoubha Ndiyan. Que personne ne soit étonné de sa piété et de son caractère respectueux et humain », a précisé l’érudit, entouré des sages et responsables de la ligue préfectorale et communale de Labé et de Pita entre autres.

Elhadj Badrou Bah, saluera également la direction de l’UPR qui, chaque année, honore la famille de Siradiou Diallo et tous ses proches en organisant des cérémonies de souvenirs, en hommage à leur fils, Siradiou Diallo. D’ailleurs, pour le grand Imam de Labé, Siradiou Diallo était simplement un bel exemple de réussite des valeurs de paix et de tolérance.


« Partout, il a incarné des idées fortes et défendu des valeurs nobles pour le bonheur de tous. C’est pourquoi, malgré le nombre d’années écoulées, les fidèles musulmans sont fiers de se retrouver autour de ses idéaux chers à tous les Guinéens… », a magnifié ce descendant de Thierno Aliou Bhoubha N’diyan.

Après le recueillement sur la tombe de Siradiou Diallo, Elhadj Ousmane Bah, la voix pleine d’émotion, s’est prêté aux questions de la presse pour rappeler le souvenir le plus vivant encore dans sa mémoire qu’il garde de son prédécesseur.

« Monsieur Siradiou Diallo a été une très grande source d’inspiration pour moi. Les 8 ans que j’ai vécus à ses côtés, m’ont permis d’avoir beaucoup d’enseignements tirés de notre cohabitation. Aujourd’hui, je partage la fierté et la satisfaction de tous les militants et responsables de l’UPR d’avoir eu les moyens de commémorer ce 15ème anniversaire de sa disparition puisque nous en avons fait une tradition et nous souhaitons que cette tradition se perpétue dans le temps… », a indiqué le leader de l’UPR.

De son côté le gouverneur de Mamou et jeune frère du défunt, également Vice-président de l’UPR, garde encore des souvenirs de son frère Siradiou Diallo. « Je garde plusieurs souvenirs de mon frère. Depuis mon enfance, nous sommes ensembles dans ce combat. Même dans son exil, je l’ai suivi. Je regarde ses photos, je me rappelle de son parcours et je l’admire…

Mon frère nous a toujours demandés d’agir avec modération, courage et voire le juste milieu. Il est de ceux qui ont œuvré pour que la Guinée soit un grand pays, un pays émergent. Et lui, le Pr Alpha Condé et Doré Jean Marie, ils ont mené le combat démocratique dans ce sens. Ce sont trois personnes qui sont pour moi des frères… », a précisé Amadou Oury Lémy Diallo.

Dans le même registre, parents, amis et compagnons de lutte ont rappelé les qualités humaines, morales, intellectuelles, religieuses et patriotiques de l’homme. Le gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lémy Diallo, a remercié le leader de l’UPR et les militants du parti pour leur reconnaissance et loyauté à son frère Siradiou Diallo.

A rappeler que Siradiou Diallo a été journaliste, homme politique président fondateur de l’UPR, député à l’Assemblée nationale de Guinée et membre du Parlement de la CEDEAO. Il est décédé le 14 mars 2004, à l’âge de 68 ans, à Paris. Il repose depuis, dans le caveau des Grands, du petit cimetière situé à côté de la Grande mosquée de Labé, et abritant entre autres les tombeaux de Karamoko Alpha Mo Labé et de l’Almamy Sory Mawdho, deux des principaux fondateurs du Royaume théocratique du Fouta Djallon.

De Labé, Abdallah Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com
Tél : 628 08 98 45

Lire

Décès de Siradiou Diallo : ses compagnons politiques se souviennent de l’homme

14 mars 2019 à 10 10 28 03283

Cela fait 15 ans jour pour jour depuis que le premier président de l’Union pour Progrès et le Renouveau (UPR), Siradiou Diallo, a tiré sa révérence. Cet ancien journaliste devenu homme politique est décédé le 14 mars 2004 dans un hôpital parisien. Les responsables de l’UPR vont commémorer le 15ème anniversaire de sa disparition ce jeudi, 14 mars 2019, à Labé, sa ville natale. Avant même la cérémonie officielle, plusieurs d’entre eux se sont confiés à Guineematin.com pour témoigner de ce qu’ils retiennent de Siradiou Diallo.

Décryptage !

Elhadj Mamadou Douné Barry, ancien député et membre du bureau exécutif de l’UPR : Siradiou Diallo (paix à son âme) était un homme exceptionnel et d’une droiture sans égale. J’ai connu et approché réellement M.Siradiou Diallo en 2002 et j’ai eu l’occasion de le côtoyer jusqu’en 2004, année de sa disparition. Nous avons vécu ensemble et intensément les grands moments partagés avec les citoyens guinéens qui ont accepté de militer avec nous à l’UPR que nous continuons de servir et que nous servirons pour le reste de notre vie.

Siradiou Diallo a été pour nous, un maître au sens de la compréhension des problèmes socioéconomiques, voire culturels aussi bien de la Guinée que de l’Afrique et du reste du monde. Nous avons eu à l’écouter et à bénéficier de ses sages conseils, de son ouverture d’esprit, de la qualité exceptionnelle de son analyse sur tous les sujets qui touchaient à la vie de la nation.

Elhadj Moussa Bella Keïta, secrétaire fédéral de l’UPR à Mamou, garde de Siradiou Diallo : de Siradiou Diallo, je garde de très beaux souvenirs. Je l’ai pratiqué plusieurs années, et c’est la mort qui nous a séparés. Il était un homme qui aimait le travail bien fait. Il m’a initié à la tolérance, à la non-violence, au pardon et à l’acception de l’autre. Il me disait souvent : Keïta, tout le monde ne peut pas t’aimer en politique et il faut savoir pardonner sans se presser…

Je retiens de lui également sa dernière volonté comme un testament. Quand il nous dit : je vous confie Bah Ousmane et à Bah Ousmane, je confie le parti. Heureusement, Bah Ousmane qui lui a succédé à la tête de l’UPR lui reste fidèle et continue de défendre l’idéal pour lequel il s’est battu sa vie durant.

Elhadj Mamadou Diallo, coordinateur de l’UPR en Haute Guinée : Siradiou Diallo était un homme courageux, patient et tolérant. S’il n’a pas eu le pouvoir, c’est parce que Dieu a décidé ainsi. Sinon, il avait toutes les qualités humaines, professionnelles, morales, intellectuelles et même matérielles pour bien diriger notre pays. Cependant, en homme averti, il a préparé notre leader actuel, Elhadj Bah Ousmane pour lui succéder et perpétuer son combat pour une Guinée unie, forte et prospère.

Aujourd’hui, c’est le sens de notre lutte démocratique derrière notre leader Ousmane Bah qui a fait ses armes aux côtés de Bâ Mamadou, de Siradiou Diallo, et aujourd’hui du Président Alpha Condé. Et nous sommes convaincus, qu’après le Pr Alpha Condé, il est le mieux placé pour diriger la Guinée pour le bonheur des Guinéens.

Elhadj Alpha Oumar Bantaya Bah, ancien maire de Télimélé : ce que je garde encore de M. Siradiou Diallo, c’est surtout son analyse pertinente face aux problèmes qui se posaient à lui. Sans précipitation mais aussi sans jouer à l’attentisme, il analysait chaque situation avec lucidité et donnait sa position. S’il le faut, il écrivait et il ne manquait jamais de dire ce qu’il pense à n’importe qui devant n’importe quel sujet de la nation et du parti. Ses conseils toujours pertinents portaient toujours dans le bon sens. Puisqu’il avait une vision claire et nette sur le politique et le social.

Au niveau de l’opposition, quelle que soit ce qui se passait, il analysait la situation et disait ses 4 vérités. Sa position était la même et face à tous les autres acteurs. Il savait dire ce qu’il pense et dans le langage le plus approprié.

Propos recueillis à Pita par Abdallah BALDE pour Guineematin.com
Tél : 628 08 98 45

Lire

Avis de décès: le ministre Alpha Diallo n’est plus!

8 mars 2019 à 20 08 00 03003

Les familles Diallo, Sow, Baldé, Barry, Bah, Thiam, Komara, Nabé, Kaba, ont la profonde douleur d’annoncer aux parents, alliés, amis et connaissances, le décès de Dr Diallo Alpha (Léa), ancien Ministre de la Fonction Publique. Décès survenu le mercredi 06 mars 2019, à Paris.

Le défunt était également ancien Ambassadeur de la Guinée en Malaisie, ancien Secrétaire Général du Ministère de l’Economie et des Finances, ancien Directeur des Changes à la Banque Centrale et ancien Fonctionnaire Internationale à l’IMAO à Accra.

Qu’en soient informés les autorités de la République, le personnel de la Banque Centrale, des Ministères de l’Economie et des Finances, de la Fonction Publique, la Fédération Guinéenne de Basket-ball, ainsi que les populations de Koubia, de Tountouroun, de Coyah et de Kindia.

La dépouille mortelle arrivera à Conakry le mercredi 13 mars 2019 à 18h00 par le vol régulier d’Air France, en provenance de Paris. L’enterrement est prévu le vendredi 15 mars 2019 au cimetière de cameroun, après la prière de 14h à la Mosquée Fayçal.

Paix à son âme! Amen !

Lire

Décès de l’imam Elhadj Alpha Oumar Bah : ses connaissances regrettent une « perte énorme »

7 mars 2019 à 19 07 44 03443

Elhadj Alpha Oumar Bah, premier imam de la mosquée de Nongo-Contéyah, dans la commune de Ratoma, a tiré sa révérence à l’aube de ce jeudi, 07 mars 2019, à Conakry. Le très respecté leader religieux est décédé à l’âge de 72 ans des suites d’une longue maladie. Le défunt était le frère aîné de Mouctar Bah, le correspondant de RFI en Guinée.

A l’annonce de son décès, de nombreuses personnes ont rallié son domicile pour compatir à la douleur de sa famille et présenter leurs condoléances. Certains en ont profité pour rendre hommage au défunt et témoigner de ce qu’ils retiennent de lui. Guineematin.com vous propose ci-dessous quelques témoignages recueillis par notre reporter qui était sur place.

Kerfala Camara, secrétaire général de la cour des comptes : c’est un sentiment de tristesse et de douleur qui m’anime suite à ce décès d’un personnage utile à la société. C’est vraiment regrettable mais c’est le grand destin de tous les êtres humains. Le mystère de la mort, c’est un mystère que personne n’a jamais vaincu ou découvert. Le défunt était un homme très sage, très disponible et qui a porté tout l’encadrement nécessaire à notre président à la cour qui est en même temps son beau.

Donc, quand il décède, c’est une perte immense pour nous. Nous devons venir aux côtés de notre président pour présenter nos condoléances à la famille. Nous connaissons bien sa femme qui est une femme brave, courageuse, qui se bat pour la bonne éducation de ses enfants. Et nous souhaitons vraiment que la terre lui soit légère. Que Dieu lui accorde toute la tolérance nécessaire pour lui accorder son paradis.

Colonel Souaré, inspecteur des Douanes : j’avoue que je suis profondément touché. C’est toute la Guinée qui vient de perdre un homme exemplaire, sincère, véridique, courageux. Quelqu’un qui, à Nongo ici, joue un rôle fondamental. Un véritable médiateur à tous les niveaux et toutes les familles. Quelqu’un qui ne connait pas la race, qui ne connait pas de région, qui ne connait que la vérité et l’islam. C’est une perte énorme de toute la Guinée surtout pour Nongo. Je prie le Tout Puissant Dieu, Allah, de le recevoir dans son paradis.

Elhadj Amadou Lamarana Diallo, démographe, membre du CIRD : je travaille avec Mouctar Bah (correspondant de RFI en Guinée), le frère direct de celui qui est décédé. Son jeune frère est un symbole dans la diversité de ses relations. On remarque qu’il a le comportement qu’il faut. Et je pense qu’ils ont eu la même éducation. Je suis convaincu que c’est une famille généreuse, pieuse et totalement vouée à Dieu.

Je suis membre d’une délégation de 6 membres qui est venu au nom de tous les autres, présenter les condoléances à la famille, dire toute notre compassion à l’occasion de ce décès qui marque monsieur Mouctar Bah et toute la famille. Nous souhaitons que Dieu le Tout Puissant accorde à notre grand frère le paradis qui est la récompense que nous souhaitons tous avoir. Donc, je dirais encore à la famille de garder foi en Allah. Celui qui avait donné, il a aussi retiré. Nous ne pouvons que nous plier à sa volonté.

A noter que le défunt, Elhadj Alpha Oumar Bah, laisse derrière lui 3 veuves et 14 enfants. Il a regagné sa dernière demeure ce jeudi, 07 mars 2019 à 14 heures, au cimetière de Nongo.

Propos recueillis par Mohamed DORE pour Guineematin.com
Tel : (00224) 622 07 93 59

Lire

Le maire de Ratoma en deuil : Taran Diallo a perdu sa mère

6 mars 2019 à 13 01 11 03113

Madame Fatoumata Binta Sow, mère de Souleymane Taran Diallo, actuel maire de Ratoma, n’est plus. Elle a tiré sa révérence dans la soirée d’hier, mardi 05 mars 2019, à l’âge de 82 ans, à Conakry.

Madame Fatoumata Binta Sow est originaire de Tountouroun, dans la préfecture de Labé. Elle laisse derrière elle 9 enfants, dont 5 filles et 4 garçons.

Son enterrement est prévu ce mercredi, 06 mars 2019 au cimetière de Hamdallaye mosquée, après la prière de 14 heures.

Paix à l’âme de la défunte !

Lire

Hommage à Thierno Mamadou Cellou Diallo : l’aristocrate et l’intellectuel

5 mars 2019 à 14 02 35 03353

Par Amadou Diouldé Diallo : Thierno Mamadou Cellou Diallo incarnait, par ses origines et sa naissance le Labé dans sa dimension plurielle. Qui plus que lui pouvait être de la prestigieuse descendance de Thierno Mamadou Cellou, dit Karamoko Alpha Mo Labé, son valeureux homonyme, dont la Ziara annuelle a pris fin samedi dernier, dont il repose éternellement dans le mausolée ?

« Grand Cellou », comme on l’appelait pour le différencier de son cousin, « petit Cellou », dans la mouvance Contéiste, eut pour père Elhadj Moustapha Diallo, un Séléyanké de Dalein Hindé, fondé par son ancêtre, Karimou Tanou Bano, un des six garçons issus de l’union entre Mâma Doulla et Aissata Gniré, la fille aînée de Karamoko Alpha Mo Labé. Les cinq autres sont : Ibrahima Bano Tanou, le fondateur de Dalein Kolla ; Ousmane Bano Tanou de Lélouma ; Abdoulaye Bano Tanou de Gadha komba ; Saidou Bano Tanou de Karatangui ; et Boubacar Dendé Tanou de Mombeya.

De par cette ascendance, la famille de « Grand Cellou » est l’aînée chez Karamoko Alpha Mo Labé devant la descendance de ses sept garçons. Grand Cellou eut pour mère, une des petites sœurs d’Elhadj Alpha Ousmane Kakony, chef de canton du Kinsikoté, le père des ministres Alpha Ibrahima Mongo et Alpha Oumar Barou Diallo, Kaldouyanké de Sombili, descendant de Thierno Souleymane Popodara, un des sept garçons du fondateur de Labé…

On ne saurait mieux camper Grand Cellou qui, en dépit de cette noblesse affirmée au cœur du Labé et du Fouta, est toujours resté humble et fondamentalement attaché aux valeurs républicaines en se mettant au service exclusif de son pays. Il avait acquis, ici et en France, une vaste culture, surtout dans le domaine de l’agriculture dont le développement lui tenait à cœur. Ce qu’il avait d’ailleurs hérité de son père, Elhadj Moustapha, mais aussi de son oncle Elhadj Alpha Ousmane Kakony, tous deux amoureux de la terre et qui, pour cette raison, étaient venus s’installer à Friguiagbé (Kindia) pour le restant de leurs jours.

Malgré toutes les fonctions occupées en tant que grand commis de l’Etat, jusqu’à deux fois de suite, directeur de campagne du Général Lansana Conté, en 1993 et 1998, grand Cellou a toujours été un homme de dossiers, de dialogue et de débats. Il était aussi un fervent croyant, ayant la foi du bon musulman dont rien ni personne n’altéraient, la soumission à ALLAH.

Né leader, né pour commander, grand Cellou savait donc ce qu’était le pouvoir et respectait ceux auxquels le destin a conduit à Sékhoutouréyah : Sékou Touré, Lansana Conté et Alpha Condé. Même si le premier l’a fait arrêter et fait subir les affres du sinistre camp Boiro, il n’a pas hésité un seul instant à donner la main de sa fille à Mohamed Touré, le fils de Siaka Touré, le commandant de ce camp Boiro : une grandeur d’âme et une hauteur de vue que seuls les grands hommes peuvent avoir.

Comme quoi, Thierno Mamadou Cellou Diallo est né grand et est mort grand en insistant dans ses dernières volontés d’être enterré dans la plus grande simplicité, sans symposium ni propos louangeurs au mausolée de son aïeul et homonyme, Karamoko Alpha Mo Labé,

Repose en paix, Amine !

Par Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Lire

Siguiri : un nouvel éboulement fait un mort à Kintinian

6 février 2019 à 9 09 43 02432

Un nouvel éboulement dans une mine d’or a eu lieu hier mardi, 06 février 2019, dans le district de Fatöya, relevant de la commune rurale de Kintinian. Le drame s’est produit aux environs de 14 heures, dans une mine d’or appelée Soloni, et a coûté la vie à un jeune homme âgé de 32 ans, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture de Siguiri.

L’exploitation artisanale de l’or continue d’endeuiller des familles dans la préfecture de Siguiri. La dernière victime en date a été enregistrée hier mardi à Fatöya, dans la commune rurale de Kintinian. La victime s’appelle Sékou Kourouma, âgé de 32 ans, marié et père de 4 enfants.

Le drame est survenu dans une ancienne mine artisanale interdite d’accès. C’est au cours du contrôle des agents de la Croix Rouge qu’ils ont été attirés par le cri des gens.

Selon Famorodja Camara, président de la Croix Rouge de Fatöya, « la mine de Soloni est interdite. Elle est exploitée et surexploitée. Donc, le sol n’a plus de force. Malgré tout, les jeunes prennent des risques pour venir chercher de quoi manger. Hier, un père de famille a terriblement trouvé la mort ».

Monsieur Camara a fait savoir que c’est les cris qui ont alerté les agents de la Croix Rouge. « On était venu pour un contrôle. Nous avons entendu les cris. Nous nous sommes rendus sur les lieux pour trouver que c’est un éboulement survenu à 14 heures. Le corps a été retrouvé à 15 heures ».

Aux dernières nouvelles, le corps de Sékou Kourouma a été ramené à son village natal à Norassoba où il sera inhumé.

À rappeler que c’est à Norassoba qu’un éboulement, survenu dimanche soir, a fait 17 morts, selon les autorités locales.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Décès de Kadiatou Moss Camara : ses collègues de service sous le choc

13 janvier 2019 à 19 07 02 01021

Comme annoncé précédemment, le groupe Hadafo vient de perdre une de ses plus célèbres animatrices culturelles. Kadiatou Moss Camara a tiré sa révérence hier, samedi 12 janvier 2019, à Conakry, des suites de maladie. Cette mort tragique plonge ses collègues dans une profonde tristesse, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché à la maison mortuaire.

Depuis la mort de Kadiatou Moss Camara, son domicile familial, situé à Tombolia, dans la commune de Matoto, ne désemplit pas. De nombreuses personnes se succèdent sur les lieux pour compatir à la douleur de sa famille biologique et celle professionnelle. Les parents de la défunte tout comme ses collègues de service sont sous le choc.

Moussa Campos Soumah

C’est le cas de Moussa Campos Soumah, responsable du service sports au groupe Hadafo Médias. « Moss est partie sans nous dire au revoir. Je suis incapable d’articuler un seul mot ; mais, comme notre métier nous oblige à parler, nous sommes à la maison mortuaire depuis le décès. Nous sommes effondrés et ébahis ; mais, c’est la volonté divine. Tout ce que Dieu fait est bon. Elle était une grande animatrice et savait comment séduire les auditeurs. Quand elle était à l’antenne, surtout dans l’émission 16-18 du lundi au mercredi, elle était avec ses copines. Moss était aussi sociale, elle était ma conseillère. Dans mon foyer, quand ça n’allait pas bien, c’est elle qui me guidait », témoigne le journaliste sportif.

Tamba Zacharie Millomono

Egalement bouleversé par cette mort tragique, Tamba Zacharie Millomono, un des animateurs de l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace Guinée, dit avoir perdu une grande amie. « Je suis sans mot. En plus d’être une collaboratrice, c’était vraiment mon amie. J’avais une relation avec elle, au-delà du professionnel. On mangeait ensemble, on se taquinait, et à chaque fois, elle voulait qu’on fasse partie de sa vie. Kadiatou Moss Camara était une professionnelle consciente, sincère et qui aimait partager avec les autres leur joie et leur douleur », a-t-il indiqué.

A rappeler que Kadiatou Moss Camara était animatrice culturelle à la radio Espace Guinée depuis 2009. Elle était l’épouse de Alimou Souaré connu sous le nom de Al Souaré, qui travaille également comme animateur culturel au sein de la même station de radio. Elle a été inhumée ce dimanche, 13 janvier 2019 au cimetière de Tombolia.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Urgent : un jeune tué par balle à Cosa

23 octobre 2018 à 20 08 07 100710

La folle journée de protestation de l’opposition guinéenne et la répression de la marche par les agents des forces de sécurité viennent d’allonger la longue liste des victimes des troubles politiques en République de Guinée.

Lire

Assassinat des opposants à Conakry : Cellou Dalein chez la famille de feue Mariama Bah

17 mars 2018 à 8 08 38 03383

Comme indiqué précédemment, une nouvelle personne est décédée ce vendredi 16 mars 2018, suite à une balle qu’elle a reçu à l’occasion de la manifestation de l’opposition guinéenne le mercredi 14 mars dernier. Cette quatrième victime de cette journée, Mariama Bah, 31 ans, a été atteinte par une balle perdue devant sa maison dans le quartier Hamdallaye 1.

Lire

Assistance de l’Etat à Papa Camara : Fodé Oussou remonté contre les propos d’Isto Keira

5 janvier 2018 à 11 11 29 01291

Bien avant la mort de Papa Camara, ancien capitaine du Syli national et ancien joueur du Hafia football club de Conakry, Dr. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG et président du groupe parlementaire Libéral-démocrate était de ceux qui ne rataient aucune occasion pour interpeller le régime du président Alpha Condé sur la nécessité d’assister les icones culturelles et footballistiques de la Guinée.

Lire

« Révélation » de Fodé Oussou : « Lansana Conté est au paradis…»

23 décembre 2017 à 12 12 54 125412

Parmi les personnalités qui ont participé au Fidaou de feu Général Lansana Conté, hier, vendredi 22 décembre 2017 dans son village natal de Bouramaya (Dubréka), figurent les députés Fodé Oussou Fofana et Aliou Condé. En mission de l’UFDG en Europe, Elhadj Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne et ancien Premier ministre du Général Lansana Conté, s’est fait représenté à la cérémonie par ces deux élus du peuple, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Fafaya (Koubia) : une femme brûlée dans une case

18 novembre 2017 à 12 12 08 110811

Accusée de délinquance et notamment d’être instable dans les liens de mariage (après deux divorces), Djeynabou Diallo, âgée de 25 ans et mère d’un garçon (conçue dans son dernier mariage), a perdu la vie dans la matinée de ce samedi, 18 novembre 2017, à Palet, dans la sous-préfecture de Fafaya, préfecture de Koubia, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans cette préfecture.

Lire

Insécurité à Kolaboui (Boké) : un mort et trois blessés suite à une attaque

15 novembre 2017 à 12 12 27 112711

Dans la nuit d’hier à aujourd’hui, mercredi 15 novembre 2017, des hommes armés ont perpétré une attaque à Kolaboui, sous-préfecture situé à une vingtaine de kilomètres de la préfecture de Boké faisant un mort et trois blessés, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com dans cette sous-préfecture.

Lire